AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2803636379
Éditeur : Le Lombard (20/05/2016)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Les images, les sons, l’architecture, les objets, mais aussi nos paroles, nos vêtements, nos tatouages, nos coiffures, nos gestes… Presque tout ce qui nous entoure est protégeable par le dispositif juridique qu’on appelle le droit d’auteur. Pour la première fois, de façon claire et originale, une bande dessinée fait le point sur la complexité sans cesse évolutive du droit de la propriété littéraire et artistique.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  17 août 2016
Il s'agit d'une bande dessinée de 60 pages, en couleurs. Elle est initialement parue en 2016, écrite par Emmanuel Pierrat et dessinée par Fabrice Neaud, avec une mise en couleurs de Christian Lerolle. Elle fait partie de la collection intitulée la petite bédéthèque des savoirs, éditée par Le Lombard. Cette collection s'est fixée comme but d'explorer le champ des sciences humaines et de la non-fiction. Elle regroupe donc des bandes dessinées didactiques, associant un spécialiste à un dessinateur, en proscrivant la forme du récit de fiction. Il s'agit donc d'une entreprise de vulgarisation sous une forme qui se veut ludique.
Comme la collection l'indique, ainsi que son objectif, il s'agit d'une bande dessinée qui fait oeuvre de vulgarisation sur le droit d'auteur. Elle se présente sous une forme assez petite, 13,9cm * 19,6cm. Elle commence par un texte introductif de David Vandermeulen de 7 pages, rappelant la nature de la Convention de Berne du 09 septembre 1886. Entre autres, il évoque également l'évolution de la réglementation en vigueur, les différences entre droit d'auteur à a française (et même à l'européenne) et copyright à l'américaine (et même à l'anglo-saxonne), ainsi que leur rapprochement récent.
La bande dessinée commence par expliquer à quoi s'applique le droit d'auteur (protéger des oeuvres qui sortent du cerveau des artistes, écrivains, compositeurs et autres poètes), et rappelle son nom légal : droit de la propriété intellectuelle et artistique. Il établit la différence qui existe avec le droit des brevets, des marques, des dessins et modèles, ou encore des obtentions végétales. Il explique qu'une création doit être réalisée pour être protégée, qu'elle doit porter l'empreinte de la personnalité de son auteur, et a contrario les critères qui ne sont pas pertinents (comme sa destination). Il est également évoqué, le droit moral (respect de l'oeuvre, droit de repentir, respect du nom, droit de divulgation) et le droit patrimonial, les possibilités de cessation des droits, les droits des bases de données, les sociétés de gestion collective, l'art des contrats, la rémunération, la contrefaçon, la valeur du droit d'auteur, l'uniformisation et la globalisation du droit d'auteur, Hadopi et le verrouillage, et le droit à la culture.
Emmanuel Pierrat est un grand avocat du Barreau de Paris, spécialiste du droit d'auteur, de l'édition et de l'image. Il est également l'auteur de nombreux ouvrages professionnel, vulgarisateurs ou autres comme Les symboles pour les Nuls, La justice pour les Nuls, Jean-Jacques Pauvert - L'éditeur en liberté, Paris, ville érotique. Il dispose donc d'un niveau élevé de maîtrise de son sujet. le lecteur se rend également vite compte qu'il sait vulgariser son sujet avec pédagogie en donnant des exemples pour illustrer chaque point, chaque enjeu. Dès la page 15 de l'ouvrage (soit la page 3 de la bande dessinée proprement dite), l'auteur établit clairement la distinction entre une oeuvre qui bénéficie de la protection du droit d'auteur, et d'une idée non concrétisée qui est de libre parcours et qui ne peut pas être déposée. À la simple lecture des 2 cases concernées, le lecteur pressent l'importance de cette distinction en termes de propriété et d'éventuelle contestation de paternité.
Le lecteur découvre alors un ouvrage de vulgarisation, rendu ludique par le format de la bande dessinée. Il ne s'agit pas d'un cours de droit, mais d'explication très didactique, dans un langage de profane, avec un souci constant de rester à un niveau compréhensible, et d'expliquer par l'exemple. Ainsi l'auteur prend le temps (une dizaine de pages) de citer ce qui peut relever du droit d'auteur : des livres et des oeuvres d'art bien sûr, mais aussi de la musique (sur la base de 3 critères qui sont le rythme, l'harmonie et la mélodie), et des éléments peut-être moins évidents comme des noms de personnages, des sermons, des pantomimes, des jeux vidéo, des cartes géographiques, et pourquoi pas des pliages de serviettes. Par le truchement et l'abondance de ces exemples, le lecteur acquiert la notion de la variété des productions de l'esprit pouvant bénéficier de la protection générée par le droit d'auteur.
Après un petit détour pour faire apparaître la complexité de qui doit percevoir les droits pour des éléments folkloriques (chants traditionnels, motifs et tissus, contes et légendes), l'exposé évoque rapidement l'historique de la notion de droit d'auteur, en parlant de contrefaçons, mais aussi de Beaumarchais devant payer pour sa boisson, alors qu'une de ses pièces était jouée dans l'établissement sans qu'il n'en perçoive de juste rétribution. Il ne faut pas cligner de l'oeil, car la présence de Victor Hugo sur la couverture est expliquée le temps d'une case. Cette courte partie s'achève sur la question de l'application du droit d'auteur à l'échelle mondiale, et de sa différence avec le système de copyright. le lecteur a ainsi partagé le sentiment légitime de l'auteur à être rémunéré pour sa production et à disposer d'un droit de regard sur l'usage qui en est fait.
Emmanuel Pierrat peut ainsi passer aux 2 natures de protection assurée par le droit de la propriété littéraire et artistique : le doit patrimonial et la droit moral. Il établit également leur durée : 70 ans après la mort de l'auteur (durée après laquelle l'oeuvre tombe dans le domaine public). À nouveau pour illustrer les 4 dimensions du droit moral (respect de l'oeuvre, droit de repentir, respect du nom, droit de divulgation), il sait choisir des exemples parlants, comme Louis-Ferdinand Céline faisant usage de son droit de repentir pour retirer ses 3 pamphlets antisémites après la Libération, ou encore un nègre littéraire qui pourrait tout à fait exiger la mention de son nom sur la couverture (avec le risque de ne plus jamais retrouver de travail par la suite).
L'explication passe ensuite à l'usage qu'il peut être fait d'une oeuvre protégée, celles qui doivent donner lieu à rétribution, et celles qui peuvent en être fait à titre gracieux. C'est avec cette deuxième utilisation qu'apparaît la notion de représentation privée et de cercle de famille, ainsi que de citation et d'analyse. L'auteur pointe du doigt un certain nombre de cas de figure complexes, par exemple lorsqu'une oeuvre d'art est exposée dans un lieu public, où chaque passant peut prendre une photographie. Vient ensuite la question complexe également d'auteur, et de savoir qui reste propriétaire de ses droits et pour combien de temps, à nouveau avec les cas particuliers comme ceux des fonctionnaires dont toutes les productions deviennent propriété de l'administration dont ils dépendent.
Dans les chapitres suivants (les droits dits voisins, les droits des bases de données, les sociétés de gestion collective, l'art des contrats, la rémunération, la contrefaçon, la valeur du droit d'auteur, l'uniformisation et la globalisation du droit d'auteur, Hadopi et le verrouillage, et le droit à la culture), Emmanuel Pierrat fait preuve de la même pédagogie vulgarisatrice qui permet de comprendre facilement chaque principe, avec le même souci de l'exemple parlant, de l'exception difficile, et de donner une vision élargie, voire polémique en opposant droit d'auteur et accès à la culture pour tous. le lecteur a donc l'impression de lire un texte bien construit et rigoureux, soucieux de rester à portée de son lecteur, avec des dessins plus ou moins pertinents. L'impression ressentie est que Fabrice Neaud a reçu le texte tout prêt et qu'il lui a fallu faire preuve d'une inventivité démesurée pour pouvoir ajouter des images à un tel discours, au point que régulièrement le lecteur se demande si les images sont nécessaires.
Cette remarque est bien sûr condescendante et d'une mauvaise foi totale. Pour commencer, il est vraisemblable que le lecteur ne se serait pas intéressé à ce thème, ou n'aurait pas eu le courage de franchir le pas si l'ouvrage n'avait pas été sous la forme d'une bande dessinée. Ensuite, Fabrice Neaud n'est pas un débutant puisqu'il a réalisé Journal (1), suivi de Journal (2) et Nu-Men. Enfin, il se prend de plein fouet le parti pris de la collection qui est de proposer des ouvrages de vulgarisation, ne s'appuyant pas sur une fiction (par opposition à la collection Sociorama, également lancée en 2016, par exemple Sociorama : la fabrique pornographique). Il doit donc illustrer des idées et un discours. En outre, la ligne éditoriale ou le choix d'Emmanuel Pierrat est de ne pas mettre en scène ce dernier en train de discourir. Il s'agit donc d'un exercice de mise en images particulièrement contraint et sortant des sentiers battus des récits d'aventure ou autre, qui constituent l'écrasante majorité de la production dans ce média.
En prenant un peu de recul, le lecteur observe que Fabrice Neaud met en oeuvre plusieurs outils de narration spécifiques à la bande dessinée. Il utilise des personnages récurrents comme le Petit Chaperon Rouge et le Loup pour évoquer différentes relations et différentes situations de l'édition et de la diffusion. Il imagine une façon de représenter une idée créative de sorte à disposer de ce symbole tout du long de l'ouvrage, sans pour autant en faire un personnage. Il intègre des représentations de personnes célèbres pour donner plus de force à une idée : Victor Hugo comme défenseur du droit d'auteur, Karl Lagerfeld pour les créateurs de mode, Patrick Macnee (acteur interprétant John Steed, dans la série Chapeau Melon et bottes de cuir), Michel Sardou, Bill Gates, Michael Jackson, Arnold Schwarzenegger en Terminator, et d'autres encore. Il va également piocher dans l'éventail des symboles pour donner à voir les concepts évoqués dans le texte. Par exemple, il dessine la double hélice de l'ADN, en la superposant à la silhouette d'un être humain, et à celle d'une oeuvre d'art, dans la même case, pour illustrer le concept d'empreinte de la personnalité de l'auteur.
Tout au long de ces 60 pages, l'artiste déploie un large arsenal d'éléments visuels pour dépasser la seule illustration du propos (dessiner ce que dit déjà le texte) et donner à voir le sens du propos par un exemple ou une représentation soit concrète, soit symbolique. L'amateur de comics pourra apprécier les superhéros Marvel choisis pour évoquer la famille des 4 droits moraux. Il arrive cependant que la phrase à illustrer soit fermée et ne demande aucun complément, ne permette aucun développement. Dans ces cas-là, l'artiste se retrouve à dessiner ou représenter ce que dit la phrase de manière littérale, sans rien apporter au texte, sans être d'une grande utilité.
La lecture de cet ouvrage s'avère plus ludique que celle d'une simple synthèse sur le sujet, grâce aux efforts réels déployés par Fabrice Neaud, même s'il lui arrive d'être redondant par rapport au texte. L'exposé d''Emmanuel Pierrat s'avère d'une rigueur qui n'a d'égale que son souci de rester intelligible et explicatif. 5 étoiles pour une explication parlante et éclairante du droit d'auteur dans ses spécificités, ses règles et ses applications. 4 étoiles pour un exposé exemplaire, avec une mise en bande dessinée parfois un peu gauche dans sa forme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
IreneAdler
  16 décembre 2016
Bravo aux auteurs qui ont réussi à vulgariser et à rendre accessible cette notion complexe.
Complexe historiquement d'abord : elle a connu des soubresauts lors de sa naissance au 18è siècle et cela continue aujourd'hui avec le numérique. Complexe juridiquement ensuite : harmonisation avec l'UE, différences avec les pays non-membres de l'Union, entre les différents types d'auteurs et de supports, et toujours, le bouleversement du numérique.
Ce sujet technique et il faut le dire assez ennuyeux pour ceux qui ne sont pas concernés, est rendu vivant par le dessin. Là aussi, bravo à la mise en image de cette thématique somme toute très sérieuse.
Commenter  J’apprécie          80
sitatoutcourt
  25 avril 2019
Moi qui suis très friande et admirative du travail réalisé sur la collection de la petite bédéthèque des savoirs, j'ai été très déçue par ce titre, dont je n'ai trouvé réussi ni la vulgarisation, ni la bande dessinée.
Côté bande dessinée, le dessin n'est là que pour illustrer le texte plutôt que de proposer une véritable plus-value, et complexifie trop souvent le propos en offrant une représentation trop à côté du texte, des gags mal rythmés ou un texte qui ne ressort pas de l'image ou qui est coupé à un moment malvenu et crée une confusion. On sent bien trop que l'auteur du texte a un ton trop "essai" pour véritablement se prêter à un support bande dessinée.
Côté vulgarisation, il m'a manqué un ton qui prend par la main et explique, j'ai plus eu l'impression de voir une liste de situations de droit d'auteur et de spécificités qui auraient eu leur place dans un cours, plutôt qu'une explication à des néophytes qui commencent à s'intéresser au sujet.
Commenter  J’apprécie          10
Valentine62
  07 décembre 2018
« Le droit d'auteur » de la collection « La petite bédéthèque des savoirs » est un petit livre, en taille, mais pas en contenu, très riche. Emmanuel Pierrat cherche à vulgariser un domaine juridique pointu, complexe, mais oh combien important pour préserver les artistes et leurs créations, pour que ceux-ci puissent éventuellement vivre de leur travail. Les dessins signés Fabrice Neaud permettent de résumer certains points, de les illustrer, non seulement graphiquement mais aussi par des exemples appliqués. Les références culturelles sont nombreuses et parlent sans doute à un public de lycéens, voire adulte, plutôt qu'à des collégiens. Un livre à prendre et à reprendre pour en tirer toutes les connaissances de ce domaine.
Commenter  J’apprécie          10
Ignifuge
  27 juillet 2016
Cette BD apporte, de façon ludique, un aperçu assez complet du droit d'auteur… Peut-être trop complet. La masse d'information, tant au niveau du texte que des dessins, rend la lecture difficile et demande une concentration considérable pour assimiler et comprendre toutes les informations fournies. Les dessins de Fabrice Neaud illustrent bien les propos d'Emmanuel Pierrat, mais, si l'on considère que le texte en soi, ils deviennent (un peu) inutiles. le texte pourrait tout aussi bien être publié sous forme d'essai sans que cela altère sa compréhension. J'ai toutefois apprécié que l'ouvrage aborde le copyleft et les licences creative commons, éléments parfois oubliés quand on pense au droit d'auteur.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Sceneario   24 juin 2016
Si, à l'heure actuelle, il y a bien un livre qui a son importance c'est bien celui là. Tout auteur, mais aussi tout lecteur, devrait le lire attentivement.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PresencePresence   17 août 2016
Le folklore, comme on appelle les chants traditionnels, les motifs de tissu ou encore les contes et légendes, est protégé dans certaines législations, comme au Canada, en Australie ou au Nigéria, ce qui pose des difficultés pour identifier celui doit percevoir les droits (une tribu d'indiens avec casino ? les habitants d'un territoire parfois transfrontalier ?). Sans compter que cela revient à éradiquer la notion de domaine public, en vertu de laquelle les œuvres redeviennent libres et donc utilisables par tous, sans contrepartie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   17 août 2016
Il existe enfin un droit de retrait ou de repentir, dont l'exercice reste très rare en pratique. Ce droit permet en effet à l'auteur de revenir à tout moment sur une décision de divulgation, et quand bien même l'exploitation de son œuvre serait bel et bien avancée.
Commenter  J’apprécie          32
PresencePresence   17 août 2016
A contrario, les simples idées sont exclues du champ de la protection : il est habituel de dire qu'elles sont de libre parcours. Par exemple, l'idée d'un guide des plantes sauvages n'est pas protégeable en soi mais sa mise en forme (style rédactionnel, présentation, etc.) peut être couverte par le droit d'auteur.
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   17 août 2016
Le droit d'auteur permet de protéger de multiples œuvres qui sortent du cerveau des artistes, écrivains, compositeurs et autres poètes.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Fabrice Neaud (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabrice Neaud
Depuis plus de 30 ans, Évariste Blanchet publie des revues de bande dessinée et sur la bande dessinée. Bananas et Critix ont connu chacune plusieurs moutures. Par moment, elles furent les seules revues d'études sur BD disponibles en France. Evariste Blanchet revient sur les publications qu'il dirige, et en profite pour donner son sentiment concernant les discours sur le 9e art. Il s'attarde aussi sur le travail de Fabrice Neaud, dont il fut l'un des premiers éditeurs.
autres livres classés : droit d'auteurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3602 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre