AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757836958
504 pages
Éditeur : Points (24/10/2013)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.75/5 (sur 238 notes)
Résumé :
Nice, 1922. Deux prostituées sont assassinées, le crâne rasé et le corps recouvert d'étranges symboles. Bientôt, ce sont des enfants qui disparaissent et qui sont retrouvés égorgés aux quatre coins de la ville dans une mise en scène macabre. Louis Forestier, un commissaire des brigades mobiles créées par Clemenceau, se lance sur les traces de celui que les journaux ont surnommé " l'ogre ". Il est épaulé par Frédéric Berthellon, un spécialiste des pathologies mentale... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  21 mai 2018
Louis Forestier et Frédéric Berthellon sont amis. Ils se sont connus dans le bourbier des tranchées au cours de la Grande guerre, le second a sauvé la vie du premier. Rendus à la vie civile, bien cabossés, Frédéric est désormais psychiatre à l'hôpital Saint-Anne tandis que Louis a intégré l'unité policière d'élite créée par Clemenceau, les brigades mobiles, surnommées les brigades du Tigre.

Lorsqu'à Nice où Louis dirige l'un des premiers services des brigades délocalisé en province, un tueur sadique et insaisissable dans le goût de Jack l'Eventreur trucide prostituées et enfants sans grande cohérence apparente dans son modus operandi, Louis appelle à la rescousse Frédéric pour l'aider à esquisser un portrait psychologique, voire psychiatrique, de celui qui égale Landru dans l'horreur de ses crimes mais dans un style cependant différent. Il requiert également l'aide de Richard Mathesson, un autre ami, gosse de riche féru d'aviation et cultivé, qui connait sur le bout des doigts l'Odyssée et l'Enéide car il apparaît au décours de l'enquête, que le tueur est un fin lettré qui commet ses forfaits en respectant le calendrier romain où se succèdent ides et nones. Jamais de meurtre aux calendes grecques donc !

Une fois encore Valentin Musso propose un roman très élaboré, à la lecture savoureuse dont le titre trouve son sens dans les dernières pages. L'intrigue est à la fois simple et complexe, des secrets de famille qui ont formaté l'Ogre, mais elle est d'un bout à l'autre, crédible, humaine, sans effusion de violence inutile. Tous les rebondissements sont justifiés et parfaitement intégrés à l'histoire. La priorité est donnée par l'auteur, en premier lieu à l'amitié indéfectible entre Frédéric et Louis soudés par leurs souvenirs de la boucherie, en second lieu au travail des policiers après la première guerre mondiale avec les balbutiements de la dactyloscopie et les premières photographies de scènes de crimes, les relations naissantes et déjà difficiles avec la presse. L'évocation de Nice dans les années 20 est saisissante de réalisme, sans aucun doute grâce à la documentation encyclopédique potassée par l'auteur ; l'intrusion de la psychiatrie dans les enquêtes policières est également largement détaillée avec de nombreux rappels historiques. Le style est soigné, Valentin est prof agrégé de littérature et de langues anciennes, ça se sent. Sa culture, son savoir, sa pédagogie, servent l'intrigue et l'alimentent mais ne sont jamais pédants ni donneurs de leçons. Tout ce que j'aime !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          642
kuroineko
  18 décembre 2017
Valentin Musso m'avait déjà séduite avec Les cendres froides. J'avais apprécié cette intrigue où les racines des meurtres plongent dans le terreau de la France occupée des années 1940.
L'auteur rejoue avec brio la carte de l'Histoire en inscrivant le murmure de l'ogre dans le contexte post première guerre mondiale. 1922: si le terrible conflit est terminé depuis trois ans et demi au début du roman, si une vie "normale" tend à reprendre son cours, les traumatismes demeurent prégnants.
1922, c'est aussi le contexte des "mobilards", les Brigades du Tigre Clemenceau, instaurée depuis 1907. Un grand bravo à Valentin Musso pour avoir fait revivre sous sa plume le quotidien et les principes de ces brigades à travers celle de Nice, dirigée par Louis Forestier. La reconstitution de l'époque est de qualité et l'on se retrouve plongé littéralement dans le début des années 1920. On s'attache tout de suite à cette équipe de policiers investis et unis, secondé par Frédéric, médecin psychiatre de Ste Anne. Cette association rappelle celle mise en scène par Caleb Carr dans son brillant Aliéniste. L'amitié forte entre Louis et Frédéric, qui remonte aux boucheries de la guerre, leur permet de tenir bon dans cette enquête hors norme qui bouleverse la ville par l'atrocité de ses crimes. Elle met à mal également les considérations des policiers face à un psychopathe et à son schéma mental si différents et difficile à appréhender. Les débats font rage, même au sein de la communauté scientifique psychiatrique, sur la nature congénitale ou déterministe des pulsions meurtrières de ce type d'individus. Ce qui induit également la question de la potentielle déresponsabilisation pénale du coupable.
Autant de questions et réflexions qui émaillent le récit captivant de Valentin Musso. Les personnages sont bien campés, le rythme dynamique et soutenu, l'écriture efficace et permettant de découvrir quelques termes peu usités (ithyphallique notamment que je n'avais jamais vu et qui est l'adjectif qualifiant le fait d'être en érection; je me coucherai moins bête ce soir :D).
Une vraie réussite donc pour ce roman aux multiples qualités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
umezzu
  01 mai 2020
En 1922, Frédéric Berthellon, médecin psychiatre parisien, est appelé par Louis Forestier, commissaire des brigades mobiles de Nice, pour l'aider dans une terrible affaire où un individu a sauvagement tué deux prostituées, avant de s'attaquer à des enfants. Les deux hommes ont sympathisé au cours de la Grande guerre. Forestier pense que l'assassin est atteint d'une forme de maladie mentale et que seul son ami peut tenter d'en décrypter les motifs, et ainsi de parvenir à l'identifier. Cette théorie s'appuie sur les premiers liens entre la mise en scène des meurtres et l'Enéide mis en lumière par un riche dandy, ami de Forestier, Raphaël Matheson. La traque commence, mais le tueur, désormais surnommé « l'Ogre » par la presse locale, se fait plus intelligent que ses poursuivants…
Ce livre est une demi-réussite. Réussite dans le contexte d'époque, remarquablement restitué : l'immédiat après-guerre à Nice, les riches étrangers commencent à reprendre leurs habitudes sur la Côte d'Azur, la vie redémarre, la ville bouge et se modernise. A coup sûr, les Niçois y trouveront leur compte.
La police de son côté évolue aussi : des brigades de « mobillards » (brigades mobiles) sont déployées en Province pour lutter contre la criminalité organisée, la police vient tout juste d'être étatisée, les fiches anthropométriques d'Alphonse Bertillon sont peu à peu mises de côté au profit de la dactyloscopie, générant des fiches par milliers et de grandes difficultés de tris. La police scientifique commence vraiment.
Quant à la psychiatrie, face aux criminels atteints de troubles mentaux, elle se divise entre ceux qui croient à un traitement et ceux qui jugent ces individus comme devant dépendre des tribunaux.
Les ressorts de l'intrigue sont assez simples, mais pas vraiment de surprises et de moments forts pour maintenir l'intérêt et le suspense sur la durée. Le livre par moments ralentit. Les chapitres issus du passé interviennent de façon décousue, et viennent confirmer ce que lecteur devinait déjà. L'ensemble, malgré quelques belles scènes de fuites sur les toits ou d'intervention dans un local cerné, manque au final un peu de souffle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
argali
  01 novembre 2012
Dès les premières lignes, nous plongeons dans l'innommable : le meurtre d'un enfant. Puis, ce seront des prostituées que l'on retrouvera égorgées, et encore des enfants. Aucun lien ne semble relier ces affaires mais l'inspecteur Forestier est convaincu du contraire. Une enquête difficile et douloureuse commence alors.
Nous sommes au début des années 20. Les principes de Bertillon à propos de la police d'identification criminelle ne sont pas encore généralisés mais donnent déjà de bons résultats. Les brigades mobiles, créées par Clemenceau, sont constituées d'agents expérimentés qui appliquent et développent les méthodes d'Alphonse Bertillon et utilisent la psychanalyse pour tenter de définir le profil des tueurs. Pas d'informatique pour centraliser les données, ni de mobiles pour se contacter rapidement, ce sont les prémices de la police scientifique.
L'enquête, orchestrée avec minutie, se suit avec plaisir malgré l'horreur des crimes perpétrés. le meurtrier nargue la police, laissant volontairement des indices derrière lui et tuant ses victimes selon un calendrier précis et des rites organisés. le récit des événements est chronologique, émaillé à l'occasion de flashbacks permettant de comprendre le passé du criminel. L'écriture de Valentin Musso est agréable, précise et ses propos très documentés. Ainsi, les enquêtes auxquelles il est fait référence.
Pour les besoins du roman, il prend quelques libertés avec la vérité historique (Nice n'a jamais eu de Brigade mobile. Elle était installée à Marseille) mais sa description de la ville à l'entre deux guerres (son atmosphère, ses habitudes…) est précise et très intéressante : richissimes villas, résidences secondaires de quelques nantis ; fous volants rivalisant dans le ciel de Nice ; vieux quartiers miséreux peuplés d'émigrés italiens… On s'y croirait.
Un polar historique bien ficelé, de la littérature populaire comme l'aurait aimé Gaston Leroux.

Lien : http://argali.eklablog.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
emi13
  27 juin 2015
Très bon suspense, qui nous plonge au début du XXème siècle. Georges Clemenceau va former la fameuse brigade spéciale des tigres .Pour pouvoir rentrer dans ce corps de police tout-à-fait spécial, il ne faut pas mesurer plus d'un mètre soixante-sept comme ça ils ressemblent à tout le monde. Quoi de plus naturel que de se fondre dans la foule sans inquiéter les voleurs et surtout les assassins .Cette histoire nous amène dans le vieux Nice ou deux prostituées ont été assassinées .Bien que la brigade est sur l'affaire c'est au tour d'enfants de disparaître et de les retrouver morts. le commissaire Louis Forestier va faire appel à son ami le docteur Frédéric Berthellon spécialisé dans les maladies pathologiques mentales de l'hôpital Sainte – Anne qui se trouve à Paris. Ils mettent leurs efforts en commun, avec l'équipe du commissaire ils vont tout entreprendre pour que ce cauchemar finisse .
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   17 décembre 2017
- Ce qui rend ces tueurs inhumains à nos yeux, c'est leur absence totale d'empathie. Ils n'ont presque jamais la moindre sensibilité. Dans le cas qui nous occupe, l'assassin ne voit pas des enfants qui souffrent ou qui paniquent mais des victimes potentielles qui peuvent pour un temps annihiler ses propres angoisses. Crf enfants sont exécutés, sacrifiés à sa violence prédatrice. Ils n'ont d'autre avenir que celui de périr parce qu'il l'a décidé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
kuroinekokuroineko   17 décembre 2017
Je suis fatigué de toute cette violence. J'imaginais qu'après les quatre années d'horreur que nous avions connues le monde changerait, que l'homme changerait. J'étais crédule. Les vieilles habitudes reprennent, la criminalité repart à la hausse... Et c'est encore pure au niveau de nos gouvernants, on retrouve le même rapport de forces qu'auparavant. Tu as vu leurs tractations sur l'aménagement de la dette? La France se sent bafouée, l'Allemagne est humiliée... On voudrait préparer une nouvelle guerre qu'on ne s'y prendrait pas autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lectrice32Lectrice32   11 novembre 2014
En réalité, il ne voyait pas trop quels honneurs il pouvait tirer de cette affaire. La brigade n'avait pas mis la main sur le tueur et elle n'avait pas plus délivré le petit Kendall. C'était plutôt la chance qu'il fallait invoquer. Mais Louis savait que pour ses supérieurs seuls les résultats comptaient. Les méandres d'une enquête n'intéressaient personne. Ce qu'on voulait, c'étaient des chiffres positifs dans les statistiques ministérielles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kuroinekokuroineko   16 décembre 2017
Obsessions, impulsions, perversions... Le fameux triptyque de la terminologie de la médecine mentale rassurait les aliénistes de salon en leur donnant l'impression de pouvoir classifier le monde varié et complexe des psychopathes et d'avoir prise sur eux.
Commenter  J’apprécie          70
MediathequeSaintPaulienMediathequeSaintPaulien   08 avril 2014
Au chant VI de cette épopée, Énée voit son père mort lui apparaître en songe : le vieillard l'incite à aller trouver la sibylle de Cumes, en Campanie. Grâce à elle, il pourra descendre aux Enfers et visiter le royaume des morts...
La prêtresse y fit amener deux jeunes taureaux à la noire échine et versa sur leur front des libations de vin ; puis, entre leurs cornes, elle coupa tous les poils et jeta sur les flammes sacrées cette première offrande en appelant à voix haute Hécate qui règne dans le ciel et sur l'Erèbe. D'autres plongèrent le couteau dans le cou baissé des victimes et recueillirent dans des patères le sang tiède.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Valentin Musso (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valentin Musso
Que peut-on encore perdre quand la vie vous arrache le seul être que vous avez jamais aimé ?
Adam Chapman, architecte de 41 ans, a tout pour être heureux. Il vit depuis huit ans un amour sans nuages avec sa femme Claire. Mais, un matin, un coup de téléphone vient lui annoncer l'inimaginable. Alors qu'elle passait le week-end dans la maison de campagne de ses parents, Claire a été assassinée en lisière d'un bois. En quelques secondes, l'existence d'Adam vole en éclats. Mais ce qui pourrait être une fin n'est qu'un début. Car Adam n'a aucune conscience de la véritable tragédie qui a commencé à se jouer. Dès le lendemain de la mort De Claire, il va découvrir qu'il existe pire que de perdre ce que l'on a de plus cher au monde : le perdre une seconde fois…
Né en 1977, Valentin Musso est l'auteur de nombreux succès traduits dans plusieurs langues. En quelques années, il a su s'imposer comme l'une des voix les plus originales du thriller français, notamment avec le Murmure de l'Ogre, Une vraie famille et Dernier Été pour Lisa, tous disponibles en Points.
« Valentin Musso fabrique une oeuvre romanesque aux récits remarquables par leur construction, leur écriture et leur densité. » Pierre Vavasseur, le Parisien
Retrouvez les informations sur notre site : http://bit.ly/2oSJ2dw
Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/editions.seuil/ Twitter : https://twitter.com/EditionsduSeuil Instagram : https://www.instagram.com/editionsduseuil/
+ Lire la suite
autres livres classés : brigades du tigreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1910 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..