AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782907468763
60 pages
Éditeur : L'Avant-scène (30/11/-1)
3.58/5   6 notes
Résumé :

Qu'il est glorieux mais qu'il est pénible d'être en ce monde un merle exceptionnel... Répudié par ses parents parce qu'il n'est pas de leur couleur, moqué pour sa voix qui en effare plus d'un, ballotté par le vent, sans ami, sans abri, un jeune oiseau s'interroge sur son identité... Fable autobiographique qui dépeint les amours malheureuses de Musset avec George Sand et ses déboires d'auteur incompris, l'Histoi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Gwen21
  29 septembre 2020
Formidable texte que celui-ci. Au commencement était un conte initiatique qui, page après page, se transforma en fable digne d'Esope et de Jean de la Fontaine, pour se terminer en farce satirique à l'ironie décapante.
A travers cette oeuvre brève et incisive, et sous le couvert d'oiseaux, Alfred de Musset brosse un portrait sans aménité de la famille, du milieu social, du rang, de la mondanité de la société, du mariage et surtout - la partie qui m'a séduite par dessus tout - du métier d'écrivain populaire.
C'est fin et bien amené, sous une légèreté de façade ; Musset pointe du doigt les codes de l'ascension sociale, les ressorts cachés des succès de société comme de librairie. Il traite des difficultés à naître différent et en inadéquation avec son milieu ; il aborde le rejet familial, les faux honneurs et les fausses vertus à défendre devant le monde, la gloire factice des salons parisiens. Acide mais toujours drôle, son "Histoire d'un merle blanc" aurait fait merveille adapté au théâtre mais il était sûrement plus facile d'habiller ses personnages de plumes et de becs à l'écrit que sur des planches.

Challenge RIQUIQUI 2020
Challenge MULTI-DEFIS 2020
Challenge XIXème siècle 2020
Challenge ABC 2021 - 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
PiertyM
  14 mai 2020
Pauvre merle blanc! Différent et rejeté! Solitaire et trompé! En lisant cette histoire merveilleuse, bien écrite, et aussi mélancolique, on revient forcement sur la vie d'Alfred de Musset, surtout au moment où il développe la ruse des femmes à travers l'image de la merlette apparemment blanche mais eu fond elle se fait blanchir par une poudre rien que pour séduire le merle blanc, ça nous fait penser à George Sand! Pour ma part, je trouve cette analogie vraiment affligeante, présenter cette grande dame des lettres de cette façon, c'est être égocentrique!
Entre temps, la première partie de l'histoire est consacrée à la recherche de l'identité, hé oui, le merle blanc n'arrive pas à se fixer des repères car abandonné par les siens. Et dans tout son parcours il n'arrive pas à s'identifier à aucune espèce d'oiseaux. Mais une fois, qu'il ait retrouvé son identité en tant qu'un merle blanc, différent des autres merles, c'est la révélation et le déclenchement de ses talents intérieurs, en même temps le chemin de la gloire s'ouvre à lui ...puis la ruse de la merlette qui va le pousser à recroqueviller à nouveau dans sa solitude.
Un merveilleux conte initiatique!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LaurenebLaureneb   24 novembre 2021
Je veux faire un poème comme Kacatogan, non pas en un chant, mais en vingt-quatre, comme tous les grands hommes ; ce n’est pas assez, il y en aura quarante-huit, avec des notes et un appendice ! Il faut que l’univers apprenne que j’existe. Je ne manquerai pas, dans mes vers, de déplorer mon isolement ; mais ce sera de telle sorte, que les plus heureux me porteront envie. Puisque le ciel m’a refusé une femelle, je dirai un mal affreux de celles des autres. Je prouverai que tout est trop vert, hormis les raisins que je mange. Les rossignols n’ont qu’à se bien tenir ; je démontrerai, comme deux et deux font quatre, que leurs complaintes font mal au coeur, et que leur marchandise ne vaut rien. Il faut que j’aille trouver Charpentier. Je veux me créer tout d’abord une puissante position littéraire. J’entends avoir autour de moi une cour composée, non pas seulement de journalistes, mais
d’auteurs véritables et même de femmes de lettres. J’écrirai un rôle pour mademoiselle Rachel, et, si elle refuse de le jouer, je publierai à son de trompe que son talent est bien inférieur à celui d’une vieille actrice de province. J’irai à Venise, et je louerai, sur les bords du grand canal, au milieu de cette cité féerique, le beau palais Mocenigo, qui coûte quatre livres dix sous par jour ; là, je m’inspirerai de tous les souvenirs que l’auteur de Lara doit y avoir laissés. Du fond de ma solitude, j’inonderai le monde d’un déluge de rimes croisées, calquées sur la strophe de Spencer, où je soulagerai ma grande âme ; je ferai soupirer toutes les mésanges, roucouler toutes les tourterelles, fondre en larmes toutes les bécasses, et hurler toutes les vieilles chouettes. Mais, pour ce qui regarde ma personne, je me montrerai inexorable et inaccessible à l’amour. En vain me pressera-t-on, me suppliera-t-on d’avoir pitié des infortunées qu’auront séduites mes chants sublimes ; à tout cela, je répondrai : Foin ! Ô excès de gloire ! mes manuscrits se vendront au poids de l’or, mes livres traverseront les mers ; la renommée, la fortune, me suivront partout ; seul, je semblera ! indifférent aux murmures de la foule qui m’environnera. En un mot, je serai un parfait merle blanc, un véritable écrivain excentrique, fêté, choyé, admiré, envié, mais complètement grognon et insupportable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Gwen21Gwen21   29 septembre 2020
- Plaisantez-vous ? s’écria la pie ; vous, un merle ! vous, un pigeon ! Fi donc ! vous êtes une pie, mon cher enfant, pie s’il en fut, et très gentille pie, ajouta-t-elle en me donnant un petit coup d’aile, comme qui dirait un coup d’éventail.
- Mais, madame la marquise, répondis-je, il me semble que, pour une pie, je suis d’une couleur, ne vous en déplaise…
- Une pie russe, mon cher, vous êtes une pie russe ! Vous ne savez pas qu’elles sont blanches ? Pauvre garçon, quelle innocence !
- Mais, madame, repris-je, comment serais-je une pie russe, étant né au fond du Marais, dans une vieille écuelle cassée ?
- Ah ! le bon enfant ! Vous êtes de l’invasion, mon cher ; croyez-vous qu’il n’y ait que vous ? Fiez-vous à moi, et laissez-vous faire ; je veux vous emmener tout à l’heure et vous montrer les plus belles choses de la terre.
- Où cela, madame, s’il vous plaît ?
- Dans mon palais vert, mon mignon ; vous verrez quelle vie on y mène. Vous n’aurez pas plus tôt été pie un quart d’heure, que vous ne voudrez plus entendre parler d’autre chose. Nous sommes là une centaine, non pas de ces grosses pies de village qui demandent l’aumône sur les grands chemins, mais toutes nobles et de bonne compagnie, effilées, lestes, et pas plus grosses que le poing. Pas une de nous n’a ni plus ni moins de sept marques noires et de cinq marques blanches ; c’est une chose invariable, et nous méprisons le reste du monde. Les marques noires vous manquent, il est vrai, mais votre qualité de Russe suffira pour vous faire admettre. Notre vie se compose de deux choses : caqueter et nous attifer. Depuis le matin jusqu’à midi, nous nous attifons, et, depuis midi jusqu’au soir, nous caquetons. Chacune de nous perche sur un arbre, le plus haut et le plus vieux possible. Au milieu de la forêt s’élève un chêne immense, inhabité, hélas ! C’était la demeure du feu roi Pie X, où nous allons en pèlerinage en poussant de bien gros soupirs ; mais, à part ce léger chagrin, nous passons le temps à merveille. Nos femmes ne sont pas plus bégueules que nos maris ne sont jaloux, mais nos plaisirs sont purs et honnêtes, parce que notre cœur est aussi noble que notre langage est libre et joyeux. Notre fierté n’a pas de bornes, et, si un geai ou toute autre canaille vient par hasard à s’introduire chez nous, nous le plumons impitoyablement. Mais nous n’en sommes pas moins les meilleures gens du monde, et les passereaux, les mésanges, les chardonnerets qui vivent dans nos taillis, nous trouvent toujours prêtes à les aider, à les nourrir et à les défendre. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SZRAMOWOSZRAMOWO   06 mai 2015
Qu’il est glorieux, mais qu’il est pénible d’être en ce monde un merle exceptionnel ! Je ne suis point un oiseau fabuleux, et M. de Buffon m’a décrit. Mais, hélas ! je suis extrêmement rare et très difficile à trouver. Plût au ciel que je fusse tout à fait impossible !

Mon père et ma mère étaient deux bonnes gens qui vivaient, depuis nombre d’années, au fond d’un vieux jardin retiré du Marais. C’était un ménage exemplaire. Pendant que ma mère, assise dans un buisson fourré, pondait régulièrement trois fois par an, et couvait, tout en sommeillant, avec une religion patriarcale, mon père, encore fort propre et fort pétulant, malgré son grand âge, picorait autour d’elle toute la journée, lui apportant de beaux insectes qu’il saisissait délicatement par le bout de la queue pour ne pas dégoûter sa femme, et, la nuit venue, il ne manquait jamais, quand il faisait beau, de la régaler d’une chanson qui réjouissait tout le voisinage. Jamais une querelle, jamais le moindre nuage n’avait troublé cette douce union.

À peine fus-je venu au monde, que, pour là première fois de sa vie, mon père commença à montrer de la mauvaise humeur. Bien que je ne fusse encore que d’un gris douteux, il ne reconnaissait en moi ni la couleur, ni la tournure de sa nombreuse postérité.

— Voilà un sale enfant, disait-il quelquefois en me regardant de travers ; il faut que ce gamin-là aille apparemment se fourrer dans tous les plâtras et tous les tas de boue qu’il rencontre, pour être toujours si laid et si crotté.

— Eh, mon Dieu ! mon ami, répondait ma mère, toujours roulée en boule dans une vieille écuelle dont elle avait fait son nid, ne voyez-vous pas que c’est de son âge ? Et vous-même, dans votre jeune temps, n’avez-vous pas été un charmant vaurien ? Laissez grandir notre merlichon, et vous verrez comme il sera beau ; il est des mieux que j’aie pondus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Alfred de Musset (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Alfred de Musset
Il est temps de sortir une feuille et un stylo ! Cette semaine, Olivia Gesbert et Rachid Santaki vous proposent un extrait d'"On ne badine pas avec l'amour", une pièce d'Alfred de Musset publiée en 1834. N'hésitez pas à commenter vos résultats
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Alfred de Musset

C'était, dans la nuit brune,/Sur le clocher jauni,/La lune/Comme un point sur un i. Ces vers de Musset très célèbres sont extraits de quel poème?

Lune brune
Ode à la lune
Ballade à la lune

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : Alfred de MussetCréer un quiz sur ce livre