AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782710367031
360 pages
La Table ronde (27/01/2011)
3.5/5   2 notes
Résumé :

" Voilà une biographie à la fois inattendue, brillante et bienvenue. (...) Ernest Pinard, qui en est l'objet, fut un procureur soumis en tous points à l'ordre social de son temps, un ministre de l'Intérieur somme toute médiocre, et sa postérité, à vrai dire, n'avait jamais encore interpellé quiconque. (...) On eût été tenté de rejeter d'emblée le souvenir d'un homme qui eut pour titre d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
alaiseblaise
  11 avril 2011
« La censure, quelle qu'elle soit, me paraît une monstruosité, une chose pire que l'homicide; l'attentat contre la pensée est un crime de lèse-âme. » Gustave Flaubert
Alexandre Najjar nous livre la biographie de Pierre Ernest Pinard, arriviste procureur, tristement célèbre et richement récompensé par un fauteuil de Ministre de l'Intérieur et une Légion d'Honneur, pour avoir poursuivi en justice Flaubert, Baudelaire et Eugène Sue !
Flaubert est acquitté.
Ha ! La fameuse « scandaleuse » scène du fiacre dans « Madame Bovary » !
Comment ? Vous n'avez pas encore lu « Madame Bovary » ?
Flaubert, avant son procès, écrit cette lettre savoureuse à un ami : « Je vous annonce que demain 24 janvier, j'honore de ma présence le banc des escrocs, 6ème chambre de police correctionnelle, 10 heures du matin. Les dames sont admises; une tenue décente et de bon goût est de rigueur. Je ne compte sur aucune justice. Je serai condamné et au maximum peut-être, douce récompense de mes travaux, noble encouragement donné à la littérature !... Vous aurez peut-être, un jour ou l'autre, l'occasion d'entretenir l'Empereur de ces matières. Vous pourrez, en matière d'exemple, citer mon procès comme une des turpitudes les plus ineptes qui se passent sous son régime. Je déplais aux jésuites de robe courte et aux jésuites de robes longues; mes métaphores irritent les premiers; ma franchise scandalise les seconds. »
Un extrait du réquisitoire d'Ernest Pinard qui accuse Flaubert de « réalisme vulgaire et souvent choquant de la peinture des caractères»
« Cette morale stigmatise la littérature réaliste, non pas parce qu'elle peint les passions : la haine, la vengeance, l'amour ; le monde ne vit que là-dessus, et l'art doit les peindre ; mais quand elle les peint sans frein, sans mesure. L'art sans règle n'est plus l'art ; c'est comme une femme qui quitterait tout vêtement. Imposer à l'art l'unique règle de la décence publique, ce n'est pas l'asservir, mais l'honorer. On ne grandit qu'avec une règle. Voilà, messieurs, les principes que nous professons, voilà une doctrine que nous défendons avec conscience. »
Le ténébreux Baudelaire accusé d'être « un défi jeté aux lois qui protègent la religion et la morale » est condamné à 300 francs d'amende avec interdiction de publication de certains poèmes de ses « Fleurs du Mal », poèmes sulfureux qui seront réhabilités en... 1949 !!!
(il s'agit des poèmes Les Bijoux, le Léthé, Lesbos, les Métamorphoses du vampire, Femmes damnées, À celle qui est trop gaie)
Les très émouvantes lettres de Flaubert et Baudelaire témoignent : ils sont surpris, inquiets et blessés face aux accusations.
Le lecteur curieux suivra pas à pas l'organisation de la défense, le procès avec ses accusations et ses plaidoiries. Très instructif !
Enfin, Pinard condamne « Les Mystères du Peuple ou Histoire d'une famille de prolétaires à travers les âges » d'Eugène Sue, mort depuis 3 ans... ce sont donc le propriétaire de l'oeuvre, son éditeur et son imprimeur qui sont sur le banc des accusés
Mais c'est surtout une « biographie » très documentée du Second Empire : la révolution de 1848, l'abdication de Louis Philippe, la proclamation de la République par Lamartine.
Un petit texte qui éclaire, souvent « drôlement » (en effet, cet Ernest Pinard est décidément, souvent, malgré lui, très risible !) la justice, les moeurs et la censure de cette époque... de notre époque aussi ?
Un hommage à la littérature ?
Celui qui écrit et celui qui lit seraient-ils dangereux ?
Oui... l'histoire de la littérature le démontre... encore aujourd'hui !
« SHAKESPEARE AUSSI ÉTAIT UN TERRORISTE
"Words... words... words..." disait-il »
(Léo Ferré)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Laurice
  21 novembre 2015
un réquisitoire contre la censure ! Brillant essai !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
julienraynaudjulienraynaud   18 juillet 2016
Dans quel siècle, mon Dieu ! m'avez-vous fait naître ?
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Alexandre Najjar (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Najjar
A l'occasion du "Livre sur la Place" 2021 à Nancy, Alexandre Najjar vous présente son ouvrage "Le syndrome de Beyrouth" aux éditions Plon. Rentrée littéraire automne 2021.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2542178/alexandre-najjar-le-syndrome-de-beyrouth
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : censureVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1015 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre