AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Assia Trabelsi (Traducteur)Assia Djebar (Préfacier, etc.)
ISBN : 2721005480
Éditeur : Editions des Femmes (25/01/2007)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 20 notes)
Résumé :

" Ils m'ont condamnée à mort non parce que j'ai tué - car il y a des milliers de gens qui tuent chaque jour -, non, ils m'ont condamnée à mort parce qu'ils ont peur que je vive. Ils savent que si je vis, je finirai par les tuer.

Et de fait, ma vie signifie leur mort, et ma mort leur vie. Or ils sont assoiffés de vie et la vie pour eux, c'est un surcroît de crimes, un surcroît de richesses.

Moi, j'ai vaincu la vie, j'ai vai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  05 mars 2016
Un fort lointain souvenir de lecture d'un texte puissant, secouant, publié initialement par les éditions des Femmes, en 1977...J'en ai retrouvé une réimpression à la Librairie Mémoire7 [Clamart], que j'ai relue en une nuit...
Toutefois... la chronique n'est pas aisée...tant la révolte et l'émotion nous prennent à la gorge au fil du récit.
L'auteure, médecin psychiatre se rend dans une prison de femmes, au Caire...pour étudier les personnalités des détenues...Elle se sent attirée et fascinée par une prisonnière différente et mutique, Ferdaous ...


"Ferdaous en langue arabe signifie "paradis", et c'est donc une femme prénommée Paradis qui, la veille d'être pendue pour avoir tué un homme, interpelle, d'une "voix en enfer", toutes les femmes d'une société où l'oppression sexuelle séculaire commence à peine à être dite de l'intérieur.
Etapes successives de la vie de Ferdaous, devenue prostituée par révolte,après avoir traversé les cercles d'une exploitation implacable: son enfance en Haute-Egypte où le père, écrasé de misère, épargne sa vache mais non sa femme, ni sa fille; son adolescence au Caire où l'oncle, professeur, refuse de l'envoyer à l'université "où il y a des hommes" et la marie de
force à un vieillard. Femme battue, Ferdaous choisit la rue (...)
(p. 9)[Préface d'Assia Djebar, mai 1981]

L'auteure est intriguée par cette femme," meurtrière par défi"... souhaite la rencontrer, mais dans un premier temps, elle essuiera un refus catégorique; Ensuite, peu avant de subir sa condamnation à mort, Ferdaous accepte de raconter son lourd parcours, dans une société où une vache est mieux traitée qu'une épouse ou une fille, où ces dernières comptent pour rien....

L'auteure, par un style original (où des passages au lyrisme confirmé, très semblables reviennent régulièrement comme une sorte de psalmodie... qui nous berce comme le flux, le reflux de la mer...) met en avant le courage, la lucidité infinis de cette femme, éprouvée par une société archaïque, aux traditions oppressantes pour les femmes, sans omettre le machisme sans limite des hommes....maris, pères, frères, etc.

L'itinéraire acharné d'une femme qui souhaite trouver sa place, ainsi que dignité et indépendance...mais après avoir été rudoyée, violentée par les hommes de son entourage et les autres...elle retourne malgré elle à la prostitution...Je transcris un des passages les plus déchirants de ce récit , d'une femme qui a cru en l'amour d'un homme en qui elle avait mis toute sa confiance...


"Peut-être aussi parce que la vie d'une prostituée, c'est la rue et là, jen'attendais rien de lui.
Mais dans l'amour j'avais attendu quelque chose; dans l'amour, j'avais commencé à rêver que j'étais enfin devenue une personne. Quand j'étais prostituée, je ne donnais rien pour rien; mais dans l'amour, j'ai donné mon corps, mon esprit, mes forces pour rien. J'ai tout dépensé pour
l'amour. J'ai livré mon être sans armes et sans défense. Prostituée, je me tenais toujours sur la défensive, toujours l'esprit éveillé. Je protégeais mon être en soustrayant ma personne profonde et je livrais à l'homme un corps vide et insensible. C'était cela me défendre moi-même: m'abandonner , tout en me dérobant.
(...) Prostituée, j'économisais mon énergie, alors que dans l'amour, combien ai-je donné de mon être ! (...)
Je ne voulais rien d'autre qu'être ravie par l'amour et devenir ainsi moi-même, cette femme respectée que les autres ne méprisent plus. (p. 136-137)


On ne sort pas indemne de cette lecture qui exprime si fort les
violences insupportables faites aux femmes sous toutes les
latitudes... Tant que des hommes traiteront sans respect leurs
femmes, la planète débordera de guerres et de conflits...multiples.

"Je me sentais étrangère à ce monde et tout de ce monde m'était étranger: cette terre, ce ciel, ces arbres. C'était comme si je déambulais dans un monde irréel, sans que je lui appartienne, sans qu'il m'appartienne...
Faire ce que l'on veut et ne pas faire ce que l'on ne veut pas !
Liberté de n'appartenir à personne, volupté de se détacher de
l'univers ! Se sentir une femme indépendante, parmi d'autres êtres indépendants ! Ne subir le pouvoir d'aucun homme et ne se plier ni aux lois du mariage, ni à celles de l'amour ! Vivre en dehors du temps, en dehors des lois, en dehors même de l'existence ! (p. 138)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
de
  19 juin 2018
J'ai fermé les yeux et je me suis détachée de mon corps
« Une voix d'abord – ici, une voix « en enfer » d'une femme prénommée Paradis -, un murmure nocturne, un lamento à travers les claies de la pénombre et qui trouve naissance dans l'ancrage soudain éclairci d'un intérieur privé de ciel. Une blessure aux rets trop anciens, ouverte enfin pour, peu à peu, assumer son chant. Et la révolte se développe à la recherche de mots neufs, du timbre rauque, incongru, de l'imprécation en huis clos, et la révolté s'enroule ici du rythme circulaire et récurrent de son dit… ». Extrait de la préface d'Assia Djebar.
La préfacière parle, entre autres, d'« un personnage de femme révoltée », de corps de femmes, « Corps et formes nouvelles restituant une tessiture plus sombre, plus profonde aux voix de nouveau plus hautes », d'oppression sexuelle séculaire, de fiction ancrée « dans les drames sociaux et sexuels d'une réalité arabe contemporaine », de corps très tôt mutilé, de corps excisé, « Corps qui amorce le trajet de sa dérive, ce corps qui va cogner progressivement contre les autres, les multiples, les innombrables corps masculins. de l'excision à la prostitution », d'une main hypocrite sur la jambe d'une enfant, de respect et de non-respect, de la rue et des échanges monétaires, des regards des hommes se saisissant du corps des femmes, des chapes multiples de l'oppression intériorisée… « L'unique endroit où pourra se transmettre la parole de femme à femme sera une cellule aux portes et fenêtres fermées et qui ne s'ouvrira que pour et sur la mort ».
La prison des Ponts, Nawal El Saadawi, une criminelle différente refusant les visites, Ferdaous devant être exécutée dans dix jours, le refus puis l'acceptation, « Deux yeux meurtriers, tels un couteau s'enfonçant profond »
Une voix de femme, « Laissez-moi parler, et ne m'interrompez pas car je n'ai pas le temps de vous écouter ». L'enfance à la campagne, le couteau ou le rasoir, « celle-ci m'a coupé un bout de chair entre les cuisses », la main de son oncle maternel, l'espérance du Caire, les yeux de la mère, « Je me sentais un caillou lancé dans une mer sans rivage et sans fond »…
La langue franche, les mots sourds pour dire la violence des relations, les enfants qui naissent et qui meurent, les pieds du père… et les lettres de l'alphabet puis l'inscription à l'école obligatoire…
Après la mort du père puis de la mère. L'oncle et le Caire, l'image de soi dans un miroir, l'école et le certificat d'études, les sensations, « comme un vieux plaisir perdu », le lycée, « j'apprenais des sciences toutes neuves », les doigts sur son corps, l'amour de la lecture, ceux qui trompent dieu et les hommes, une rencontre, « mes lèvres s'entrouvraient pour dire quelque chose dont j'allais me souvenir »…
La première évasion, le mariage et la deuxième évasion, « Il venait de dépasser la soixante et je n'avais pas atteint mes dix-neuf ans », la main moite d'un affamé sur sa peau dont il faut essayer d'enlever la trace, « je me lavais le visage, je me lavais la bouche, je me lavais bras et jambes, je lavais mon corps tout entier sans oublier. Je me lavais à l'eau et au savon plusieurs fois », la violence au nom d'une « autorisation » religieuse de corriger sa femme, un corps sur le sien, « je l'ai abandonné sans résistance, sans mouvement, sans vie », une autre rencontre, « Jamais dans ma vie passée quelqu'un ne m'avait préférée à lui-même », de nouveau la violence, « il me brutalisait et s'affalait sur moi », des mots et des coups, « Tu lèves ta voix plus haut que la mienne, fille des rues ! », le corps inerte « tel un morceau de bois, une chaussette de coton, une chaussure », la rue comme refuge…
Chérifa, une nouvelle évasion, une rue inconnue, « J'y plongeais sans me mouiller, sans m'engloutir », l'importance de savoir vivre, les hommes et le corps des femmes, « le regard des mâles qui empiètent sans rien redouter », de nouveau dans la rue, un autre regard comme une première fois, ce qui est interdit et ce qui est licite, « Plus jamais je n'ai détourné les yeux, plus jamais je n'ai baissé la tête.Je me suis mise à marcher dans la tue tête haute, yeux levés, et je regardais les gens bien en face. Quand quelqu'un comptait ses billets, moi, je regardais l'argent sans écarter le regard », prostituée indépendante, disposer de soi-même, garder des espaces réservés, « Je ne faisais entrer personne dans ma bibliothèque ; c'était une pièce pour moi toute seule », des lèvres et un crachat, « L'insulte me parvenait à l'oreille, froide et visqueuse », les regards impudiques, les coups d'oeil ironiques et méprisants, « Enfin, j'ai compris que je n'étais pas respectée »…
Le travail de bureau, une respectabilité plus grande, les formes différentes de la prostitution, les autres ventes de soi, l'espace parenthèse de l'amour, un comité révolutionnaire, les lunettes noires et le soleil caché, se soustraire et livrer un corps vide et insensible, ne pas être une femme « vertueuse mais dupe », la haine, le patriotisme et l'honneur, l'honneur et la dignité, les mots hypocrites des hommes, les ordres et les refus, la prostitution « mon métier est une invention des hommes », les traces laissées sur le corps par le premier homme, le proxénète, la police et la loi, « la justice punit les femmes et ferme les yeux quand il s'agit des hommes », les menaces et la violence, « Mais ma main a été plus rapide que la sienne : j'ai planté la lame dans sa gorge », les billets de banque déchirés, la destruction de « la dernière empreinte du sou de chacun d'eux laissés sur mes doigts »…
La force de la littérature, la vérité dangereuse et sauvage, le rythme des phrases et le poids des mots pour raconter l'enfer des femmes, « Je n'étais rien d'autre qu'un corps qui travaillait nuit et jour pour enrichir quelques hommes de quelques professions différentes », leurs résistances, leurs êtres debout, « ma liberté les emplit de colère » et leurs yeux levés, « ils m'ont condamnée à mort parce qu'ils ont peur que je vive ».
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AnisLitterama
  21 mai 2011
Nawal El Saadawi, Ferdaous une voix en enfer, des femmes /Antoinette Fouque, 2007

Nawal El Saadawi est médecin en Egypte. Elle est née en 1931 près du caire. Elle est connue dans le monde entier pour son engagement dans la lutte pour les droits et les libertés des femmes arabes. En 1972, elle est révoquée de son poste au ministère pour avoir publié Les femmes et le sexe, qui traite de sexualité, de religion et du traumatisme de l'excision– autant de sujets tabous dans le pays. Sa mère, musulmane traditionaliste, insiste pour que sa fille soit excisée à l'âge de six ans. Health est interdit et les livres de Nawal El Saadawi sont censurés. Elle est emprisonnée en 1981 pour s'être opposée à la loi du parti unique sous Anouar el-Sadate Elle a publié en janvier 2007 une pièce de théâtre en arabe intitulée Dieu démissionne à la réunion au sommet. Jugé blasphématoire par l'université islamique du Caire, ce livre a été retiré de la vente avant même l'ouverture du procès qui lui est intenté.
Après son roman La Chute de l'iman, en 1987, publié au Caire, elle a commencé à recevoir des menaces de la part de groupes fondamentalistes. En 1993, elle est jugée pour hérésie et condamnée à mort. ( source wikipédia)
En 1982, elle a reçu en France le prix de l'amitié franco-arabe pour la première édition de ce livre aux éditions Des femmes-Antoinette Fouque.
Elle a écrit une quarantaine de livres essais et fictions confondus. (Toutes ces informations ont été vérifiées et recoupées avec le site de l'auteur en anglais).
Site de l'auteur en anglais

Ferdaous une voix en enfer évoque la rencontre entre une doctoresse psychologue et une prisonnière « Ferdaous » accusée d'avoir tué un homme et condamnée à être pendue le lendemain. Ce livre est le récit de la confession de Ferdaous, et l'explication de son geste qui s'enracine bien au-delà d'elle, dans les coutumes, les interdits et la violence faite aux femmes dans son pays. Elle raconte son enfance en Haute-Egypte, dans une famille écrasée par la misère, où le père bat sa femme, mange le premier quand ses enfants ont faim et règne en despote. Il raconte l'excision aussi, ce bout ce chair et de plaisir qui s'envolent à jamais, plaisir qu'elle avait découvert dans des jeux d'enfant, et dont elle se souviendra toute sa courte vie comme d'un paradis perdu : « J'ai eu l'impression que ce plaisir existait extérieur à mon être, comme s'il avait surgi avec moi mais que, tandis que je grandissais, lui ne grandissait pas. ». Les hommes instruits ne sont guère plus cléments ; l'oncle abuse sexuellement de sa nièce et refuse de l'envoyer à l'université car il y a des hommes. le premier homme qui l'écoute et lui apporte de l'aide n'est qu'un proxénète. Il n'y a pas d'issue. Il n'y a pas d'amour. Chacun est pris , les femmes comprises, dans les rets d'une tradition séculaire , prisonniers de structures mentales extrêmement rigides, et de lois qui contraignent les femmes
(Pour lire la suite, cliquez sur le lien)
Lien : http://www.litterama.fr/arti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Fabrice38
  10 juin 2015
Un livre à la fois terrible et poétique. L'auteure est une femme engagée contre toute forme de patriarcat.
Vous pouvez lire un entretien avec elle dans "Femmes dissidentes au Moyen-Orient" de Christiane Passevant aux éditions libertaires, 2015, 9782919568536,
Commenter  J’apprécie          30
ouri_arac
  06 septembre 2012
nawel saadaoui expose la mal vie des femmes egyptiennes les vexations humiliation au nom....
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   28 février 2016
Je me sentais étrangère à ce monde et tout de ce monde m'était étranger: cette terre, ce ciel, ces arbres. C'était comme si je déambulais dans un monde irréel, sans que je lui appartienne, sans qu'il m'appartienne...Faire ce que l'on veut et ne pas faire ce que l'on ne veut pas ! Liberté de n'appartenir à personne, volupté de se détacher de l'univers ! Se sentir une femme indépendante, parmi d'autres êtres indépendants ! Ne subir le pouvoir d'aucun homme et ne se plier ni aux lois du mariage, ni à celles de l'amour ! Vivre en dehors du temps, en dehors des lois, en dehors même de l'existence ! (p. 138)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
fanfanouche24fanfanouche24   28 février 2016
J'ai aimé la lecture: dans chaque livre, je découvrais quelque chose de neuf. J'ai connu les pharaons, j'ai connu les Persans, les turcs , les Arabes. J'ai lu sur les crimes des rois et des gouvernants, sur les guerres, sur les révolutions des peuples, sur la vie des révolutionnaires. J'ai lu des romans d'amour et des poèmes érotiques. toutefois je préférais lire des textes sur les hommes au pouvoir, plutôt que sur l'amour. (p. 53)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
fanfanouche24fanfanouche24   28 février 2016
Je n'ai pas senti un seul instant que je n'étais pas une femme honnête. Je savais désormais que mon métier est une invention des hommes, eux, les tyrans de ce monde -ci et de l'au-delà. Je savais que ce sont les hommes qui obligent les femmes à vendre leur corps pour de l'argent, et les femmes qui reviennent le moins cher sont les épouses. (p. 144)
Commenter  J’apprécie          120
SachenkaSachenka   01 juin 2014
Les femmes les moins trahies sont les prostituées, et c'est par le mariage, par l'amour que la femme se voit infliger les châtiments les plus lourds.
Commenter  J’apprécie          220
dede   19 juin 2018
Une voix d’abord – ici, une voix « en enfer » d’une femme prénommée Paradis -, un murmure nocturne, un lamento à travers les claies de la pénombre et qui trouve naissance dans l’ancrage soudain éclairci d’un intérieur privé de ciel. Une blessure aux rets trop anciens, ouverte enfin pour, peu à peu, assumer son chant. Et la révolte se développe à la recherche de mots neufs, du timbre rauque, incongru, de l’imprécation en huis clos, et la révolté s’enroule ici du rythme circulaire et récurrent de son dit…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : littérature egyptienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox