AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234078997
Éditeur : Stock (06/05/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
« Fuir, dans le sens de prendre un radeau de fortune et se tirer parce que de toute façon, ici, nous passions notre temps à tout fuir, surtout le pouvoir, ses ténébreux ministères, les lois absurdes, les interdictions, la surveillance.Même le voisin pour qu’il ne sache pas qu’on avait éternué. Et la chaleur, l’ennui, la pénurie, les souvenirs. En fuyant de mille et une manières. Des fugues avant la grande fugue, la dernière, définitive, désirée même en pleurant à ge... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
sophietaam
  29 août 2015
Dans ce roman poétique et onirique, le narrateur, avec des yeux de petit garçon, nous raconte le lieu d'où il vient, Cuba, son enfance, son adolescence, ses premiers émois amoureux. La dictature et la comédie qui en découle, les mille pourquois des enfants, restés intacts dans un monde où les adultes, en particulier les gouvernants, semblent eux-mêmes de grands gamins gesticulants.
Par fragments, il nous déroule l'histoire de plusieurs générations ; les personnalités marquantes de sa famille sont les femmes, sa grand-mère, sa mère, qui, toutes, se battent pour fuir la première des dictatures, archaïque et intemporelle celle-ci, le patriarcat. Avec brio, il fait revivre à nos sens l'île magnifique, écrin cerné du bleu mouvant des Caraïbes, les carnavals populaires rythmés par la conga, les rites mystérieux de la santeria, les recettes traditionnelles dont le fameux aliñao, sorte de liqueur pour laquelle le petit garçon se damnerait et dans laquelle, symboliquement, il retrouvera les clés tant recherchées en vue d'une évasion soigneusement programmée.
L'ironie mordante (trait de caractère typiquement cubain, selon Navarrete, et dont il rend le destin de Cuba responsable) côtoie la tendresse et l'émotion, le récit est porté par une écriture alerte et vivante et servi par une traduction excellente.
L'évasion, la fugue, accompagnées en filigrane par la poésie et orchestrée par la musique de Bach. Celle de l'exil pour échapper à l'absurdité, à l'humiliation, à la souffrance d'un pays à la dérive où tout le monde se surveille, où l'amie la plus chère peut aussi être votre délatrice, à bout, de désespoir.
Une fugue dans la construction littéraire aussi car Navarrete a choisi le mode de la variation pour imaginer plusieurs scénariis de fuite, tous aussi improbables et rocambolesques les uns que les autres.
Dans l'avion qui l'emmène hors de son territoire connu et pourtant si inconnu, cette belle île qui se dévoile d'en haut, pour la première fois entière, le soulagement le dispute au chagrin. « Je ne crois pas qu'il existe beaucoup de situations de ce genre, où les sentiments éprouvés sont si forts. » le passé, les souvenirs de lieux, de personnes, d'anecdotes défilent dans sa tête comme au seuil de la mort.
Je laisse les mots de la fin à son amie pleine de paradoxes –  comme Cuba – Garcilasa : « Il n'y a pas d'autre moyen de te faire comprendre que la vie est plus importante que tout, y compris la société dans laquelle nous vivons, les gouvernants, les lois, aussi asphyxiantes semblent-elles. La liberté est intérieure. Un jour, tu me diras si je me trompe. Pour l'instant, bon voyage. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
silencieuse1
  08 juin 2015
William Navarrete est actuellement l'un des plus grands écrivains sud-américains. Avec « En fugue » Cuba est au centre d'un roman plein d'humanité et d'humour, un texte qui interroge les liens à la terre natale et à la fuite pour un monde meilleur, les yeux remplis de larmes. Rien ne manque : la dimension historique, la prise de recul par rapport à une idéologie, la finesse psychologique des personnages, des portraits magnifiques de femmes courageuses, et en plus pour couronner le tout, une traduction fidèle qui nous permet de bien comprendre le contexte et de faire corps avec ce beau texte. La culture cubaine est là, riche, colorée, attirante mais aussi brutale dans ce qu'elle ne peut plus offrir à ceux qui résistent.
Commenter  J’apprécie          40
lecteurdelyon
  04 mai 2019
Superbe roman. On comprend bien le choix de l'auteur de s'installer en dehors de son pays. Les passages de l'enfance du personnage sont remarquables, d'autant plus qu'on raconte une partie de l'île (la province d'Oriente) dont peu d'auteurs parlent. J'ai beacoup aimé le grand defilé sur la place de la Révolution. Ironie assurée dans ce roman tendre et sincère. Bon voyage !
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
sophietaamsophietaam   29 août 2015
Je percevais pour cette raison l'île comme un corps de femme maltraitée, un corps résigné et supplicié, condamné à toujours fuir l'excès de virilité, sa cruauté implicite, obligé de contenir la violence des hommes, y compris dans l'entourage familial. Une île sous le joug du machisme le plus irrationnel et de l'impulsion primitive de prouver sa masculinité aux dépens de la terre, en la martyrisant, en la soumettant à d'infinies tortures, en se moquant de son extraordinaire sensualité, de sa douceur, de tout ce qui aurait pu rappeler à ces super-mâles qu'ils n'étaient que les fils d'une femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sophietaamsophietaam   29 août 2015
Une chaleur légère et réconfortante me parcourut le corps. Je frissonnais de plaisir en devinant la saveur ténue de la prune, séparant le goût de la pomme-cannelle de celui du fruit du sapotier, le canistel de la manque, le pitahaya de la nèfle. Je mâchais lentement les morceaux de fruits. Je me fichais de me faire prendre.
Commenter  J’apprécie          30
sophietaamsophietaam   29 août 2015
Peu importe qu'après, à force de pleurer, l'île soit encore plus une île parce que, avec toutes ces larmes, la mer qui la sépare d'autres terres ne fait que grossir davantage.
Commenter  J’apprécie          10
sophietaamsophietaam   29 août 2015
Holguin, berceau de notre histoire, chef-lieu du village de Banes. La spirale sans fin.Bienvenue au kilomètre zéro, les extrémités se rejoignent, tu n'es personne pour l'éviter, la matière se défait et pendant ce temps retourne à l'état qui l'a créée : le néant.
Commenter  J’apprécie          00
sophietaamsophietaam   29 août 2015
Un nuage masqua le soleil, nous manifestâmes tous deux notre soulagement. Ici, même le soleil est une tyrannie.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de William Navarrete (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Navarrete
Le Dictionnaire insolite de Cuba, présenté par son auteur, William Navarrete. Il nous explique ses envies d'écrire ce livre, et nous raconte quelques informations et anecdotes que l'on peut y trouver.
Pour plus d'informations : editionscosmopole.com/Dictionnaire-insolite-de-Cuba
autres livres classés : roman poétiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
254 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre