AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782825103760
255 pages
Éditeur : L'Age d'Homme (27/05/1993)
5/5   2 notes
Résumé :
Ce livre se propose d'établir une distinction claire entre l'Islam traditionnel et d'une part le modernisme, d'autre part les diverses formes de "fondamentalisme" avec lesquelles on le confond trop souvent en Occident.L'auteur, qui se place du point de vue "traditionnel", s'attache à mettre en évidence tout ce qui sépare l'Islam traditionnel, tel qu'il s'enracine dans le Coran et la Sunnah prophétique, des courants modernistes et "fondamentaliste", et ceci dans les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
AuroraeLibriAuroraeLibri   19 août 2014
Ibn Sînâ fait une distinction très nette entre la première étape de l'éducation, dispensée à la maison, et la seconde à l'école (maktab), sous la responsabilité d'un maître (mu'allim).A ce stade, l'école et la maison se complètent pour favoriser les objectifs de la première éducation qui sont le renforcement de la foi, la formation d'un bon caractère, la santé, l'enseignement de la lecture et de l'écriture, ainsi que les rudiments d'une façon correcte de penser et enfin l'apprentissage d'un métier.Le maître doit être choisi très soigneusement, car à ce stade, son influence sur le caractère de l'élève est aussi décisive que celle qu'il peut avoir sur son esprit.Pour cette raison, le maître doit être pieux, avoir des principes moraux stricts, un caractère amène et un grand savoir.Il doit être le détenteur de la sagesse (hikmah, khirad) et avoir assez de discernement pour juger avec avec pénétration le caractère de ses élèves et pour évaluer leur aptitude à poursuivre des études dans tel ou tel champ champ de la connaissance, de sorte qu'il puisse les conseiller dans le choix des matières auxquelles ils se consacreront au cours des phases ultérieurs de leur existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AuroraeLibriAuroraeLibri   19 août 2014
Aucune présentation des vues d'Ibn Sînâ sur l'éducation ne saurait être complète sans mentionner sa doctrine de l'intellect: les facultés de l'âme et la hiérarchie qui détermine les différents niveaux des facultés intellectuelles de l'homme, et le processus par lequel l'homme peut atteindre le plus haut niveau de la perfection intellectuelle.(...)
Les Récits visionnaires d'Ibn Sînâ, dans lesquels sa "philosophie orientale" (al-hikmat al-mashriqiyyah) est exposée de manière symbolique, peuvent être étudiés comme une source de sa philosophie de l'éducation à son plus haut niveau.Dans ces traités, la doctrine de l'intellect est décrite de manière concrète sous forme d'anges et de guides célestes qui mènent l'homme vers les degrés suprêmes de la Connaissance divine.Le guide, dans le récit de Havy ibn Yaqzân est le maître par excellence et l'angéologie avicénienne est la clé pour comprendre la philosophie de l'éducation du maître.Dans sa vaste synthèse philosophique, Ibn Sînâ fait commencer le processus de l'éducation avec les parents en tant que premiers éducateurs de l'enfant et le conclut avec l'ange qui, en illuminant l'âme, lui permet d'expérimenter la vision de Dieu et d'accomplir ainsi le but ultime de toute éducation, qui n'est rien d'autre que la finalité de l'existence humaine elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AuroraeLibriAuroraeLibri   26 août 2014
En gardant à l'esprit que "philosophie" est un mot polysémique (qui a plusieurs sens), nous pouvons affirmer sans crainte qu'il ne peut y avoir de système éducatif sans enseignement de la philosophie, sous quelque forme que ce soit.(...)
Dans l'éducation islamique classique, tous les étudiants recevaient une sorte d'enseignement philosophique, entendu ici à la fois dans le sens d'une vision du monde et d'une méthode de pensée applicable aux diverses sciences, incluant jusqu'à la jurisprudence.Il faut donc en conclure qu'on ne peut transmettre la connaissance et avoir un système éducatif en bonne et due forme sans y insérer une part de philosophie, dans le sens que nous avons donné à ce terme (...), mais, en revanche, il faut savoir "quelle sorte" ou "quel genre" de philosophie on doit leur enseigner (aux étudiants musulmans) et quelle en sera l'approche.(...)
On ne peut pas envisager la philosophie en l'assimilant simplement à la philosophie occidentale moderne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AuroraeLibriAuroraeLibri   30 août 2014
Parmi les multiples centres d'intérêt de Massignon, il y avait encore le shî'isme, et plus particulièrement le shî'isme arabe.Non pas qu'il n'ait pas écrit sur le shî'isme persan, mais c'est à l'étude du shî'isme arabe qu'il consacra ses travaux les plus importants.Dans le monde du shî'isme, deux figures l'ont toujours fasciné.La première: Fatimah, la fille du Prophète.Personne en Occident n'a écrit sur elle avec autant de sensibilité que Massignon.(...)
Si aujourd'hui quelqu'un désire étudier le personnage de Fatimah en langue européenne, où doit-il chercher? Il ne peut que se référer aux articles de Massignon.Ces études ont également une valeur particulière pour l'étude comparée des religions, car Massignon étudia la relation entre Fatimah et la Vierge Marie et mit l'accent sur le fait qu'elles représentent en réalité le même archétype, la même réalité spirituelle, à des niveaux différents, et qu'il y a une sorte de relation homologique entre elles, et cela spécialement dans les parties du monde islamiques, comme la Syrie, où le Christianisme et l'Islam vivent côte à côte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AuroraeLibriAuroraeLibri   06 septembre 2014
Henry Corbin fit ses débuts dans la vie intellectuelle française au moment où plusieurs courants s'occupant de philosophie traditionnelle commençaient à se manifester, les uns dans les milieux universitaires, les autres ailleurs. Il y avait avant tout les ouvrages magistraux de René Guénon, bientôt suivis de ceux de Frithjof Schuon, qui exposaient pour la première fois dans l'Occident moderne la métaphysique traditionnelle dans toute son ampleur et sa profondeur, et qui critiquaient implacablement ce qui porte le nom de "philosophie" dans l'Occident d'aujourd'hui.(...)
Il étudia aussi avec Massignon, qui ouvrit à son jeune élève des perspectives nouvelles sur le soufisme aussi bien que sur le sh'îsme. Massignon fut en fait l'instrument de la providence lorsqu'il attira l'attention de Corbin, par l'intermédiaire de Suhrawardî, sur cet Orient qui n'est pas seulement géographique, mais qui symbolise le monde de l'illumination.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Seyyed Hossein Nasr (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Seyyed Hossein Nasr
An Anthology of Philosophy in Persia
autres livres classés : islamVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1468 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre