AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frank Lestringant (Éditeur scientifique)
ISBN : 225308574X
Éditeur : Le Livre de Poche (23/08/2006)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 99 notes)
Résumé :
Né après Lamartine, Vigny et Hugo, Musset sera l'éternel cadet du romantisme, et Rolla le dira bientôt: "Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux." Lorsqu'en 1829 - il a dix-neuf ans -, il fait paraître son premier recueil, les Contes d'Espagne et d'Italie, il ne cache rien de son insolence iconoclaste, et cette liberté d'allure, cette impudeur clairement affichée s'accompagnent d'une grâce juvénile qui fait tout pardonner. Pleine de promptitude et de nonchal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ThierryCABOT
  13 mai 2013
On s'est plu à dire, un peu facilement, qu'Alfred de Musset avait été poète dans son théâtre et théâtral dans sa poésie.
Il est certain que "On ne badine pas avec l'amour", "Les caprices de Marianne" et surtout le prodigieux "Lorenzaccio" sont le fruit d'un écrivain de haute volée. Au-delà des modes, Musset dramaturge étonne, séduit et bouleverse les spectateurs contemporains.
Qu'en est-il vraiment de sa poésie ?
La réponse doit être nuancée.
Si dans quelques-unes de ses oeuvres, Musset met plus de pathos qu'il n'en faudrait, si "Les nuits" souffrent quelquefois de vilains clichés, si celui-ci non sans complaisance étale au détour d'une strophe ses souffrances de dandy désoeuvré, il convient de ne pas oublier l'autre Musset qui d'une plume alerte, chatoyante et suave nous conte ses amours, ses engouements et ses rêves. On se laisse captiver par cette figure d'éternel adolescent mi-songeur, mi-turbulent dont les vers sonnent si bien à nos oreilles. L'aisance, le naturel et ce je ne sais quoi propre à enflammer le lecteur lui composent en fait un personnage éminemment sympathique et attachant en diable.
Parmi d'autres, l'adorable poème "A Ninon" semé d'images rafraîchissantes n'a pas notamment pris une ride.
Parfois superficiel mais jamais ennuyeux, un peu trop sucré mais souvent brillant, Musset est loin d'avoir livré tous ses secrets. En 2015, fait troublant, la jeunesse le cite volontiers, et la Toile de temps à autre livre ici et là certaines de ses plus belles réalisations.
Précocement vieilli, Musset va connaître assez vite le déclin et la déchéance. A quarante-six ans, usé par les excès et les peines, il n'est déjà plus que l'ombre de lui-même.
Ses derniers poèmes, écrits sous l'aile de la mort, sont dans leur dépouillement d'une mélancolie déchirante.
L'orgueilleux Musset tout à coup lève le masque :
"J'ai perdu jusqu'à la fierté
Qui faisait croire à mon génie."
Son génie poétique, même s'il n'éclate que par endroits, ne cessera jamais en tout cas de le rendre cher à nos coeurs.
Lien : http://www.p-o-s-i-e.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Henri-l-oiseleur
  25 octobre 2015
Un tel volume de poésies complètes donnera au lecteur la possibilité de feuilleter, de chercher, de tomber par hasard sur ce qui lui plaît et et de laisser le reste. Revenir à Musset, le réhabiliter malgré ses facilités bavardes et son sentimentalisme, peut s'avérer une bonne chose, après l'exécution en règle que Rimbaud lui fit subir. Revenir à Musset, c'est aussi se détacher des dernières, et extrêmes conséquences du fantasme de poésie pure qui finit en hermétisme et en incommunication. C'est accepter, dans la poésie, un minimum de rhétorique pour respirer, et aussi un humour, une facilité, une ironie qu'on n'associe pas toujours avec le romantisme français..
Commenter  J’apprécie          30
Cielvariable
  16 mars 2016
Comme certains, je préfère Musset le dramaturge au poète, car je le trouve plus profond et génial dans ses dialogues que dans ses vers. J'apprécie certains poèmes de ses Poésies complètes, mais ce n'est certes pas un recueil (volumineux) qu'on peut lire en peu de temps et de manière suivie, sinon on frôle rapidement l'overdose. Par contre, en lire un ou deux à l'occasion peut donner lieu à de belles trouvailles (mais parfois aussi à de la poésie un peu trop mièvre et sans profondeur).
Commenter  J’apprécie          40
feellyne
  07 mars 2013
Lorsqu'on parle du Musset, on pense souvent au théâtre.
On découvre ici la beauté de son oeuvre poétique. Musset est l'un de mes poètes préférés, ses mots savent nous toucher, les rimes sont magnifiques, la prose n'est pas en reste. Les poèmes sont tour à tour tragiques, tristes, drôles, un brin coquins parfois, mais toujours d'une grande beauté et d'une grande classe.
Un livre dont je ne me séparerai jamais.
Commenter  J’apprécie          40
Cularo
  01 mai 2013
Le désenchantement en vers magnifique mots De Musset!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Aurel82Aurel82   22 avril 2019
Du temps que j'étais écolier, 
Je restais un soir à veiller 
Dans notre salle solitaire. 
Devant ma table vint s'asseoir 
Un pauvre enfant vêtu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frère.

Son visage était triste et beau : 
À la lueur de mon flambeau, 
Dans mon livre ouvert il vint lire. 
Il pencha son front sur sa main, 
Et resta jusqu'au lendemain, 
Pensif, avec un doux sourire.

Comme j'allais avoir quinze ans 
Je marchais un jour, à pas lents, 
Dans un bois, sur une bruyère. 
Au pied d'un arbre vint s'asseoir 
Un jeune homme vêtu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frère.

Je lui demandai mon chemin ; 
Il tenait un luth d'une main, 
De l'autre un bouquet d'églantine. 
Il me fit un salut d'ami, 
Et, se détournant à demi, 
Me montra du doigt la colline.

À l'âge où l'on croit à l'amour, 
J'étais seul dans ma chambre un jour, 
Pleurant ma première misère. 
Au coin de mon feu vint s'asseoir 
Un étranger vêtu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frère.

Il était morne et soucieux ; 
D'une main il montrait les cieux, 
Et de l'autre il tenait un glaive. 
De ma peine il semblait souffrir, 
Mais il ne poussa qu'un soupir, 
Et s'évanouit comme un rêve.

À l'âge où l'on est libertin, 
Pour boire un toast en un festin, 
Un jour je soulevais mon verre. 
En face de moi vint s'asseoir 
Un convive vêtu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frère.

Il secouait sous son manteau 
Un haillon de pourpre en lambeau, 
Sur sa tête un myrte stérile. 
Son bras maigre cherchait le mien, 
Et mon verre, en touchant le sien, 
Se brisa dans ma main débile.

Un an après, il était nuit ; 
J'étais à genoux près du lit 
Où venait de mourir mon père. 
Au chevet du lit vint s'asseoir 
Un orphelin vêtu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frère.

Ses yeux étaient noyés de pleurs ; 
Comme les anges de douleurs, 
Il était couronné d'épine ; 
Son luth à terre était gisant, 
Sa pourpre de couleur de sang, 
Et son glaive dans sa poitrine.

Je m'en suis si bien souvenu, 
Que je l'ai toujours reconnu 
À tous les instants de ma vie. 
C'est une étrange vision, 
Et cependant, ange ou démon, 
J'ai vu partout cette ombre amie.

Lorsque plus tard, las de souffrir, 
Pour renaître ou pour en finir, 
J'ai voulu m'exiler de France ; 
Lorsqu'impatient de marcher, 
J'ai voulu partir, et chercher 
Les vestiges d'une espérance ;

À Pise, au pied de l'Apennin ; 
À Cologne, en face du Rhin ; 
À Nice, au penchant des vallées ; 
À Florence, au fond des palais ; 
À Brigues, dans les vieux chalets ; 
Au sein des Alpes désolées ;

À Gênes, sous les citronniers ; 
À Vevey, sous les verts pommiers ; 
Au Havre, devant l'Atlantique ; 
À Venise, à l'affreux Lido, 
Où vient sur l'herbe d'un tombeau 
Mourir la pâle Adriatique ;

Partout où, sous ces vastes cieux, 
J'ai lassé mon cœur et mes yeux, 
Saignant d'une éternelle plaie ; 
Partout où le boiteux Ennui, 
Traînant ma fatigue après lui, 
M'a promené sur une claie ;

Partout où, sans cesse altéré 
De la soif d'un monde ignoré, 
J'ai suivi l'ombre de mes songes ; 
Partout où, sans avoir vécu, 
J'ai revu ce que j'avais vu, 
La face humaine et ses mensonges ;

Partout où, le long des chemins, 
J'ai posé mon front dans mes mains, 
Et sangloté comme une femme ; 
Partout où j'ai, comme un mouton, 
Qui laisse sa laine au buisson, 
Senti se dénuder mon âme ;

Partout où j'ai voulu dormir, 
Partout où j'ai voulu mourir, 
Partout où j'ai touché la terre, 
Sur ma route est venu s'asseoir 
Un malheureux vêtu de noir, 
Qui me ressemblait comme un frère.

Qui donc es-tu, toi que dans cette vie 
Je vois toujours sur mon chemin ? 
Je ne puis croire, à ta mélancolie, 
Que tu sois mon mauvais Destin. 
Ton doux sourire a trop de patience, 
Tes larmes ont trop de pitié. 
En te voyant, j'aime la Providence. 
Ta douleur même est sœur de ma souffrance ; 
Elle ressemble à l'Amitié.

Qui donc es-tu ? — Tu n'es pas mon bon ange, 
Jamais tu ne viens m'avertir. 
Tu vois mes maux (c'est une chose étrange !) 
Et tu me regardes souffrir. 
Depuis vingt ans tu marches dans ma voie, 
Et je ne saurais t'appeler. 
Qui donc es-tu, si c'est Dieu qui t'envoie ? 
Tu me souris sans partager ma joie, 
Tu me plains sans me consoler !

Ce soir encor je t'ai vu m'apparaître. 
C'était par une triste nuit. 
L'aile des vents battait à ma fenêtre ; 
J'étais seul, courbé sur mon lit. 
J'y regardais une place chérie, 
Tiède encor d'un baiser brûlant ; 
Et je songeais comme la femme oublie, 
Et je sentais un lambeau de ma vie 
Qui se déchirait lentement.

Je rassemblais des lettres de la veille, 
Des cheveux, des débris d'amour.

Tout ce passé me criait à l'oreille 
Ses éternels serments d'un jour. 
Je contemplais ces reliques sacrées, 
Qui me faisaient trembler la main : 
Larmes du cœur par le cœur dévorées, 
Et que les yeux qui les avaient pleurées 
Ne reconnaîtront plus demain !

J'enveloppais dans un morceau de bure 
Ces ruines des jours heureux. 
Je me disais qu'ici-bas ce qui dure, 
C'est une mèche de cheveux. 
Comme un plongeur dans une mer profonde, 
Je me perdais dans tant d'oubli. 
De tous côtés j'y retournais la sonde, 
Et je pleurais, seul, loin des yeux du monde, 
Mon pauvre amour enseveli.

J'allais poser le sceau de cire noire 
Sur ce fragile et cher trésor. 
J'allais le rendre, et, n'y pouvant pas croire, 
En pleurant j'en doutais encor. 
Ah ! faible femme, orgueilleuse insensée, 
Malgré toi, tu t'en souviendras ! 
Pourquoi, grand Dieu ! mentir à sa pensée ? 
Pourquoi ces pleurs, cette gorge oppressée, 
Ces sanglots, si tu n'aimais pas ?

Oui, tu languis, tu souffres, et tu pleures ; 
Mais ta chimère est entre nous. 
Eh bien ! adieu ! Vous compterez les heures 
Qui me sépareront de vous. 
Partez, partez, et dans ce cœur de glace 
Emportez l'orgueil satisfait. 
Je sens encor le mien jeune et vivace, 
Et bien des maux pourront y trouver place 
Sur le mal que vous m'avez fait.

Partez, partez ! la Nature immortelle 
N'a pas tout voulu vous donner. 
Ah ! pauvre enfant, qui voulez être belle, 
Et ne savez pas pardonner ! 
Allez, allez, suivez la destinée ; 
Qui vous perd n'a pas tout perdu. 
Jetez au vent notre amour consumée ; — 
Eternel Dieu ! toi que j'ai tant aimée, 
Si tu pars, pourquoi m'aimes-tu ?

Mais tout à coup j'ai vu dans la nuit sombre 
Une forme glisser sans bruit. 
Sur mon rideau j'ai vu passer une ombre ; 
Elle vient s'asseoir sur mon lit. 
Qui donc es-tu, morne et pâle visage, 
Sombre portrait vêtu de noir ? 
Que me veux-tu, triste oiseau de passage ? 
Est-ce un vain rêve ? est-ce ma propre image 
Que j'aperçois dans ce miroir ?

Qui donc es-tu, spectre de ma jeunesse, 
Pèlerin que rien n'a lassé ? 
Dis-moi pourquoi je te trouve sans cesse 
Assis dans l'ombre où j'ai passé. 
Qui donc es-tu, visiteur solitaire, 
Hôte assidu de mes douleurs ? 
Qu'as-tu donc fait pour me suivre sur terre ? 
Qui donc es-tu, qui donc es-tu, mon frère, 
Qui n'apparais qu'au jour des pleurs ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
palamedepalamede   19 février 2017
Allégorie du Pélican

Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,
Laisse-la s'élargir, cette sainte blessure
Que les noirs séraphins t'ont faite au fond du cœur :
Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur.
Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète,
Que ta voix ici-bas doive rester muette.
Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.

Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,
Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,
Ses petits affamés courent sur le rivage
En le voyant au loin s'abattre sur les eaux.
Déjà, croyant saisir et partager leur proie,
Ils courent à leur père avec des cris de joie
En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.
Lui, gagnant à pas lents une roche élevée,
De son aile pendante abritant sa couvée,
Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.
Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte ;
En vain il a des mers fouillé la profondeur ;
L'Océan était vide et la plage déserte ;
Pour toute nourriture il apporte son cœur.
Sombre et silencieux, étendu sur la pierre
Partageant à ses fils ses entrailles de père,
Dans son amour sublime il berce sa douleur,
Et, regardant couler sa sanglante mamelle,
Sur son festin de mort il s'affaisse et chancelle,
Ivre de volupté, de tendresse et d'horreur.
Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,
Fatigué de mourir dans un trop long supplice,
Il craint que ses enfants ne le laissent vivant,
Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,
Et, se frappant le cœur avec un cri sauvage,
Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,
Que les oiseaux des mers désertent le rivage,
Et que le voyageur attardé sur la plage,
Sentant passer la mort, se recommande à Dieu.

Poète, c'est ainsi que font les grands poètes.
Ils laissent s'égayer ceux qui vivent un temps ;
Mais les festins humains qu'ils servent à leurs fêtes
Ressemblent la plupart à ceux des pélicans.

Quand ils parlent ainsi d'espérances trompées,
De tristesse et d'oubli, d'amour et de malheur,
Ce n'est pas un concert à dilater le cœur.
Leurs déclamations sont comme des épées :
Elles tracent dans l'air un cercle éblouissant,
Mais il y pend toujours quelque goutte de sang .

(Extrait de La Nuit de mai).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
hesperiehesperie   16 août 2011
La nuit de mai

LA MUSE

Poète, prends ton luth et me donne un baiser ;
La fleur de l'églantier sent ses bourgeons éclore,
Le printemps naît ce soir ; les vents vont s'embraser ;
Et la bergeronnette, en attendant l'aurore,
Aux premiers buissons verts commence à se poser.
Poète, prends ton luth, et me donne un baiser.

LE POÈTE

Comme il fait noir dans la vallée !
J'ai cru qu'une forme voilée
Flottait là-bas sur la forêt.
Elle sortait de la prairie ;
Son pied rasait l'herbe fleurie ;
C'est une étrange rêverie ;
Elle s'efface et disparaît.

LA MUSE

Poète, prends ton luth ; la nuit, sur la pelouse,
Balance le zéphyr dans son voile odorant.
La rose, vierge encor, se referme jalouse
Sur le frelon nacré qu'elle enivre en mourant.
Écoute ! tout se tait ; songe à ta bien-aimée.
Ce soir, sous les tilleuls, à la sombre ramée
Le rayon du couchant laisse un adieu plus doux.
Ce soir, tout va fleurir : l'immortelle nature
Se remplit de parfums, d'amour et de murmure,
Comme le lit joyeux de deux jeunes époux.

LE POÈTE

Pourquoi mon coeur bat-il si vite ?
Qu'ai-je donc en moi qui s'agite
Dont je me sens épouvanté ?
Ne frappe-t-on pas à ma porte ?
Pourquoi ma lampe à demi morte
M'éblouit-elle de clarté ?
Dieu puissant ! tout mon corps frissonne.
Qui vient ? qui m'appelle ? - Personne.
Je suis seul ; c'est l'heure qui sonne ;
Ô solitude ! ô pauvreté !

LA MUSE

Poète, prends ton luth ; le vin de la jeunesse
Fermente cette nuit dans les veines de Dieu.
Mon sein est inquiet ; la volupté l'oppresse,
Et les vents altérés m'ont mis la lèvre en feu.
Ô paresseux enfant ! regarde, je suis belle.
Notre premier baiser, ne t'en souviens-tu pas,
Quand je te vis si pâle au toucher de mon aile,
Et que, les yeux en pleurs, tu tombas dans mes bras ?
Ah ! je t'ai consolé d'une amère souffrance !
Hélas ! bien jeune encor, tu te mourais d'amour.
Console-moi ce soir, je me meurs d'espérance ;
J'ai besoin de prier pour vivre jusqu'au jour.

LE POÈTE

Est-ce toi dont la voix m'appelle,
Ô ma pauvre Muse ! est-ce toi ?
Ô ma fleur ! ô mon immortelle !
Seul être pudique et fidèle
Où vive encor l'amour de moi !
Oui, te voilà, c'est toi, ma blonde,
C'est toi, ma maîtresse et ma soeur !
Et je sens, dans la nuit profonde,
De ta robe d'or qui m'inonde
Les rayons glisser dans mon coeur.

LA MUSE

Poète, prends ton luth ; c'est moi, ton immortelle,
Qui t'ai vu cette nuit triste et silencieux,
Et qui, comme un oiseau que sa couvée appelle,
Pour pleurer avec toi descends du haut des cieux.
Viens, tu souffres, ami. Quelque ennui solitaire
Te ronge, quelque chose a gémi dans ton coeur ;
Quelque amour t'est venu, comme on en voit sur terre,
Une ombre de plaisir, un semblant de bonheur.
Viens, chantons devant Dieu ; chantons dans tes pensées,
Dans tes plaisirs perdus, dans tes peines passées ;
Partons, dans un baiser, pour un monde inconnu,
Éveillons au hasard les échos de ta vie,
Parlons-nous de bonheur, de gloire et de folie,
Et que ce soit un rêve, et le premier venu.
Inventons quelque part des lieux où l'on oublie ;
Partons, nous sommes seuls, l'univers est à nous.
Voici la verte Écosse et la brune Italie,
Et la Grèce, ma mère, où le miel est si doux,
Argos, et Ptéléon, ville des hécatombes,
Et Messa la divine, agréable aux colombes,
Et le front chevelu du Pélion changeant ;
Et le bleu Titarèse, et le golfe d'argent
Qui montre dans ses eaux, où le cygne se mire,
La blanche Oloossone à la blanche Camyre.
Dis-moi, quel songe d'or nos chants vont-ils bercer ?
D'où vont venir les pleurs que nous allons verser ?
Ce matin, quand le jour a frappé ta paupière,
Quel séraphin pensif, courbé sur ton chevet,
Secouait des lilas dans sa robe légère,
Et te contait tout bas les amours qu'il rêvait ?
Chanterons-nous l'espoir, la tristesse ou la joie ?
Tremperons-nous de sang les bataillons d'acier ?
Suspendrons-nous l'amant sur l'échelle de soie ?
Jetterons-nous au vent l'écume du coursier ?
Dirons-nous quelle main, dans les lampes sans nombre
De la maison céleste, allume nuit et jour
L'huile sainte de vie et d'éternel amour ?
Crierons-nous à Tarquin : " Il est temps, voici l'ombre ! "
Descendrons-nous cueillir la perle au fond des mers ?
Mènerons-nous la chèvre aux ébéniers amers ?
Montrerons-nous le ciel à la Mélancolie ?
Suivrons-nous le chasseur sur les monts escarpés ?
La biche le regarde ; elle pleure et supplie ;
Sa bruyère l'attend ; ses faons sont nouveau-nés ;
Il se baisse, il l'égorge, il jette à la curée
Sur les chiens en sueur son coeur encor vivant.
Peindrons-nous une vierge à la joue empourprée,
S'en allant à la messe, un page la suivant,
Et d'un regard distrait, à côté de sa mère,
Sur sa lèvre entr'ouverte oubliant sa prière ?
Elle écoute en tremblant, dans l'écho du pilier,
Résonner l'éperon d'un hardi cavalier.
Dirons-nous aux héros des vieux temps de la France
De monter tout armés aux créneaux de leurs tours,
Et de ressusciter la naïve romance
Que leur gloire oubliée apprit aux troubadours ?
Vêtirons-nous de blanc une molle élégie ?
L'homme de Waterloo nous dira-t-il sa vie,
Et ce qu'il a fauché du troupeau des humains
Avant que l'envoyé de la nuit éternelle
Vînt sur son tertre vert l'abattre d'un coup d'aile,
Et sur son coeur de fer lui croiser les deux mains ?
Clouerons-nous au poteau d'une satire altière
Le nom sept fois vendu d'un pâle pamphlétaire,
Qui, poussé par la faim, du fond de son oubli,
S'en vient, tout grelottant d'envie et d'impuissance,
Sur le front du génie insulter l'espérance,
Et mordre le laurier que son souffle a sali ?
Prends ton luth ! prends ton luth ! je ne peux plus me taire ;
Mon aile me soulève au souffle du printemps.
Le vent va m'emporter ; je vais quitter la terre.
Une larme de toi ! Dieu m'écoute ; il est temps.

LE POÈTE

S'il ne te faut, ma soeur chérie,
Qu'un baiser d'une lèvre amie
Et qu'une larme de mes yeux,
Je te les donnerai sans peine ;
De nos amours qu'il te souvienne,
Si tu remontes dans les cieux.
Je ne chante ni l'espérance,
Ni la gloire, ni le bonheur,
Hélas ! pas même la souffrance.
La bouche garde le silence
Pour écouter parler le coeur.

LA MUSE

Crois-tu donc que je sois comme le vent d'automne,
Qui se nourrit de pleurs jusque sur un tombeau,
Et pour qui la douleur n'est qu'une goutte d'eau ?
Ô poète ! un baiser, c'est moi qui te le donne.
L'herbe que je voulais arracher de ce lieu,
C'est ton oisiveté ; ta douleur est à Dieu.
Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,
Laisse-la s'élargir, cette sainte blessure
Que les noirs séraphins t'ont faite au fond du coeur :
Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur.
Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète,
Que ta voix ici-bas doive rester muette.
Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.
Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,
Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,
Ses petits affamés courent sur le rivage
En le voyant au loin s'abattre sur les eaux.
Déjà, croyant saisir et partager leur proie,
Ils courent à leur père avec des cris de joie
En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.
Lui, gagnant à pas lents une roche élevée,
De son aile pendante abritant sa couvée,
Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.
Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte ;
En vain il a des mers fouillé la profondeur ;
L'Océan était vide et la plage déserte ;
Pour toute nourriture il apporte son coeur.
Sombre et silencieux, étendu sur la pierre
Partageant à ses fils ses entrailles de père,
Dans son amour sublime il berce sa douleur,
Et, regardant couler sa sanglante mamelle,
Sur son festin de mort il s'affaisse et chancelle,
Ivre de volupté, de tendresse et d'horreur.
Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,
Fatigué de mourir dans un trop long supplice,
Il craint que ses enfants ne le laissent vivant ;
Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,
Et, se frappant le coeur avec un cri sauvage,
Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,
Que les oiseaux des mers désertent le rivage,
Et que le voyageur attardé sur la plage,
Sentant passer la mort, se recommande à Dieu.
Poète, c'est ainsi que font les grands poètes.
Ils laissent s'égayer ceux qui vivent un temps ;
Mais les festins humains qu'ils servent à leurs fêtes
Ressemblent la plupart à ceux des pélicans.
Quand ils parlent ainsi d'espérances trompées,
De tristesse et d'oubli, d'amour et de malheur,
Ce n'est pas un concert à dilater le coeur.
Leurs déclamations sont comme des épées :
Elles tracent dans l'air un cercle éblouissant,
Mais il y pend toujours quelque goutte de sang.

LE POÈTE

Ô Muse ! spectre insatiable,
Ne m'en demande pas si long.
L'homme n'écrit rien sur le sable
À l'heure où passe l'aquilon.
J'ai vu le temps où ma jeunesse
Sur mes lèvres était sans cesse
Prête à chanter comme un oiseau ;
Mais j'ai souffert un dur martyre,
Et le moins que j'en pourrais dire,
Si je l'essayais sur ma lyre,
La briserait comme un roseau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PiatkaPiatka   04 octobre 2013
RAPPELLE-TOI

(Vergiss mein nicht)
(Paroles faites sur la musique de Mozart)

Rappelle-toi, quand l'Aurore craintive
Ouvre au Soleil son palais enchanté ;
Rappelle-toi, lorsque la nuit pensive
Passe en rêvant sous son voile argenté ;
A l'appel du plaisir lorsque ton sein palpite,
Aux doux songes du soir lorsque l'ombre t'invite,
Ecoute au fond des bois
Murmurer une voix :
Rappelle-toi.

Rappelle-toi, lorsque les destinées
M'auront de toi pour jamais séparé,
Quand le chagrin, l'exil et les années
Auront flétri ce coeur désespéré ;
Songe à mon triste amour, songe à l'adieu suprême !
L'absence ni le temps ne sont rien quand on aime.
Tant que mon coeur battra,
Toujours il te dira
Rappelle-toi.

Rappelle-toi, quand sous la froide terre
Mon coeur brisé pour toujours dormira ;
Rappelle-toi, quand la fleur solitaire
Sur mon tombeau doucement s'ouvrira.
Je ne te verrai plus ; mais mon âme immortelle
Reviendra près de toi comme une soeur fidèle.
Ecoute, dans la nuit,
Une voix qui gémit :
Rappelle-toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          329
juliette2ajuliette2a   27 avril 2013
Se voir le plus possible

Se voir le plus possible et s'aimer seulement,
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu'un désir nous trompe, ou qu'un remords nous ronge,
Vivre à deux et donner son coeur à tout moment ;

Respecter sa pensée aussi loin qu'on y plonge,
Faire de son amour un jour au lieu d'un songe,
Et dans cette clarté respirer librement -
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.

Vous dont chaque pas touche à la grâce suprême,
C'est vous, la tête en fleurs, qu'on croirait sans souci,
C'est vous qui me disiez qu'il faut aimer ainsi.

Et c'est moi, vieil enfant du doute et du blasphème,
Qui vous écoute, et pense, et vous réponds ceci :
Oui, l'on vit autrement, mais c'est ainsi qu'on aime.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Videos de Alfred de Musset (63) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Alfred de Musset
Se voir le plus possible..., Alfred de Musset dit par Claude Laydu
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Alfred de Musset

C'était, dans la nuit brune,/Sur le clocher jauni,/La lune/Comme un point sur un i. Ces vers de Musset très célèbres sont extraits de quel poème?

Lune brune
Ode à la lune
Ballade à la lune

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Alfred de MussetCréer un quiz sur ce livre