AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842631684
Éditeur : Le Dilettante (12/01/2009)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 21 notes)
Résumé :
«J'ai eu tout faux, je n'ai rien compris.»
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Pchabannes
30 mars 2010
Règlement de compte à OK Corral ? Un libelle, un samizdat, un cri à la liberté contre la société marchande et ses thuriféraires. Marc-Edouard Nabe s'insurge contre notre temps, contre cette société marchande qui ne supporte pas qu'on lui montre qu'elle l'est, contre cette culture qui est le nouvel opium du peuple.
Car fondée sur une méconnaissance de ce que c'est qu'une oeuvre d'art, la culture est chargée par le pouvoir de paralyser toute création. On est passé de la mort de l'art à l'assassinat de l'artiste.
Prenant à parti Michel Houellebecq représentant des apostats, Marc-Edouard Nabe décrit la société, cette société d'intellectuels qui l'a tué pour qu'il ne nous dérange plus. Son refus de la tiédeur car un écrivain qui accepte de vulgariser ce qui est l'essence de son oeuvre est foutu sur le plan littéraire. Il restera toujours du coté des cultivés amateurs spectateurs commentateurs.
Dillettante, 10€, 93 pages, 2008
Prenez deux heures et faîtes vous secouer les neurones par cet ouragan.
Lectori salutem, Patrick

Lien : http://www.quidhodieagisti.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Spiro62
24 avril 2012
Lettre ouverte de Marc-Edouard Nabe à Michel Houellebecq, ancien voisin de palier, et anecdotiquement écrivain marketing. La plume est assassine; la vérité, jetée à la face dudit "auteur de science-fiction", avec la violence non pas d'une tarte à la crème mais d'une chaussure irakienne. Remplie de plomb.
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
PchabannesPchabannes30 mars 2010
Un écrivain qui accepte de vulgariser ce qui est l’essence de son œuvre est foutu sur le plan littéraire. Il restera toujours du coté des cultivés amateurs spectateurs commentateurs. p58
Commenter  J’apprécie          100
PchabannesPchabannes30 mars 2010
La culture est le nouvel opium du peuple. Fondée sur une méconnaissance de ce que c’est qu’une œuvre d’art. p58
Commenter  J’apprécie          130
PchabannesPchabannes30 mars 2010
La société marchande ne supporte pas qu’on lui montre qu’elle l’est. p32
Commenter  J’apprécie          180
SimonLarribaSimonLarriba10 juin 2016
Pourtant, il paraît que ça existe, un lecteur " houellebecquien" et "nabien". Comment ça peut être compatible ? Je pose la question. Comment peut-on éprouver du plaisir à lire à la fois les tribulations d'un type qui exalte la joie de jouir et les ruminations de quelqu'un qui épaissit l'impuissance et la tristesse de l'être humain ?
Commenter  J’apprécie          20
SimonLarribaSimonLarriba10 juin 2016
Mieux vaut jamais que trop tard.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : lettre ouverteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
218 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre