AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Miyako Slocombe (Traducteur)
EAN : 9782382124215
Akata (17/11/2022)
3.73/5   47 notes
Résumé :

Asumiko Nakamura, autrice culte au style graphique unique, revient en français avec un polar psychologique particulièrement complexe et ambitieux. Entre suicide, plagiat et fantasmes, où se trouve la vérité ?
Mizorogi est écrivain et s'il y a bien une chose à laquelle il ne s'attendait pas, c'est de recevoir un appel de la police lui demandant de venir identifier un corps. Celui d'Aki, une mystérieuse jeune fille qui se serait suicidée. Mais alors qu'... >Voir plus
Que lire après Utsubora, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Dernier coup de coeur chez moi, cette mangaka est vraiment ma révélation de l'année avec son travail tellement intimiste et fluide dans sa narration graphique que quand on lit un de ses titres, on reconnaît de suite sa patte, ce que j'adore ! Découvert il y a quelques années en anglais, je suis ravie de pouvoir relire Utsubora, son meilleur titre à mes yeux à ce jour, dans la langue de Molière grâce au beau travail d'Akata.

L'éditeur nous avait promis une trilogie de thriller puissant porté par des femmes, en voici le deuxième volet après le punchy mais décevant Mon mari dort dans le congélateur qui m'avait fait miroiter de belles choses avant de me décevoir. Ce ne sera pas le cas ici car Asumiko Nakamura est une toute autre conteuse et que quand elle décide d'installer une ambiance à faire froid dans le dos, elle est bien plus subtile que Misaki Yasuki. Akata tient donc ses promesses en nous offrant une belle histoire psychologique à coller des frissons.

 Surtout connue en France pour ses romances Boys Love, Asumiko Nakamura revient donc une nouvelle fois, après Double Mints chez Hana Collection, avec une thriller extrêmement bien ficelé. Là où le premier jouait avec une relation MxM malsaine entre deux anciennes connaissances du lycée, nous sommes ici avec un scénario beaucoup plus fin et subtile où le travail psychologique est tout autre et l'autrice explose dans le genre ! Elle m'avait déjà conquise avec l'émotion de sa saga Doukyusei et ses suites grâce à son travail sur les personnages et leurs émotions à fleur de peau, elle récidive avec en plus une dimension bien plus noire ici.

L'histoire débute sur un suicide, celui d'une belle jeune femme aux longs cheveux bruns qui se serait jeté du toit d'un immeuble. Sur son téléphone, seulement deux numéros : celui d'un vieil écrivain à succès et celui de sa mystérieuse soeur jumelle. Appelés à venir identifier le corps, les deux se croisent, chacun cachant quelque chose  et chacun trouvant le regard de l'autre. Une valse étrange va débuter entre eux tandis que la police, interloquée par cette affaire, va mener l'enquête.

D'emblée, l'autrice pose une ambiance froide, lente, mystérieuse et entêtante avec des héros qui avancent au ralenti mais avec une grâce inquiétante. L'homme du répertoire, Mizorogi, est un auteur en panne d'inspiration qui va voler le travail de la morte et le faire publier à son nom avant de se rapprocher d'elle. La jeune femme, Sakura, reste très mystérieuse et semble prendre cet homme dans sa toile telle une mante-religieuse. Les deux sont étranges, inquiétants. C'est le premier que nous allons suivre et c'est à travers son regard que le mystère et l'inquiétude vont naître. On sent sa peur de se faire percer à jour et l'attirance qu'il va éprouver malgré lui pour le sosie de son ancienne amante. Mais tellement de questions sont en suspens.

L'enquête est finement menée. Elle pousse les inspecteurs dans leurs retranchements sous les dehors tranquille de la narration lente et entêtante de l'autrice. C'est quelque chose d'assez classique mais terriblement efficace ici grâce à un travail psychologique au scalpel ! L'inspecteur Kaiba a lui-même connu une victime de suicide dans ses proches, il ne peut donc s'empêcher de vouloir fouiller et comprendre ce qu'il s'est passé, ce qui le met sur la trace de nos deux suspects. L'ambiance est posée.

L'autrice entremêle ainsi un polar finalement ciselé, des questionnements sur les relations à fort écart d'âge et le désir, le poids de la culpabilité, la question du plagiat et de la création artistique, le tout porté par son trait reconnaissable entre tous. C'est grâce à lui qu'elle nous fascine d'entrée car il impose ce rythme lent qui nous saisit et cette fascination qu'on ressent pour les suspects et la victime.

Son dessin et sa narration graphique sont à nouveau une petite claque pour moi. Elle impose sa marque, fabrique des lignes et des courbes pleines de symboliques, joue sur les angles de vues, propose des formes géométriques qui se perdent dans des cases qui semblent bien vide, dirigeant le regard et nous mettant en tête tout un tas de questionnement pour tenter d'en comprendre la symbolique. C'est puissant et fascinant à l'image d'Aki et Sakura, ces deux jeunes femmes, tellement sensuelles définis avec une économie de traits fascinantes mais les rendant envoûtantes, telles des vamps ! (au premier sens du terme). J'ai été totalement transporté encore une fois par cette patte graphique et tout ce qui s'y cache.

Avec un faux air de Black Swan, ce polar psychologique d'Asumiko Nakamura frappe fort. Il peut sembler fort simple dans son écriture car rien ne dépasse et qu'il est d'une efficacité terrible pour mettre en scène le suicide qui nous occupe et l'enquête qui suit, mais il recèle plein de petites touches dramatiques frappantes et entêtantes. Avec son trait toujours aussi arty et polarisant, l'autrice nous percute et nous entraîne dans sa macabre valse séductrice entre deux suspects qui ont tout deux quelque chose à cache. Entre questionnement sur l'identité, le soi, la création artistique et le plagiat, elle noue une histoire complexe avec une narration graphique extrêmement riche qui ne peut que faire réagir le lecteur.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          20
Intriguant.
C'est ce que j'ai pensé en lisant la quatrième de couverture de ce manga.
Intriguant.
Ce que j'ai encore pensé en refermant le livre.

Mizorogi, un écrivain, se rend à l'hôpital pour identifier un corps. Il pense qu'il s'agit d'Aki, une jeune femme qu'il connaissait à peine, mais le visage de la morte n'est pas reconnaissable. A l'hôpital, Mizorogi a un choc en croisant Sakura, la soeur jumelle de la défunte. le trouble s'accroît lorsque l'auteur apprend que Sakura a donné de fausses coordonnées à la police. Qui est vraiment la dénommée Sakura ? Est-ce bien le corps d'Aki que l'on a retrouvé ?

Je découvre la mangaka avec ce titre Utsubora, et je suis contente de cette découverte. J'ai apprécié le style graphique, les dessins, ainsi que l'intrigue. le personnage de Sakura est fascinant : on s'interroge sur ses réelles intentions, quel piège pourrait-elle tendre à Mizorogi ? Mizorogi, l'écrivain qui finalement n'a pas une attitude si exemplaire… Vivement la sortie du tome 2 pour avoir la conclusion à ce premier volume.

Merci au site Babelio et aux Editions Akata pour cette lecture!
Commenter  J’apprécie          70
Les couvertures de cette série ont un effet troublant et magnétique. Elles exercent une sorte de fascination, mais où nous nous sentons étrangement mal à l'aise. L'histoire est finalement comme bien d'autres et en même temps nous abordons également les écrivains. Mais cela c'est quand même sans compter sur le graphisme très à part d'Asumiko Nakamura. Ce manga sort chez Akata et sera en deux tomes.
La série est plutôt réservé à un public mûr et averti, il y a également quelques scènes sensuelles et sexuelles. Aki se serait suicidée en se jetant du haut d'un immeuble. Et quand vous voyez les images que la mangaka met en place, comme Aki tombant tête la première, un focus sur ses yeux, etc. Cela en fait quelque chose d'unique qui ne plaira sans doute pas aux gens de la même manière.
Le lecteur ne la connaît pas, mais il la verra dans des souvenirs voire scènes imaginaires ou réelles. C'est une femme à la beauté fatale qui a l'air hors du temps. Nous ajoutons du mystère quand nous rencontrons une certaine personne à l'hôpital. Cela donne autant le côté policier que mystérieux. de plus, le fait que seulement les jambes soient vraiment visibles ajoutent des problèmes.
D'un autre côté, nous parlons éditeur, succès, page blanche, continuer à assurer, écrivain, ce que le succès peut apporter entre autre des femmes, de l'argent, de la gloire, etc. Nous avons une somme de relations complexes voire bizarres, sur lesquelles nous pouvons nous tromper. Des doutes germent en nous, tout comme des milliers de questions. Rien n'est vraiment clair, tout est possible, tout est imaginable. Nous mêlons la temporalité et les histoires de différents personnages. Mais que s'est-il vraiment passé ? Et pour aller plus loin, qu'est-ce qui est réel ?
Commenter  J’apprécie          40
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Akata ainsi que l'opération Masse Critique Babelio qui m'a permis de pouvoir recevoir et lire ce manga.
Étant totalement néophyte dans l'univers du manga, "Utsubora" fut donc mon tout premier.
Je dois dire que n'ayant pas l'habitude de lire des mangas il m'a fallu un petit temps d'adaptation pour arriver à me faire à cette méthode de lecture qui change totalement de mes habitudes. Nous plongeons ici dans un univers fantasmagorique ou Mizorogi un auteur à deux doigts de la page blanche doit publier le tome 2 de son roman "Utsubora", hélas au même moment une jeune femme prénommée Aki, à laquelle il était insidieusement attaché, se suicide, il doit donc aller reconnaître le corps de la jeune femme à la morgue, corps dont le visage se retrouve totalement pulvérisé par l'impact ( la jeune femme s'étant jeté d'une terrasse d'un immeuble). L'auteur est totalement choqué il l'est encore plus lorsqu'il croise la copie conforme de la défunte, Sakura qui prétend être la soeur jumelle de la jeune femme décédée.
Mais les deux semblent étrangement liées. Sakura est-elle vraiment la soeur jumelle d'Aki ? Notre auteur arrivera t-il à sortir le tome 2 de son roman dans ces conditions ?
Vous le saurez en lisant ce manga dont le tome 2 paraîtra début février.
Ce fut pour moi une lecture je l'avoue un peu laborieuse par moment étant un peu décontenancée par l'univers du manga qui est pour moi vraiment tout nouveau, mais la découverte fut tout de même agréable par la richesse du scénario proposé, le mystère et l'intensité sont au rendez-vous et l'on se pose des questions tout au long de notre lecture.
C'est avec plaisir que je me lancerai dans le tome 2 une fois celui-ci paru.
Ma note : 8/10
Commenter  J’apprécie          00
Un premier tome prometteur.

Il s'agit d'un polar en deux tomes. (et qui sera prochainement adapté en drama)

Le manga commence avec le suicide d'une jeune femme, Aki, et l'identification de son corps à la morgue par un écrivain, grâce aux rares contacts téléphoniques de la jeune fille, qui dit l'avoir pourtant vu deux ou trois fois. Ce dernier fait la connaissance de la soeur jumelle d'Aki à cette occasion. A partir de là, le lecteur va de questionnements en questionnements. Difficile de juger l'intrigue seulement avec le premier tome, d'autant plus que je me demande bien comment le deuxième tome clôturera l'histoire, mais la narration semble maitrisée et plusieurs jalons sont posés.

Les questionnements soulevés par les différents protagonistes autour d'Aki sont nombreux, mais le manga prend son temps pour installer une atmosphère mystérieuse. le style unique et voluptueux de la mangaka joue beaucoup.

La thématique de l'écriture est abordée et elle semble même centrale (à quel point, j'attends le tome 2 pour le savoir). J'en parle peu pour ne pas spoiler l'intrigue, mais c'est intéressant et détaillé.

Mon seul bémol est sur un personnage secondaire, qui a son utilité, mais dont le traitement m'a un peu gênée à un moment. A voir comment cela sera traité par la suite.

J'ai hâte de lire le tome 2. Merci encore à Babelio pour cette Mass Critique.
Lien : https://lectoplum.wordpress...
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
BoDoi
06 juin 2023
Dans ce diptyque, sa précision et sa liberté d’expression paradent de page en page pour sublimer un jeu de faux-semblants hypnotique qui instille le doute en nous perdant à la frontière de la réalité. Se construisant comme un thriller psychologique à la narration tortueuse, cette troublante histoire de suicide émaillée de scènes explicites est une fascinante et enveloppante lecture à la croisée du fantasme et de la littérature.
Lire la critique sur le site : BoDoi
MangaNews
02 janvier 2023
Cette atmosphère est d'autant plus hypnotique que le style si unique et immédiatement reconnaissable de la mangaka s'y prête parfaitement. On retrouve avec plaisir son travail de découpage millimétré. Mais aussi ses designs aux contours fins, élancés, longilignes, épurés, avec une grande économie de traits. Ainsi que sa faculté à pourtant véhiculer ce qu'il faut d'émotions nuancées en particulier à travers des regards riches et parfois insondables.
Lire la critique sur le site : MangaNews
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Je pensais que le monde n'était constitué que d'un "ici" et d'un "là-bas".
Et j'ai toujours cru que moi, je me tenais "ici". Mais...
S'il n'y a pas "d'ici", il n'y a pas de "là-bas" non plus. S'il n'y a pas de "là-bas", il n'y a pas "d'ici" non plus.
Quand j'ai réalisé que l'un ne pouvait exister sans l'autre...
J'ai perdu les frontières de ce monde.
Commenter  J’apprécie          20
Chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde … Tout se transforme, à l’infini … Et en même temps tout en demeure parfaitement immuable … Chaque instant constitue un tout.
Commenter  J’apprécie          10
Je recherche tout ce qui attise la passion … Ce qui a le pouvoir d’ébranler les gens et la force de capturer un cœur pour le plonger dans la frénésie. Voyez-vous … Mon propre coeur est dure et glacée, comme si on m’avait ôté la vie … C’est pour ça qu’il est attiré par tout ce qui est empli de chaleur …
Commenter  J’apprécie          00
À l'instant où je suis saisi d'un doute, je suis assailli par la peur que ma plume s'interrompe...
Commenter  J’apprécie          20
Elle aurait pris l'ascenseur.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : jumelleVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (98) Voir plus



Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1421 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..