AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Vincent Zouzoulkovsky (Traducteur)
EAN : 9782908981919
265 pages
Vertige Graphic (16/11/2004)
4.32/5   50 notes
Résumé :
Hiver 1947-1948.
Tandis que Gen se remet de la perte de sa jeune sœur, il fait bientôt une nouvelle découverte qui va le bouleverser : les Américains, loin de chercher à soigner les victimes des radiations, s'en servent comme cobayes.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  25 février 2014
Hiver 1947-1948

La lutte contre la famine et contre les effets délétères des radiations se poursuit avec une virulence toujours aussi acharnée. Les plus faibles continuent de céder à la fatigue et à cette « maladie de la bombe » qui explique en partie l'occupation du territoire par l'armée américaine. Jusqu'alors, la cohabitation semblait avoir été bien toléré par Gen et ses proches bien que les militaires, avec leurs manières de pachas bien nourris et dominateurs, n'aient pas hésité à asservir les gamins japonais en les poussant à mendier de la nourriture par des chants et des spectacles bouffons. Mais lorsque la mère de Gentombe malade et qu'un médecin inexplicablement charitable vient l'observer et lui conseille de se rendre à l'A.B.C.C., une nouvelle facette de l'occupation américaine se dévoile à leurs yeux. L'A.B.C.C. désigne l'Atomic Bomb Congressional Commission dont la mission est de récolter les informations concernant les radiations atomiques et leurs effets sur les êtres vivants. Ces informations, dans la rivalité avec l'U.R.S.S., doivent être tenues dans la plus haute confidentialité et ne servent absolument pas aux premières victimes des radiations, cobayes condamnés par avance.

Chaque volume de Gen nous fait découvrir de nouvelles aberrations. Entre temps, la lutte contre la faim et la débrouille entre gamins se poursuit, couronnée par une force vitale et une espérance acharnées qui sont admirables. La misère semblerait presque pouvoir sévir autant qu'elle le veut tant que de petits îlots de solidarité continuent à atténuer les souffrances. de telles dispositions sont-elles faites pour durer ?
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Kez
  06 mars 2022
Un manga puissant. Vous ne pouvez sortir qu'ébranlé d'une telle lecture.
Entre l'histoire, les dessins... Que dire, c'est d'une force.
J'ai lu tous les volumes en les empruntant à ma médiathèque.
J'ai voulu acheté ce manga pour le prêter, le faire lire à mes amis...
Il n'est plus édité ni disponible. Je ne comprends pas.
Ce manga devrait être obligatoire comme lecture au collège et au lycée.
Commenter  J’apprécie          190
PostTenebrasLire
  20 mai 2015
Les conséquences de la guerre sont toujours là. Pas de travail. Peu de nourriture.
Encore une fois, il n'y a pas d'angélisme dans ce tome. Les victimes se transforment volontiers en bourreaux.
Les yakuzas exploitent la misère, la faiblesse et l'enfance sans aucun remords. Ils sont bien loin de l'image qu'ils tenteront de fabriquer des décennies plus tard.
Gen parvient quand même a créer un cercle d'amis autour de lui pour rendre la survie possible et plus humaine.
Des thèmes plus globaux transparaissent dans ce tome :
L'empereur qui semble toujours vénéré
Chose peu compréhensible pour Gen né dans une famille pacifiste.
Il ne comprend pas qu'un des hommes qui a précipité le Japon dans la guerre soit encore respecté.
Les tendances antérieures présentes avant la guerre sont toujours là.
À la lumière de ce tome, je me demande :
Quand le peuple japonais est-il devenu pacifiste ?
Les Américains ne sont pas là pour soigner ni aider
Ils sont là pour analyser les effets de la bombe et c'est tout.
Tout discours visant à dire "la bombe a permis de mettre fin à la guerre ..." devrait être sérieusement mis en balance avec le comportement de l'occupant...
Gen est toujours une série de haute qualité, forte, sans pitié ni complaisance.
Il y a malgré tout des moments de délires, de complicité, de jeu, de solidarité ... Ces moments dressent un tableau bien plus nuancé que le dramatique de la situation laisserait augurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
OverTheMoonWithBooks
  28 mars 2013
Les aventures de Gen Nakaoka et sa famille continuent.
Dans cet opus il découvre que les Américains se servent des rescapés de la bombe comme de cobayes mais ne les soignent pas. Et pire encore, les médecins japonais sont complice de cela !
Les thèmes et les motifs de la narration sont les mêmes que dans les précédents. Pas de grande nouveauté donc dans ce 5ème tome.
Commenter  J’apprécie          150
Foxfire
  03 janvier 2019
Après avoir lu les 2 premiers tomes de la réédition en intégrale, j'aurais pu attendre que ma bibliothèque acquière le 3ème tome mais je n'ai pas pu attendre, j'avais trop envie de savoir ce qu'il allait advenir de Gen et ses proches. J'ai donc poursuivi ma lecture dans l'édition précédant la réédition en intégrale. Me voici donc au tome 5 (chacun des tomes de l'intégrale regroupant 2 tomes).
La vie est toujours aussi dure pour les civils, même plusieurs années après la guerre. L'émotion est toujours au rendez-vous dans ce volet mais le ton se fait aussi plus dénonciateur, plus revendicatif. Gen est de plus en plus en colère. Et on le comprend ! Des yakuzas qui profitent des pénuries de l'après-guerre sur le dos des pauvres et utilisent des gamins pour leurs basses besognes. Des américains qui se servent des victimes de la bombe comme de cobayes. Les va-t-en-guerre d'hier qui méprisaient ceux qui étaient contre la guerre et qui prétendent aujourd'hui avoir toujours été pacifistes. L'empereur qui a jeté son pays dans la guerre, le conduisant à sa ruine, est toujours en place et respecté. Il y en a des salauds qui méritent la colère de Gen ! Mais ce petit bonhomme n'est pas que colère et ressentiment. Plein de courage, un coeur énorme, de la ressource, Gen donne envie de continuer à aimer l'humain malgré les atrocités qu'il est capable de commettre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   27 mars 2013
La guerre du Pacifique prit fin avec l'explosion de la bombe atomique mais...
... la peur engendrée par les radiations fut à l'origine d'un nouveau combat pour ceux qui y furent exposés.
L'administration américaine interdisait formellement toute information au sujet de la bombe. Les cris de douleurs de ses 300 000 victimes furent étouffés.
Commenter  J’apprécie          120
colimassoncolimasson   05 mars 2014
Les Américains se sont empressés d’enquêter sur les effets des explosions nucléaires, tant en ce qui concerne l’environnement que les êtres vivants, humains ou non. Un seul essai ayant eu lieu auparavant, leurs connaissances en la matière étaient alors quasiment nulles et le danger mortel provoqué par les radiations largement ignoré. C’est pourquoi Hiroshima et Nagasaki constituent, de leur point de vue, des tests en « vraie grandeur » pouvant fournir des informations capitales mais qui doivent demeurer secrètes car les Etats-Unis tiennent à conserver le monopole de la puissance atomique, d’autant que la rivalité avec l’Union soviétique se fait de plus en plus vive. Un organisme, l’A.B.C.C. (Atomic Bomb Congressional Commission ou Commission du Congrès pour la bombe atomique) est institué afin de rassembler ces informations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   01 mars 2014
Le crématorium de la ville reçoit les corps dans la journée et les brûle la nuit. J’y vais avant qu’ils ne commencent. Je paye les employés, je prends les corps, je les emmène à l’A.B.C.C. pour qu’ils soient disséqués et je les rapporte ensuite. Je suis japonais, c’est dur pour moi de faire ce travail mais c’est normal que les autres me traitent de vautour. […] Le laboratoire de pathologie de Washington a besoin d’informations pour étudier l’état de santé des habitants d’Hiroshima et de Nagasaki […] pour protéger leur pays d’une attaque atomique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   25 février 2014
Comme il faisait très chaud, les cadavres ont vite pourri et les asticots se sont vite transformés en plein de mouches. Hiroshima était comme un champ brûlé couvert de cadavres. Il y avait que les mouches et la fumée des bûchers qui bougeaient.
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   27 février 2014
On pourrait dire que j’ai la flemme de la bombe. Les radiations m’ont enlevé l’envie de faire quelque chose. Je n’ai nulle part où aller et je n’ai envie de rien. Je voudrais mourir au plus vite.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Keiji Nakazawa (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Keiji Nakazawa
"Nos Temps contraires", manga de science-fiction de Gin Toriko et Senta Nakazawa, vient de remporter le Prix Seiun 2021, catégorie manga. Ce prix est décerné annuellement par les membres de la Convention nationale japonaise de science-fiction. A cette occasion, nous vous dévoilons un trailer pour vous plonger dans l'univers de cette oeuvre d'actualité !
Découvrir le premier chapitre en lecture gratuite : http://www.akazoom.fr/nos-temps-contraires-t1
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/ Notre site web : http://www.akata.fr/
#NosTempsContraires #InstantShôjo
+ Lire la suite
autres livres classés : hiroshimaVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1153 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre