AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782876452626
Éditeur : Robert Laffont (10/10/1994)
4.7/5   10 notes
Résumé :
Le 1er novembre 1337, nait dans un château breton, François de Vivraie. C'est le premier jour de ce qui va devenir la guerre de Cent ans. Au fil des époques , il va connaitre un destin exceptionnel. Chevalier intrépide, tête brûlée, grand amoureux, François va être lancé dans de magnifiques et ténébreuses aventures dans une France où l'on se tue, où l'on se hait et se torture, mais dont les derniers chevaliers, assoiffés de panache, goûtent aux passions les plus ins... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
kouette_kouette
  09 février 2017
1337 - 1437
Quelle Histoire !
Cette guerre de cent ans où les familles Plantagenêt et Valois revendiquent la couronne du royaume de France est incroyablement bien racontée.
On assiste aux grandes batailles et petits soulèvements aux côtés de personnages historiques.
On comprend les tractations et enjeux politique.
Ce livre est idéal pour découvrir ce grand conflit de façon beaucoup moins ennuyeuse qu'un livre d'Histoire pur et dur, parce que...
Quelle histoire !
François naît à la Toussaint 1337 et vivra 100 ans. Ce qui est déjà beaucoup, expliquant pourquoi on ne suit cette guerre que sur un siècle et non sur les 116 réelles années qu'elle aura durée. Et puis en 1437, Charles VII entre dans un Paris libéré des Anglais. C'est un symbole fort annonciateur de l'issue du conflit.
Bref. La vie de François, celle de ses héritiers, et celle de ses bâtards est fascinante. Voire touchante, tellement leurs vies sont bien contées.
On y découvre la noblesse, le clergé et le peuple. Les us et coutumes. Les mentalités.
Dans cette édition, les trois volumes sont reliés mais trois thèmes sont bien distincts.
- "La Bague au lion" où François est un grand chevalier loyal et bon. On y découvre avant tout la vie d'un chevalier au combat, ses devoirs, ses valeurs et... ses dérives.
- "La Bague au loup" où François a vieilli et se tourne vers l'alchimie. Ce tome est beaucoup plus tourné sur ce qu'était la quête spirituelle en ce temps-là.
- "Le Cyclamor" où François est un très vieil homme. Son regard sur sa descendance devient sage. Il est temps pour lui de prendre conscience que les conclusions sur la vie peuvent parfois être toute simples.
Ah ! Quelle épopée !
Je pense qu'un amateur de romans historiques ne peut qu'aimer. À moins que je ne me soit laissée éblouir à cause de mes yeux de néophyte sur ce siècle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
peneloppe277
  29 janvier 2011
Grand roman de la guerre de Cent ,"L' Enfant de la Toussaint " comprend trois époques:
"La Bague au lion"
Le1r novembre 1337, naît dans un château de Bretagne,François de Vivraie. C'est le premier jour de ce qui allait être appelé la guerre de Cent ans. Devenu un adolescent passionné, François se lance dans les combats aux côtés de du Guesclin, et dans de tumultueuses joutes amoureuses...
"La Bague au loup"
A soixante ans, François se consacre aux recherches alchimistes. Jusqu'au jour où à la cour du roi Charles VI, il croise la belle Mahaut d'Arcueil qui a juré sa perte...
"Le Cyclamor":
François a quatre-vingt six ans. Sa femme a été assassinée et son fils Louis écorché vif.Il reste Adam, son bâtard maudit, et Anne, son arrière-petit-fils. Entre eux, l'affrontement est inévitable. François tente d' y préparer Anne, oubliant la grande faiblesse des hommes :les femmes. C'est alors qu'une gamine de dix-sept ans éveille un espoir fou dans le coeur des Français : Jeanne d'Arc...

Commenter  J’apprécie          50
sandrinette
  26 avril 2021
LE roman de la guerre de 100 ans, François de Vivraie voit le jour le 1er novembre 1337 à l'heure où la prédiction lui donne 100 ans à vivre. Il va tout connaitre, le bonheur, comme les plus grandes peines, l'amour et la trahison.
Mais surtout la guerre de cent ans qui oppose la france et l'Angleterre qui démarre le jour de sa naissance et durera quelques années encore après lui.
On y suis un jeune homme fougueux et intrépide le jeune chevalier de la bague au lion.
Puis un homme plus calme qui face aux aléas de la vie se tourne vers la spiritualité pour faire face aux chagrins de la vie dans la bague au loup.
Enfin le cyclamor nous présente un vieil homme assagi qui n'aspire plus qu'au bonheur et à la paix de son pays et de sa descendance.
Ce livre est au plus prés de l'Histoire la vraie tout en ajoutant des personnages fictifs qui nous tiennent en haleine, et nous font rêver.
De plus le vocabulaire est soutenu, on va de découverte en découverte, des expressions de l'époque (la pluie du diable est très poétique), la signification des blasons etc...
En 30 ans j'ai lu ce livre 5 fois sans jamais m'en lasser j'ai l'impression de découvrir des éléments nouveaux à chaque fois. Si je ne devais en garder qu'un ce serait celui ci

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  06 octobre 2019
Un roman historique se passant pendant la guerre de cent ans. Admirablement écrit, nous avons du mal à quitter le récit de monsieur Nahmias. Belle épopée.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
kouette_kouettekouette_kouette   08 janvier 2017
- La caresse est le plus merveilleux des sens, car elle est vouée à la beauté. Tous les autres sens nous dominent ; nous sommes leurs esclaves. Nos yeux nous font voir l'or et les habits de gala aussi bien que les culs-de-jatte et les lépreux ; nos oreilles nous font entendre les cantiques de la messe comme le braillement des ivrognes et le gémissement des mourants ; notre nez nous fait sentir la rose et la merde, et combien de fois nous avons porté à notre bouche quelque chose d'immonde, que nous avons dû recracher ! Mais nous sommes les maîtres de nos caresses ; nous ne caressons que ce que nous avons choisi : la soie, le velours, la fourrure, la chevelure et la peau des femmes. C'est le seul sens qui soit fait uniquement pour notre plaisir !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
kouette_kouettekouette_kouette   29 décembre 2016
Le peintre trouvère avisa un mur récemment refait à la chaux, sortit de sa besace un morceau de bois charbonneux et commença à dessiner.
- Regardez comment dansent les morts à la manière de Messire Macabré ! Regardez comme ils rient, comment ils frétillent ! [...] Et maintenant, quel titre allons-nous donner à ce chef-d'œuvre ?
Jean, qui était au premier rang, repondit d'une voix calme :
- Triumphus Mortis.
Le trouvère le regarda avec surprise.
- Voyez-vous cela ! C'est tout jeune et tout maigre et cela sait déjà le latin ! Qui donc t'a appris le latin, petit savant ?
- Un moine.
- Et que penses-tu être plus tard, avec toute ta science ?
- Un mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
meknes56meknes56   06 octobre 2019
L'apparence était l'aspect physique d'Hugues de Cousson. Il était couvert de poils de la tête aux pieds. Son système pileux, contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, n'était ni hirsute ni touffu; c'était un léger duvet s'étendant sur tout son individu. Ainsi, sur le visage, les parties recouvertes normalement par la barbe et la moustache n'étaient pas plus velues que le front, les oreilles ou le nez. De même, ses mains n'étaient pas plus poilues sur le dessus que sur la paume ou le dessous des doigts.Une telle bizarrerie de la nature n'allait pas sans susciter des tentatives d'explication. Et c'était là qu'intervenait la légende. Théodora de Cousson, sa mère, était morte en lui donnant naissance. Mais elle avait eu auparavant une vie agitée. Capricieuse, arrogante, infidèle, elle avait ouvertement trompé son mari, mais surtout, au moment de la conception d'Hugues, alors que Thierry était malade et près de sa fin, elle passait des nuits entières dans des forêts infestées de loups.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kouette_kouettekouette_kouette   09 février 2017
C'était peut-être cela, l’héroïsme : Le manque d'imagination. On va au devant de son sort d'un pas ferme parce qu'on ne comprend pas bien ce qui vous attend et quand on comprend enfin, il est trop tard.
Commenter  J’apprécie          30
meknes56meknes56   06 octobre 2019
Curieusement, chez ce garçon impressionnant, qu'on sentait violent et au besoin féroce, le regard et le sourire faisaient contraste : le regard bleu était tendre et le sourire timide par moments. Pour on ne sait combien de temps encore, la force et la faiblesse cohabitaient en lui, comme c'est souvent le cas à cet âge fugitif qui est celui des dix-huit ans.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Jean-François Nahmias (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Nahmias
Michal Poleg, une activiste qui se bat pour les droits des demandeurs d?asile, est retrouvée assassinée dans son appartement. Les soupçons se portent immédiatement sur les réfugiés situés au sud de Tel-Aviv. Au commissariat de police, le cas échoit à l?inspectrice novice Anat Nahmias. Convaincue que le présumé coupable est victime d?un complot, elle décide, envers et contre sa hiérarchie, de tout mettre en ?uvre pour prouver son innocence. Commence alors une vertigineuse plongée dans le monde trouble des immigrés clandestins en Israël, entre ONG, mafia, kidnappings et trafic d?armes.
autres livres classés : guerre de cent ansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Titus Flaminius. Tome 1. La fontaine aux vestales

Pourquoi Flaminia, la mère de Titus Flaminius, a-t-elle été tuée ?

Elle avait insulté César.
Elle avait découvert le nom d'un voleur.
Elle ne voulait plus payer une troupe d'acteurs.

10 questions
232 lecteurs ont répondu
Thème : Titus Flaminius, tome 1 : La Fontaine aux vestales de Jean-François NahmiasCréer un quiz sur ce livre