AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Baptiste Evette (Traducteur)
EAN : 9782906067813
384 pages
Éditeur : Editions Dapper (15/10/2002)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :

Radié de l'armée pour une sombre histoire de corruption, l'ex-lieutenant Ben Wachira vit mal sa réinsertion dans la vie civile. Hanté par un passé trouble et un ancien complice qui le tient responsable de son malheur, il passe ses journées comme ouvrier sur un chantier de construction et ses nuits à écumer les rues et les bars des bas-fonds de River Road. Un soir, il rencontre Wini, jeune prostituée occasionnel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Sharon
  15 novembre 2015
Ce roman nous plonge au fin fond du Kenya. Nous sommes dans une ville, en fait, ou plutôt, dans une ville entourée par des bidonvilles, des huttes que les services d'hygiène détruisent régulièrement, et qui sont reconstruites tout aussi rapidement. Là vivent ceux qui n'ont pas (ou plus) les moyens de louer un logement presque décents. Ils auront au départ été expulsés avec leurs meubles, c'est à dire jetés dans la rue.
Ben Wachira n'en est pas encore là. Il a cédé à la corruption, qui gangrène totalement le pays. Pourquoi n'aurait-il pas cédé ? Il cautionne parfaitement ce système : Il n'avait jamais rien trouvé à reprocher au système qui voulait qu'on paie en échange de ce qu'on obtient. Il y était habitué. Et il était tout à fait sûr que, sil il avait eu quelque chose à vendre à une femme, ce n'est certainement pas de l'argent qu'il aurait demandé en échange.
Autant vous dire que la place des femmes est vraiment mince, très mince. Reléguées à la campagne avec leur progéniture (nombreuse), elles doivent faire avec le peu que leurs maris leur envoie de la ville, et s'occuper des bêtes, du lopin de terres qu'elles possèdent. Les citadines ne sont pas mieux loties. d'ailleurs, on les voit peu, sauf dans les cafés où elles se prostituent sous couvert de payer d'hypothétiques études. C'est ainsi que Ben rencontre Wini et son fils, Bébé. Nous découvrons leur vie commune au cours de retour en arrière, les errances de Ben après avoir été chassé de l'armée.
Misère, solitude sont les maîtres mots. La solidarité, l'entraide, n'existent pas. Chacun pour soi face à la violence, voire à l'extrême violence. Un accident est si vite arrivé. Ne cherchez pas une note d'espoir, il n'y en a pas – sauf à tout quitter. Descente à river road est un constat désespérant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SharonSharon   27 octobre 2015
Il [Ben] N'avait jamais rien trouvé à reprocher au système qui voulait qu'on paie en échange de ce qu'on obtient. Il y était habité. Et il était tout à fait sûr que, sil il avait eu quelque chose à vendre à une femme, ce n'est certainement pas de l'argent qu'il aurait demandé en échange.
Commenter  J’apprécie          10
SharonSharon   24 octobre 2015
- Les hommes sont des animaux, dit-elle froidement. Ils parlent comme des anges, se comportent comme des singes et vivent comme des bêtes.
Commenter  J’apprécie          10
SharonSharon   27 octobre 2015
Les barmen n'ont aucun respect pour les ivrognes qu'ils ont contribué à fabriquer. (p. 189)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : littérature kényaneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Meja Mwangi (1) Voir plus