AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2895966664
Éditeur : Lux Éditeur (10/10/2013)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Dans ce livre, écrit avec le style qu?on lui connaît, on suit pas à pas Gabriel Nadeau-Dubois au fil des luttes, des rencontres décisives, des assemblées générales, des confrontations avec journalistes, ministres, juges et policiers, mais aussi dans son analyse de la grève de 2012.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LittleMary226
  17 février 2015
Ce texte m'a tour à tour émue, bouleversée, amusée. Il m'a fait froncer des sourcils, rire, sourire, frémir de colère et d'indignation, mais surtout il m'a fait réfléchir. Réfléchir au Québec au sein duquel je veux vieillir et au rôle que doit occuper ma génération dans la mise en place de cet avenir qui sera le nôtre. C'est un ouvrage très bien écrit qui relate avec précision le vécu du porte-parole de la CLASSE Gabriel Nadeau-Dubois, non seulement au cours du printemps érable, mais également tout au long des événements qui ont précédé et suivi ce mouvement étudiant (puis-je dire mouvement social?) sans précédent au Québec. Cet essai est à mettre entre toutes les mains, ne serait-ce que pour les gens prennent connaissance de cet aspect de la problématique, de cette vision des choses. Qu'ils (et là je parle de tous ceux qui ont commenté les événements à tort et à travers, sans vraiment savoir de quoi ils parlaient, ou pire, en ignorant sciemment certains faits ne les avantageant pas) lisent les arguments présentés ici avec un esprit ouvert, puis qu'ils débattent. Qu'ils débattent comme ont débattu des dizaines de milliers d'étudiants au cours des assemblées qui ont rythmé le printemps érable. L'important n'est pas que tous se rallient à cet objectif qu'est la gratuité scolaire, mais qu'ils comprennent qu'on ne peut pas balayer du revers de la main le mouvement étudiant, alors que ses principaux objectifs était l'accessibilité aux études et surtout le respect de la démocratie.
Lien : https://enattendantdemain.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Errant
  24 août 2016
Prévisible et désolant à la fois. C'est systématiquement manichéen: la CLASSÉ d'un bord qui mobilise courageusement les pauvres étudiants et de l'autre coté les méchants à tous crins que sont les gouvernements, éditorialistes et chroniqueurs qui ne défendent servilement que les intérêts de la classe dominante. On y trouve des perles genre le ministre Bachand assimilé au régime chinois parce qu'il a présenté son budget comme une révolution culturelle... ou encore que la CLASSÉ a été un modèle de démocratie lors des assemblées étudiantes alors que les opposants à la grève auraient largement utilisé intimidation et noyautage... Bref aucun recul, évidemment aucune allusion ni considération pour tous les gens que ce mouvement a dérangés (genre travailleur pris dans les congestions provoquées par les manifs). Dommage, car certains thèmes abordés par exemple le rôle de l'université dans la société méritent effectivement une réflexion absente de ce manifeste.
Commenter  J’apprécie          00
Lestempsmodernes
  10 février 2014
Il y a, pourtant, plus de grandeur, de noblesse et de plaisir, même, à tenir tête à ceux qui veulent nous rapetisser qu'à s'adapter servilement à un modèle économique qui nous réduit au statut de ressources humaines. C'est le message du beau livre, rondement et habilement mené, de Gabriel Nadeau-Dubois.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LaPresse   18 novembre 2013
Dans son essai Tenir tête, où il revient sur les événements, il se tue à nous expliquer ce qui n'a jamais été compris pendant la crise, à savoir qu'il n'était justement pas un leader, seulement un porte-parole de la CLASSE.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
LittleMary226LittleMary226   17 février 2015
Encore aujourd’hui, je ne sais pas ce qui serait arrivé si nous avions perdu ce premier vote au Collège de Valleyfield. J’ignore si le mouvement aurait pu prendre son essor. Ce qui est clair, c’est que son déroulement aurait été significativement différent. Cette grande grève, une majorité de Québécois l’a vue surgir de nulle part. Ce que l’histoire de ce vote montre, c’est que cette déferlante a des origines passablement fragiles et incertaines, des débuts qui, d’emblée, sont moins spectaculaires que les images de centaines de milliers de jeunes défilant dans les rues, ces rassemblements époustouflants que la télévision allait diffuser tout au long du printemps 2012. Au départ, cette grève n’avait rien de spontané [...]. Elle a été, au contraire, le fruit d’un long et souvent pénible effort de mobilisation accompli par une poignée de militants. Des étudiants et des étudiantes qui ont souvent dû faire abstraction du mépris de leur propre entourage, pour aller d’un campus à l’autre, visiter cégep après cégep, afin de rappeler l’importance de la lutte pour l’accessibilité aux études, mais aussi pour défendre l’intégrité et l’indépendance de nos institutions d’enseignement face aux projets mercantilistes des libéraux. [...] Ce sont ces personnes qui, dans chaque assemblée, ont fait la différence entre la grève et l’acceptation passive de la hausse des frais de scolarité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LittleMary226LittleMary226   17 février 2015
La grève étudiante nous a montré qu’il existe encore des gens dans ce pays qui sont attachés à une autre idée du Québec et d’eux-mêmes. Il y a des étudiants qui aspirent à autre chose que de faire de l’argent, des professeurs qui ont le souci de la culture, des travailleurs qui ont encore le sens du bel ouvrage ou du service à la collectivité, des scientifiques qui s’intéressent encore à ce qu’est la vie, des musiciens et des artistes qui réinventent notre culture, des militants qui défendent les solidarités qui permettent au Québec d’être ce qu’il est.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LittleMary226LittleMary226   17 février 2015
Le jour du déclenchement des élections d’août 2012, Jean Charest a misé sur cette fausse opposition en déclarant : « La rue a fait beaucoup de bruit. C’est maintenant au tour des Québécois de parler et de trancher cette question. » Or, il ne s’agit pas de deux mondes séparés. Toute l’histoire du XXe siècle, particulièrement au Québec, est faite de luttes populaires, syndicales, étudiantes et féministes qui, en interaction constante avec le pouvoir politique, ont fait avancer les conditions de vie des Québécois. À travers les mouvements sociaux, une partie importante de la population s’engage dans la vie politique et exprime ses idées, ce qui n’a rien à voir avec le lobbyisme qui vise à influencer le pouvoir politique pour servir des intérêts strictement privés. Autrement dit, la « rue » est loin de provoquer l’effritement de la démocratie. Au contraire, elle est partie intégrante et essentielle de celle-ci, et un gouvernement démocratique se doit de dialoguer avec elle, c’est-à-dire avec ceux qui sont concernés par les décisions qu’il prend.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LittleMary226LittleMary226   17 février 2015
Le président ouvre l’assemblée et débute avec les précisions procédurales habituelles, mais il est interrompu par le directeur de la sécurité de l’établissement qui s’approche pour lui chuchoter quelque chose à l’oreille. Lorsqu’il reprend la parole, le président d’assemblée suspend sa présentation des procédures et annonce aux étudiants que le service de sécurité lui demande de transmettre un message important : à la fin de l’assemblée, il vaudrait mieux que les étudiants ne sortent pas tous en même temps, et il faudrait que les gens ne partent pas tous dans la même direction. Autre chose : les étudiants devraient se retenir de sauter et éviter tout mouvement de foule brusque durant l’assemblée. L’intégrité matérielle de l’édifice pourrait être affectée par de tels mouvements de foule. Les murs du cégep n’ont pas été conçus pour supporter un tel rassemblement ! Sur le coup, la salle entière éclate de rire. L’image est forte : la mobilisation étudiante est si forte qu’elle menace la structure même de l’institution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LittleMary226LittleMary226   17 février 2015
Les gens sérieux – ceux qui n’ont pas à manifester pour se faire entendre – soutiennent que c’est [à l'Assemblée nationale] que vit la démocratie québécoise, même lorsqu’on la défigure, comme c’est le cas aujourd’hui. Pourtant, à quelques exceptions près (et elles sont non négligeables), les monologues rhétoriques et les parades partisanes qui m’ont été donnés à entendre dans les heures précédentes étaient d’une navrante pauvreté intellectuelle. Aucune comparaison possible avec les débats d’idées dont j’ai été témoin dans les assemblées étudiantes de la grève. Les slogans et les formules vides que l’on se lance à la tête à l’Assemblée nationale, dans une syntaxe parfois douteuse, font piètre figure face à bien des débats entre des cégépiens d’à peine 18 ans. L’Assemblée nationale devrait être un espace public, un lieu d’expression privilégié de l’esprit public, or elle est devenue un espace publicitaire où l’autopromotion partisane l’emporte sur tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Gabriel Nadeau-Dubois (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriel Nadeau-Dubois
Gabriel Nadeau-Dubois – Réflexions sur l’indépendance du Québec.
Gabriel Nadeau-Dubois, Comment penser l’indépendance du Québec au 21e siècle. Colloque organisé par les membres du PQ au Cégep Édouard-Montpetit, Longueuil, novembre 2015.
autres livres classés : mouvement étudiantVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox

Autres livres de Gabriel Nadeau-Dubois (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Littérature et politique

"Famille, je vous aime : Politique et vie privée à l'âge de la mondialisation". Qui est l'auteur de ce livre?

Michel Onfray
Bernard-Henri Lévy
Luc Ferry
Franz-Olivier Giesbert

10 questions
181 lecteurs ont répondu
Thèmes : politique , écrits politiquesCréer un quiz sur ce livre