AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2344009965
Éditeur : Glénat (18/11/2015)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 164 notes)
Résumé :
Cette année, déconnectez-vous, Lou vous invite sur la terre de ses ancêtres : à Mortebouse, où la 3G est inexistante ! Un tout nouvel album, en compagnie de sa maman, de Mina, Paul, Tristan, Mister Juice, et d’une myriade de nouveaux personnages, qui nous conduisent sur les traces d’une mystérieuse cabane...

En décrivant, d’un regard juste et touchant, le quotidien de Lou, une jeune fille d’aujourd’hui, Julien Neel a insufflé une touche de fraîcheur e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  26 octobre 2016
C'est l'été et Lou, sa maman,son petit frère et ses amies arrivent à Mortebouse pour un retour aux sources, loin de la frénésie de la ville. Accueillie par la grand-mère ronchonne qui s'est mise en ménage avec son voisin tant détesté, la petite troupe prend ses marques dans un village sans 3G, sans wifi, sans réseau. C'est l'occasion de se déconnecter, et pourquoi pas, de construire une cabane dans les arbres pour vivre au plus prche de la nature...
Après le calamiteux tome 6, on attendait de Julien Neel une reprise en main et un retour aux fondamentaux, à savoir, la poésie, la tendresse et l'humour qui caractérisaient sa BD, Lou ! Et bien non ! Même si l'on émerge enfin du flou total où il nous avait abandonnés, on ne peut pas dire qu'il ait soigné son scénario. Certes, le côté SF a disparu (pour mieux revenir en fin d'ouvrage d'ailleurs) mais quelle est l'histoire ? C'est l'été, on fait une cabane et on discute d'amour entre deux danses, même pas de la joie. Lou qui était drôle, pétillante, hors norme, est devenue une ado comme les autres, en plus d'être fade et sans intérêt. Idem pour ses compagnons de route qui n'évoluent pas et semblent comme absents. Aucune connivence, aucune complicité, aucune nouveauté. Par contre, Julien Neel se laisse aller à étaler sa vision pseudo-philosophique d'un monde meilleur sans internet ni portable, en harmonie avec la nature et où l'amooour coule de source. Et tout cela sans une once d'humour ! Oui Mina est effondrée de ne pouvoir envoyer un SMS, mais on savait déjà que Mortebouse était coupée de tout, alors le rappeler toutes les deux pages, c'est redondant et sans effet comique. Oui, Clément Fiffrelin, l'amoureux transi de la maman de Lou, s'est fait refaire le visage et porte des bandages. Mais fallait-il les lui laisser jusqu'à la fin ? Il ne peut boire qu'avec une paille, mais fallait-il qu'il oublie de s'en munir systématiquement ? Les gags s'essoufflent à la vitesse lumière avec laquelle il évoque d'ailleurs un sujet d'actualité, à savoir l'homosexualité. Ni une, ni deux, il colle Marie-Emilie dans les bras d'une majorette et le couple gay file le parfait amour. Ok, il ne s'agit pas d'en faire tout un plat. C'est normal et on doit le considérer comme tel. Mais le sujet méritait d'être un peu plus exploité, tout de même. A l'âge de l'adolescence, on ne s'improvise pas lesbienne sans se poser un minimum de questions ! Mais dans le nouveau monde de Lou, tout le monde est beau, gentil, tolérant et neuneu.
Pour la petite explication, ce tome n'est pas véritablement en septième position dans la série, ce serait plutôt un tome 5,5, juste avant le grand n'importe quoi du tome 6. Heureusement, Neel renoue avec ses dessins lumineux et colorés, c'est ce qui sauve sa BD d'un naufrage dont, à ce stade, on ne peut plus douter qu'il est voulu par l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          477
Ziliz
  24 octobre 2016
Comme de nombreux admirateurs de l'adorable Lou et de sa maman, j'avais été complètement déroutée par le sixième volet de leurs aventures.
Au vu des critiques plutôt élogieuses sur le dernier opus, j'ai foncé. L'enthousiasme des retrouvailles avec ce petit monde sucré, coloré et doux a vite fait place à la déception. Le scénario est presque aussi bordélique et décousu que celui du précédent épisode - peut-être pas dans l'esprit de l'auteur (on l'espère), mais pour moi, si.
Alors voilà, Lou part en vacances chez la Mémé de Mortebouse avec deux de ses copines, sa mère et son petit frère, pour y vivre en harmonie avec la nature. L'amie geek va souffrir de l'absence de réseau, on s'en serait douté, mais l'auteur semble tellement surpris qu'il ne se lasse pas de le lui faire dire.
Amour vache dans un couple surprenant (et je trouve ces passages vraiment sinistres), ambiance festive par moments, comportement étrange du Tristan qui garde sa bouille de petit gamin de 10-12 ans. Et poncifs sur l'amour...
Zut alors ! J'ai attendu quatre ans pour découvrir cet album qui part dans tous les sens et qui n'a ni la profondeur ni la subtilité des cinq premiers. Quatre ans, ça laisse le temps de peaufiner un scénario, des idées, des dialogues, non ? Quitte à se faire aider...
• 2 étoiles pour le graphisme, toujours aussi délicieux...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
Winter-
  24 décembre 2017
Lou est désormais une jeune femme ayant acquis une certaine maturité. J'ai beaucoup aimé passé des heures à lire les différents tomes de Lou durant de nombreuses années. le sixième tome m'avait particulièrement ému car on découvrait une Lou devenue adulte devant surmonter de nombreuses épreuves. C'est l'été ! Lou vient passer des vacances à Mortebouse en compagnie de sa mère, son frère et deux de ses amies : Mina et Marie-Emilie. Un vrai retour aux sources s'impose ici, plus de réseaux sociaux, les jeunes femmes reviennent à une époque qu'elles n'ont pas connu. Elles ne sont pas venues à Mortebouse par hasard. Lou, Mina et Marie-Emilie veulent construire une cabane dans un arbre. C'est aussi l'occasion de retrouvailles entre Tristan et Lou, leur histoire d'amour avait été laissé en suspend dans le tome 5. Marie-Emilie s'ouvre peu à peu et assume ce qu'elle est vraiment. Ainsi, on suit une véritable évolution des personnages qui ont acquis une certaine maturité au fil des tomes. Je dois dire que la mamie de Lou m'avait terriblement manqué, toujours en train de se plaindre et de piquer des colères à tous les membres de sa famille. Cela faisait un bon moment que je n'avais pas passer un doux moment à Mortebouse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
orbe
  27 octobre 2016
Un tome fidèle à la série et cohérent. On retrouve tous les personnages importants pour un retour à la nature plus ou moins volontaire.
C'est aussi un bond dans le passé pour Lou et sa maman qui vont devoir choisir leur mode de vie.
Un très beau album sur la nostalgie, le temps qui passe et l'impossible résolution de laisser vraiment de côté son enfance.
Mais c'est aussi ce que l'on peut reprocher à ce tome, l'impression de ne pas avancer dans l'histoire de nos héroïnes. Tant pis, on les aime quand même !
Commenter  J’apprécie          190
MademoiselleBouquine
  12 octobre 2016
Lou ! est une bande dessinée que je suis avec une grande affection depuis son tout premier tome. Comme beaucoup de lecteurs, j'ai en quelque sorte grandi avec l'héroïne au fil des tomes, et j'ai toujours été une grande admiratrice du dessin de Julien Neel, entre sensibilité, douceur et un certain onirisme.
Mais également comme beaucoup, j'ai été vraiment déconcertée par le tome 6, pas au point de ne pas l'apprécier, mais suffisamment pour conserver un sentiment d'incompréhension pas forcément des plus agréables. Aussi, lorsque j'ai découvert par le plus merveilleux des hasards, la veille de sa parution officielle, le tome 7 de cette saga adorée, il ne m'a pas fallu longtemps pour craquer de façon excessivement impulsive, foncer chez moi, m'avachir avec grâce dans un canapé et engloutir les quelques 48 pages de ce volume sans - presque - culpabilité.
Et c'était si bien.
Laissez-moi vous dire, sans spoiler de quelque façon que ce soit, évidemment, que La Cabane permet de faire la lumière sur ce que Julien Neel a bien voulu exprimer avec le tome 6, L'Âge de Cristal. On remonte tout simplement dans le temps, pour revenir à la fin des événements du tome 5... Et on suit Lou au cours de l'été qui la mènera au sixième volume.
Je n'en dis pas plus. C'est compliqué, en apparence, en effet. Mais cela prend tout son sens à la lecture de ce bel ouvrage.
La Cabane est beau en effet, grâce à son splendide dessin, qui reprend la douceur et l'esthétisme du meilleur tome d'entre tous, j'ai nommé ce cher Idylles, avec un travail sur les lumières, les ombres et les textures en un mot éblouissant. On est aussi séduit par les dialogues vivants et touchants entre les personnages que par leurs illustrations, les symboles qui parsèment l'histoire, les décors baignant d'un soleil aux tons infiniment variés... Julien Neel est ici au sommet de son art, et parvient parfaitement à transporter son lecteur au sein de l'été de Lou et de ses amis à Mortebouse.
On retrouve la beauté des sentiments, la nostalgie, les questionnements propres à la saga, saupoudrés de la fantaisie si particulière qui fait son charme. La transition vers L'Âge de Cristal se fait tout naturellement, les personnages se font plus familiers et amicaux que jamais.
L'été s'étire dans une délicieuse langueur, en même temps qu'il file incontrôlablement, jusqu'à un dénouement aussi tourbillonnant qu'enthousiasmant. On parvient véritablement à l'apogée de la saga, les parcours de chacun prennent sens, les sentiments et croyances s'épanouissent. A l'aube de leurs dix-sept ans, Lou, Mina, Tristan et les autres n'ont jamais été si proches.
Et voilà qui ne pourra que vous plaire.
En bref, une très belle surprise, un tome aussi remarquable par son intrigue que par son dessin velouté, coloré, intime et délicat - oui, je suis en mode dictionnaire des synonymes aujourd'hui. On est tellement séduit par l'atmosphère estivale et quasi-irréelle de cet été, au point de redouter d'en atteindre la conclusion - même si cela n'empêche aucunement les pages de se tourner à une vitesse alarmante. Une réussite sur tous les plans !
Note attribuée : 9/10 : le tome 8, le tome 8 !
Je vous laisse, je retourne me gargariser de dessins.
Lien : http://mademoisellebouquine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          126

critiques presse (1)
Sceneario   18 octobre 2016
On craque devant cette troupe pleine de fraîcheur, devant la finesse des caractérisations et cette façon de s'attacher aux petits détails, aux gestes du quotidien !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
mademoiselleGHmademoiselleGH   22 octobre 2016
- Il n'y a pas de sentiment plus fort que le sentiment amoureux, si tu veux mon avis ... Et je pense qu'on ne peut pas vivre heureux sans éprouver ce sentiment .
- Humm... Oui, tu as sans doute raison... Mais ma mère a pourtant l'air assez heureuse sans lui...
- A mon avis,ta mère n'est absolument pas en manque d'amour... Y a toi, ton petit frère, ta grand-mère aussi, sans doute, à sa façon...
- Oui enfin là, on parle sentiment amoureux de manière très générale ...
- Justement: C'est peut-être ça l'astuce .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   22 octobre 2016
- Maman, voici M. Henry, un grand scientifique... C'est le papa de Marie-Bidule, la copine de Lou.
- Très honoré, madame...
- ... Et pourquoi tu tombes jamais amoureuse de ce genre de type là ?
(p. 31)
Commenter  J’apprécie          171
DocBirdDocBird   17 juin 2017
L’amour peut prendre plein de formes surprenantes… Si j’ai bien compris, on l’a tous en nous, mais il a besoin des autres pour s’épanouir : il lui faut un environnement propice. Et c’est à nous de le construire, en tissant des liens, en construisant des choses, en échangeant des idées…
Commenter  J’apprécie          60
Florian07Florian07   19 juillet 2018
Je me suis lassée du cynisme, je crois. Et puis je me suis rendue compte que c'était moins fatigant de sourire que de te tirer la gueule.
Commenter  J’apprécie          70
Winter-Winter-   24 décembre 2017
Moi, quand j'entends Fulgor gazouiller, ou quand je passe manger des tartes à la rhubarbe l'après-midi au frais ici avec vous par exemple, c'est un peu comme si j'étais amoureuse... C'est pour ça que je pense qu'il ne faut pas réduire ça à quelque chose de trop carré... C'est comme le courant d'une rivière... Il y a des moments où on ne perçoit qu'un fin filet d'amour... Et puis, il y a le flux qui t'emporte : La vie. Les autres destins qui affluent, les rencontres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Julien Neel (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Neel
#lou #glenat #bd
A l'occasion de la parution du tome 8 de la série Lou, son auteur Julien Neel revient sur l'origine de la série.
http://www.glenatbd.com/bd/lou-tome-8-9782344023594.htm
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..