AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782702183687
320 pages
Calmann-Lévy (20/09/2022)
3.82/5   38 notes
Résumé :
Même les anges ont leurs démons...

Paris, Noël 2021.

Après un accident cardiaque, Mathias Taillefer se réveille dans une chambre d’hôpital. Une jeune fille inconnue se tient à son chevet. C’est Louise Collange, une étudiante venue jouer bénévolement du violoncelle aux patients.

Lorsqu’elle apprend que Mathias est flic, elle lui demande de reprendre une affaire un peu particulière. D’abord réticent, Mathias accepte finalem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Antyryia
  25 septembre 2022

Page blanche.
Je suis avec mon stylo, mon cahier, je réfléchis à ce que je pourrais bien raconter sur le nouveau Guillaume Musso, pour jeter quelques idées au brouillon avant de commencer la rédaction d'une chronique. Et force m'est d'avouer que l'inspiration est proche du zéro absolu.
Je suis fatigué, je lutte contre le sommeil.
Et soudain, les pages de mon cahier semblent remuer, prendre vie, elles s'arrachent une à une et s'envolent. Elles forment progressivement une silhouette humaine. S'agit-il d'une hallucination ?
- Bonjour Antyryia, je suis Guillaume Musso de papier. Vous m'avez invoqué pour que je vous aide à rédiger votre billet ?
Je n'y comprends rien. C'est quoi ce délire ? Mais bon, si c'est bien lui il me donnera quelques tuyaux que je pourrai réutiliser ultérieurement.
- Bonjour monsieur Musso et merci d'avoir accepté mon invitation. Venez dans le salon, je vais vous servir du champagne et des chips.
- Vous pouvez m'appeler Guillaume. Je suis vraiment ravi d'être ici afin de vous présenter plus en détail mon meilleur thriller à ce jour : Angélique.
- En même temps on partait de très loin. C'est même un comble que vous ayez reçu le prix Raymond Chandler l'année dernière, alors que L'inconnue de la Seine était quand même le pire polar que vous ayez écrit. Comment expliquez-vous que vous vous rangiez désormais aux côtés de maîtres du genre comme PD James, Graham Greene, Elmore Leonard, Michël Connely, Ian Rankin, Henning Mankell, Ed McBain ou encore Margaret Atwood ?
- En fait c'est une drôle d'histoire. J'avais envie de manger du jambon alors je suis allé dans la vallée d'Aoste en jet privé. J'ai rencontré les organisateurs du festival Courmayeur noir et ils m'ont dit "Ecoute mon Guillaume, y en a marre de tes romans qui se passent toujours à New York ou Paris. Si tu nous emmenais en Italie dans ton prochain roman ? Et en échange on te donnera le prix Raymond Chandler pour que tu puisses narguer tes collègues plus talentueux. J'ai dit oui, et vous savez maintenant pourquoi j'ai emmené mes personnages à Venise, la ville des zamoureux, dans Angélique.
- Vos personnages, parlons-en. Angélique n'est pas vraiment l'héroïne de ce nouveau roman, ni en termes de présence, ni en termes d'actes de bravoure. Pourquoi ce choix ?
- Eh bien j'ai voulu jouer sur la connotation bienveillante du prénom également, en pensant à l'adjectif angélique. Ou encore à la dualité mi-ange mi-démon, parce que je voulais que mes personnages, sous leur aspect extérieur gentillet, aient tous une part d'ombre plus ou moins importante. J'ajouterais aussi que "Mathias" c'était moins vendeur comme titre.
- En parlant de votre personnage de policier retraité, qu'on découvre d'abord dans un lit d'hôpital suite à des problèmes cardiaques, pourquoi l'avoir appelé ainsi ? Mathias Taillefer, c'est spécial non ?
- Au départ je souhaitais écrire un thriller moyenâgeux et prendre pour héros Björn Côtes-de-fer, parce que j'avais trop adoré la série Vikings. Mais mon éditeur m'a dit que ça perturberait mes lecteurs habituels et qu'il y avait des problèmes d'ordre chromosomiques parce que je parlais de Bluetooth ou du covid.
- Chronologiques ?
- Oui c'est ça ! Et j'ai donc du remanier mon scénario et renommer mes antagonistes.
- Comme vous venez d'en parler, le coronavirus joue un rôle très important dans votre roman, bien ancré dans notre époque finalement. Vous rappelez que les infirmières étaient en première ligne aux débuts de l'épidémie. Vous n'hésitez d'ailleurs pas à vous positionner courageusement. Dans le débat pro et anti vaccin qui a fracturé la France dans de nombreux repas de famille, vous n'avez pas hésité à donner votre avis. Vous êtes pro-vaccin et n'hésitez pas à vous moquer gentiment de la paranoïa ambiante. Je lis un extrait : "Vous savez ce qu'il contient le vaccin, vous ? de petits oeufs microscopiques en oxyde de graphène. Et vous savez pourquoi ? Pour contrôler à distance les personnes grâce aux puces 5G." Doit-on vous considérer comme un écrivain engagé ? Pensez-vous que ce soit le rôle des auteurs des fictions de prendre parti sur ces sujets parfois sensibles ?
- Pour vous répondre, je citerais André Malraux : "La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache."
- Euh... Et donc ?
- Ben rien, vous m'embêtez avec vos questions ! Quand je sais pas quoi dire je glisse toujours une citation. Dans mes livres c'est pareil.
- Changeons de sujet alors et parlons d'un autre thème médical qui vous est cher : La musicothérapie. Au tout début de votre roman Mathias Taillefer fait connaissance de la jeune Louise Collange, dix-sept ans, déjà en seconde année de médecine, qui le réveille avec son violoncelle. Ce dernier aurait des vertus thérapeutiques...
- En effet, j'ai fait énormément de recherches sur le sujet, j'ai passé plus de dix minutes sur Wikipedia. Eh bien j'ai appris que différentes chansons pouvaient aider les autistes, les toxicomanes, les patients atteints d'Alzheimer, les dépressifs. Un petit air de bonhomme en mousse puis de la chenille de Bézu et ça redémarre. Et oui, les maladies cardiaques sont également concernées. La musique relaxe et libère des endorphines qui ont des vertus calmantes et analgésiques. Quel air plus agréable à entendre pour un transplanté cardiaque que celui de Charles Trénet ?
"Boum, quand notre coeur fait Boum Tout avec lui dit Boum."
- Je souhaiterais maintenant revenir sur un extrait qui m'a beaucoup marqué : "Apprenant l'identité de sa cliente, le magasin Knoll proposa de lui prêter et de lui faire livrer le jour même des meubles d'exposition : table Saarinen, chaises Sandigarh, fauteuil Eames avec son ottoman, tapis clair à poils longs." Vous avez conscience que pour un auteur qui se veut à portée de tous, ce défilé publicitaire n'apporte rien et ne permet qu'à 0,1 % de la population mondiale de visualiser la pièce ?
- Vous voulez dire que vous n'avez pas la table ronde tulip knoll vendue seulement 15 252 € ? Ecoutez, ce sont mes sponsors, ils me font un gros chèque avec plein de zéro si leurs marques apparaît dans mes livres. Je le fais tout le temps ! C'est comme Zidane avec Volvic, Adidas ou Grand optical. Et lui personne lui reproche rien ! En plus tout le monde s'y retrouve financièrement, à part mes lecteurs.
- Dans "Angélique" vous avez montré l'étendue de votre vocabulaire avec, entre autres, des mots comme amok ( accès de rage incontrôlable ) ou obérer ( compromettre ). Pourquoi ce vocabulaire moins accessible dans un roman très facile à lire ? Par envie de contraste ? de provocation ?
- Alors déjà, Amok est le titre d'un livre de Stephan Zweig, et lui il a pas eu le prix Raymond Chandler pour son oeuvre. Donc pouet pouet, hein. Ensuite j'ai eu l'occasion de croiser Amélie Nothomb récemment dans un gala de charité et c'est elle qui m'a suggéré de mettre des mots compliqués, ça donne un air plus intelligent, plus culturé paraît-il.
- Bon, je vous ai un peu taquiné jusqu'à présent mais je voulais quand même vous dire que malgré quelques défauts, ce roman était à mon avis le plus réussi depuis que vous vous essayez aux romans plus sombres et avez délaissé l'aspect surnaturel qui faisait le charme de vos premiers livres.
- Des défauts ? Il est parfait mon livre. Même en Espagne les médias me considèrent comme un phénomène !
- Un sacré phénomène oui. Je voulais donc dire qu'il y avait des facilités scénaristiques, avec des enquêteurs qui fonctionnaient un peu trop à l'instinct et des coïncidences un peu trop grosses pour qu'on les avale tout à fait.
- Bon si c'est pour dire que du mal alors que c'est même pas vrai, je m'en vais faire du boudin.
- Mais attendez Guillaume, j'allais vous faire des compliments !
- En vrai ?
- Oui, déjà parce que le duo improbable de l'ancien flic blessé dans sa chair et dans son âme et de la jeune enquiquineuse qui lui demande de l'aide pour enquêter sur l'éventuel meurtre de sa mère fonctionne plutôt bien. Il permet de petites touches d'humour bienvenues. Il sont attachants Mathias et Louise dans leur complicité mêlé d'irritation.
- Merci. Je voulais qu'ils tombent amoureux mais mon éditeur n'a pas voulu, il m'a dit que ça ferait mauvais effet. du coup j'ai intégré une autre intrigue sentimentale pour donner un peu de consistance à mon roman.
- Et elle n'était pas trop mal trouvée, sans prendre de place démesurée, il faut l'admettre.
- D'autres choses vous ont plu ? me demanda l'auteur, les yeux brillants, avide d'un nouveau compliment.
- Eh bien oui, je dois bien avouer que vous m'avez bien eu, et à plus d'une reprise. Si certains rebondissements sont vraiment tirés par les cheveux, d'autres sont vraiment bien vus, bien amenés, plein de surprises inattendues, pour le meilleur et pour le pire. Vous allez retourner quelques cerveaux de lecteurs à mon avis ! Honnêtement c'est plus qu'encourageant pour un premier roman. Vous êtes promis à une brillante carrière à mon avis.
- Oh non, ça n'est pas mon premier, j'ai aussi écrit La vie est un roman, Et après... , La fille de papier.
Reprenant alors subitement conscience, je regarde Guillaume Musso de papier se fragmenter et se dissoudre en poussière, bientôt emportée par le vent. J'essaie de me souvenir de ce qui n'était qu'un rêve, je suis sûr qu'il y avait matière à rédiger quelques lignes pour ma chronique.
Mais le songe s'est envolé et je demeure devant ma page blanche.
A tout hasard, pour me rappeler, j'essaie la musicothérapie et écoute la chanson "Souvenirs, souvenirs" de Johnny Halliday.
Qui sait, ça fonctionnera peut-être ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
gruz
  20 septembre 2022
A force de ne cataloguer Guillaume Musso qu'en plus grand vendeur de livres en France, on en oublie presque qu'il est un vrai auteur de thriller.
Son image est plus nette à l'étranger, puisqu'en décembre 2021 il a reçu le prestigieux prix italien Raymond-Chandler qui récompense chaque année la carrière d'un maître du thriller et du roman noir, succédant notamment à Michael Connelly, Don Winslow, Margaret Atwood ou encore Jo Nesbø.
Ses derniers livres sont des variations autour du suspense, plus ou moins prononcé, et mis en forme par un style qui varie de l'un à l'autre.
Angélique est donc une sorte d'enquête policière, même si le flic de service ne l'est officiellement plus. Il a été mis en retraite anticipée et débute cette histoire sur un lit d'hôpital. Avec une jeune fille à ses côtés, qu'il n'a jamais vue, et qui lui demande de retrouver le meurtrier de sa mère, officiellement morte d'un suicide ou d'un accident.
C'est le début d'une quête de la vérité. Mais quelle vérité ? Elle va s'avérer bien plus complexe et surprenante qu'il n'y paraît, une vérité multiple.
Tout est bien mystérieux, d'ailleurs cette Angélique-titre n'apparaît absolument pas dans ce démarrage de roman.
Musso aime tout particulièrement se mettre à la place de. Dans la peau de ses personnages, à entamer un voyage qui est principalement intérieur.
Du coup, le lecteur se retrouve face à des caractères plus élaborés qu'il n'y parait, au fur et à mesure que des secrets sont révélés (de gré ou de force). L'empathie initiale s'en retrouve mise à mal.
Pas d'histoire d'écrivain cette fois. Un style direct, qui va à l'essentiel. Moins d'accent mis sur l'écriture, cette cuvée 2022 se révèle être un suspense au plus près des protagonistes et de leurs interactions. Et faisant appel à nos sentiments.
Un divertissement assumé pour 320 pages qui se lisent rapidement. Avec un ton parfois un brin mordant, l'auteur jouant aussi la partition de l'humour noir, sans pour autant forcer le trait.
Il n'a pas cherché à proposer une intrigue la plus originale qui soit. Les ingrédients sont connus, mais l'histoire concoctée fonctionne, entre drame et distraction. Et pas manichéenne pour un sou.
Musso est un excellent raconteur d'histoires qui joue avec ses lecteurs, mais aussi du contexte actuel. L'action se déroule en 2020, et les contraintes de l'époque servent aussi le récit, sont une partie du mystère.
Guillaume Musso propose avec Angélique un suspense prenant, utilisant tous les éléments qui en font une histoire destinée au plus grand nombre. Un récit qui pose au fond la question de la place qu'on a ou qu'on se créée dans ce monde mouvant.
Lien : https://gruznamur.com/2022/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Les_lectures_de_lou
  21 septembre 2022
[Guillaume Musso - Angélique]
Mathias, un ancien flic, se réveille à l'hôpital après un malaise cardiaque avec une jeune fille de 17 ans à son chevet. Elle est venue jouer du violoncelle par le biais d'une association qui distrait les patients hospitalisés.
A peine Mathias a-t-il ouvert un oeil que Louise, la jeune violoncelliste, lui demande de l'aider à enquêter sur le décès de sa mère. Stella est tombée de son balcon et Louise ne croit pas à la thèse de l'accident.
Mathias, ancien flic bourru, antipathique et solitaire refuse d'abord avant de se laisser piquer par la curiosité. Ce qui l'a intrigué ? Découvrir qu'un autre décès a eu lieu dans le même immeuble que Stella à peine quelques jours avant sa chute mortelle.
Stella et son voisin décédé quelques jours avant étaient amis, et le seul lien qui sort de l'ordinaire qui les liait c'était l'infirmière : Angélique. Elle était venue prodiguer des soins à Stella lorsqu'elle a entendu que le voisin faisait un malaise…
Quel est donc le lien entre Stella, une ancienne danseuse étoile sur le déclin, qui chute de son balcon, son voisin le peintre qui décède des suites du covid, et Angélique l'infirmière toujours prête à soigner les autres ? C'est ce que vont essayer de découvrir ce duo improbable que forme Mathias, l'ancien flic solitaire et Louise, la fille de Stella.

Un roman qui va t'accrocher du début à la fin j'en suis sure.
Le début est déjà surprenant donc on se prend au jeu de savoir si Stella est tombée, s'est suicidée, ou encore a été assassinée. Puis, au fil des pages, la vie personnelle et professionnelle des personnages se dévoile, tout se chamboule, les rebondissements s'enchaînent. Dès le milieu du livre on peut dire que chaque 3 pages il y a un chamboulement inattendu, une révélation choc.
A partir de là, on ne peut plus lâcher le livre sans avoir le fin mot de cette histoire, parce que chaque histoire de chaque personnage est liée à autre chose. L'effet papillon…
Et tout ce qu'on pensait, ce qu'on comprenait de l'histoire en démarrant le livre est complètement détruit…
Il faut reconnaître à Musso ce don extraordinaire de créer des histoires originales, surprenantes mais surtout pleines de suspense qui me font chaque fois lire le roman d'une seule traite tant je suis pressée de connaître la fin 😝
Lien : https://instagram.com/les_le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sevpassion
  22 septembre 2022
Je reste très mitigée par ma lecture de ce dernier roman de Guillaume Musso.
Certes,je n'ai pu m'empêcher de tourner les pages,je voulais connaître la fin mais...j'ai trouvé que c'était un peu brouillon,ça part trop dans tous les sens.Je suis une grande adepte de cet écrivain qui m'a énormément fais rêver sur mes premières lectures.
Mais les dernières avec lui ne m'ont pas transporté.
Ce livre n'a fais que confirmer que je ne suis plus en osmose avec Guillaume Musso,quelle tristesse! 😜
Je ne suis pas contre la vulgarité mais là y'en a "un peu" trop,ça fais convenu...
Quand même,j'ai trouvé la couverture magnifique,et ai beaucoup apprécié les illustrations dans le livre,ensuite ce n'est pas nul non plus,la révélation finale est sympa même si je l'avais senti venir.
Si j'avais un conseil à donner,tentez le mais patientez sa sortie en poche...
Commenter  J’apprécie          31
PhilippeNordiste
  26 septembre 2022
Un bon "petit" Musso; comme il sait si bien le faire parfois; pas son meilleur loin de là pour moi, mais on ne peut pas s'empêcher de tourner vite les pages pour connaître la fin (lu en une journée de dimanche maussade).
Le début surprend par son absence de mystère: l'histoire est linéaire, et même si les personnages du vieux ex-flic ronchon cardiaque et de la jeune violoncelliste sont sympathiques, on commence à s'ennuyer un peu.
Mais arrivé à la moitié, les surprises et rebondissements pleuvent jusqu'à un dénouement bienvenu.
Au final, une lecture agréable soit au coin du feu en hiver, soit allongé mollement sur son transat en été, mais sans le petit plus indéfinissable qui fait le grand Musso.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
oscaralfanooscaralfano   25 septembre 2022
J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence. Mais, parce que mes passions ne sont point de celles qui éclatent, dévastent et tuent, le vulgaire ne les voit pas.
Commenter  J’apprécie          00
MelleShungu_13MelleShungu_13   22 septembre 2022
Il n’est point de secrets que le temps ne révèle.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   20 septembre 2022
J’ai appris à connaître mes atouts et mes faiblesses. Je sais que deux forces cohabitent en moi. La lutte de l’ange et du démon. Les bons jours, je parviens vraiment à faire illusion, à mettre en pause mes angoisses, mes frustrations, ma colère, à canaliser le chaos qui règne dans ma tête. On peut alors me trouver charmante, réfléchie, attachante. C’est sans doute ce que pense d’ailleurs à ce moment précis Stella Petrenko.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   20 septembre 2022
Depuis plusieurs jours, il était fébrile. Le moral en berne. Au fond du trou. Il en connaissait la raison : on était le 28 décembre. Une date importante dans sa vie. Une date qui le renvoyait à une époque synonyme de bonheur, d’échange et d’espoir, mais qu’il voyait aujourd’hui se profiler avec une angoisse qui – c’était bien le cas de le dire – lui serrait le cœur. La journée allait être longue. Il irait à son rendez-vous de seize heures. Il ferait un peu traîner les choses pour ne pas rentrer trop tôt. Une fois de retour ici, il viderait une bouteille en avalant un benzo pour succomber le plus vite possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 septembre 2022
En faisant défiler les photos il imaginait très bien la difficulté de son parcours. Une petite fille surdouée et solitaire qui s’était donnée corps et âme à la danse. Une adolescence dans un milieu de compétition brutale où seules les plus fortes survivaient. Une vie de combats et de sacrifices coupée dans son envol par un accident puis la volonté de retrouver la lumière. Une vie exigeante, shootée à l’adrénaline et au vertige de la scène. Une vie heurtée et cabossée, faite de hauts et de bas, qui avait dû lui laisser un goût d’inachevé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Guillaume Musso (97) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Musso
Extrait du livre audio « Angélique » de Guillaume Musso lu Rémi Bichet et Clara Brajtman . Parution numérique le 20 septembre 2022.
https://www.audiolib.fr/livre/angelique-9791035411329/
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Guillaume Musso

En quelle année est né Guillaume Musso ?

1954
1964
1974
1984

11 questions
449 lecteurs ont répondu
Thème : Guillaume MussoCréer un quiz sur ce livre

.._..