AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782017007074
352 pages
Éditeur : Hachette (25/01/2017)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Depuis trois mille ans, les Faeregine règnent sur Impyrium. Pourtant, au fil des siècles, leur magie s'est affaiblie. Aujourd'hui, elle n'est presque plus qu'un souvenir. D'autres mages, plus puissants, convoitent le trône.Hazel est le dernier espoir des Faeregine. Sa magie paraît sans limites. Mais est-ce une chance ou une malédiction, pour Hazel, pour sa famille, pour Impyrium ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  21 février 2017
Une très très bonne surprise. J'avoue que j'étais un peu inquiète vis à vis des critiques que j'avais pu lire mais le résumé me tentait tellement que je me suis dit : lance-toi, tu verras bien. Et j'ai bien fait de suivre cet auto conseil.
Présenté comme un roman fantaisie, on découvre rapidement qu'Impyrium est bien plus que cela. Il a un ancrage dans la réalité qui fait qu'on se retrouve dans un univers magique avec des sorciers, des démons, des créatures du folklores traditionnel mais et cela est un gros plus qui sera sans doute développé par la suite, il y a aussi un monde ancien bien plus familier que le lecteur peut croire au premier abord. Et j'ai adoré même si nous n'en sommes qu'aux prémices.
Qui dit fantaisie, dit aussi très souvent quête. Je ne dis pas que je n'aime pas mais ici l'auteur a décidé de changer un peu la donne. Nos deux héros, Hob et Hazel, sont à la recherche d'eux même. Quelle place est la leur dans ce monde au bord d'un énorme changement ? Doivent ils marcher dans les pas de leurs ancêtres ? Les adultes qui leur dictent leur conduite ont ils raison ? Tant de questions qui malgré le fait qu'elles soient transposées dans un univers imaginaire résonnent pourtant pour le lecteur. Je trouve vraiment le tout intelligent et subtile. Certes, certains choses sont prévisibles, mais il n'empêche que le monde imaginé par l'auteur est riche et complexe. Toute une nuance de gris. J'en viens même à douter des méthodes et de la vision des rebelles qui veulent se révolter face à la suprématie de la famille de Hazel. Tout le monde semble suspect à un moment ou un autre. Il y a tellement de non-dits, de rancoeurs, de manipulations qu'on arrive à un point où une certaine paranoïa s'installe, et j'ai trouvé cela encore plus vrai sur la fin.
Parlons un peu personnages maintenant. Que ce soit Hazel ou Hob, j'ai tout de suite accroché. Ils sont différents tous les deux à tous les niveaux, ou presque. Comme je l'ai dit, ils ont un héritage plus ou moins lourd et on attend d'eux qu'ils soient à la hauteur. Pas vraiment de choix, une ligne toute tracée, à la limite d'être imposée par les adultes qui les entourent. Et pourtant, cette cage qui au premier abord pourrait les étouffer n'est pas si oppressante que cela, de mon point de vue de lectrice. Ils sont aussi débrouillards, amusants, naïfs mais volontaires. Ils apprennent petit à petit, ont des coups d'éclats, certains moins appréciables, mais cela donne une certaine réalité aux deux adolescents. Ce ne sont pas des héros parfaits.
Pour le reste… Eh bien, je ne sais pas mais aucun autre personnage ne ressort pour moi. Il y en a des sympathiques, mais ils restent justement sympathiques et sans plus. Isabel, la soeur de Hazel est sûrement celle que j'ai le plus aimé voir interagir, sans doute à cause de leur relation. La troisième triplette, Violet, est à contrario quelqu'un que je souhaiterai oublier. Elle n'est pas la pire, loin de là, mais j'ai toujours eu du mal avec les soeurs ou les frères qui se comportaient comme elle. Les menaces réelles étant pour l'instant assez abstraites, les méchants sont surtout des petits emmerdeurs, enfants pourris gâtés désagréables à souhait. Un peu caricaturaux à mon goût. Mais c'est un premier tome et il y a un nombre assez important de personnages. Je me dis donc que la suite nous apportera sans doute plus de « profondeur » et de nuances.
Il n'en reste pas moins, que pour moi, ce premier tome est une réussite. Je n'ai pas vu le temps passer, et j'ai hâte de retourner dans l'univers de l'Impyrium.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Aelynah
  11 mars 2017
Voici un titre jeunesse que je vais garder en mémoire et dont je vais suivre les sorties avec attention.
Henry H. Neff a su nous plonger dans un monde vraiment complexe et cependant tout à fait captivant.
Impyrium où les pouvoirs se divisent entre les nobles et nantis mais principalement la famille Faeregine, tenante de la couronne impyriale d'un côté et les muirs de l'autre.
Certains sont dotés de pouvoirs magiques, d'autres non et c'est ce qui fait la différence dans ce royaume matriarcal.
Hazel est l'une des trois héritières de la couronne impyriale jusqu'à ce que sa grand-mère, l'Impératrice en place nomme son héritière en titre.
Hazel est des trois jeunes filles nées à quelques minutes d'intervalle, la benjamine. Elle est aussi celle qui ressemble le moins aux autres du fait d'une particularité surprenante, elle est née albinos.
Cela en fait une enfant réservée, secrète et assez éloignée de la cour où elle ressent le dégoût et le rejet des nobles de sa patrie face à sa différence.
Elle a cependant une chose que les autres n'ont pas ou en moindre quantité, elle a le pouvoir, la magie mystique quasiment disparue de leur famille. Cela va en faire un personnage important de ce récit.
A l'opposé nous avons Hob, Hobson Smythe, un jeune homme des terres du Nord-Ouest, terres désolées et peuplées selon les rumeurs de barbares et d'indigènes ignares et insolents. C'est d'ailleurs à Brune, son village de naissance que nous allons le rencontrer. Lui aussi a une particularité du fait de sa naissance, il est un sang-mêlé, un bâtard dirait certain si ce n'était une insulte punie par la loi. Sa carnation couleur noisette, ses cheveux foncés ne font que faire ressortir la marque de cette « infirmité », ses yeux d'un vert lumineux et brillants d'intelligence. C'est d'ailleurs son ingéniosité et une bonne dose de courage qui vont le mener à quitter ses terres du Nord-Ouest pour la ville.
Henry H. Neff nous pose ainsi un royaume et ses deux faces. Il nous pose deux caractères en nous présentant deux personnages différents et pourtant semblables par leurs aspirations. Il va ainsi au fil des pages et de leur vie de tous les jours nous camper un monde magnifique, beaucoup plus steampunk/SF par ces inventions comme les automobiles, les appareils photos et tablette tactiles que fantasy pure.
C'est un tome purement introductif, il ne va tout d'abord pas se passer beaucoup de choses mais ce que l'on y apprend laisse présager d'un futur plein de rebondissements.
Les personnages sont intéressants et laissent eux aussi planer des doutes sur leurs futurs rôles. Alors lorsqu'au détour d'une page ils vont finir par se croiser nous demandons-nous si ce n'est pas là le début réel du roman. Ce début de l'aventure et de l'action.
J'ai découvert ce roman pour sa couverture et son résumé tentateur. Contrairement à ce que j'ai lu dans d'autres critiques je n'en attendais aucunement un livre fantasy ce qui fait que le mélange fantastico-moderne m'a interpellée et plongée dedans sans préjugés.
La plume de l'auteur est telle qu'il sait mettre son décor général en place. Nous avons une ambiance, un contexte social et politique bien campés mais surtout des personnages un peu atypiques pour leur monde respectif.
La jeune princesse impyriale m'a de suite plu pour son honnêteté, sa franchise et sa fraîcheur. Tout comme sa soeur Isabel, elle semble développer une certaine autonomie d'esprit ce qui en font des jeunes femmes intelligentes et intuitives. J'apprécie tout particulièrement les réparties piquantes et parfois acerbes d'Isabel face à leur soeur ainée Violet, très imbue d'elle-même et de son rang social.
Hob, lui-même semble détonner dans son village perdu et les aventures que le destin va lui réserver semblent être prévues pour lui.
Lorsque le scénarii va mettre en présence les deux protagonistes principaux ce sera pour le plus grand plaisir du lecteur. Car les indices semés par l'auteur nous laisser présager un complot d'envergure. Mais la suite des événements va nous emmener de surprise en surprise car aucun des deux ne semblent être ce qu'il doit être. Mais surtout les implications de leurs découvertes sur des événements dramatiques intervenus au palais vont chambouler leurs conceptions des choses.
Henry H. Neff a su nous impliquer dans ce roman en nous y poussant subrepticement au fil des pages. A les suivre ainsi dans leur quotidien, le lecteur s'est mis à les apprécier et à vouloir les aider chacun en ce qui les concerne. Et en nous plongeant dans des intrigues de cour subtiles et dangereuses il n'a fait que rendre son récit encore plus attrayant et palpitant.
Je n'ai qu'une hâte en lire la suite pour découvrir ou tout cela va nous mener. Quels sont les pouvoirs réels d'Hazel mais aussi jusqu'où la lucidité et l'intelligence de Hob vont-ils le pousser pour suivre les ordres de la Confrérie au détriment de sa conscience? de nombreux rebondissements promettent de venir éclairer cette suite et la rendre encore plus palpitante.
A bientôt donc .
Lien : http://lespassionsdaely.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lire-une-passion
  09 février 2017
Lorsque j'ai vu la couverture, j'ai immédiatement craqué. Je m'attendais tellement à ce que ce soit de la fantasy jeunesse (comme c'était annoncé), que j'ai été un peu déçue de voir que c'était tout, sauf de la fantasy. C'est du fantastique mêlé à de la SF et même un peu de dystopie. Autant dire donc, que mes attentes n'ont pas été comblées. Malgré tout, j'ai passé un bon moment de lecture, même si du coup, c'était pas ce que j'attendais.
Depuis trois mille ans, les Faeregine règnent sur Impyrium. Pourtant, au fil des siècles, leur magie s'est affaiblie. Aujourd'hui, voyant les difficulté de la famille pour cacher cette vérité, d'autres mages, plus puissants, convoitent le trône. Les derniers espoirs se fondent sur Hazel, la dernière de la famille. Mais est-elle à la hauteur de attentes de sa famille ? Est-elle vraiment la chance que tous attendent ?
Dès le début du roman, j'ai eu du mal à entrer dans ce nouvel univers. Je ne sais pas pourquoi, mais la plume de l'auteur n'arrivait pas à m'embarquer comme je l'aurais souhaité. de plus, j'ai très vite remarqué que ce n'était pas de la fantasy pure, mais bien du fantastique, saupoudré de SF à certains moments. Dans la fantasy, je n'ai jamais entendu dire que les ascenseurs, les appareils photos, les voitures et toute technologie existaient. Eh bien ici, c'est le cas. D'autant plus qu'on nous précise bien que cette histoire se passe sur Terre, plusieurs siècles après un Cataclysme, qui a décimé quasiment tous les humains. Donc ça fait presque apocalyptique, mais ce n'est pas encore tout à fait ça.
De ce fait, et dès que j'ai croisé ces termes, j'ai été assez refroidie par ma lecture. Je l'ai tout de même continuée, parce que j'étais quand même curieuse de découvrir ce que ce roman cachait vraiment. Donc vous dire que j'ai apprécié cette lecture, oui, mais pas autant que je le voulais. Ce n'est pas non plus une déception, parce que sinon, je ne pense pas que j'aurais continué, mais j'ai un petit goût amer en bouche, de voir que la couverture et le genre annoncés sont un peu mensongers à mes yeux. Mais bon...
Ça, c'était les points faibles du roman (et pas des moindres, pour moi). Ensuite, passons un peu à l'intrigue. Même si au premier abord, elle peut être intéressante, je me suis souvent perdue dans cet univers. Je ne comprenais pas vraiment le choix de l'auteur de mélanger tous ces univers, et de ce fait, je suis restée assez extérieure aux personnages. Je ne me suis pas vraiment attachée à eux, même si certains m'ont plus plu que d'autres. Tout d'abord Hazel. J'ai vite compris qu'elle étai un peu le paria du royaume, étant donné qu'elle est différente des autres. Ensuite, la mission qu'on lui confie ne lui plaît pas, lui demande beaucoup de concentration et d'aborder des thèmes qu'elle n'aime pas. Elle y va à reculons, de ce fait, elle n'y met pas toute sa force et vitalité. Et c'est ça qui a fait que j'ai bien aimé son personnage. Car malgré le fait qu'elle soit obligée de faire ce qu'on lui demande, il n'empêche qu'elle a un caractère assez fort, et ose montrer que ça ne l'intéresse pas.
Ensuite, vient Hob. On le suit en alternance avec les chapitres de Hazel. Il vient d'une contrée assez pauvre, et doit vivre avec ce qu'il gagne, c'est à dire presque rien. Jusqu'au jour où il va faire une rencontre qui va changer sa vie. Dès lors, il est propulsé dans un monde huppé qu'il ne connaît pas, avec pour seule connaissance, les contrées du royaume. Il va devoir y trouver sa place, se défendre quand on l'attaque sur ce qu'il est, mais tout en gardant un certain recul sur les choses. N'étant pas de la haute, il va devoir dire oui à tout, ou presque, et ne jamais montrer qu'il n'est pas d'accord, ou alors de façon subtile. Il est attachant, car justement, il sait où est sa place, et surtout, au fil du temps, il va découvrir que ce monde huppé n'est pas le plus beau qu'on ait pu dépeindre par le passé.
Quant à l'intrigue en elle-même, on ne peut pas dire qu'il se passe énormément de choses. C'est avant tout un tome introductif, et ça se voit. L'action est très peu présente, mais nous voyons aussi tout ce qu'il se passe dans le monde de la haute. Les trahisons, les coups-bas, les secrets. Malgré la longueur des chapitres que j'ai trouvé assez longs, il n'empêche qu'au fil des pages, on est pris dans ce cercle vicieux, et la fin du premier tome nous apporte déjà quelques réponses à nos questions, tout en laissant un brin de mystère pour la suite.
​En résumé, et bien que j'en ai dit un peu de mal au début, c'était une assez bonne découverte, si nous oublions que ce livre a été mal classé (de mon point de vue). Une fois qu'on comprend que ce n'est pas de la fantasy, on arrive à s'y plonger plus facilement, même si nous restons amers de cette petite déception. Les personnages ne sont pas terriblement attachants, mais on arrive à se prendre d'affection pour certains d'entre eux. La fin nous apporte quelques réponses, bien que ce soit vraiment un tome introductif. Je suis tout de même curieuse de lire la suite, tout de même...
* Je remercie Myriam et Hachette pour leur confiance ! *
Lien : http://lire-une-passion.weeb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
April-the-seven
  08 mars 2017
Je remercie les éditions Hachette et Myriam pour leur confiance ! J'ai d'abord craqué avec la couverture. Très tournée jeunesse mais tout simplement splendide, elle m'a immédiatement tapée dans l'oeil, et j'étais pressée de plonger dans un nouveau monde imaginaire plein de magie.
Nous sommes dans le futur, 3000 ans après qu'un cataclysme ait ravagé le monde. La société s'est reconstruite autour des Faeregrine qui règnent sur Impyria d'une main de fer depuis plusieurs siècles. Mais voilà que leur magie s'effiloche et que le seul moyen pour eux de conserver le pouvoir est de confier les rênes à Hazel, la dernière de leur lignée. Elle qui a toujours été sous-estimée et traitée différemment, voilà qu'elle se retrouve propulsée sur le devant de la scène sans y avoir été préparée. Entre jeux de pouvoir, démons et complots, les temps s'annoncent durs, car nombreux sont ceux qui rêvent de renverser le gouvernement en place.
Je pensais être tombée sur de la fantasy pure et dure (c'est ce que suggérait la couverture), mais en réalité, il s'agit d'un drôle de mélange entre la magie et la science-fiction. L'univers est post-apocalyptique et l'auteur nous embarque au coeur d'une société qui a été rebâtie d'une autre manière. La magie est intégrée dans les moeurs et les technologies que nous utilisons à outrance, elles, font l'objet d'une surveillance extrêmement poussée. le monde tel qu'on l'a connu n'existe définitivement plus.
Le début a été un peu compliqué, en ce qui me concerne. Même si le roman est immersif par la suite, il m'a été difficile de trouver mes marques, parce que je ne savais pas vraiment à quoi me raccrocher. Henry H. Neff nous plonge dans le vif du sujet, et pour ne pas couler, il faut s'adapter, tout en acceptant de ne pas disposer de toutes les informations. Personnellement, j'aurais préféré un petit topo à un moment donné, histoire de savoir quel Cataclysme avait secoué notre civilisation, ainsi que la manière dont cette nouvelle société avait émergé. J'aime connaître le passé pour mieux comprendre le présent. Mais l'auteur a fait un choix, celui de se focaliser sur des bases déjà bien établies.
Hormis cette entrée en matière un peu trop floue à mon goût, j'ai trouvé l'univers de Henry H. Neff très fourni et bien imaginé. Derrière le faste, les richesses et la beauté se cachent un environnement impitoyable, une jungle dans laquelle s'ébattent des fauves affamés de pouvoir et de puissance. C'est à travers les yeux d'Hazel et de Hob que nous en découvrons les coulisses.
Hazel, 13 ans, se voit contrainte de faire des choses auxquelles elle n'était pas du tout préparée. Les siens l'ont toujours traitée comme le vilain petit canard de la famille. Physiquement, elle n'a jamais été à la hauteur, mais voilà que les Faeregrine n'ont pas d'autre choix que de s'en remettre à elle et à ses pouvoirs magiques. Bien malgré elle, l'adolescente va se retrouver au coeur même d'une tempête politique. On se prend d'affection pour cette petite fille trop jeune pour vivre pareille pression. On ne peut pas s'empêcher d'avoir un peu pitié, mais au fil des pages, Hazel nous prouve qu'elle peut avoir de la ressource.
Hob est issu d'un milieu beaucoup plus modeste. Mineur dans une contrée défavorisée, il subvient péniblement aux besoins de sa famille. Un jour, une opportunité qu'il ne peut pas refuser s'offre à lui et le garçon fait son entrée à Impyria. Être du côté de Hob, c'est voir cet univers avec des yeux neufs. Ce qu'il va découvrir lui laissera un goût bien amer.
Concernant l'intrigue, je pense que ce premier opus est avant tout introductif. L'auteur pose les bases au moyen d'une plume simple et accessible, et s'il n'y a quasiment pas d'action, l'intérêt du roman repose sur des péripéties internes, des manigances et des coups bas. J'aurais aimé que ça bouge un peu plus et surtout que la fin nous apporte une sorte de conclusion ouverte sur le 2e tome. Mais il semble que Henry H. Neff ait décidé de nous réserver ses surprises pour plus tard.
En résumé, Impyrium est un premier tome riche et intéressant, mais malheureusement desservi par un rythme qui manque clairement de dynamisme. L'univers et tous ses rouages forment un noeud complexe, et je me suis beaucoup attachée aux héros hauts en couleur. J'ai bon espoir que la suite apporte avec elle son lot d'action et de révélations.
Le roman s'adresse aux petits comme aux grands. Ne vous attendez pas à ce que ça bouge dans tous les sens, mais plutôt à une intrigue qui prend son temps et se déroule lentement.

Lien : http://april-the-seven.weebl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hydredelerne
  05 mai 2019
Encore trop décriée et méprisée, la littérature pour jeunes adultes est pourtant, je trouve, l'une des plus prolifiques, diversifiées et originales qui soit.
Là où les thrillers, sauf exceptions, tournent quand même très souvent en rond et me lassent (bizarrement, j'en lis quand même régulièrement...), là où je ne suis pas forcément fan des oeuvres littéraires actuelles, je suis toujours surpris, en allant à la médiathèque, du nombre de sagas intéressantes au pitch séduisant qui figurent dans les rayons jeunesse. Que ce soit des dystopies, des univers fantastiques, des uchronies, des récits de science-fiction, il y a vraiment de quoi faire !! Alors souvent, je le concède, là où le bât blesse, c'est d'une part dans la qualité d'écriture, et d'autre part dans la profondeur des personnages et leurs psychologie.
Mais dans Impyrium justement, il n'y a pas de bât qui blesse. On n'est pas loin d'un sans faute. L'univers d'abord : ce mélange de magie et de technologie. Et bien, croyez-le ou non, mais ça fonctionne du tonnerre. Les personnages ? Sacrément bien pensés : Hazel et Hob sont des personnages troubles, courageux mais vulnérables, faisant des erreurs, héros malgré eux d'un récit épique qui les dépasse, pris au piège au sein d'un univers codifié qui illustre formidablement la lutte des classes. Il n'y a aucun manichéisme dans les personnages (on peut éventuellement reprocher que les deux soeurs soient légèrement stéréotypées, mais c'est tout !). Et plus encore, il y a un vrai mystère qui plane autour des intentions de chacun, et ce, jusqu'à la fin : l'Araignée, personnage flippant s'il en est, le mystérieux méchant diabolique du récit, dont on ne sait toujours pratiquement rien à la fin de ce tome... Que du positif !
Et l'écriture dans tout ça ? Et bien justement, c'est là où j'ai été très agréablement surpris : je ne sais s'il faut remercier le traducteur ou l'auteur, mais le récit est stylistiquement très réussi, avec de belles phrases et un vocabulaire assez recherché au vu du lectorat ciblé. En prime, la couverture est belle et alléchante à souhait, et les illustrations, émanant de l'auteur, sont toutes très réussies.
Pour dire à quel point j'aime ce récit, je l'ai inclus dans mes 6 livres à emmener sur une île déserte. Je sais que cela peut sembler inattendu, mais personnellement, si je devais emmener 6 bouquins sur une île déserte, j'emmènerais une moitié de romans légers, pas prises de tête et destinés à un lectorat assez jeune, pour rêver, m'évader et me rappeler ma jeunesse, et une moitié de romans plus "littéraires", pour me rappeler la richesse de la langue française, la complexité de la psyché humaine et la beauté de la stylistique.
Pour résumer, je recommande vivement ce livre, et ce, une fois n'est pas coutume, sans mettre aucun bémol !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Elbakin.net   24 septembre 2018
Au final, ce premier tome constitue une entrée en matière efficace et tout à fait capable de séduire les jeunes lecteurs. À voir donc ce qu’il en sera de la suite.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
florencemflorencem   20 février 2017
- Tout ira bien, la rassura-t-elle. Ça ne demande ni formules ni gestes compliqués. Seulement que je me concentre à fond, sinon on sera emmurées vivantes. Mort subite.
- Tu plaisantes ? Alors que Rascha te reproche d'être une tête de linotte, justement ?
- Elle a dit ça ? Je devais être distraite.
- Ce n'est pas drôle.
Commenter  J’apprécie          140
llGPCllllGPCll   27 décembre 2018
- [...]Tu devrais être à l'école.
- L'école, ça ne paie pas, répliqua Hoben attrapant la blague à tabac posée sur un tabouret.
Porridge la recupéra vite fait.
- Quel est le débile qui prétend ça ?
- Celui qui a plusieurs loyers de retard.
Commenter  J’apprécie          40
llGPCllllGPCll   28 décembre 2018
Les hommes justes réclament la justice.
Les grands hommes se sacrifient pour elle.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3145 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre