AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072718496
Éditeur : Gallimard (09/03/2017)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Le génocide voilé
Enquête historique
Cette étude éclaire un drame passé à peu près inaperçu : la traite des Noirs d'Afrique par le monde arabo-musulman. Cette traite a concerné dix-sept millions de victimes tuées, castrées ou asservies, pendant plus de treize siècles sans interruption. Les razziés étaient contraints de traverser le désert à pied pour rejoindre le Maghreb, l'Égypte ou la péninsule Arabique via Zanzibar, par bateaux... Pourtant, cette tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  27 juin 2013
L'esclavage en Afrique peut se décomposer en trois parties : un esclavage internet, assimilé par l'auteur au servage, la traite transatlantique occidentale, et la traite arabo-musulmane.
C'est cette dernière partie que Tidiane N'Diaye va développer dans son essai. Paradoxalement elle est la moins connue et la moins étudiée, alors qu'elle a été la plus meurtrière, et que ses effets se font toujours sentir de nos jours (pays du golfe, Mauritanie, Darfour, ...).
Les prélèvements de populations, envoyées vers l'Ottoman se font de plus en plus fréquents avec l'expansion de l'islam : dès le 7ème siècle, les vaincus s'engagent à verser au vainqueur un certain nombre d'habitants en bonne santé. L'islam a d'ailleurs une relation ambiguë avec l'esclavage : si plusieurs versets du Coran et des hadiths montrent bien que la pratique en était répandue à l'époque du prophète, d'autres rapportent qu'aucun musulman ne peut être réduit en esclavage. Ceci dit, pour un esclave converti, ce n'est pas rétroactif : à lui de prouver qu'il était bien musulman au moment de sa capture. L'auteur explique l'absence de population noire dans les pays du golfe à notre époque par la pratique de la castration systématique des captifs, pratique réalisée dans des conditions d'hygiène inexistante, ce qui vient encore gonfler le nombre de cadavres.
Plusieurs points me laissent sceptiques cependant : l'absence de documents pour les périodes plus lointaines, et le recours à la tradition orale africaine pour combler les trous, ce qui ne me paraît pas particulièrement fiable. L'emploi du terme « génocide » est aussi contestable, puisqu'il implique une extermination intentionnelle d'un groupe, et il me semble que les esclavagistes avaient tout intérêt à conserver malgré tout un réservoir de main-d'oeuvre bon marché sous la main.
J'ai trouvé la structure un peu confuse également, et j'ai un peu de mal à me faire une idée d'ensemble du phénomène. de nombreuses anecdotes viennent couper les explications, pas inintéressantes en soi (j'ai appris que les nubiens avaient conquis l'Égypte et donné naissance à une dynastie de pharaons noirs par exemple), mais qui ne concernent pas vraiment l'esclavage.
L'essai vient secouer les mentalités, mais il me semble plus politique qu'historique. Il a au moins le mérite de relancer les débats. On peut toutefois regretter que les premières réactions qui ont accueilli la sortie du livre ne brillent pas par leur intelligence, les uns s'estimant exonérés de toute responsabilité puisqu'il y a eu pire ailleurs, les autres criant à l'islamophobie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Alcapone
  19 juillet 2017
Le Génocide voilé dont il est ici question, se rapporte à la traite négrière menée par les arabes lors les conquêtes arabo-musulmanes de l'Arabie et de l'Afrique subsaharienne du Moyen-Âge jusqu'au début du XXème siècle. S'il est vrai que l'esclavagisme a sévi dans toutes les civilisations depuis des temps immémoriaux (on parlera plutôt de servage dans les civilisations d'Afrique noire ou en Égypte avant les conquêtes arabo-musulmanes), cette "enquête historique" de Tidiane N'Diaye (expression utilisée par l'éditeur), nous apprend que l'expansion à grande échelle, voire industrielle de la traite négrière en revient sous couvert d'une islamisation aux desseins civilisateurs, aux arabes. L'idée n'étant pas de dédouaner les horreurs du commerce triangulaire mais de démontrer que l'esclavage n'est pas une exclusivité européenne, l'auteur met l'accent sur le trafic d'humains que les arabes ont initié et entrepris de façon commerciale pendant près de treize siècles au delà même de l'abolition de l'esclavage liées aux traites occidentales. Ainsi, les razzias organisées par les peuples arabo-musulmans dans les tribus africaines concernaient non seulement les biens matériels comme le bétail, les récoltes, etc., mais également les populations qui étaient ensuite vendues comme esclaves. Fondée sur des théories raciales, la traite négrière transsaharienne est mal connue, presque occultée par ce que l'auteur désigne comme le "Syndrome de Stockholm à l'africaine"...

La traite négrière transsaharienne, un génocide voilé ?
Souhaitant ouvrir la voie vers de nouvelles études sur le sujet, Tidiane N'Diaye déclare au sujet de la traite transsaharienne "qu'il est donc difficile de ne pas qualifier cette traite de génocide de peuples noirs par massacre, razzias sanglantes puis castration massive. Chose curieuse pourtant, très nombreux sont ceux qui souhaiteraient la voir recouverte à jamais du voile de l'oubli, souvent au nom d'une certaine solidarité religieuse, voire idéologique. C'est en fait un pacte virtuel scellé entre les descendants des victimes et ceux des bourreaux qui aboutit à ce déni." (p. 271). Lourdes de sens, ces conclusions qui s'appuient sur un riche travail de documentation, sur d'importants travaux de recherches, sur une bibliographie fouillée et sur des témoignages, questionnent. Pour la lectrice "naïve" que je suis, il m'a été difficile de passer sur cette lecture sans être bousculée par mon ignorance du sujet. Pour peu, on penserait "presque" que la traite transatlantique a été "moins pire" que celle des arabes et c'est là toute l’ambiguïté du propos : si la démarche reste intéressante, la liberté de ton de l'auteur dérange car le discours (audacieux et polémique s'il en est) frise plus d'une fois le règlement de comptes et s'éloigne de l'essai historique. Dommage, car ce livre est riche de contenus historiques. Dans tous les cas, il mérite de relancer le débat et offre de belles pistes de lectures pour approfondir les connaissances sur le sujet. À découvrir pour vous faire votre propre avis sur la question !
Lien : https://embuscades-alcapone...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          197
lilianelafond
  21 décembre 2019
Ce livre dérange car il remet en cause bon nombre d'idées reçues sur un sujet encore sensible : l'esclavage en Afrique, principalement vu du côté arabo-musulman.
Son auteur, Tidiane N'Diaye, est un anthropologue et un économiste de renom franco-sénégalais travaillant pour l'INSEE et auteur de nombreuses études et publications scientifiques.
Son ouvrage au titre sulfureux et intrigant, paru en 2008, ne pouvait que présenter une vérité forte et troublante.
Tout commence en 652, date à laquelle un traité de paix, connu sous le nom de Bakht, entre l'émir Abdallah ben Saïd et le roi de Nubie Khalidurat stipule, entre autres avantages, la livraison chaque année de 360 esclaves des deux sexes en échange de l'absence de guerre.
Ce fut le début d'un long processus pendant lequel l'Afrique fut mis à sac, ponctionné par des prélèvements réguliers de populations emmenées en esclavage dans les pays du Golfe jusque dans l'empire Ottoman.
Cette traite des noirs par des arabo-musulmans ne s'acheva - officiellement - qu'au XXe siècle, ce qui nous donne l'ampleur du massacre.
Car massacre il y eût. Il fut de taille et toute tentative de le quantifier s'avère impressionnante : « du VIIe au XVI siècle, pendant près de mille ans, … , [furent déportés] près de dix millions d'Africains avant l'entrée en scène des Européens. ».
Le poids de ces captures fut lourd. Stanley, le tristement célèbre explorateur, le constata lors de ses voyages : « La capture des 10 000 esclaves par cinq expéditions d'Arabes n'a pas coûté la vie à moins de 33 000 personnes ».
Il s'agit là de personne qui périrent en se défendant et en protégeant leur village lors des razias. Il faut y ajouter celles qui moururent sur le bord de la route de la captivité faute de soin et de nourriture, route balisée, selon les dires, par les ossements des laissés pour compte et de tous ceux qui n'étaient pas jugés suffisamment intéressant commercialement parlant.
Selon l'auteur, du VIIe au XXe siècle, l'une des études les plus sérieuses estime à plus de 9 millions le nombre d'individus déportés à travers le Sahara auxquels il faut ajouter 8 autres millions de personnes déportées en Afrique de l'Est (Mer Rouge et Océan Indien) soit un total de 17 millions d'individus.
Une question se pose alors. Compte tenu de l'importance de ces flux, comment se fait-il que l'on ne conserve pas trace aujourd'hui dans les pays arabes de descendants de ces esclaves comme cela est le cas en Amérique ?
On peut estimer à 13 millions le nombre d'esclaves déportés outre-atlantique entre 1451 et 1870. le résultat est aujourd'hui une diaspora noire dynamique et forte de plus de 70 millions de personnes aux États-Unis, dans les Caraïbes et au Brésil.
Comment se fait-il que l'on ne retrouve pas l'équivalent dans les pays arabo-musulmans ?
La réponse est à la fois simple et terrifiante : les esclaves mâles étaient systématiquement émasculés afin d'empêcher toute procréation. Compte tenu des soins et de l'hygiène de l'époque, il s'agissait là encore d'un vrai massacre car on estime que seuls 30% de ces torturés restaient en vie.
Quant aux femmes – qui jouaient le rôle de servantes et d'objets sexuels – il était facile de faire en sorte que leur progéniture ait une espérance de vie très limitée.
C'est en cela qu'il s'agit d'un véritable génocide : un massacre délibéré de populations noires en grande quantité et, ce, pendant plusieurs siècles afin de profiter d'une main d'oeuvre économique.
Si l'Occident a reconnu la traite négrière comme étant un crime contre l'humanité, un grand silence règne dans le même temps du côté arabe. D'autant que ces exactions ne sont pas aujourd'hui totalement éradiquées mais adoptent d'autres formes de traite plus contemporaines.
C'est le sens de ce livre que de continuer de lutter et de dénoncer ces pratiques inhumaines en espérant que la triste formule de l'historien arabe du XIVe siècle, Ibn-Khaldum, finisse par être définitivement abolie : "Les seuls peuples à accepter l'esclavage sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade animal."
Lien : https://www.africavivre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
sazerty
  30 août 2016
Je viens juste de finir cet "essai" du célèbre historien sénégalais Tidiane N'Diaye. Cet ouvrage parle du pan de l'Histoire complètement oublié de la traite négrière par le monde arabo-musulman pendant 13 siècles quand même !
Je n'avais jamais lu jusqu'à lors de livres sur l'histoire de l'esclavage et encore moins de livres écrit par un Africain.
J'ai vraiment appris beaucoup sur l'Afrique, le monde arabo-musulman et même sur l'occident. Franchement, cet essai mérite vraiment d'être lu. Je connaissais que vaguement l'histoire de la traite trans-atlantique (occidentale) et très vaguement la colonisation mais en revanche je ne savais rien de l'esclavagisme et des guerres saintes au nom de l'Islam par les arabes. Ca remet un peu les pendules à l'heure pour ceux qui nous traitent sans cesse d'horribles esclavagistes et qui nous mettent sur le dos toutes mes misères du monde. Cela mêmes qui ferment les yeux sur les horreurs de leur propre histoire.
Commenter  J’apprécie          100
cat58
  12 octobre 2017
« Coran d'une main, le couteau à eunuque de l'autre, menant hypocritement une « vie de prière », ne prononçant pas une parole sans invoquer Allah et les hadiths de son Prophète. Beaux et nobles principes en vérité, mais que foulèrent aux pieds – avec quelle allégresse, quelle indignité et quelle mauvaise foi! – ces négriers arabes, qui mettaient l'Afrique à feu et à sang ». Car, derrière ce prétexte religieux, ils commettaient les crimes les plus révoltants et les cruautés les plus atroces «
Tout est dit, l'arrivée des négriers en terre Africaine et le malheur qui s'installe et perdure, la domination de l'homme par l'homme une des caractéristiques de l'histoire de l'humanité, un véritable génocide de l'homme noir que l'on castra en masse dans le but d'exterminer sa race durant quatorze siècles, puis la violence de cette traite arabo-musulmane et orientale avec les témoignages accablants d'européens voyageurs au cours du temps, et toujours un parallèle avec la traite négrière transatlantique dont on parle bien davantage.
Le raciste envers les Noirs a la peau dure, ainsi que la pratique de l'esclavage des Noirs en Libye, en Syrie, en Arabie Saoudite… et que dire de la négrophobie au Maroc et des actes de violences… Une lecture fort intéressante que je conseille vivement, une enquête documentée et courageuse qui déclenchera ou déclenche déjà la polémique, c'est certain…

Lien : https://chroniquesaigues.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   27 juin 2013
Stanley constatera que dans certaines régions d' Afrique, après leur passage, il ne subsistait guère plus de 1 % de la population. Dans le Tanganyika, les images des horreurs de la traite étaient partout visibles. Nachtigal, qui ne connaissait pas encore la région, voulut s'avancer jusqu'au bord du lac. Mais à la vue des nombreux cadavres semés le long du sentier, à moitié dévorés par les hyènes ou les oiseaux de proie, il recula d'épouvante. Il demanda à un Arabe pourquoi les cadavres étaient si nombreux aux environs d'Oujiji et pourquoi on les laissait aussi près de la ville, au risque d'une infection générale. L'Arabe lui répondit sur un ton tout naturel, comme s' il se fût agi de la chose la plus simple du monde: « Autrefois nous étions habitués à jeter en cet endroit les cadavres de nos esclaves morts et chaque nuit les hyènes venaient les emporter: mais, cette année, le nombre des morts a été si considérable que ces animaux ne suffisent plus à les dévorer. Ils se sont dégoûtés de la chair humaine. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LuniverLuniver   25 juin 2013
les Anglais se sont toujours posés en champions de l'abolition. Mais on oublie trop souvent que leur abolition de l'esclavage devait plus à l'économie qu'à la morale. Ils pensaient qu'il était plus avantageux de réduire en esclavage les Africains chez eux que de les exporter vers le Nouveau Monde. Non seulement ils n'y étaient plus si rentables, étant donné les évolutions industrielles du moment, mais ils coûtaient cher (il fallait quand même les nourrir !). Si le discours officiel plaçait l'abolition sur un plan moral, nul n'était dupe. Le système esclavagiste était de plus en plus inefficace et improductif, comme le notait l'économiste Adam Smith. l'Angleterre avait tout simplement su anticiper tous ces bouleversements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AlcaponeAlcapone   19 juillet 2017
Il est donc difficile de ne pas qualifier cette traite de génocide de peuples noirs par massacre, razzias sanglantes puis castration massive. Chose curieuse pourtant, très nombreux sont ceux qui souhaiteraient la voir recouverte à jamais du voile de l'oubli, souvent au nom d'une certaine solidarité religieuse, voire idéologique. C'est en fait un pacte virtuel scellé entre les descendants des victimes et ceux des bourreaux qui aboutit à ce déni. (p. 271)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cat58cat58   12 octobre 2017
« Mais tout a commencé là, au Darfour, et cela n’a apparemment jamais cessé. C’est le mépris des Arabes pour les Noirs qui continue de s’y manifester cruellement aujourd’hui encore par une pratique de l’esclavage à peine dissimulée et par un véritable nettoyage technique ».
Commenter  J’apprécie          40
michelekastnermichelekastner   17 septembre 2018
Ainsi, avec la complicité passive des Anglais, les arabes de Zanzibar continuaient d'envoyer leurs chasseurs d'hommes jusque dans les coins les plus reculés du continent. De véritables armées de prédateurs se mettaient en campagne au cours d'expéditions qui duraient un an, quelquefois deux. Elles traversaient toute l'Afrique traînant après elles des milliers de captifs vers la côte, sous le regard de témoins européens vivant à Zanzibar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Dans la catégorie : EsclavageVoir plus
>Comportements économiques>Travail (Sociologie)>Esclavage (24)
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2051 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..