AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707314749
Éditeur : Editions de Minuit (30/11/-1)

Note moyenne : 2.82/5 (sur 14 notes)
Résumé :

Après l'été les Parisiens désertaient les lieux de leurs vacances ensoleillées, ignorant tout du sort que l'automne faisait à la région qu'ils quittaient jusqu'à l'été suivant. Un automne brutal, puis un long hiver de vent et de pluie, mortel aux corps fragiles. Cette saison-là, inconnue et implacable, il fut imposé à Herman de la découvrir.
--Ce texte fait référence à l'édition... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Lune
  10 juin 2008
Observez attentivement la photo, qu'y a-t-il au bout de la route. Image qui ne se termine pas, l'oeil peut y poursuivre le chemin. Une route qui nous mène dans un village étrange, aux habitants quelque peu uniformisés dans leur apparence mais guetteurs de tous mouvements de leurs pairs et de l'étranger parisien qui, par mégarde, a dépassé le 31 août, date ultime des vacances. Dès le 1er septembre, l'automne chasse soleil, lumière, ciel bleu et s'installe. Tout au long de la lecture nous sommes éclaboussés, submergés, engloutis par une pluie tantôt fine tantôt drue. Une continuelle averse glauque qui accompagne les démarches du professeur de mathématiques (esprit que, par habitude, on qualifierait de logique et matérialiste) Herman à la recherche de Rose son épouse et de leur petit garçon partis chercher du lait en ce dernier jour et jamais revenus. Son "adoption" par le village suscite, de notre part, bien des interrogations, bien des remises en question. Comme toute métaphore, à nous de décoder les comparants et à accepter de quitter les voies traditionnelles du langage. N'est-il pas bon d'être quelquefois "dérangé" dans nos petites habitudes de lecteur? Ce livre se lit avec souplesse et accroche notre demande d'en savoir plus. En cours de lecture, notre pensée va et vient au gré des mécanismes entre les personnages et au gré de l'atmosphère. On ne sait pas toujours très bien où l'on va et cela remue. Quand on clôt le livre, des interrogations subsistent, une aura nous entoure et peut-être y répondons-nous en notre for intérieur et peut-être ne restons-nous qu'au centre d'une sensation difficile à exprimer. Un peu comme si nous étions tapis, dissimulés, dans un coin de ce village miroir qui reflète certaines de nos certitudes, beaucoup de nos complications...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
chapochapi
  16 septembre 2015
Une famille en vacances, dans une région pluvieuse, à la veille du départ. La femme retourne en ville pour une bricole et ne revient pas. Evidemment, le mari s'inquiète et quitte la location pour chercher sa moitié dans le petit village de vacances. A ses questions, personne ne répond directement. Mais tout le monde semble d'accord sur quelques points : ils ont voulu partir trop tard ; ils ne sont pas les seuls ; c'est arrivé à d'autres ; il ne la reverra pas. le Mari ne comprend rien à ces discours sibyllins et s'entête, mène l'enquête, tente de remonter une piste inexistante.
Dans cette nouvelle fantastique, il ne fait pas bon découvrir le vrai visage du village de vacances, celui qu'on quitte à l'arrivée des mauvais jours, lorsque les vacanciers ne sont plus tout à fait les bienvenus, qu'ils ne sont plus à leur place.
Le lecteur pense s'engager dans un roman policier qui le mènera à la femme disparue, à la fillette introuvable. Mais rien. La disparition est effective et les autorités ne feront rien ; d'ailleurs, la femme semble aussi disparaître progressivement des esprits, pour en devenir un elle-même, vague fantôme qui n'a pas voulu quitter les lieux et s'en est trouvé prisonnier.
L'auteure joue avec les questions et espoirs que tout vacancier a rencontrés : pourquoi partir ? comment vit le village quand je ne suis pas là ? je ne veux pas partir. A vos risques et périls, semble raconter Marie NDiaye.
Ecriture maîtrisée, angoisse palpable en tenant pour autant l'horreur ou les créatures fantastiques à distance ; tout se passe dans l'esprit du lecteur qui voit ainsi s'éveiller des angoisses fondamentales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeLitteraireOfficiel
  02 avril 2016
Diffi­cile de livrer un com­men­taire pré­cis tant cette « fable » pro­pose dif­fé­rentes inter­pré­ta­tions. Pour y voir un peu plus clair, il faut dis­sé­quer le roman et dans un pre­mier temps évaluer le style pour ensuite se pen­cher sur le fond. En ce qui concerne le style donc, lui aussi sus­cite divers avis...
Lien : http://www.lelitteraire.com/..
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Marie NDiaye (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie NDiaye
Samedi 4 août 2018, dans le cadre du banquet d'été ?Dans la confusion des temps? qui s'est déroulé à Lagrasse du 4 au 10 août 2018, Marie Ndiaye lisait plusieurs textes, accompagnée de Jean-Yves Cendrey.
Le premier texte est extrait de Berlin mon garçon, une pièce que l?écrivaine vient d?achever et qui sera montée au printemps 2019 au Théâtre national de Strasbourg par Stanislas Nordey. le second est le début d?un projet en cours : un monologue, celui d?une femme qui a passé sa jeunesse à Oran et dont l?existence actuelle à Royan est rongée, travaillée par les réminiscences de ces années en Algérie
+ Lire la suite
autres livres classés : vacancesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2142 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre