AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070727734
Éditeur : Gallimard (17/09/1992)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
C’est un voyage. C’est une hallucination. Ce sont des racines retrouvées et aussitôt dissoutes. Ce sont des mosquées à la place d’usines, et des danses au lieu de minarets. Bref, c’est Constantinople, Istanbul, le Bosphore, ou plutôt l’invraisemblable capitale de l’arabesque. Bonne occasion pour Nabe d’écrire, à la derviche, ce qui existe de musique sous les apparences. Eh oui, le langage tourne ! Il est fait pour ça.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
eternel
  23 juillet 2014
Son père chantait "tu veux ou tu veux pas?".
Visiblement, le retour aux sources familiales voulue par Marc-Edouard Nabe par ce voyage à Istanbul, dans une Turquie en pleine transition démocratique , ne l'a pas emballé. Il lui a pourtant donné l'occasion de refaire le point sur différents sujets tels que ses racines, la famille, la religion, l'histoire, la musique, la politique, l'Orient versus l'Occident, le mélange des cultures, la tradition, l'exil, l'émigration....
L'image de ce Turc en pleurs est celle de l'impossible retour en arrière.
L'écriture de Charles-Edouard est toute particulière et assez animée. Mais derrière le prétexte d'une visite guidée d'Istanbul, dans laquelle tout touriste peut se retrouver, il y a une réelle compréhension et une osmose de l'auteur avec la ville,ses habitants, son histoire; ainsi que la réalité d'une véritable déchirure intérieure toute nostalgique d'un monde auquel il n'appartient plus.
Commenter  J’apprécie          30
tilly
  09 février 2013
Amoureux inconditionnels d'Istanbul, attention : ceci n'est pas, mais pas du tout, un guide pour visite touristique... C'est un récit de voyage décalé, sublimé, mais pas idéalisé. On s'y promène avec l'auteur en barque sur le Bosphore, on visite les mosquées, les cimetières, Topkapi, Dolmabahçe, on va au hammam, au bazar, au Café Loti.... oui, c'est vrai, mais à la manière Nabe ! Il n'y a pas de photos, mais beaucoup mieux : quelques lettrines et quatre dessins à la plume “ fantaisistement orientaux ” que Nabe a réalisés spécialement pour illustrer lui-même son texte.
D'un séjour qu'il rêvait comme un retour à des sources familiales gréco-turques et qui s'avèrera somme toute ordinaire et finalement décevant, Nabe tire la narration de déambulations et de rencontres barjes et flamboyantes. Turquissimes. Ça fait penser à Rome et Venise fantasmées et cinématographiées par Fellini. Des outrances drolatiques, des scènes de genre, baroques et improbables, même et surtout quand elles sont la transposition littéraire du vécu.
En octobre 1988 Nabe va sur ses trente ans. Normalement le travail sur l'ouvrage que les éditions Arléa lui ont commandé devrait être une parenthèse de plaisir : un voyage tous frais (mal) payés, en compagnie d'Hélène, sa compagne, à Istanbul, la ville qui a vu naître son père. L'occasion d'évoquer et de rendre hommage à quelques uns, entre autres, de ses favoris littéraires qui se sont entichés avant lui de la Corne d'Or : Loti, Chénier, Massignon. L'occasion de traiter à l'orientale ses thèmes de prédilection : les arts (cinéma, peinture, musique, architecture), l'iconoclasme byzantin, les rites religieux, l'érotisme, ...
Mais ce livre de voyage qui devait paraître en 1990 ne sera finalement publié chez Gallimard que fin 92. Comment Nabe est-il retombé dans les rets de Sollers/Gallimard alors que sa stratégie était à l'origine de prendre le large, de s'émanciper ? Dans le quatrième et dernier tome du Journal intime (titre : Kamikaze 1989-1990) on a quelques éléments de réponses... mais pas tous !
Lien : http://tillybayardrichard.ty..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Emma6875
  25 décembre 2016
Un style et une intention pas toujours clairs et homogènes mais dans ce mélange de tonalité et d'humeur transparaissent finalement beaucoup d'humanité et de beauté. J'ai aimé et je le relirai comme un poème aimé.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
tillytilly   09 février 2013
Finalement c'est une ville qui a été ternie par un passé trop riche. C'est comme pour Claudel ou Michel-Ange, la profusion de beauté passe mal la postérité. Ça fait tout gris à la fin. On ne voit plus rien. Juste un pâté de bâtiments qui sombrent peu à peu à gauche.
Ce qui me déprime après tout, à Istanbul, c'est l'à-peu-près. Ici c'est le règne de l'Approximation. Chauffeurs de taksis, serveurs de brochottes, kuaförs, vendeurs d'opür... Tous frôlent la chose à faire sans la faire. Ils font tout de travers, jamais en long ni en large. Ils rôdent autour de l'exactitude en faisant des bulles. Ils regardent d'un air absent la justesse des choses et bâillent. Ils ont un goût morbide pour l'erreur, la petite faute, la bancalité verlainienne de tout sur les bords... L'erreur n'est pas humaine, elle est turque.
Je retrouve bien là mon père et ses charmants défauts. Le grand décalé, l'écorcheur de mots, le bâcleur consciencieux !... Tout Turc a les caractéristiques de mon papa : très gentil, vantard, inattentif, gaffeur, négligent, triste, silencieux, patient, distrait...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
eterneleternel   23 juillet 2014
Toujours, il faudrait que la barbarie viole la civilisation mais qu'elle puisse se fondre en elle avec une telle suavité que la civilisation en tombe amoureuse.
Commenter  J’apprécie          70
Emma6875Emma6875   25 décembre 2016
Rien n'est parfait , même les fins, et au moment d'atterrir sur un tapis de joyaux, je ne vois plus rien...Paris si magnifique la nuit...Mes yeux se brouillent ! Dans le hublot qui me reflète, je découvre le visage en pleurs d'un drôle de Turc.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Marc-Édouard Nabe (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc-Édouard Nabe
Clip réalisé par Joaquim Merran pour annoncer la réédition du premier ouvrage de Marc-Edouard Nabe paru en 1985 : Au Régal des vermines
Exclusivement sur marcedouardnabe.com
autres livres classés : Istanbul (Turquie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marc-Edouard Nabe

Quel est le vrai nom de Marc-Edouard Nabe?

Marc-Edouard Nabe
Jacques Boutelleau
Eugène Grindel
Alain Zannini

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Marc-Édouard NabeCréer un quiz sur ce livre