AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253024937
Éditeur : Le Livre de Poche (31/08/1991)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Douze ans après la mort du fils aîné, parents, enfants et petits-enfants Dauzan se retrouvent au Rivier, la maison familiale qui fut le théâtre de leur bonheur... avant.

Au jeu des tendresses que chacun veut croire possibles encore, tous se heurtent, s'évitent, se rejoignent avec tant d'espoir mais aussi tant de maladresse que, parfois, le coeur cogne à faire très mal.

Le Cœur qui cogne est un roman tendu, émouvant. chaque phrase, chaq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
zabeth55
  12 avril 2013
Le roman commence sur un rythme rapide, saccadé, qui ne laisse pas rêvasser le lecteur.
Dialogues et souvenirs se mêlent et se bousculent.
Tout se passe sur deux jours. Au Vivier, la maison familiale, toute une famille se retrouve à l'occasion d'un baptême.
Le père, qui a été toute sa vie autoritaire et carriériste
La mère, neurasthénique, qui est depuis trop longtemps en cure dans un hôpital
Les deux soeurs, qui se détestent
Le fils, spectateur
Les deux gendres, si différents.
Les petits enfants
Les deux domestiques, plus la baby-sitter.
Et puis…, Jacques, le frère absent, le frère si original, le frère mort en Algérie, mais si présent en chacun.
Tous ces gens qui se voient très peu dans la vie, n'ont rien à se dire, ou tout à se dire. C'est le fils, Pierre, qui raconte. Pierre qui préfèrerait être avec sa compagne, Sarah
Le poids de la famille est à la limite du soutenable
C'est un huis clos étouffant, mais criant de réalisme et de vérités.
Toutes ces tendresses et ces souffrances en chacun, mais comment se rejoindre ?
C'est beau, dur émouvant, désespérant.
Un très beau roman écrit avec talent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          176
moravia
  30 décembre 2016
Incommunicabilité et désirs inassouvis sont souvent les ingrédients qui constituent les romans d'Yves Navarre. Celui-ci ne déroge pas à la règle. Une famille se retrouve dans une maison de campagne pour la dernière fois avant la vente, maison familiale pleine de souvenirs pour certains, pour d'autres simple lieu de passage. Un huis clos où la rancoeur s'invite, incapacité du langage à exprimer la tendresse. Constat tragique de l'auteur dont la vérité de soi se dérobe et qui remet en scène au fil de ses romans cette famille qui devient aphone quand elle devrait parler d'amour. Yves Navarre met encore une fois sa vie en scène, comme un diariste inlassable et inconsolable.
Commenter  J’apprécie          140
ZeroJanvier79
  01 septembre 2018
Comme pour "Le jardin d'acclimatation" du même auteur, j'ai mis du temps avant d'entrer dans ce roman. le style est toujours froid, austère. J'ai cependant aimé l'ensemble, joli et triste portrait d'une famille de la bourgeoisie.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   08 décembre 2016
Pierre se souvient brusquement du cahier que Jacques ne cachait pas mais que personne n'avait jamais osé ouvrir. Jacques le veillait, même quand il l'abandonnait sur son bureau, boulevard Lannes, au Rivier ou plus tard dans leur chambre de banlieue. Toujours le même cahier. Une étiquette salie, usée par le temps, annonçait " les chants du coeur qui cogne".
Commenter  J’apprécie          10
moraviamoravia   13 décembre 2016
Régis regarde son oncle. " Un cou de girafe, ou un clou de girofle ? " La famille rit.
Commenter  J’apprécie          50
YourYour   17 juillet 2012
L'ordre des choses est un beau désordre, bien rangé. Qu'il ne faut surtout pas déranger.
Commenter  J’apprécie          30
genougenou   03 mai 2013
La tendresse tue. L'absence de tendresse assassine.
Commenter  J’apprécie          40
KarlErickHorlangeKarlErickHorlange   14 mars 2018
La tendresse est un hasard à double tranchant. Il suffit de le savoir pour ne jamais se blesser.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Yves Navarre (5) Voir plusAjouter une vidéo

Annonce du prix Goncourt 1980
Armand LANOUX annonce le prix Goncourt pour Yves NAVARRE pour son roman " Le jardin d'acclimatation", et le prix Renaudot pour Danièle SALLENAVE pour "Les portes de Gubbio" .
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Yves au Chat

ll est né en :

1930
1940
1950
1960

15 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Yves NavarreCréer un quiz sur ce livre