AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782738120731
336 pages
Odile Jacob (20/03/2008)
3.62/5   17 notes
Résumé :
Quand nos enfants déraillent, il faut se poser les vraies questions. Les conditions sociales n’expliquent pas tout. Et l’amour ne suffit pas !

Et si la cause du mal résidait dans un déficit de réflexion sur ce que doit être l’éducation de nos enfants ?

La vie en société exige en effet de chacun qu’il se plie à un certain nombre de règles et qu’il les fasse siennes. C’est le principe de toute éducation. On s’en est singulièrement écarté.... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
BlackRadis
  09 janvier 2022
Ça commence avec une constatation : plus de chercheurs en France…
Aldo offre une explication : l'éducation de nos enfants.
Depuis quelques années Aldo voit beaucoup de garçons qu'on lui montre parce qu'ils sont en échec scolaire (sans goût pour l'école), les filles c'est plutôt les troubles alimentaires…
On est passé d'enfants mal élevés à enfants à problème.
Que s'est-il passé, pourquoi les parents traitent leurs enfants comme un objet de satisfaction narcissique.
Dans les milieux bourgeois les problèmes sont moindre car très tôt les enfants intègrent que pour accéder au pactole il faut travailler un minimum.
Autrefois les enfants sentaient visuellement qu'ils ne pouvaient pas tout avoir…
Aujourd'hui le message est que non seulement ils peuvent mais ils doivent tout avoir…
Chez les nouveaux riches les enfants gavés ont parfois du mal à faire les efforts…
Pour Aldo ça fait longtemps que le système scolaire dysfonctionne mais avant les parents prenaient le relais et ça se voyait moins….
Je suis d'accord avec le pédiatre qui est contre la psychanalyse pour enfant (en tous les cas sans les parents) car ce qui sera tricoté dans le cabinet sera détricoté sitôt rentré à la maison…
Lui travaillait beaucoup avec les parents…
L'enfant cet être neuf avec un fort potentiel a aussi une violence pulsionnelle qu'il faut contenir l'âge de raison n'arrive pas comme par magie.
Aldo revient sur l'histoire de l'enfance :
L'enfant a longtemps été peu considéré, sans remonter très loin : au début de sa carrière Aldo explique que le nouveau-né n'était considéré que comme un tube digestif !
Aldo qui dit qu'il n'est pas pour un retour à un ordre patriarcal regrette l'excès inverse qui a consisté à retirer au père son rôle spécifique pour en faire une mère-bis ou carrément l'éjecter ! le tiers privé pour la mère et pour l'enfant voilà le rôle propre du père.
Cf. son excellent livre les pères et les mères.
Non seulement l'enfant est rarement le problème mais le pédiatre parle a nombreuses reprise de celui-ci comme d'un cothérapeute.
« Je fais confiance à l'enfant de parvenir à conduire leur parent à la personne qu'il faut pour résoudre le problème » (qui est souvent pour ne pas dire toujours celui des parents).
L'enfant est un révélateur de problème.
A cinq mois l'enfant prend plaisir à ce que l'on se cache et que l'on réapparaisse : c'est l'âge où il a pris le parti des disparitions de sa mère dont il croit qu'il fait partie.
Un an plus tard avec le jeu de la bobine il des persuadera d'être le seul responsable des apparitions et des disparitions de sa mère.
Il faut dire que vers neuf mois et par le biais d'un miroir il a fait une découverte stupéfiante : il est lui !
A partir de ce jour les absences de sa mère seront vécues comme un abandon, il fera connaissance avec le temps et avec la mort.
Ses la période d'opposition, l'enfant cherche à opposer à la toute-puissance de sa mère a sienne.
Grâce au langage, il va petit à petit quitter cette phase d'opposition pour aller vers celle de la séduction dont il aperçoit vite les avantages…
On arrive à la phase du grand Amour, l'Amour oedipien…
Puis le petit garçon se dira que son père va prendre ombrage de cet amour et risque de vouloir le châtrer et voilà pourquoi toute la vie de l'homme tournera autour de son sexe…
Vers six ans le petit garçon remettra son projet, de posséder sa mère à plus tard en se promettant de trouver une épouse qui lui ressemblera ( !) cette étape de réussite n'est pas gagné et de moins en moins !
La petite fille va tenter de séduire son père et se mettre à doublement redouté sa mère et ça durera toute la vie pour s'être éloigné de son amour et d'avoir convoité son amour.
Elle essaiera plus tard de trouver un homme qui ressemble à sa mère (!!!) pour revivre l'amour du premier âge.
La conclusion c'est que les neuf mois de grossesse sont tellement primordiaux qu'au final ont fini toujours par épouser sa mère !
On élève de toute façon mal nos enfants ; mais peut-on faire moins mal ?
C'est quoi être parent ?
Chacun en a eu deux et peut répondre… Oui mais ça c'était avant….
L'enfant, c'est une façon de vaincre sa condition de mortel…On se projette forcément à travers lui.
Aldo fustige les tenants du tout langage contre les progrès de la génétique : Freud disait lui-même qu'une maladie installée se développe par elle-même…
De savoir les raisons psychiques qui ont entraînées une angine ne soignera pas aussi bien que des médicaments….Aldo explique dans un autre livre que ceux sont les récidives qui sont intéressantes de traiter.
Un enfant c'est l'assemblage de deux histoires et le mélange de deux patrimoines génétiques : cela peut entraîner une réparation…
Mais si au niveau des gènes c'est automatique, c'est moins vrai au niveau des histoires qui sont transmises à travers le vecteur subjectif du langage…
Car si la mère n'a pas besoin de parler pour communiquer avec son enfant, le père est au départ un étranger…qui se fait traduire par la mère…
Décidément grand fan des métaphores automobiles, Aldo explique que la mère est au volant, le père à côté et que l'enfant est à l'arrière.
Par cette métaphore il ne veut pas culpabiliser les mères mais leur monter leur responsabilité, responsabilité de plus en plus dur à assumer car elles pilotent dans un paysage qui contient de moins en moins de repères et avec un navigateur que l'on a bâillonné.
Aldo fait le constat qu'après les abus du patriarcat, le père a été jeté sans mesurer les conséquences que cela entraînait.
Actuellement le père n'a plus aucun soutien sociétal, les familles ne durent plus, pour certaines femmes l'homme n'est plus qu'une graine : on a rejeté une organisation qui certes était perfectible mais qui fonctionnait depuis des millénaires et cet enfant pas encore mature qu'est-ce qu'il devient ?
C'est tout ça qu'Aldo va nous dire :
La guerre des sexes continuera chacun devant lutter contre son instinct de mort (cette envie de retourner à l'état minéral), c'est en neutralisant l'instinct de mort de l'autre (l'envie de garder son enfant pour soi ou de le dominer) que l'on fait le bien de l'enfant.
Métaphore toujours : l'échelle double.
Les parents sont aussi complémentaires qu'asymétriques dans les moyens dont ils disposent…
Pour Aldo les parents sont plus une histoire d'éducation que d'ovule et de spermatozoïde…Il parle de la tyrannie non du terrorisme de la transparence en parlant des psychanalystes qui disent qu'un enfant doit tout connaître de ses origines.
Pour lui il y a le père (ou la mère) biologique, social (qui peut être différent) et fonctionnel (qui peut être le beau-père).
Pour Aldo, le père qui se sépare doit faire le deuil du rôle de père fonctionnel et il est souhaitable qu'il soit confié à un autre…
Pour Aldo les homosexuels ne peuvent pas avoir d'enfants de par leur orientation sexuelle…fin du débat (il est comme ça Aldo).
Cours d'éducation :
Leçon n1 l'enfant n'est pas seul au monde et rien ne lui est dû…dur à accepter car nous sommes naturellement tyran et autocentré…
Pourquoi l'enfant a du mal à accepter cette première règle : c'est parce qu'elle est synonyme de mort imminente.
En effet l'enfant qui a toujours été le centre du monde dont tous les besoins ont été satisfaits avant même qu'il demande quoi que ce soit, découvre quand on lui refuse quelque chose, qu'on le fait attendre le temps…
Pour lui il faut FRUSTRER l'enfant lui dire que son couple est plus important et arrêter de faire croire aux mères qui les surprotègent que l'enfant est une petite chose fragile…
Visiblement Aldo est contre le principe de précaution, les ceintures à l'arrière des voitures et des casques de vélo !
Il faut FRUSTRER et CADRER.
L'état d'anxiété des parents déterminent en grande partie la santé d'un enfant !
Les mères ont souvent des peurs irrationnelles héritées du temps ou la mortalité infantile était importante : pour Aldo il faudrait des spots pour dire aux mères que leur enfant est costaud !
Ce qu'un professionnel peut apporter c'est sa placidité face à un parent qui a peur de son enfant ou de son adolescent…
Faire autorité c'est déjà être persuadé de ce que l'on dit…
Les anarchistes seraient des grands enfants qui n'auraient pas réglé avec leurs parents leurs problèmes de toutes puissances !
Aldo raconte une histoire que j'ai vécu : face à un tout petit à qui on avait dit d'éteindre la télé la mère répond « oui mais il l'a rallume ! »
Pourquoi cette mère a un comportement aussi peu autoritaire : d'abord parce qu'elle n'est pas persuadée de l'utilité d'un tel ordre, ensuite elle ne veut pas traumatiser son enfant pire elle veut le séduire !
On ne doit donner un ordre que si on est persuadé de son bien-fondé car il s'agit d'être convainquant.
Un parent ne doit pas douter de lui-même…
Si on quémande l'amour de son enfant on s'expose au chantage et au refus.
En mettant nos enfants en haut de la pyramide, nous en avons fait des obsessionnelles.
Eduquer ses enfants c'est leur apprendre l'autre et pour qu'il respecte l'autre il faut commencer par les respecter eux (rien à voir avec l'enfolatrie).
Aldo explique qu'il n'y a qu'en France que l'on décalotte les nourrissons pratique jugée barbare par notre pédiatre.
Il faut arrêter le biberon à deux ans même si et c'est l'argument des mères cela fait prendre moins de lait.
Aldo est très sein (jusqu'à neuf mois).
La sucette c'est deux ans.
La politesse est la meilleure façon de respecter l'autre.
Aldo est définitivement contre tous les châtiments corporels…comment donner une relation structurée à l'autre si on abuse de la confiance qu'il nous porte…
Le jeune enfant a besoin de temps vide que le psychanalyste appelle des périodes de pare-excitation.
J'aime dans ce livre quand Aldo dit qu'il travaille surtout avec les parents, qu'il déconseille les psychothérapies pour les petits, se moque dans une certaine mesure de la surprotection car c'est vrai que les enfants ne sont pas en porcelaine, qu'il pense qu'une bonne vie de couple profite aussi à l'enfant….
J'aime moins son côté réac à certain moment.
Sur le culte de la transparence je serai comme sur beaucoup d'autres sujets plus nuancé car les enfants ressentent beaucoup de choses (cf. Serge Tisseron sur les secrets de famille).
L'intérêt est que c'est un pédiatre qui a quarante ans de recul donc c'est forcément intéressant et que ses avis tranchés (les timides veulent retourner dans le ventre de leur mère !) font réagir et oblige à se positionner soi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ignatus-reilly
  05 février 2011
Un livre très intéressant. Aldo Naouri donne des méthodes éducatives et explique les mécanismes de la construction de l'enfant.
Les propos d'Aldo Naouri sont abondamment illustrés d'exemples puisés dans sa longue pratique de la pédiatrie.
Je trouve ce livre essentiel, il répond à beaucoup de questions que se posent les jeunes parents. Et surtout, il remet l'enfant à sa véritable place.
Commenter  J’apprécie          170
jcamille
  12 septembre 2008
A conseiller aux jeunes parents et surtout aux jeunes papas.
Pour une fois, on s'adresse pas sur ce sujet uniquement aux femmes. Les pères ont un rôle aussi à jouer
dans l'éducation de leurs enfants.
Si j'ai retenu une chose de ce livre c'est l'idée qu'on ne doit pas réagir avec ces enfants pour leur faire plaisir/par flatterie pour garder leur amour mais avec constance et justesse autant que possible. L'amour viendra naturellement.
Commenter  J’apprécie          50
Gegeotte
  26 septembre 2010
Je n'adhére au jusqu'au boutisme de certains concepts (arrêter les bibis et sucettes à 2ans, ...) mais suis OK dans les grandes lignes et l'importance de bien donner à son enfant sa vraie place pour son équilibre et sa construction
Commenter  J’apprécie          20
mouflettesblog
  12 novembre 2015
un livre utile et plein de bon sens très "vieille école".
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ignatus-reillyignatus-reilly   05 février 2011
[les pères] Je les renvoie à leur expérience de fils de leur père, pour leur faire prendre conscience que la haine et l'amour sont l'avers et l'envers d'une seule et même médaille ; que leur place est faite pour les exposer au ressentiment et à la haine dont ils perçoivent parfois l'expression ; qu'ils doivent l'assumer sans s'en laisser émouvoir parce qu'elle accroit paradoxalement leur stature et leur pouvoir ; qu'à attendre enfin ou quémander l'amour, ils inversent la hiérarchie de leur rapport à leur pouvoir, compromettent son avenir et s'exposent, de surcroit de sa part au chantage et au refus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ignatus-reillyignatus-reilly   05 février 2011
Je ne voulais pas que les parents adhèrent à mon opinion, je voulais qu'il comprennent et intègrent ce que leur enfant attend d'eux et ce qu'ils sont requis de lui apporter.
Commenter  J’apprécie          50
ignatus-reillyignatus-reilly   05 février 2011
Il faudrait, paraît-il, non seulement dire aux enfants nés par insémination artificielle avec donneur les conditions de leur conception, mais leur permettre de surcroît d'accéder à l'identité de ce dernier ! Bonne manière de massacrer toute référence à la paternité en la réduisant à sa logique bouchère.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Aldo Naouri (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aldo Naouri
Pour quoi vous levez-vous le matin ? Se construire et construire
Pour la première fois, une centaine de personnalités - astronaute, philosophe, biologiste, chef cuisinier, artiste, pilote de ligne, astrophysicien, mathématicien... - dévoilent leur moteur intime. La motivation qui les pousse à agir, créer, travailler, espérer, vivre au mieux chaque jour et à donner du sens à leur existence. Leurs réponses poétique, amusantes, profondes, tragiques ou ludiques sont autant de témoignages de vie. Ces textes courts, illustrés par Hélène Crochemore, offrent tout à la fois connivence, réconfort, plaisir et inspiration.
https://www.belin-editeur.com/pour-quoi-vous-levez-vous-le-matin
Pour laisser votre propre témoignage : Site de l'ouvrage : https://whygetup.org/fr/
Les auteurs par ordre d'apparition : Cédric Villani • Jacques Arnould • Jean-Louis Israël • Monique Atlan • Jean Audouze • Nicholas Ayache • Jean-Paul Delahaye • Gérard Berry • Catherine Bréchignac • Alexandre Fleurentin • Edgardo D. Carosella • Thibault Damour • Jean Botti • Enki Bilal • Anne Cheng • Maxime Abolgassemi • Catherine Maunoury • Rémy Camus • Gérald Bronner • Laurent de Wilde • Mercedes Erra • Roger-Pol Droit • Étienne Klein • Yohann Thenaisie • Alexei Grinbaum • Marc Dugain • David Elbaz • Xavier Emmanuelli • Hervé Fischer • Marc Fontecave • Maud Fontenoy • Jean-Gabriel Ganascia • Claire Gibault • Pascal Pujol • Olivier Gechter • Anatole Lécuyer • Yves Gingras • Gabrielle Halpern • Hartmut Rosa • Marcel Hibert • Jean-Jacques Hublin • Patrick Iglesias Zemmour • Marc Lachièze-Rey • Gilles Macagno • Virginie Martin • William Marx • Jean-Michel Othoniel • Patrick Pissis • Cyril Rigaud • Aldo Naouri • Emmanuelle Pouydebat • Frédéric Thomas • Adrien Rivierre • Thomas Sterner • Étienne Vernaz • Matthieu Ricard • Stuart Vyse • Sylvie Cafardy • Jean-Pierre Sauvage • Norbert Gautrin • Claire Mathieu • Jacques-Alain Miller • Jean- Philippe Uzan • Miroslav Radman • Geneviève Héry-Arnaud • Giancarlo Faini • Jean-Louis Étienne • Jean-Pierre Luminet • Guillaume Néry • Alain Bernard • Guillau
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Relations avec autruiVoir plus
>Psychologie>Psychologie appliquée>Relations avec autrui (99)
autres livres classés : éducationVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre