AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782367951362
122 pages
Éditeur : Chèvre-feuille étoilée (05/06/2019)
4.12/5   4 notes
Résumé :
À l’écoute du monde, de son jardin d’écriture, Rose-Marie Naime nous crie ici sa colère face aux blessures faites à la terre, aux humains et en particulier aux femmes et nous offre ce bouquet incendié : « Rouges Fleurs, Rouges cris ». Ces poèmes disent l’enfance où l’innocence a peu de place car très vite confrontée à la violence des hommes. Elle nous écrit l’amour toujours, l’amour des petits, des humbles, des pauvres, des migrants, des rejetés, des femmes, s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Xynthia
  20 septembre 2019
Tout d'abord, je précise que la Préface est rédigée par Marie-Noël Arras et que les peintures de Danièle Maffray alias Froun viennent parfaitement agrémenter ce recueil de poèmes.
Puis, l'auteure laisse vagabonder ses pensées pour coucher sur le papier les poèmes que lui inspire le passé ou le moment présent. Sa poésie s'écrit sur le volet en décrivant ses sentiments profonds. C'est une poésie qui a pour grand thème l'existence humaine et qui est transcrite avec intensité et virulence.
D'ailleurs, ses mots lui permettent d'écrire sa révolte face à la misère, la précarité, les injustices et toutes ces guerres, tout ce sang innocent versé, n'épargnant ni femmes ni enfants. Et sa poésie nous secoue profondément.
De plus, ses poèmes s'étalent dans le temps en citant parfois le lieu et la date de la rédaction du poème, comme par exemple : Place du Marché un matin du 22 juin 2013 à Agen où lui est venu le poème intitulé "La Bête". Ses poèmes viennent de mots, d'infos ou de choses attrapés au vol en se laissant aussi beaucoup inspirer par les chansons de Jean Ferrat. Et ses mots résonnent fortement, en voici un exemple :
NON !
...
Il leur restait en mémoire,
Surimpression et négatif
L'entrevu, L'entraperçu
A la fenêtre du vagin.

Oui, la petite moi,
çà lui cassait petons
D'arriver ici-bas
Si bas
Chue comme tout un chacune
Particule égarée,
Dévoyée d'éternité!
Un mois après
La sortie du tunnel utérin
C'était la guerre.
La Grande Seconde Mondiale !
...

Donc, l'écriture de l'auteure, Rose-Marie Naime, est sobre et efficace. Elle écrit en toute liberté et ne cherche pas à plaire mais crie sa révolte spontanément avec réalisme et avec le coeur nous transmettant ainsi ses sentiments et sa colère. Un recueil de poèmes à découvrir sans hésitation !
Lien : http://larubriquedolivia.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Fabie73100
  08 octobre 2019
On découvre l'univers de Rose-Marie Naime, à travers différents poèmes. Elle crie sa colère face à l'humanité, on navigue entre passé et présent. La douleur face au monde. C'est une poésie existentielle qu'on découvre. Ces mots sont d'une puissance incroyable, qui nous bouleverse, tellement par moment, ils sont durs et pourtant tout ce dont elle parle, est bien réel. Certains poèmes parlent des femmes, de l'enfance, de la violence des hommes. Voilà. En tout cas, on se laisse emporter par les mots qui défilent face à nous. Pour ma part, c'est une jolie découverte.
Commenter  J’apprécie          10
Jujuliliette26
  11 octobre 2019
Ce livre est un chant, un plaidoyer pour la cause des sans voix, des petits, des déconsidérés.
Je l'ouvre de temps en temps, je lis un texte ou deux, ça pousse à la réflexion et à la gratitude.
Certains textes m'ont parlé, d'autres un peu moins, mais dans tous, on sent cette humanité, ce lien entre nous qui fait tellement défaut de nos jours.
Commenter  J’apprécie          10
manoloula
  25 octobre 2019
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
manoloulamanoloula   25 octobre 2019
LE POÈTE A DIT…

“Je serai toujours du côté de ceux qui ont faim”
Federico Garcia Lorca

Toujours
Je serai aux côtés de ceux qui ont faim.
J’en suis des affamés.
Comme eux je crie
Et lance mes deux mains
Pour au vol attraper
Un sac de beauté
Du ciel précipité
Ration qui me permet
De vivre jusqu’à demain.
Cette beauté en pluie versée
De P’tit Chariot ou de Grande Ourse
Je la veux boire à gorge éployée…

En ce monde mal mené
De roture et de privilégiés
Tissée à cette rouge écharpe
Qui serpente la Terre
Je longue je longue marche 
Ma soif a épousé leur faim.

Sidérale Balance
Trop haut fichée
En la voûte étoilée
Vois nos regards levés
Nos gorges asséchées
Béantes sur un cri de silence
Nous sommes millions
Que les pleurs n’abreuvent
Ni ne sustentent

Nous sommes millions
À qui l’on a
Beauté tête coupée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
XynthiaXynthia   19 septembre 2019
Je suis la mère du meurtrier
Dedans ma main
Je vois ses mains
Menottines d'enfants
D'il y a si longtemps
Dedans mon cœur
Cogne son cœur...
Mais... c'est du sang
Sur son visage !
Mais c'est du sang
Dessus ses mains !
Son visage en un baiser
Ensanglante le mien
Je me voudrais moi-même
Assassiner.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Rose-Marie Naime (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rose-Marie Naime
Lecture de la revue "Nos révoltes" au Viaduc des livres, 15 mai 2015. Poème de Rose-Marie Naime
autres livres classés : violenceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Rose-Marie Naime (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2446 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre