AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Gope éditions (15/10/2018)

Note moyenne : 5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
[LIVRE RÉSERVÉ A UN PUBLIC AVERTI (ÉROTIQUE)]
Ici, il y a une veuve occidentale qui s'amourache d'un sans-abri thaïlandais, un expatrié professeur d'anglais et d'arts plastiques qui partage sa vie avec une momie à forte poitrine, un requin blanc nageant à contresens du sexe facile et pas cher, un ex-ambulancier encarté à la CGT et fan de Johnny Hallyday réincarné en poisson-chat, un moine bouddhiste tueur de fourmis, le zizi tout blanc d'un "Farang" qu'on inc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LesLecturesDeRudy
  06 janvier 2019
Cyril Namiech m'avait déjà beaucoup amusé avec " guili-guili" et le voilà de retour avec un recueil de nouvelles plus jubilatoire les unes que les autres .L'auteur qui connait bien la Thaïlande avec ses qualités et ses défauts entremêle étroitement la vision du monde occidental du pays à la réalité thaïlandaise .
C'est plein d'humour , c'est parfois cru mais jamais vulgaire et au fil des pages on ressent surtout toute la tendresse et l'amour de Cyril pour ce magnifique pays .
Les histoires sont relativement courtes et tellement variées que la lecture n'est jamais monotone .
Un grand merci aux Editions Gope pour ce moment de plaisir et de bonheur qu'est la lecture de ces gauloiseries siamoises .
Commenter  J’apprécie          20
gaba54
  18 novembre 2018
Je viens de terminer La poésie du requin blanc et j'ai été totalement conquis.
Quelle prose! Quelle poésie! le talent de narrateur de Cyril Namiech m'a fasciné ainsi que sa fantaisie complètement débridée mais toujours maîtrisée. C'est délicieusement scabreux sans jamais être vulgaire, au contraire. Surtout, c'est toujours désopilant, même si le rire se mêle parfois aux larmes. Ma nouvelle préférée est l'Ogre de Ban Pan Sang avec une petite fille si émouvante.
Commenter  J’apprécie          30
Eds_GOPE
  30 octobre 2018
C'est qui ce Cyril Namiech ? Un cynique, un décalé, un farceur, un obsédé du cul et de la bite, un stripteaseur des mots, un faiseur d'images ? On dit qu'en exposant l'artiste s'expose, alors pourquoi pas l'écrivain en nous livrant sa prose ? En tout cas, ce gars-là connaît son monde : la Thaïlande en premier lieu et tout ce qui y vit, y survit et meurt ; la peinture, assurément (sûr qu'il a dû s'y frotter et s'entoiler lui-même), le football avec sa fantasmagorie et sa transversalité géographique, les coinstots bizarres où l'amour et les bahts coulent à flots sous les guirlandes de lumière.
Mais qu'importe le flacon, après tout, pourvu qu'on ait l'ivresse. L'ivresse du rire ici, en l'occurrence. Vous savez, ce rire qui glousse ou qui sort par bouffées quand on rit au-dedans de soi ! le rire quand l'imbécile pudeur s'éclipse pour titiller nos fantasmes, quand le sexe est prétexte à faire tomber les masques pour y découvrir des pans de l'âme. L'âme qui flirte avec l'inconscience, le délire et la souffrance. Souffrance de l'esprit plus que celle du corps. le rire quand les situations ubuesques, délirantes, parfois grinçantes et pas si surréalistes que ça finalement, sont servies par un style épuré, rythmé, musical, poétique.
La lecture de ces nouvelles a deux entrées, celle qui nous emporte guillerets et curieux, quelques heures durant, dans les méandres d'une imagination galopante et joueuse qui ose tous les possibles ; et celle qui nous offre une peinture grand-guignolesque d'un miroir aux alouettes où l'amour, en Thaïlande comme partout ailleurs, est une illusion et une déchirure.
Cyril Namiech a pris le parti d'en rire. Et de nous donner à rire. L'amour est trop sérieux pour le prendre au sérieux. Merci à lui pour cette joyeuse escapade siamoise.
Georges Mahembé
Lien : https://lapoesiedurequinblan..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Eds_GOPE
  30 octobre 2018
C'est qui ce Cyril Namiech ? Un cynique, un décalé, un farceur, un obsédé du cul et de la bite, un stripteaseur des mots, un faiseur d'images ? On dit qu'en exposant l'artiste s'expose, alors pourquoi pas l'écrivain en nous livrant sa prose ? En tout cas, ce gars-là connaît son monde : la Thaïlande en premier lieu et tout ce qui y vit, y survit et meurt ; la peinture, assurément (sûr qu'il a dû s'y frotter et s'entoiler lui-même), le football avec sa fantasmagorie et sa transversalité géographique, les coinstots bizarres où l'amour et les bahts coulent à flots sous les guirlandes de lumière.
Mais qu'importe le flacon, après tout, pourvu qu'on ait l'ivresse. L'ivresse du rire ici, en l'occurrence. Vous savez, ce rire qui glousse ou qui sort par bouffées quand on rit au-dedans de soi ! le rire quand l'imbécile pudeur s'éclipse pour titiller nos fantasmes, quand le sexe est prétexte à faire tomber les masques pour y découvrir des pans de l'âme. L'âme qui flirte avec l'inconscience, le délire et la souffrance. Souffrance de l'esprit plus que celle du corps. le rire quand les situations ubuesques, délirantes, parfois grinçantes et pas si surréalistes que ça finalement, sont servies par un style épuré, rythmé, musical, poétique.
La lecture de ces nouvelles a deux entrées, celle qui nous emporte guillerets et curieux, quelques heures durant, dans les méandres d'une imagination galopante et joueuse qui ose tous les possibles ; et celle qui nous offre une peinture grand-guignolesque d'un miroir aux alouettes où l'amour, en Thaïlande comme partout ailleurs, est une illusion et une déchirure.
Cyril Namiech a pris le parti d'en rire. Et de nous donner à rire. L'amour est trop sérieux pour le prendre au sérieux. Merci à lui pour cette joyeuse escapade siamoise.
Georges Mahembé
Lien : https://lapoesiedurequinblan..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cielazur
  18 novembre 2018
Du poilant ! du désopilant ! du loufoque ! du pimenté ! du polisson ! du décalé ! du délirant ! de l'outre-tombe ! du cru ! du tendre ! de l'émouvant ! du moustachu ! du poétique ! le tout enrobé d'amour. Un livre à lire avant la fin du monde. Ou après, pour les miraculés. Et s'il ne reste que les fourmis (comme dans la nouvelle Happy Ending), celles-ci se délecteront de cette prose enchanteresse. Une prose Merlin !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LesLecturesDeRudyLesLecturesDeRudy   06 janvier 2019
Il existe deux catégories d'individus sur terre , ceux qui s'intéressent aux chiens et ceux qui s'intéressent à la merde du chien .
Commenter  J’apprécie          20
LesLecturesDeRudyLesLecturesDeRudy   06 janvier 2019
Pour balayer la cour du temple nul besoin d'un long et fastidieux apprentissage .A la différence du ski alpin ou du snowboard , l'autonomie s'acquiert dès le premier jour .
Commenter  J’apprécie          00
CielazurCielazur   18 novembre 2018
Il me caresse la nuque de temps à autre, me fait boire de l’eau minérale dans le creux de sa main, me parle de la pluie, du beau temps…
des rizières
du buffle dans les rizières
de l’enfant sur le buffle
des poux dans les cheveux de l’enfant
de la poupée qui fait non, non, non, non, non
du pays des vivants
du pays des aveugles
et de l’asticot roi.
Commenter  J’apprécie          00
CielazurCielazur   18 novembre 2018
J’ai aussi monté la fille d’un député rencontrée dans un magasin d’instruments de musique – elle essayait un violoncelle chinois. J’ai mis carte – bancaire − sur table. On a fini à trois dans mon lit, elle, le violoncelle chinois et moi.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : siamVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Cyril Namiech (2) Voir plus




Quiz Voir plus

La littérature au cinéma.

Quel très bon film reprend textuellement le livre d'Hubert Selby Jr. "Retour à Brooklyn." ?

Last Exit to Brooklyn (Uli Edel - 1989)
Requiem for a dream (Darren Aronofsky - 2000)
Crooklyn (Spike Lee - 1994)

6 questions
89 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , cinema , culture généraleCréer un quiz sur ce livre