AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756068624
Éditeur : Delcourt (02/09/2015)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Michiko se retrouve, à 29 ans, dans une situation bien délicate. Sa société vient de faire faillite et cest sans le moindre revenu quelle continue dentretenir son jeune amant encore étudiant. Cest dans cette situation complètement désespérée quelle va rencontrer par hasard Kurosawa, son ancien chef quelle détestait plus que tout. Ces retrouvailles pourraient bien bouleverser le cours de sa vie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  24 décembre 2015
Si vous avez lu Lovely Complex, alors Aya Nakahara vous dit forcément quelque chose. La célèbre mangaka revient ici avec un oeuvre différente, car elle présente un josei, destiné à un lectorat par conséquent plus mature.
Style différent pour Aya Akahara donc, mais l'auteure gère parfaitement bien le changement grâce à un récit qui aborde des thématiques plus adultes, mais le tout en conservant son célèbre humour, avec son héroïne prête à tout pour manger de la viande par tous les moyens. La mangaka propose ainsi une lecture différente de ses précédentes oeuvres tout en conservant un certain style et même si l'intrigue se permet quelques facilités, c'est avec un grand intérêt qu'on lit ce premier tome et j'espère que la série fonctionnera et se développera sur la durée. Pour l'instant, sept tomes sont parus au japon, et le second est sorti chez nous au mois de novembre.
Commenter  J’apprécie          120
Rosehip31
  05 novembre 2015
Aya Nakahara, auteure de Lovely Complex, Courage Nako et Berry Dynamite, signe son retour en France avec un nouveau titre décalé mais adressé, cette fois, à un public plus âgé.
Please Love Me suit les péripéties de Michiko, jeune femme de 29 ans au chômage. Alors qu'elle se pensait au fond du gouffre, se voyant constamment claquer la porte au nez par de nombreux employeurs au vu de son âge avancé et son peu de diplômes, Michiko rencontre son ancien chef de service. Celui-ci lui offre un travail à temps partiel dans son tout nouveau restaurant. Malgré ses réserves, la jeune femme accepte. Elle découvrira alors une tout autre facette de ce jeune homme qu'elle ne voyait que comme un tyran.
Au Japon, cette série fait un carton dans le magazine You des éditions Shueisha dont le septième tome relié est sorti fin août 2015. En France, ce sont les éditions Delcourt qui font paraître ce manga dont le deuxième tome est prévu pour le 18 novembre 2015.
Une entrée en matière difficile.
Aya Nakahara est connue pour ses séries humoristiques et dynamiques. Mais le premier chapitre de Please Love Me ne met cependant pas le lecteur dans cette ambiance. Il nous présente plutôt une triste réalité. le lecteur peine à entrer dans l'histoire qui piétine pendant plusieurs pages.
le personnage de Michiko pourrait se rapprocher d'un certain lectorat ; bientôt la trentaine, sans enfant, fréquentant un jeune homme qui ne souhaite pas se marier et venant tout juste de perdre son travail. A notre époque, ce genre de situation n'est plus aussi inconcevable qu'il y a cinquante ans et touche une population de plus en plus large (au Japon également). D'autres josei abordent également ces thématiques, tel que Totsuzen desu ga, Kekkon shimasu (titre encore inédit en France) qui suit les déboires d'une jeune trentenaire en quête d'un partenaire pour se marier. Mais dans Please Love Me ces critères semblent avoir été choisis par l'auteur pour justifier le côté pathétique du personnage ainsi que son côté immature.
En outre, la première moitié de ce premier tome est pratiquement vide d'action et semble se cantonner à la description de la vie monotone de Michiko.
Une histoire qui surprend pourtant.
L'auteur a cependant parsemé son histoire de retournements de situation des plus surprenants, ce qui permet de garder le lecteur en haleine. Une fois le premier chapitre passé, Aya Nakahara nous entraîne dans un enchaînement de rebondissements.
Bien que l'histoire reste dans la lignée des josei classiques et reprenne beaucoup de clichés du genre, l'auteur s'amuse à nous prendre complètement au dépourvu.
Nous avons, par exemple, tout juste le temps de nous questionner sur la possibilité de la naissance d'un triangle amoureux que l'auteur prend une toute autre direction. Ou encore, lorsqu'on se demande si l'héroïne va enfin laisser tomber son petit-ami, l'auteur fait en sorte que la situation empire. En somme, Nakahara se joue des attentes du lecteur en ne cessant de prendre des chemins surprenants.
Please Love Me se révèle donc être un josei intéressant qui permet de passer un bon moment. Bien que l'histoire ne cesse de vaciller entre le « déjà-vu » et les retournements de situation inattendus mais le côté comique rend cette oeuvre unique et ses personnages attachants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
babel95
  17 juin 2017
« J'étais très anxieuse à l'idée d'écrire cette histoire …c''est la première fois que mes héros ont la trentaine ! Cela dit, j'ai vraiment adoré la dessiner. Soyez indulgents avec cette jeune héroïne irrécupérable et ses histoires d'amour désespérées », tel est le message d'Aya Nakahara, la mangaka de Please love me, un josei manga publié par les éditions Delcourt.
Michiko Shibata, jeune femme de vingt-neuf ans, au chômage en fin de droits est au bout du rouleau. Elle ne retrouve pas d'emploi, ses économies ont fondu car elle continue d'entretenir un étudiant en médecine, Junta, dont elle s'est entichée. Alors qu'elle meurt littéralement de faim, elle retrouve par hasard son ancien chef, Ayumu Kurosawa qu'elle a toujours craint et détesté. Kurosawa est en train de reprendre le restaurant de sa grand-mère; pris de pitié, il lui propose un petit travail dans le restaurant. Pour céder aux demandes d'argent de plus en plus pressantes de Junta, Michiko. s'adresse à une officine douteuse de prêts, puis prend un travail comme hôtesse de nuit dans un bar mal famé. Jusqu'au moment où Kurosawa, alerté par un employé du restaurant, vient à la rescousse de Michiko qui n'avait pas compris à quel genre de clients elle avait affaire dans le bar.
De retour au restaurant, Michiko sera-t-elle capable de recommencer à zéro ?
Dès les premières pages j'ai vraiment été intéressée par ce personnage de jeune femme à la dérive. le monde de « Please love me » est loin d'être rose. A travers ce manga, Aya Nakahara ne nous cache rien des difficultés financières liées au chômage : Michiko meurt de faim, et accepte tous les petits boulots, y compris les plus dangereux. Aya Nahara dépeint de manière très réaliste la solitude affective de Michiko, sa relation avec Junta, qui se sert d'elle pour finalement la comparer à un «chien».
Mais l'espoir demeure : Kurosawa, aidé d'amis, d'anciens loubards, reprend le petit restaurant qui devient pour tous, y compris Michiko, le symbole d'une seconde chance.
Un premier tome qui interpelle !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
kikibaba
  01 octobre 2015
Michiko a 29 ans, elle est toujours célibataire et en plus elle s'est entichée d'un garçon pour lequel elle s'endette alors qu'il n'a aucun sentiment pour elle. Sans travail, c'est la rue qui la guette jusqu'au jour où elle retrouve Kurosawa son ancien chef avec lequel elle détestait travailler. Celui-ci lui propose du travail dans le restaurant qu'il vient d'ouvrir après avoir quitté son ancien emploi. Ces personnages de pauvre fille qui se sentent inutiles parce que toujours célibataires à un certain âge commencent à m'agacer. En plus, celle-ci n'a pas un sou de jugeote et entretient un type qui n'a rien à faire d'elle ! On doit pouvoir trouver des mangas avec des personnages féminins moins affligeants !
Commenter  J’apprécie          40
bouma
  16 novembre 2015
L'auteure de la série Lovely Complex revient avec une romance à destination d'un public plus âgé (notamment du à l'âge des personnages et à leurs préoccupations). On y reconnait son dessin si particulier ainsi que ses personnages décalés.
Pour le coup c'est vraiment un tome d'introduction et j'attends de voir comment les choses vont évoluer.
Lien : http://boumabib.fr
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (3)
Sceneario   19 janvier 2016
Ce tome parcourt de manière réaliste les histoires des personnages. Certainement destiné à un public plus mature, il est agréable de sortir des histoires de lycée pour passer chez les trentenaires.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario   19 janvier 2016
Ce tome parcourt de manière réaliste les histoires des personnages. Certainement destiné à un public plus mature, il est agréable de sortir des histoires de lycée pour passer chez les trentenaires.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   08 octobre 2015
Avec son peu de variations sur les situations ou les personnages, Please love me ! se révèle une lecture agréable et amusante, grâce à une auteure qui maîtrise parfaitement son sujet.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
babel95babel95   17 juin 2017
- Chef...
- Quoi ?
- Tout à l'heure, vous êtes sorti de nulle part pour me sauver... un peu comme un héros de manga...
- C'est vrai
Commenter  J’apprécie          60
boumabouma   16 novembre 2015
On a tous besoin d'un endroit dans lequel on se sent bien et où l'on peut se détendre.
Commenter  J’apprécie          100
babel95babel95   17 juin 2017
- Tu sais Michiko, c'est difficile de devenir médecin. C'est pourquoi ma priorité, c'est de m'amuser un max !
- Je vois, c'est bien
- Tu trouves aussi ? Je n'ai pas envie de me marier non plus
- Quoi ?
- Non je ne veux pas d'attaches, tu vois.
- Oh, d'accord... mais, dans ce cas, moi, je suis quoi pour toi ?
- Toi ? je t'adore. Tu me fais penser à mon chien !
- Ton chien ?
- Oui, ça me rappelle de bons souvenirs. Tu m'écoutes et tu m'accompagnes partout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
babel95babel95   17 juin 2017
- Tu vis en mangeant des choux et tu entretiens un étudiant, il n'y a rien qui te choque ?
- Ne me jugez pas aussi vite, je....
- Tu es bête ou quoi ?
- Ca me va, je suis heureuse comme ça.
- On dirait pas.
- Vous n'êtes plus mon chef alors pourquoi vous me faites encore la morale ?
- Parce que tu es une idiote.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Aya Nakahara (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aya Nakahara
Lovely Complex - Opening
autres livres classés : chômageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14965 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre