AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Kreise (Traducteur)
ISBN : 2070412547
Éditeur : Gallimard (09/10/2003)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Dans les montagnes enneigées de la Suisse, Kern, un étudiant hanté par la mort, éprouve une passion impossible pour l'insaisissable Isabelle.
Lorsque Simpson voit le portrait de la Vénitienne peint par Sebastiano del Piombo, il est fasciné et en tombe éperdument amoureux. Le tableau exerce sur lui une telle attirance qu'il ne peut s'empêcher de revenir le contempler jour après jour, jusqu'à ce qu'il pénètre dans la toile...
Deux nouvelles au charme sub... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Zazette97
  07 octobre 2010
"Un coup d'aile" regroupe deux nouvelles, "Un coup d'aile" (1923) et "La Vénitienne" (1924), issues du recueil " La Vénitienne et autres nouvelles" traduit en français en 1990 et signé de la plume de Vladimir Nabokov, écrivain américain d'origine russe célèbre pour son roman "Lolita".
Un coup d'aile nous emmène en Suisse, dans l'hôtel où séjourne Kern, un jeune homme venu trouver refuge au milieu de montagnes enneigées pour échapper à la tristesse que lui procure le suicide de son épouse survenu 6 mois plus tôt.
Au détour d'un couloir, il rencontre Isabelle qui occupe la chambre voisine à la sienne.
Un soir, alerté par un bruit anormal, il se rend dans la chambre de la jeune femme et la tire des griffes d'une étrange créature faite de plumes et d'ailes...
La Vénitienne rassemble dans un château anglais le colonel, propriétaire des lieux, son fils Frank venu avec son ami Simpson et le couple formé par Mr Magor - expert en peinture - et sa femme Maureen.
Au moment où le colonel lui présente sa dernière acquisition, Simpson tombe sous le charme de la toile qui présente une femme ressemblant trait pour trait à Maureen.
Troublé par le tableau, Simpson parvient à pénétrer à l'intérieur de celui-ci pour y rejoindre la Vénitienne...
Une ambiance étrange règne sur ces deux nouvelles aux histoires complexes pimentées d'une touche fantastique et qu'on hésite à qualifier de songes ou de réalités.
Il se dégage de l'écriture de Nabokov un sens aigu de l'esthétique appuyé par un style très imagé ( nombreux adjectifs et évocations de couleurs) qui s'illustre au fil des descriptions de paysages magnifiquement envoûtants et totalement en contraste avec le mal-être et la confusion des personnages.
Comme c'est le cas dans "Lolita", les personnages se montrent violemment attirés par une femme, objet de désir inaccessible et d'autant plus fascinant qu'il menace de les faire courir à leur perte.
Si je n'ai pas totalement réussi à entrer dans l'univers de la première, je vous recommande vivement "La Vénitienne" qui démontre avec ingéniosité que les apparences peuvent parfois s'avérer trompeuses.
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_Cm
  13 mars 2019
Quand je me prends de lire des nouvelles, je m'attends à lire quelque chose d'un peu percutant, qui me secoue en peu de pages. Je ne peux pas taxer celles-ci avec ces mots. Je me suis à peu près ennuyé et n'ai pas bien compris ou saisis les twists... Une histoire d'ange... Une histoire d'arnaque... Je n'ai pas adhéré. Je vais vite oublier. Dommage car Nabokov, c'est pas Madame ou Monsieur Michu...
Commenter  J’apprécie          30
Pau
  04 juin 2010
"Objections, votre Honneur ! ^^"
Je ne suis absolument pas d'accord avec la critique précédente, même si ce livre n'est que ma seconde rencontre avec M. Nabokov.
Ces deux nouvelles sont vraiment agréables à lire. On y retrouve sa manière inimitable d'écrire, son espèce de tragi-comique qui fait sa force.
N'hésitez pas à essayer pour ceux qui ne se sont pas encore laissé tenter...
Pau
PS à l'attention de levraoueg : droit de réponse largement accordé ! ^^
Commenter  J’apprécie          00
Myrinna
  13 février 2011
Personnellement, la première nouvelle bat de l'aile au fil des pages...
En effet, le récit me semble décousu. Et l'histoire en elle-même ne représente aucun intérêt.
La seconde est meilleure même si cette lecture sera vite oubliée.
On peut dire qu'il y a une certaine lenteur des évènements (5 p. pour le match de tennis) ; mais cela bouge.
Commenter  J’apprécie          10
Priscilla29
  21 juillet 2010
Deux nouvelles très belles à lire, même si la longueur de certains passages m'ont un peu déconcentré...
Personnellement, j'ai une très nette préférence pour La Vénitienne.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Priscilla29Priscilla29   21 juillet 2010
Tout ce qui existe se caractérise par la monotonie. Nous prenons notre nourriture à des heures précises parce que les planètes, tels des trains qui ne seraient jamais en retard, partent et arrivent selon des durées précises. L'homme moyen ne peut se représenter la vie sans un horaire aussi rigoureusement établi. En revanche, un esprit joueur et sacrilège trouvera quelque amusement en réfléchissant à la façon dont les gens vivraient si une journée durait aujourd'hui dix heures, demain quatre-vingt-cinq, et après demain quelques minutes. On peut dire à priori qu'en Angleterre une telle inconnue quant à la durée exacte de la journée à venir conduirait avant tout à un développement extraordinaire des paris et de toutes sortes d'autres gageures fondées sur la hasard. Un homme perdrait toute sa fortune en raison du fait que la journée durerait quelques heures de plus qu'il ne le supposait la veille. Les planètes deviendrait semblables à des chevaux de course, et que d'émotions susciterait quelque Mars bai franchissant la dernière haie céleste. Les astronomes se retrouveraient dans la situation de bookmakers, le dieu Apolllon serait représenté avec la casquette couleur flamme d'un jockey et le monde deviendrait joyeusement fou.
Malheureusement, ce n'est pas ainsi que les choses se passent. L'exactitude est toujours morose, et nos calendriers, où la vie du monde est calculée à l'avance, rappellent des programmes d'examen incontournables. Bien entendu, il y a quelque chose de rassurant et d'irréfléchi dans ce système cosmique de Taylor. En revanche, comme la monotonie du monde est parfois magnifiquement, lumineusement rompue par le livre d'un génie, une comète, un crime ou même simplement une nuit blanche,! Mais nos lois, le pouls, la digestion sont strictement liés au mouvement harmonieux des étoiles, et toute tentative de transgresser la règle est châtiée, dans le pire des cas par la décapitation, dans le meilleur par une migraine.
D'ailleurs le monde fut sans aucun doute créée avec de bonnes intentions et personne n'est coupable de ce que l'on s' y ennuie parfois et que la musique des sphères rappelle à certains les rengaines sans fin d'un orgue de Barbarie .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SachenkaSachenka   01 avril 2017
Un coup d'aile

Tout ce qui existe se caractérise par la monotonie. Nous prenons notre nourriture à des heures précises parce que les planètes, tels des trains qui ne seraient jamais en retard, partent et arrivent selon des durées précises. L'homme moyen ne peut se représenter la vie sans un horaire aussi rigoureusement établi.
Commenter  J’apprécie          130
NayacNayac   26 juillet 2014
La Vénitienne

Simpson se mettait involontairement à penser que dans ce silence il pouvait, en quelque sorte, entendre le sifflement déclicieux de tout ce monde immense à travers l'espace, le vacarme des villes lointaines, le grondement des vagues et de la mer, le chant des fils électriques au dessu des déserts. Et peu à peu, son ouïe, fonctionnant par la pensée, commençait à distinguer véritablement ces bruits. il entendait le halètement d'un train, puis le grondement et le cliquetis des roueset, au fur et à mesure que son ouïe mystérieuse s'affinait, les voix des passgers, leurs rires, leur toux, le froissement des journaux dans leurs mains, et enfin, arrivé au comble de son mirage sonore, il distingait nettement les battements de leur coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NayacNayac   26 juillet 2014
La Vénitienne

Le fait d'être assis à coté d'elle, de sentir la chaleur de sa joue, de son épaule, d'où retombait comme sur le tableau une fourrure grise, et le fait qu'elle s'apprêtait à retenir cette fourrure...le faisaient à ce point languir qu'il y avait dans ses yeux l'éclat humide venant du feu cristallin des verres et il yavait constamment l'impression que la table ronde, cette île éclairée, vogait on se sait où, emportant doucement ceux qui étaient assis autour d'elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NayacNayac   26 juillet 2014
La Vénitienne

Dévorant du regard le visage de la Vénitienne, il prit du recul et écarta soudain largement les bras. il se cogna douloureusement contre quelque chose; en se retournant, il vit derrière lui la table noire. S'efforçant de ne penser à rien, il grimpa dessu et se dressa de toute sa taille en face de la Vénitienne, et écartant de nouveau les bras, il se prépara à s'envoler vers elle.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Vladimir Nabokov (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vladimir Nabokov
"Lolita" de Vladimir Nabokov (Alchimie d'un roman, épisode n°18)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Lolita

Qui est l'auteur de ce roman ?

Boris Pasternak
Vladimir Nabokov
Nicolas Gogol

10 questions
303 lecteurs ont répondu
Thème : Lolita de Vladimir NabokovCréer un quiz sur ce livre