AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Noël Chatain (Traducteur)
ISBN : 2264031395
Éditeur : 10-18 (21/03/2002)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
"Quel plaisir de se promener en votree compagnie à travers les rues de Florence, avec leurs carabiniers, artisans, trattorias, et même leurs turbulents touristes. Tout est si vivant ; les bruits sont audibles, les odeurs aussi perceptibles que la légère brume matinale sur le cours alerte de l'Arno ; jusqu'aux collines basses, où les bergers sardes, leurs traditions et leur mode de vie quasi inchangé, sont tout aussi habilement dépeints. Que ne donnerait-on pas pour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Sharon
  04 juin 2013
Autant je n'avais pas aimé Cadavre d'automne, du même auteur, autant je peux qualifier ce livre de coup de coeur. L'intrigue est à la fois simple et extrêmement bien construite, les personnages sont campés avec concision, et immédiatement reconnaissables tant ils sont fortement caractérisés. Dans cette Florence où la neige retient l'attention de tous, personne n'échappe à la sagacité du brigadier, capable de comprendre chacun – de le comprendre, pas de le juger.
Là où les autres enquêtes sur les enlèvements se développent dans l'urgence, véritable course contre la montre, le récit se déroule sur presque un mois entier. Magdalen Nabb nous expose le kidnapping comme moyen d'existence pour une certaine frange de la population. Elle distingue le kidnappeur professionnel, qui prend soin de sa victime – plus personne ne paierait si elle n'était pas rendue vivante – de l'amateur, sujet à des bévues, et donc à sacrifier aisément celle qu'il a enlevée. Autant dire que la police italienne doit travailler avec finesse, surtout que Debbie est une étudiante américaine. A cette époque (nous sommes au début des années 80), on ne parlait pas encore de la peur que les touristes pourraient ressentir, ou du sentiment d'insécurité. Simplement, on parlait déjà de la nécessité de cacher les sources de sa richesse, et de la volonté de composer le moins possible avec les autorités. La justice ? La possibilité qu'ils recommencent avec une autre victime ? On s'en fiche ! On leur donne l'oseille et l'on se tire – tel pourrait être la philosophie du père de Debbie.
Debbie. Personnage étonnamment contemporain non par les secrets qu'elle détient – quelle adolescente se confie à son père ? mais par l'abandon dans lequel elle est laissée. Sa mère a refait sa vie ? Elle a un autre enfant, il est tout à fait normale qu'elle oublie sa première née. L'argent de papa lui permet de vivre et d'assouvir tous ses besoins, même les plus dangereux. Sa belle-mère (en mal d'enfant ??) intervient trop tard dans sa vie pour gagner sa confiance et son affection. L'Italie qui était jadis un passage obligé pour les jeunes hommes de bonne famille ne lui permet même pas de couper le cordon, ou de recommencer une vie nouvelle. Ses démons sont partis avec elle.
A cette pauvre petite fille riche s'oppose d'autres jeunes adultes, qui peinent à trouver leur voie. Aucun n'a envie de se sacrifier, entre les moutons, les brebis et les agneaux, d'un côté, et la confection du fromage de l'autre. La ville offre l'illusion d'une vie facile, ou, en tout cs, de plaisirs faciles, et de conséquences tragiques. Humaniste, Guarnaccia ne se contente pas de faire de son mieux, il va jusqu'au bout de ce qu'il peut faire, sans jamais se mettre en avant. Aider l'autre avant tout, et faire la part des choses. Tout n'est pas tout blanc ou tout noir sous le soleil d'Italie, et certains "coupables" méritent autant notre intérêt que les victimes – il est possible d'être à la fois l'un et l'autre.
A noter : l'un des plus grands admirateurs de ce roman était Georges Simenon.
Lien : http://deslivresetsharon.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Chrystaalle
  08 mai 2012
A Florence, dans les années 80, une jeune étudiante américaine est enlevée. Sa meilleure amie est retrouvée en état de choc dans la montagne. Après avoir été enlevée, elle a été relachée pour délivrer un message, mais dans la nuit et la tempête, elle se perd et se blesse.
Le Capitaine Maestrangelo, le sustitut Virgilo Fugarri, cynique et plein d'humour, et l'adjudant Guarnaccia, très lent mais formidablement intuitif, mènent l'enquête.
L'occasion d'évoquer la condition des bergers sardes, venus en Toscane, suite aux réformes agraires de Sardaigne, pour exercer leur métier ,sans être accepté par la population, sans espoir d'intégration pour leurs enfants qui ne souhaitent pas continuer cette activité difficile.

En ce qui concerne l'enquête, "les possibilités sont multiples, encore qu'une en particulier soit plus vraissemblable"... sauf que les possibilités sont tellement multiples qu'en tant que lecteur il est difficile de trouver la plus vraissemblable.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ChrystaalleChrystaalle   08 mai 2012
Le ciel était si blanc que la neige semblait tomber de nulle part; elle apparaissait entre les grandes batisses de pierre et ses gros flocons mouillés virvoltaient, avant d'échouer dans la rue et se volatiliser, en ne laissant qu'une lisière diaprée et humide entre les trottoirs secs et les caniveaux, lesquels étaient protégés par les avant-toits en surplomb.
Commenter  J’apprécie          30
ChrystaalleChrystaalle   09 mai 2012
...ce qui suscite aussi de nombreux préjugés à leur égard parmi les citadins. Les gens ne voient que les bons à rien de fils qui trainent dans les bars, se bagarrent et vendent de la drogue ; ils ne voient pas le véritable berger, l'homme qui passe la majeure partie de son existence, en solitaire, occupe ses journées à fabriquer les fromages - ce qu'ils trouvent normal- et ses nuits à ne dormir parfois que deux heures, parce que c'est la période de l'agnelage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1787 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre