AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782207168721
160 pages
Denoël (04/01/2023)
3.62/5   117 notes
Résumé :
"Sous leurs yeux, le décor entier se détraque. L’incompréhension dans le regard de Lorenzo, ses pieds dérobent, l’eau ensevelit et, réflexe, Gus saute pour échapper à l’arbre qui glisse par en dessous et défonce le sable dans sa chute, jusqu’à redevenir le fleuve, le courant, l’eau partout."

Un après-midi d’août, dernier jour de colo. Une meute d’adolescents est livrée à elle-même. Dans un dernier sursaut d’enfance, Pierre, Gus, Totof, Farid et les a... >Voir plus
Que lire après On ne se baigne pas dans la LoireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 117 notes
5
7 avis
4
21 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Tout le monde le sait ou devrait le savoir, on ne se baigne pas dans la Loire, même pas un peu, de sa source à son embouchure.

La Loire est un fleuve sauvage et impétueux qui peut grossir très vite.
Les sables mous qui recouvrent ses berges se dérobent sous les pieds.

En juillet 1969, à Juigné-sur-Loire, près d'Angers, 19 enfants en sortie avec un centre aéré de Mûrs-Erigné, ont péri, noyés dans les bras du fleuve, piégés par le fort courant.
Depuis le drame, il est strictement interdit de faire trempette dans le fleuve.

C'est en hommage à ces enfants que l'auteur a écrit ce roman.

*******

31 août, dernier jour de colo pour un groupe d'ados d'environ 17 ans.

La climatisation du car qui les emmenait en pique-nique tombe en panne.
Le chauffeur et directeur de la colo se gare. Pas très loin, Gus, le meneur, avise un espace spacieux pour se poser, avisant même une étendue d'eau pour se rafraîchir.

C'est Pauline, une jeune mono de 21 ans, qui encadre le groupe, assistant Benoît, le directeur.
Les jeunes s'amusent, qui au ballon, qui aux cartes... quand soudain l'un d'eux s'écrie : On va se baigner ?

Le roman est découpé en trois parties.
- le départ de la colo pour le pique-nique,
- Zoom arrière sur la vie des personnages avant les vacances,
- Suite du jour du pique-nique.

Le fleuve, personnifié, est fort bien décrit, pour un peu on serait dans sa "tête". Majestueux, implacable', il lui suffit d'exister.

Les gamins sont attachants, du frondeur à la tête de Turc. Amitiés et inimitiés parfaitement décrites.
Benoît et Pauline, comment dire... même pas en rêve on imaginerait leur confier nos gosses. Mais je vous laisse découvrir.

D'autres babelpotes ont lu ce livre avant moi et je les remercie de m'avoir incitée à en faire autant.
Très bon bouquin, poignant, émouvant, très bien écrit, que je recommande vivement.
.
.
Commenter  J’apprécie          104100
Quittant pour la première fois la littérature pour la jeunesse, Guillaume Nail ne s'éloigne pas pour autant des turbulences adolescentes avec ce roman coup de poing, déflagration de vie, de tension et de poésie, inspiré d'un fait divers dramatique qui, à l'été 1969, coûta la vie de dix-neuf enfants d'un centre aéré, aspirés par un cul-de-grève à Juigné-sur-Loire, près d'Angers.


« On le sait pourtant », insistent les premiers mots, doublant l'avertissement du titre : « On ne se baigne pas dans la Loire. Ni printemps, ni été, ni même un doigt de pied. » D'emblée placé sous la menace d'un drame annoncé, happé dès l'incipit par la somptueuse et inquiétante évocation d'un fleuve aux beautés torves, faussement assoupi entre « bras morts et plein lit », l'on sait que le piège est tendu et que sa sournoiserie aura bientôt raison de quelque victime étourdie.


Personnage parmi les autres, « le fleuve » se mêle dès lors aux prénoms qui servent de titres aux brefs chapitres, révélant les personnalités en une succession de scènes crépitant comme autant de flashes, et qui, en trois parties, vont d'abord nous tremper dans l'angoissant courant de l'histoire, suspendre ensuite son fil pour un retour en amont précisant les relations entre les protagonistes, enfin nous précipiter vers l'estuaire du dénouement, dans la désolation des ruines après le tsunami, quand est venu le temps de la stupeur et de la recherche d'explications.


Inconscients de l'imminence du drame, ils sont un groupe d'adolescents, tous des garçons d'au plus dix-sept ans, en colonie de vacances sous la responsabilité de deux encadrants. En ce 31 août, c'est le dernier jour d'insouciance avant le retour à la maison, chacun solitaire face à ses tracas, alors tous sont bien résolus à profiter jusqu'au bout, et le plus intensément possible, de la turbulente dynamique du groupe. le sentiment de fin et la chaleur accablante ont définitivement raison de l'autorité vacillante des deux adultes, Pauline et Benoît, l'un comme l'autre au bord du faux pas : elle, fragile et à peine plus âgée que tous ces garçons, troublée par les insolents assauts de leur jeune testostérone ; lui, hanté par l'interdit de son « fétichisme olfactif » qui lui fait chaparder leur linge sale en cachette. Alors, n'en déplaise à Pierre le souffre-douleur et à Totof le franc-tireur, lorsque Gus le meneur lance après le pique-nique et la partie de ballon en bord de Loire : « on va se baigner ? » et que Benoît soupire « place à l'impro », tout peut désormais arriver.


Magnifiée par une plume vivante et affûtée, aux séduisantes et inventives libertés poétiques, la narration crève les pages tant personnages et scènes, d'une précision toute cinématographique, acquièrent d'intensité et de vérité, le tout tendu par l'imminence d'une catastrophe dont on ignore par où elle va frapper. de la traîtrise du fleuve aux comportements transgressifs des protagonistes, en passant par l'aventure isolée d'un Totof courant ses propres risques, les menaces s'accumulent comme de moins en moins lointains coups de tonnerre préfigurant le désastre.


Un livre tragique, sombre et cruel, dont on dévore les originales beautés d'écriture dans un seul jet de tension angoissée.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          9418
« On ne se baigne pas dans la Loire
Ni printemps, ni été, ni même un doigt de pied. »
Tous les riverains le savent, de sa source en passant par ses gorges jusqu'à son embouchure, on ne se baigne pas dans la Loire, si ce n'est dans quelques plans d'eau bien aménagés et surveillés. Pourtant, ce 31 août, dernier jour de cette colo de douze garçons, les ados vont aller se baigner dans un bras mort du fleuve : pas beaucoup d'eau, apparemment sans danger, irrésistible par cette chaleur. Benoît, le directeur, occupé par autre chose, ne s'y oppose pas. Totof (ou Tof), un mono, part récupérer un ballon perdu dans le parc d'un château. Pauline, monitrice et intendante, a bien essayé de s'interposer, mais il y a Gus. Gus, 17 ans, le beau gosse, le meneur, le mâle alpha, a décidé pour eux tous. Pierre, amputé de la moitié d'un bras, mal dans son corps, ne les suivra pas.
***
Nous découvrirons dès les premières pages le secret de Benoît, le directeur : il pique une pièce de vêtement à chacun pour se repaître de l'odeur de ses pensionnaires quand ils seront partis. Rien de plus. Juré. La sévérité du regard que Tof porte sur lui-même et sa lucidité sur les autres se dévoileront vite aussi, comme le mal-être de Pierre et son attirance pour un des garçons. Pauline et Gus seront plus difficiles à cerner, et l'un et l'autre cachent des secrets. Guillaume Nail est un écrivain confirmé, même si ce roman est son premier destiné à un public adulte. Les quatre chapitres intitulés « Le fleuve » se révèlent infiniment poétiques et excellent à rendre la crainte que la Loire inspire depuis toujours, ainsi que la beauté changeante et sans cesse renouvelée de ce fleuve magnifique. Comme en contrepied, les chapitres titrés par le nom d'un des cinq personnages en focalisation donnent à lire une langue vivante, moderne, créative, dont la brutalité momentanée et l'inventivité n'empêchent ni les nuances ni la beauté. J'ai beaucoup aimé ce roman très actuel, mais qui s'inspire d'un horrible fait divers survenu en 1969. Je vous le conseille : c'est une belle découverte. Un auteur à suivre.
Commenter  J’apprécie          396
Premier roman mais que de qualité, de tensions , d'originalité.
Pour écrire son roman , Guillaume Nail s'est inspiré d'un drame arrivé en juillet 1969 à Juigné sur Loire : la mort de 19 jeunes adolescents par noyade dans la Loire.
Un groupe d'adolescents de 16 à à 17 ans en termine avec une colo de six semaines. C'est le dernier jour. On m'est en place un pique nique sur les bords de la Loire.
Benoit et Pauline encadrent ses ados : Pierre, Gus, Totof, Farid , Pavel, Youssou, Jonas, Kévin, Nathan, Adone.
Soudain la phrase résonne au coeur du silence : On va se baigner ?
Ce court roman de 150 pages est fiévreux, tendu, insouciant comme cette bande d'ados.
Guillaume Nail va poser son regard et son stylo sur certains d'entre eux , auxquels il donnera à chacun des chapitres.
Des moments de vie, de difficultés, d'émois. Benoit et un fetichisme malsain ,
Pierre et un pull rose qui en font Pupulle , les émois de Pauline , le mal être parental de Gus.
Le tout écrit dans une langue étonnante faite de phrases courtes, de formules innatendues. Cela peut surprendre, mais c'est l'écriture d'une jeunesse de son temps.. Numérique, rapide, desinhibée semble-t-il.
"Faut oser un peu.. On n'à qu'une vie "
"Ils cul-séchent leurs bières "
"Il a couiné juste assez fort pour que Farid se retourne, qui revient, merci, sens inverse.Tout lent d'abord "
" Lui préfère l'instinct, hop zim boum"
" les enfants pyjamas " " le grille-pain saute les tartines "
Et puis il y a une écriture poétique pour dire La Loire. Quatre moments dans le roman pour parler du fleuve, de l'amont, de l'aval et de l'estuaire.
Des moments de calme apparent, de beauté lente et majestueuse . Mais la Loire est en réalité comme ce roman : fiévreuse et sous tension.

Un magnifique premier roman rehaussé d'une playlist qui caractérise bien les ressentis et émotions :
A nouveau sauvages - Un peu de mélancolie heureuse - Une version améliorée de la tristesse - Les Hautes Lumières - On brûlera.

Une flamme dans la main nous éclaire le passage
Redevenus païens au milieu du feuillage
Une flamme dans la main nous éclaire le visage
Sur le rivage enfin
A nouveau sauvages
[ Ramo - Thomas Emeriaux










Commenter  J’apprécie          300
La Loire, le fleuve majestueux, sauvage, si beau mais qui peut être traitre et si dangereux avec ses bancs de sable attirants et brutalement fuyants, ses courants violents et ses remous qui entraînent et engloutissent.

Nous sommes en Anjou, par une journée ensoleillée de fin août. Une poignée d'adolescents achèvent leur séjour en colonie par un pique-nique au bord du fleuve. Il fait très chaud et après une partie de foot, l'un d'eux, comme un défi, lance un « si on se baignait ? » qui va tout faire basculer. Les deux moniteurs, à peine plus âgés que les jeunes qu'ils encadrent et noyés dans leurs préoccupations personnelles, vont laisser lentement dériver cette journée vers le drame.

On devine d'avance la tragédie sans en connaître vraiment les ressorts et le lecteur passe alors imperceptiblement de la lecture plaisir à la lecture angoisse. Ce sentiment ne nous quittera plus jusqu'à la fin du livre.

La seconde partie du roman revient sur les portraits des garçons, leurs relations, leur histoire familiale, les espoirs, aspirations, les difficultés de vivre pour certains. Comme dans tout groupe, il y a des rapports de force, un chef, un souffre-douleur, des amitiés, des jalousies, des attirances, des amours balbutiantes et cachées… Au fur et à mesure de la découverte des personnages, le lecteur apprend à les connaître et s'y attache, inévitablement…

Alors quand l'ombre du danger ressurgit, lorsque l'histoire reprend son cours chronologique normal dans la dernière partie du livre, l'angoisse remonte d'un cran car on sent le dénouement terrible approcher.
Qui de Gus, Pierre, Farid, Totof, Lorenzo… vaincra la cruauté du fleuve qui, tel un monstre surgissant brutalement de l'eau calme, happe sans pitié des vies innocentes ?

La construction du livre est originale avec ses 3 parties, le courant, l'amont et l'estuaire, chacune encadrée par de courtes pages intitulées « le fleuve », comme pour nous rappeler que la Loire et le danger sont toujours là, tapis, attendant leur heure.

L'écriture est tantôt poétique et picturale lorsqu'elle dépeint la beauté du fleuve, tantôt vivante et crue quand elle décrit l'insouciance des jeunes garçons. C'est un livre sur l'adolescence, sa fièvre et son inconscience, un roman étrange où la douceur côtoie la cruauté et la vie flirte avec la mort.

Une lecture très ambivalente pour moi, qui m'a à la fois emmenée dans la douceur des paysages de bords de Loire que je côtoie quotidiennement et dans un malaise diffus lié à la conscience de la fragilité de la vie. Sans doute est-ce là justement le talent de l'auteur que de nous faire ressentir cette vulnérabilité et la rupture qui peut se produire à chaque instant.

« On ne se baigne pas dans la Loire.
Ni printemps, ni été, ni même un doigt de pied. »

Ce récit est inspiré du drame de Juigné-sur-Loire en 1969 ayant coûté la vie à 19 enfants ; l'auteur a souhaité leur rendre hommage.

Lien : https://www.caloukili.fr/
Commenter  J’apprécie          220


critiques presse (4)
Actualitte
22 mai 2023
D’une plume ciselée et inventive, avec une maîtrise impressionnante, l’auteur nous livre un récit intense qui nous tient en haleine jusqu’au bout du désastre. C’est tragiquement beau, sombre, cruel, de la grande littérature.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Bibliobs
21 mars 2023
Inspiré par la noyade, en 1969, de 19 enfants à Juigné-sur-Loire après l’effondrement d’un « cul de grève » (un banc de sable), un admirable roman tendu de bout en bout.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeMonde
06 février 2023
Il y a la Loire, bien sûr, ce fleuve dont les courants peuvent se révéler mortels. Un après-midi d’août, pour leur dernier jour de « colo », une dizaine de garçons viennent pique-niquer sur la rive. L’un d’eux lance : « On va se baigner ? » Les deux adultes censés les encadrer n’ont pas le cœur à dire non.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde
31 janvier 2023
A la fin de l’été, un groupe d’adolescents pique-nique sur la rive d’un fleuve. Cadre idyllique, tragédie annoncée. Un roman magnifique et tendu.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
On le sait, pourtant.
Héritée de nos mères, de nos pères, c'est la rumeur qui coule dans nos gènes et infuse, sur les pentes des coteaux comme aux plaines du Maine, des berges de l'Authion en corniche angevine, alluvions et roseaux, bras morts et plein lit, c'est cette rengaine avide, bruit lancinant qui attend, au crépuscule là-bas, vers l'estuaire, un monde.
Que la nuit soit d'été ou l'automne hâtif, les vignes vêtues de rouge et inquiète des gels, que les saules se languissent, pieds secs, ou grenouilles à coeur joie, nos soeurs le savent, et nos frères le martèlent. Tu dois craindre le courant qui te happe.
Puis, furtif, t'engloutit.
Commenter  J’apprécie          210
Que la nuit soit d’été ou l’automne hâtif, les vignes vêtues de rouge et inquiètes des gels, que les saules se languissent, pieds secs, ou grenouilles à cœur joie, nos sœurs le savent, et nos frères le martèlent. Tu dois craindre le courant qui te happe.
Puis, furtif, t’engloutit.
Commenter  J’apprécie          280
En surface tout est plan. Août, le liquide dormant, en apparence seulement, est devenu sable par endroits, blanc laiteux à variante terre de Sienne, falun piqueté, et partout l’eau tarie. Un leurre, oui, car en réalité ça vit, là-dedans, là-dessous. Là-côté. Sous la lumière crue, yeux plissés, observer suffit pour comprendre que le flot vibre et s’agite. L’eau coule, plus loin, les ridules contorsionnent, jouent de la lumière et dansent avec les graves, ce tronc échoué et l’aigrette qui s’envole. Ça sourd, flux contraires sans qu’on l’explique vraiment. Partent en biais, souterrains, stagnent en flaque mais surgissent ailleurs, inopinés. La Loire, aimable et sauvage, indomptée.
Commenter  J’apprécie          30
L'eau sourd, patiemment. Le sable se détache et vient lécher les bords, un tourbillon se forme ; s'effondre sous le poids, emporte le sable, l'eau se brume, rien n'est clair.
Et la Loire suit son lit. Dormante et râpeuse, charriant les poissons et les corps. Elle arrive à la mer, un garçon dans ses bras.
Un poisson a sauté, happant un moustique au passage. Il replonge aussitôt. Un léger plouf.
Le moustique englouti. Puis plus rien que la surface plane de l'eau. Et le calme...Le ciel se fond au fleuve, masse noire immense qui enveloppe jusqu'aux berges.
Que la mer avale.
Commenter  J’apprécie          20
Oui (...), Pierre se garde tout seul ; pas le choix. Vous bossez jusqu'à pas d'heure, chacun dans votre coin, pour vous retrouver le moins possible face à face, dans la même pièce que votre mariage naufragé. Vous croyez sincèrement qu'un enfant de sept ans et demi, presque trois quarts, est heureux de prendre son car seul, faire chauffer son lait, préparer son goûter - seul, seul, seul - en attendant que vous daigniez rentrer ?
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Guillaume Nail (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Nail
Mon interview de Guillaume Nail pour son roman On ne se baigne pas dans la Loire paru aux Editions Denoël.
D'autres interviews d'auteurs à voir sur ma chaine Youtube.
autres livres classés : loireVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (241) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3653 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}