AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791095438311
Éditeur : L' Iconoclaste (04/10/2017)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Un essai au regard unique sur la question des jeunes radicalisés, fondée sur une expérience clinique.

En septembre 2014, l’État confie à Tobie Nathan le suivi d’une cinquantaine de jeunes gens en voie de radicalisation. Un an et demi plus tard, il rend un rapport, mais veut poursuivre la réflexion. Un livre est nécessaire. Trop de clichés sont colportés, trop d’idéologies brandies, trop de fausses réponses apportées. Qu’on pense à l’échec des centres ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Apoapo
  09 juin 2018
Ni misérabilisme – qui dériverait d'un déterminisme social larmoyant –, ni stigmatisation – qui proviendrait d'un culturalisme de mauvais aloi ou du simple racisme –, ni « extraniation » stupéfaite -terrorisée – qui consisterait à reléguer les sujets d'étude dans les rangs des psychopathes ou les influences qui les assujettissent dans le paranormal : ce qui frappe d'abord dans ces pages, c'est l'empathie – qui n'a rien d'une déresponsabilisation ! - que Tobie Nathan rend de son expérience d'écoute de jeunes « des quartiers » en voie ou en danger de radicalisation islamiste. D'emblée et tout au long de l'essai, l'auteur part de sa propre biographie : son expérience de migrant nord-africain, d'enfant des cités, de révolté, de radical non repenti, rêvant de révolution en Mai 68, de Juif de la génération qui se trouvait dans « l'obligation de construire un monde commun avec ceux qui avaient voulu la disparition de [ses] parents » (p. 217). Qui ose aujourd'hui clamer et prouver sa reconnaissance des candidats au djihad et la proximité entre sa propre jeunesse et la leur ?
Et pourtant, l'on ressent à chaque phrase que cette revendication est la condition indispensable à l'intelligence sincère du phénomène, à l'évacuation des stéréotypes – ultimes simplifications, essentialisations et bannissements – dont le but premier est de nous rassurer sur l'altérité de ces gens-là par rapport à nous-mêmes, sur leur éloignement radical de notre mode de vie et des options que nous tenons pour nos valeurs. Alors que le pas est si court – nous démontre l'auteur – entre le terrorisé et le terroriste...
L'intelligence du phénomène ne se contente pas cependant d'un répertoire de cas cliniques. Ils sont bien présents, abondants et opportunément développés à chaque chapitre, mais servent uniquement à exemplifier une argumentation complexe qui se fonde sur des concepts abstraits de nature culturelle, anthropologique, sociologique et psychanalytique. C'est à l'aune de l'originalité de ces concepts que l'on peut mesurer les lumières qu'ils nous apportent.
Ainsi le « Prologue » situe l'auteur et son point d'observation, qui peut sans doute se résumer dans la formule : « L'intelligence est une prière adressée au réel » (p. 27).
Le ch. Ier : « Laïcité et guerre des dieux » développe l'idée que la laïcité naît du constat de l'échec des religions à maîtriser la violence sanguinaire des dieux, laquelle se manifeste notamment par le « rapt d'âmes » et leur sacrifice.
Le ch. 2 : « Le voile, une membrane », étudie philologiquement le mot « 'hijab » dans sa parenté avec le grec « phrenos » et ses connotations relatives à l'hymen et au verbe latin « nubere ».
Le ch. 3 : « Filiation et affiliation » pose comme postulat que les « personnalités prédisposées » au djihadisme sont caractérisées par un double déficit : « appartenance culturelle défaillante à la première génération, filiation flottante à la suivante » (p. 55) : il précise le concept-clef d'« âmes errantes » et démontre comment celles-ci sont les proies de appels ciblés et bien prémédités des organisations djihadistes (cf. Abou Moussab al-Souri).
Le ch. 4 : « Conversion, initiation » en approfondissant ces deux notions, a pour but de les tenir distinctes. Pourtant, « L'introduction à la radicalité islamique n'est pas une simple conversion religieuse […] il s'agit à la fois d'une conversion et d'une initiation » (p. 86).
Le ch. 5 : « Apocalypse » part du parallèle entre la conception cyclique de l'Histoire des sociétés polythéistes et celle linéaire, avec un début et une – voire plusieurs – fins (apocalypses) intimement liée aux monothéismes.
Le ch. 6 : « Haschich et assassins » pose l'hypothèse saisissante que les substances psychotropes, moyens de communication avec les divinités ou divinités elle-mêmes, outre qu'une puissance aient un pouvoir, c-à-d. une intentionnalité. Il est naturellement question de l'addiction au cannabis, si fréquente chez les « âmes errantes » avant la conversion au radicalisme, ainsi que la légende de Hassan ibn al-Sabbah et sa forteresse d'Alamut, dont je découvre qu'elle a été rapportée en Occident par Marco Polo (avant d'être développée par Vladimir Bartol et par Amin Maalouf).
Le ch. 7 : « Terreur » analyse avec beaucoup de subtilité et après avoir récusé le concept de « traumatisme », les notions de « terreur » de « frayeur » et de « peur ». Il est question des Janissaires ottomans et en conclusion, de la manière dont devrait s'effectuer une prise en charge efficace des jeunes radicalisés, par psychiatres, psychologues et travailleurs sociaux, qui sont peu habitués à « démonter » les stratégies de « capture d'âmes ».
Le ch. 8 : « Les enfants abandonnés sont des êtres politiques » revient et développe le lien entre syndrome abandonnique et vocation prophétique, à partir d'Oedipe, de Jésus, de Mahomet, et des cas cliniques rapportés.
Le ch. 9 : « L'étrangeté des enfants de migrants » développe les conséquences du constat aussi paradoxal qu'heuristique que « Les enfants de migrants ne souffrent pas d'un déficit, mais d'un excès d'intégration » (p. 189).
Le ch. 10 : « Générations » qui se place sous l'exergue du célèbre aphorisme de Raul Vaneigem : « Une société qui abolit toute aventure fait de son abolition la seule aventure possible. » explore les implications générationnelles du surgissement des conflits, en particulier en relation avec la possibilité d'une « vengeance » par rapport à un crédit que la génération précédente n'a pas su recouvrer (cf. Mai 68 par rapport à la Shoah et implicitement, cette génération-ci par rapport aux guerres de décolonisation).
Enfin l'« Epilogue » est un nouvel appel méthodologique à la « lecture », et une précision du sens littéral que ce concept revêt dans la Torah et dans le Coran. Les jeunes radicalisés se sont fait « signes » : « Je suis persuadé, dit Nathan, qu'il faut "lire" leur parole, et plus encore leur comportement, comme des signes. » (p. 241)
Je voudrais conclure de façon très inhabituelle, par une vibrante déclaration d'amour pour Tobie Nathan, avec qui j'ai eu le privilège d'échanger quelques mots un soir, à l'issue d'une table ronde qui avait pour thème justement les « profils des djihadistes » : c'est grâce à son écriture et à son activité professionnelle, j'en suis profondément convaincu, et d'abord grâce à sa manière d'être au monde, et à celles qui lui ressemblent, que demeure vivable notre présent par ailleurs si étonnamment méchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Olivius
  24 octobre 2017
Approche très intéressante du sujet de la part de Tobie Nathan qui nous conduit vers une réflexion axée sur le culturel, le religieux, et leurs points de contact avec la famille, la société... L'érudition de l'auteur concernant les diverses traditions nous sert de guide dans son propos. C'est un regard que j'ai trouvé pertinent, en tous cas c'est l'une des approches possibles du phénomène de radicalisation. Je crois que ce n'est pas vraiment un livre de psychologie au sens technique du terme, mais plutôt un livre de sociologie et d'ethnologie. La belle plume de l'auteur (qui n'en est pas à son coup d'essai) rend l'ensemble attrayant, nous invite à ouvrir notre réflexion sur un sujet complexe, et délicat.
Commenter  J’apprécie          90
vallalectrice
  15 décembre 2017
j'avoue que j'ai du mal à le chroniquer. Trouver sur un bureau, mais pas empruntable, qu'importe je l'acheté, rentrer 2017 : "Les âmes errantes" de Tobie Nathan. Présenter peut être très brièvement l'auteur ? Né au Caire, issues des juifs du Maghreb, obligé de partir avec rien, arrivé en franque par hasard. Représentant majeur de l'ethnopsychiatrie en France, professeur d'université, psychologue, psychanalyste, écrivain....et j'en passe. Ce livre parle de ses rencontres avec des jeunes radicalisés. Je me suis dis, tenons nous au courant de ce phénomène, mais épargnons nous les bios. Lisons UN maître. Alors tout d'abord j'ai découvert un véritable écrivain qui manie la langue française avec brio. Ensuite d'emblée il pose les bases qui nous permettent de comprendre, de continuer à lire. Ces jeunes ne sont pas malades, et ils sont coupables de leur action. ça c'est posé. ensuite en effet on peut réfléchir et lui il sait réfléchir. Passé votre chemin si vous voulez des histoires a dormir debout, du gore, de l'horreur, des fins heureuses, des solutions toutes faites. Ces cas cliniques ne sont que des vignettes cliniques. Pour aborder beaucoup de concepts, de problématiques. parfois au milieu on en trouve une ou deux qui nous concerne. il n'apporte aucune solution, pas de happy end. Mais beaucoup de questions peut être à creuser ? ce livre ne se résume pas, il se lit. il plaît ou pas.
Moi je sais que j'ai découvert un auteur. je vais vite commander "quand les dieux sont en guerre". je précise que ce livre est classé roman...c'est tout sauf un roman, c'est un essaie. il est très abordable. j'ai adoré le titre. car nous sommes finalement beaucoup d'âmes errantes. c'est un de mes coup de coeur 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YsaM
  29 novembre 2017
Tobie Nathan est professeur de psychologie dont la spécialité est l'ethnopsychiatrie. Il s'occupe des migrants depuis plus de 40 ans et il se qualifie lui même migrant puisqu'il est arrivé en France en 1958.
Depuis trois ans, il accueille, suit, et surtout écoute attentivement les récits de jeunes en danger de radicalisation.
De Tobie Nathan j'avais lu « ce pays qui te ressemble » et j'avais beaucoup aimé, du coup j'ai décidé d'acheter « les âmes errantes » même si je savais que cette fois là ce n'était pas un roman mais plutôt un essai, un recueil d'informations, de questions et réponses, une sorte de documentaire sur papier.
Dans ce livre l'auteur tente de trouver des réponses à la radicalisation, il nous livre son sentiment et nous narre des extraits de rencontres avec ces jeunes qui sont à la limite de basculer et qui basculeront pour certains.
Il les nomme « les âmes errantes » des jeunes sans racine ou qui ont été déracinés, des jeunes en mal d'identité, des jeunes qui ont besoin de retrouver de l'espoir et d'être reconnus pour pouvoir exister.
Il n'hésite pas à faire le parallèle entre ces jeunes en mal d'identité et son propre parcours, c'est peut-être ce qui lui permet de mieux comprendre et de tenter d'expliquer.
Il revient à la genèse, nous parle de religions, de conversions, de générations, de la société, de la famille et de transmission. Ce n'est pas toujours simple à lire mais Tobie Nathan prend soin de mettre des notes en bas de page pour nous guider.
Le livre est très intéressant et reflète parfaitement notre société actuelle. Je ne suis pas douée en psychologie ou en sociologie mais je trouve l'approche et les explications de Thobie Nathan tout à fait pertinentes et j'adhère pratiquement au message qu'il veut faire passer.
J'aime imaginer que grâce à son écoute et son aide active, il a ainsi évité des dérives, des départs sans retour, il a certainement subi des échecs aussi, il l'écrit d'ailleurs mais ne souhaite pas en parler, ça restera son jardin secret….
Lien : https://wordpress.com/view/j..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Kevinaaaa
  13 mars 2018
Enfin une première critique ... Je vais essayer de m'y remettre Kévin, je vais t'époustoufler encore ;)
Bon ben désolée pour l'auteur, psychologue éminent sans nul doute, mais je n'ai pas du tout aimé son livre.
Pourtant le point de départ était vraiment sympa, se dire que toutes ces âmes de futurs partants pour la Syrie ou autre n'étaient que des gens en errance faute de pouvoir se rattacher à des racines qui leur étaient propres, c'était vraiment un point de vue intéressant et l'idée de mettre en lumière des cas particuliers était encore meilleure. Mais le contrat n'est pas rempli selon moi, ce n'est pas clair et pourtant sensiblement toujours pareil. Je n'ai pas réussi à entrer dans son écriture, on ne comprends pas vraiment les cas cliniques, cela reste vague, l'idée semble revenir mais elle reste impénétrable. Je n'ai pas accroché, je n'ai pas compris, je ne l'ai pas fini.
Dommage.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (3)
Culturebox   18 octobre 2017
Dans "Les âmes errantes" (L'Iconoclaste), Tobie Nathan tente de comprendre à travers ces récits de vie, croisés avec sa propre histoire, ce qui a amené ces jeunes à se laisser "capturer" par l'islam radical.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Culturebox   18 octobre 2017
L'écrivain et ethnopsychiatre Tobie Nathan a reçu et écouté pendant trois ans des jeunes en voie de radicalisation et leurs familles. De ce travail, il a tiré un livre, "Les âmes errantes".
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeMonde   16 octobre 2017
Ce grand spécialiste de l’ethnopsychiatrie, qui reçoit depuis trente ans des migrants en consultation, publie « Les Ames errantes », un récit tiré de ses rencontres avec des jeunes en danger de radicalisation.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SheratanSheratan   06 mars 2019
« Non, il ne m'est pas permis de mépriser un voyageur, quand il serait encore plus misérable que toi ; car les étrangers et les pauvres nous sont envoyés de Zeus » Homère, Odyssée, chant XIV
Commenter  J’apprécie          00
SheratanSheratan   06 mars 2019
Nous ne devons jamais renoncer à l'intelligence des choses, des événements et des êtres.
Commenter  J’apprécie          00
HarioutzHarioutz   04 novembre 2017
S'il est évident qu'une toute petite minorité des adolescents vivant en France s'engagent dans une démarche de radicalisation, l'idéologie qui les emporte a infiltré l'environnement, les "quartiers", de longue date, chargée d'une "masse sociale" d'autant plus élevée qu'elle se situe en négatif de la libéralité ambiante.
Cette génération fait irrésistiblement penser à elle qui prit part aux événements de mai 1968 - la mienne ! Comme elle, elle s'inscrit en rupture radicale avec la pensée ambiante; comme elle, elle se réfère à des enjeux internationaux majeurs. Comme elle, enfin, elle ne se contente pas de critiquer des idées ou d'en proposer de nouvelles, elle renverse la table, remettant en cause la conception du monde de la génération précédente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ApoapoApoapo   09 juin 2018
« La sensation d'identité, je veux dire la sensation (l'illusion?) qu'on est identique à soi-même, qu'il existe un même soi qui était là hier et qui sera encore là demain, cette sensation se dilue. On peut affirmer que, de ce fait, la migration potentialise l'audace, mais aussi le désespoir. » (p. 183)
Commenter  J’apprécie          40
YsaMYsaM   29 novembre 2017
Je suis certain aujourd'hui que la radicalité des jeunes gens que j'ai rencontrés résulte de la difficulté grandissante de nos sociétés à intégrer la différence -non pas celle du semblable dont on nous rebat les oreilles- mais de l'autre, vraiment autre, radicalement autre.
Si nous persistons à partager un monde de semblables il faut nous attendre à des conflits sans fin.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Tobie Nathan (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tobie Nathan
Tobie Nathan s?intéresse depuis très longtemps aux populations migrantes. Dans son nouveau roman, « L?Évangile selon Youri », publié aux éditions Stock, l'écrivain imagine la rencontre entre un psychiatre et un jeune garçon Roumain aux pouvoirs surnaturels. Un livre « fou » Tobie Nathan ?
autres livres classés : radicalisationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
286 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre