AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782330124311
72 pages
Actes Sud Junior (28/08/2019)
3.26/5   25 notes
Résumé :
Mot de l'éditeur:

Un texte qui trouve dans la parole la force de s’opposer à la discrimination. Un plaidoyer pour la jeunesse dans sa diversité, pour qu’elle prenne en main son destin, s’affranchissant des préjugés.

D’où tu viens ? Pourquoi toujours supporter cette question qui vous ramène et vous réduit à une origine ? Français à part entière, et pourtant… Mais qu’est-ce que ça dit de soi, l’endroit où on est né ? Marre du regard des ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,26

sur 25 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis
Juin
  09 novembre 2019
"Puis quelqu'un m'a demandé, au fait, tu viens d'où, c'est quoi ton origine? "
D'une seule voix, le nom de cette collection, le narrateur met toute la rage qu'il ressent à répondre à cette question. Il ne supporte pas qu'on le juge à sa couleur. Il se sent comme les autres et pourtant dans les regards, les questions... et les recommandations de sa mère pour passer inaperçu il se rend bien compte qu'il n'est pas " intégré" aux yeux des autres.
Aigre ce sera la tonalité de cette histoire, où l'adolescent bouillonnant se pose des questions sur son devenir.
J'ai eu du mal à entrer dans ce court texte. Il a fallu que je m'y reprenne à plusieurs fois, pourtant les phrases sont belles et tellement justes.
Alors ? Je ne sais pas trop. Il m'a sans doute manqué un peu plus de hargne dans les propos de cet ado écorché vif. le fait qu'il s'adresse à une amie qu'il attend ?
Français à part entière et pourtant... Un texte utile pour dire que le regard, les petits mots sont une blessure qui laisse des cicatrices.
Ce texte mériterait peut-être d'être entendu plus que lu...
A faire découvrir à des ados pour provoquer une discussion utile, sinon indispensable en ce moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
mimouski
  05 septembre 2022
C'est la première fois que je suis déçue par un texte d'une seule voix d'Actes Sud. le texte est pertinent car il part d'une seule phrase pouvant déclencher le malaise, le rejet et la discrimination : tu es de quelle origine ? Pour ma part, je ne l'ai jamais mal pris comme l'adolescent du roman. Je suis née ici comme lui. On peut être curieux de la couleur de peau, du pays de nos ancêtres, de son histoire. Ca n'est pas offusquant. Ce roman dont le point de vue est celui d'un ado énervé par cette nième question répétée par tant de gens décrit son mal-être virulent. J'ai eu du mal à me fondre dans son état d'esprit que cela soit son sentiment discriminatoire ou pour son énervement envers sa moitié. C'est très étrange comme réaction de ma part vis-à-vis de ce roman. Face à lui, j'aurai aimé lui dire d'être uniquement fier de ses origines et que cette question est parfois posée sans a priori avec uniquement de l'intérêt envers lui. Une première approche quoi !
Commenter  J’apprécie          60
Odlag
  13 juillet 2020
Dans leur collection jeunesse "D'une seule voix", Acte Sud publie les monologues d'adolescents en prise avec des problématiques personnelles actuelles qui parviennent le plus souvent à toucher le public visé.
Dans Aigre-doux, qui aborde le sujet de la discrimination, nous avons affaire à un adolescent qui en a marre. Marre qu'on le rapporte toujours à sa couleur de peau, qu'on lui pose toujours la question de ses origines alors qu'il est né en France, vit en France. Marre qu'on le lie à la cité où il habite, qu'on le juge en fonction de ça. Et c'est vrai que certains adultes ont tendance à avoir des idées assez arrêtées sur la personnalité d'un enfant à cause de sa condition sociale ou autres éléments qui ne dépendent pas de lui. Et parce que tout le monde a décidé de l'enfermer dans une certaine catégorie, il fait ce qu'on attend de lui : il travaille mal, il se comporte mal, y compris avec sa mère qui veut décider de son futur à sa place. C'est un cercle vicieux dans lequel il s'est enlisé. Il ne tient alors qu'à lui de choisir d'en sortir, ou pas.
C'est un texte plutôt intéressant de par sa thématique, mais je n'ai pas du tout accroché au personnage. Il s'interroge sur son avenir, que les adultes essayent de tracer à sa place ; sur ses origines puisqu'il ne connaît pas son père est parti ; sur sa place dans la société, au milieu des autres, dans ce monde qui juge si facilement. Et toutes ces interrogations sont pertinentes. Mais j'ai trouvé le personnage un peu de mauvaise foi, surtout en ce qui concerne sa copine. En fait pendant tout son monologue, il attend sa petite-amie qu'il a repoussée parce que ses amis lui ont posé la fameuse question sur ses origines. Il veut lui présenter ses excuses et lui donne rendez-vous : pendant cette attente, il explique son ras-le-bol. Mais plus il attend, plus il en a marre de l'attendre, et plus il se met à la juger, à la mettre dans le même panier que les autres. Je n'ai pas apprécié ça : après tout, elle a peut-être eu un empêchement ou bien elle lui fait encore la tête parce qu'il n'avait aucune raison de la repousser alors qu'elle essayait de l'aider. Donc en gros il râle parce qu'on le juge trop hâtivement, mais il fait pareil. Mau-vai-se foi.
Et puis un monologue d'une personne qui ne fait que se plaindre, même s'il finit par se décider à se bouger enfin un peu pour que les choses changent, ça me soûle vite. Même s'il a de bonnes raisons d'être en colère, il n'est pas forcé de se comporter ainsi. Pas obligé d'insulter sa mère qui ne fait qu'essayer de lui donner un avenir meilleur : il pourrait juste lui dire ce qu'il veut et ne veut pas, discuter avec elle plutôt que de crier. Mais c'est mon regard en tant qu'adulte. Je pense qu'un lecteur adolescent s'y retrouverait davantage, comprendrait mieux le personnage.
En bref...
Aigre-doux est un court monologue qui plaira probablement aux adolescents mais auquel je n'ai pas particulièrement accroché. Certes le sujet de la discrimination abordé via le point de vue d'un ado est intéressant, mais le personnage se plaint trop et possède finalement les mêmes défauts que ceux qu'il critique.
Ce n'est pas le meilleur texte que j'ai pu lire de cette collection qui donne la parole aux ados : Tout foutre en l'air de Antoine Dole et Pas couché de Cathy Ytak, par exemple, ont largement ma préférence.
Lien : https://escape-in-books.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissChocolatineBouquine
  10 septembre 2019
Puissant et court, ce texte de Wilfried N'Sondé explore avec merveille la différence. Celle que l'on remarque en premier, la couleur de peau, celle qui signifie que tu n'es pas d'ici.
« Tu viens d'où ? » Question maladroite mais question assassine. Question qui revient sans cesse et demande des justifications perpétuelles. Comme si sa réponse lui donnait l'autorisation éphémère d'être ici au milieu d'autres ados. Une tolérance proche de zéro. Résigné d'être un français différent, sa voix s'emporte. Cette colère jusqu'à présent tu, explose. Un ballet de mots percutants et désespérés qui ouvrent les vannes d'une peine et d'une tristesse non contenue. Est ce que ma peau fait de moi ce que je suis ? Est ce que mon identité, ne prévale t-elle pas sur cette peau ?
L'immersion dans cette lettre ouverte est déstabilisante. Un monologue puissant où les émotions de cet ado font des vagues. Un flot continue d'aigreur, de déception, de colère et d'espoir. Une incompréhension qui prend sens et dont il est facile d'appréhender les conséquences.
Percutante, cette lecture invite au dialogue, au respect et à la tolérance.
J'ai été toutefois perturbée par l'anonymat du narrateur. Si les émotions sont le moteur du récit, le reste est flou. Une subtilité qui permet aux lecteurs et lectrices de s'approprier délicatement ce personnage tourmenté.
AIGRE-DOUX est une très belle découverte de cette rentrée littéraire, une de celles que je recommande fortement aux ado et (même) aux adultes.
Lien : https://lesmisschocolatinebo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Aufildeslivres
  13 septembre 2019
Etre soi. Avoir l'âge ingrat de l'adolescence et être soi, la peau poudrée ou colorée, le cheveu lisse, la tête crépue, rond, filiforme, sans être comme les autres et pourtant similaire. Etre soi sans se justifier, d'ici, d'ailleurs ou de la rue d'à coté. Les autres ne comprennent rien, les parents pas plus que les autres, surtout s'ils ne sont qu'un puisque l'autre est parti. Dur.
Le texte interroge, d'une seule voix, celle du ras l'bol. de la colère. de la lassitude. Il ou elle, peu importe, sa peau n'est pas la même et pourtant sa naissance est celle d'à coté, peut-être même de la même maternité, du même quartier. Français. Point à la ligne.
Le texte est celui de la jeunesse. Il décape, entre la rage et l'attente. L'espoir et l'envie. Il est celui d'un monde que l'on pourrait espérer meilleur. Sans jugement. Sans racisme. Sans ghetto.
Lire ce texte en tant qu'adulte, c'est sans doute le trouver facile. Peut-être même ordinaire. MAIS, le rapporter à des lecteurs de 14 ans auquel il est destiné, c'est indéniablement faire écho à leurs problématiques. le texte parle et vibre. Il ne peut que résonner.
J'ai cru qu'il n'y avait qu'un texte sans vraiment d'intérêt, une énième porte ouverte à ouvrir, un texte creux sur la différence et la colère et puis je l'ai fait lire. A eux, ces jeunes que je côtoie quotidiennement. Et eux de me dire « ah ouais, c'est ca ! » Alors, je comprends que ces mots sont les leurs, cette colère sans aucun doute leur quotidien et ce texte une réussite
Lien : http://aufildeslivresblogetc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Armando98
Armando98  
Mais ça sert à quoi l’argent si on s’ennuie à mourir dans le métier qu’on exerce jour après jour, sans joie et sans passion ?
Commenter  J’apprécie          160
Juin
Juin  
C'est le début de la stigmatisation, de la méchanceté, du rejet. J'anticipe les index pointés sur moi, et les bouches qui disent, rentre chez toi, t'es pas comme nous, à cause de toi, on n'est plus chez nous !
( p 24)
Commenter  J’apprécie          40
Juin
Juin  
Qu'on arrête de chercher d'abord du côté de mes parents ou de mes lointains ancêtres pour savoir qui je suis. Qu'est-ce-que ça dit de soi, l'endroit où on est né ? Regardez-moi, j'existe, ici et maintenant !
( p 12)
Commenter  J’apprécie          40
Armando98
Armando98  
… la maladresse est humaine, surtout quand le cœur et l’amour-propre sont blessés.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Wilfried N'Sondé (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wilfried N'Sondé
WILFRIED N'SONDÉ, À LA RECHERCHE DU ROMAN D'AVENTURES Festival Premier Roman animé par Yahia Belaskri avec Wilfried N'Sondé
autres livres classés : plaidoyerVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus





Quiz Voir plus

Livres et auteurs chez PKJ (pocket jeunesse)

Qui est l'auteure de "Eleanor & Park" et "Carry on" ?

Cat Clarke
Marika Gallman
Rainbow Rowell
Jo Witek

20 questions
78 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature pour adolescents , jeune adulteCréer un quiz sur ce livre