AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782958292706
320 pages
STUDIOFACT (22/03/2023)
4.4/5   42 notes
Résumé :
Il n’est jamais trop tard pour élucider un crime.

Raphaël Nedilko pensait servir l’humanité quand il s’est investi corps et âme dans la police. Enquêteur minutieux et opiniâtre, il a résolu deux cold cases après vingt-cinq et dix-huit ans de mystère (affaires Maillery et Blétry, deux des « disparues de l’A6 »).
Mais ses succès vont paradoxalement lui valoir des ennemis : celui qui trime et réussit est un grain de sable dans la machine bien hu... >Voir plus
Que lire après L'Obstiné : Confessions du flic qui exhume les cold casesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,4

sur 42 notes
5
12 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis
Raphaël Nedilko, officier de police judiciaire, revient ici sur les affaires qu'il a eu à traiter au cours de sa carrière et notamment deux cold cases à la PJ de Dijon qu'il a fini par élucider à force d'entêtement, de persuasion et de patience. Car il s'agit ici d'un travail de longue haleine.

J'ai trouvé ce livre passionnant, et j'ai été totalement immergée, à tel point que parfois j'ai eu du mal à réaliser qu'ici, on est loin d'une fiction... l'écriture est tellement fluide qu'on ne lit pas ce livre comme un témoignage et on est complètement pris dans le feu de l'action. Pourtant parfois ce sont bien des années qui passent avant le moindre avancement dans l'affaire non élucidée jusqu'alors. Il faut savoir que Raphaël ne travaille sur les cold cases que lorsqu'il dispose de temps ou alors il le fait sur son temps libre personnel, sacrifiant ainsi sa famille et ses loisirs.

Son dévouement, son obstination, son sens du métier ont fait que bien des années plus tard deux crimes monstrueux ont pu être ainsi élucidés et les familles soulagées, ôtées du poids de l'injustice et de l'inaction de la police et de la justice.

Il pointe ici les failles du métier et des institutions, où d'ailleurs lui-même en a parfois fait les frais. Régulièrement, par exemple, des dépositions n'ont pas été consignées sur papier par ses collègues, tout simplement parce qu'elles n'avaient rien donné. Mais des années plus tard, comment un officier peut le savoir lorsqu'il reprend l'enquête ? 

Il évoque aussi les conséquences psychologiques du métier en nous divulguant d'ailleurs les propres difficultés et traumatismes qu'il a vécus devant tant de violence et d'horreurs rencontrées.

J'ai trouvé cet homme profondément humain avec des valeurs admirables. Perfectionniste, ses premières années au 36 Quai des Orfèvres l'ont rendu incisif et audacieux. Je regrette que la police ne compte pas davantage d'hommes à son image. C'est d'ailleurs un homme qui n'a pas été épargné dans sa vie personnelle, ceci explique sans doute son implication et son obstination à résoudre les affaires alors même qu'il n'a pas toujours obtenu le soutien de sa hiérarchie...

C'est un livre que je ne peux que vous conseiller de lire. Pour ma part c'est un gros coup de coeur ! Chapeau Mr Nedilko !
Commenter  J’apprécie          70
Témoignage à coeur ouvert d'un flic qui résout des Cold Case

Raphaël Nedilko, a passé
7 ans au mythique 36 quai des Orfèvres,
8 ans à la Police Judiciaire de Dijon et
est actuellement en poste en tant qu'enquêteur au commissariat de Chalon-sur-Saône.

C'est à Dijon qu'il s'investit dans ces 2 cold case :
Christelle Maillery et Christelle Blétry ont été sauvagement assassinées.

Il nous explique les difficultés auxquelles il est confronté.
Le dossier doit passer en commission pour qu'il puisse être réouvert, car des moyens financiers colossaux sont mis en place pour la résolution d'une affaire dite classée.

Il retrace le chemin effectué par la personne assassinée,
il se met dans sa peau,
Il vérifie que les «on-dit » sont susceptibles d'être une piste ou pas.
Le secret médical est une grosse barrière à l'avancée d'une enquête…

Puis apparaissent les incohérences d'une enquête plus ou moins bâclée,

Il dénonce les méandres de cette institution…
Car tout ce qu'il fait là pour ces affaires passées, c'est en plus de son travail quotidien et ça empiète sur sa vie privée.

Néanmoins, ce flic avec son côté opiniâtre et méticuleux a réussi là où ses prédécesseurs ont échoué.
Les deux meurtriers sont emprisonnés et Raphaël gracieusement remercié par les familles, auxquels il s'est attaché. Contrairement à ses collègues ou sa hiérarchie qui n'évoquent aucune reconnaissance pour ce qu'il a fait… je suis outrée…

C'est au 36 qu'il a tout appris de son métier. Car je pense qu'on ne naît pas flic, on le devient…

Merci M. Nedilko
pour ce que vous faites,
pour ce que vous êtes,
pour votre courage et votre ténacité,
pour votre dévouement pour ce métier qui demande une telle implication que votre vie familiale, votre vie personnelle, votre santé ont pu en pâtir.

Bravo, car tout est raconté avec justesse sans du trop ou trop peu. C'est addictif, très bien écrit, de l'émotion a jailli au fond de moi.
Et oui l'histoire d'un flic, l'histoire de ce flic m'a bouleversé, j'ai eu la larme à l'oeil.

Ce livre est un coup de coeur d'un point de vue humain

Et ce livre est Nécessaire
Commenter  J’apprécie          60
UNE AUTOBIOGRAPHIE SI NÉCESSAIRE ✊️

Raphaël Nedilko pensait servir ľ'humanité quand il s'est investi corps et âme dans la police. Cet enquêteur à l'obstination inébranlable a résolu deux cold cases après vingt-cinq et dix-huit ans de mystère alors que tous ses pairs avaient laissé les dossiers prendre la poussière. Il a toujours fait corps avec la détresse des familles des victimes, veillé à vérifier l'invérifiable, fermé toutes les portes des différentes pistes possibles. Et paradoxalement, ses succès vont lui valoir des ennemis.

Ce roman c'est le plaidoyer d'un homme contre cette institution qui ne jure que par les statistiques et la batonite. Cette institution freinée par son arrogance et son inertie. Avec intelligence, l'auteur évoque le caractère ingrat de ce métier, sa noirceur. Il raconte sa souffrance de ne pas avoir trouvé dans la police la grande famille dont il rêvait.

A travers deux cold-cases, on se rend compte de l'ampleur immense et fastidieuse de chaque petite tâche pourtant si nécessaire pour disséquer chaque détail. Et mine de rien, il y a urgence. Car au delà d'un dossier oublié, il y a un assassin dans la nature. Chose moralement inacceptable et potentiellement dangereuse.

J'ai eu la chance de rencontrer l'auteur aux quais du polar et d'échanger longuement avec lui ce qui a donné encore une autre dimension à cette lecture. Cet homme qui s'est dévoué corps et âme à l'institution policière, qui a perdu pour elle sa famille, sa santé, son couple. Cet homme qui n'a jamais failli, jamais abandonné. Travaillant aussi pour cette institution là, que je ne peux que saluer le courage de Raphaël de mettre des mots sur les maux de la police. Mon respect pour cet homme profondément humain aux valeurs inébranlables est immense.

Un roman autobiographique passionnant, qui se lit très facilement et met en avant le manque d'effectif, les pairs qui ont baissé les bras, le manque de reconnaissance de la hiérarchie. Mais aussi: le besoin de vérité, le dévouement, l'entêtement. Mes mots ne suffiront jamais pour rendre hommage à cet ouvrage... À DÉCOUVRIR ABSOLUMENT ! ❤️





Commenter  J’apprécie          50
J'en suis à la page 50 et j'ai l'impression de lire un manuel destiné à un jeunot qui veut devenir un bon flic, tout ce qu'il ne faut pas faire (les autres) et ce qu'il faut faire, ce que fit l'auteur, ancien flic à la « crime » du 36 quai des Orfèvres, dont il garde un excellent souvenir, puis muté à Dijon pour terminer sa carrière à Chalon-sur-Saône.
Mon premier sentiment est que l'auteur n'est pas vraiment un écrivain ! Qu'il a beaucoup « bénéficié » des talents de sa « plume » Catherine Siguret. Je continue ma lecture en espérant que la suite sera moins didactique et que le polar va rentrer dans le vif du sujet….
En fait page 185, enfin je réalise que ce N'EST PAS UN POLAR. C'est une autobiographie, un genre très difficile à manier selon moi car trop personnel, surtout quand l'auteur éprouve une telle frustration vis-à-vis de sa hiérarchie et même de ses collègues particulièrement à Dijon. Là où, pourtant il s'illustre par son travail acharné, à l'élucidation de deux cas datant des années 80 qui ont laissés les familles inconsolables avec le sentiment (légitime) que les autorités policières et judiciaires ont mal fait leur travail. le récit est émaillé de réflexions philosophicoreligieuses qui alourdissent le texte.
Raphaël Nedliko doit certainement se sentir mieux d'avoir couché sur le papier sa rancoeur et ses frustrations compréhensibles. Je ne pense pas que cette lecture mène à des vocations. Pour ma part j'ai été déçue car la personne qui m'en a conseillé la lecture me l'a présenté comme un polar. Lecture Néanmoins intéressante et instructive.
Commenter  J’apprécie          51
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Parfois, après une journée où j'ai la sensation d'avoir perdu mon temps, je me surprends à vouloir tout arrêter, mais je n'ai que cinquante ans. j'envisage de renouer avec ma passion de jeunesse pour la photographie, ou de me lancer professionnellement dans l'ébénisterie, qui absorbe beaucoup de mon temps quand je ne travaille pas. Mais je me ressaisis toujours, rattrapé par le facteur humain. Je tente de réparer les victimes, j'essaie d'orienter les coupables vers la prise de conscience pour les détourner de la récidive, je pèse sur le cours des vies, très concrè-tement. Qu'irais-je faire de plus précieux ailleurs ?
Commenter  J’apprécie          40
Deux choses me marquent dans un procès, la satisfaction d'avoir bien travaillé et que ce soit derrière moi, mais aussi une peine profonde car nul n'est jamais pleinement heureux de voir partir un homme en prison. Je n'ai jamais de joie. C'est plutôt une délivrance. Après, les nerfs lâchent. On s'effondre, sans aucune envie de déboucher le champagne. On ne danse pas sur une vie qui se terminera peut-être derrière les barreaux.
Commenter  J’apprécie          40
Les affaires se suivent, c'est une litanie, le chapelet des horreurs ne connaît pas de trêve. Et on ne peut s'empêcher de constater que les victimes d'homicide, hors contexte de bagarres, sont souvent des femmes, aux carences affectives initiales ou à la vie sentimentale cabossée, rêvant d'être enfin aimées, au point de le croire contre toute raison. 
Commenter  J’apprécie          50
Je sais que le non-lieu est une horreur pour la famille. Il signifie que le magistrat met un terme à sa commission rogatoire, ce qui n'empêche pas les enquêteurs zélés - ils sont rares - de communiquer au magistrat un élément susceptible d'en déclencher une nouvelle. Aux yeux des proches, une telle décision équivaut à un « circulez, il n'y a rien à voir ». Mais dire qu'il n'y a rien à voir quand le cadavre d'une adolescente a été retrouvé supplicié de trente et un coups de couteau en plein jour, c'est dément!
Commenter  J’apprécie          10
Dans mon métier, on apprend la patience. Attendre pour rencontre un témoin, voire un suspect potentiel, attendre les rapports d'expertise, attendre des autorisations de la justice, des autorités médicales, attendre des résultats d'investigation technique, nous passons notre vie à attendre, sans jamais avoir le temps de nous ennuyer.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Raphaël Nedilko (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Nedilko
Raphaël Nedilko vous présente son ouvrage "L'obstiné" aux éditions Studiofact.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2704907/raphael-nedilko-l-obstine
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : cold caseVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Lecteurs (124) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1773 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}