AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782355161704
Éditeur : Editions de l'Amandier (24/03/2012)
4.5/5   2 notes
Résumé :
Comme l'écrit la poète Samira Négrouche dans sa préface, cette anthologie de poésie algérienne d'expression française porte en elle «la double singularité du clandestin, celle du poète et celle de la langue qui reste malgré tout étrangère». «Greffée, aimée ou imposée» ou encore «butin de guerre» selon l'expression de Kateb Yacine, elle porte aujourd'hui en elle «une généalogie algérienne ouverte et libérée».
«Une nouvelle génération est bien née loin des comp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ATOS
  21 décembre 2016
C'est le premier jour de l'hiver et pour annoncer ce jour de neige, j'ai eu bonheur et donc le privilège d'entendre le retour de très belles voix d'Algérie. Poésie. « Quand l'amandier refleurira ». … C'est le premier arbre fruitier à fleurir à la fin de l'hiver, période où il gèle encore le matin.
Le premier à refleurir pour annoncer le Revivre.
Poésie.
Samira Negrouche, poète , a choisi de rassembler dans ce recueil onze poètes algériens contemporains de langue française.
Cette langue française, cette « blesse » , étrange étrangère familière , langue de rivage, et d'exil, langue de terre et de départ . Cette matière ni première ni élémentaire mais qui s'est reforgée, musclée, régénérée, réinventée, par les mots de celles et ceux qu'elle a si longtemps maintenus sans parole.
Cette langue aiguisée et non policée, «  ce butin de guerre », ce cri, cette remontrance, cette mémoire, ce dit, cette innocence, cet amour, cette enfance.
« Nous sommes paroles sous l'écriture «  écrit le grand passeur de mémoire : Patrick Chamoiseau.
Oui j'écoute l'Algérie et j'entends les Caraïbes. Sororité de la « géopoétique ».
Nous avons tellement à saisir, à entendre de ces mots. Ces mots polis, ouverts, frottés à même l'attente, le silence, les colères, l'espoir et l'émerveille.
Tellement de couleurs et de souffle dans ces mots que nous recevons comme un cristal, comme un pétale porté par la mémoire des sables. Un éclat.
Qu'avons nous à parler d'autre que de Poésie ? Qu'avons nous d'autre à nous donner, à nous transmettre que cette lumière ?
« Redessiner le mirage », «  relâcher le bord du ciel », tenter l'autre traversé. Passé. «  hier tu voulais savoir si et voilà que tu ne sais plus pourquoi », voilà que s'avance « la réponse à l'oubli du temps » de Samira Negrouche.
Il faut entendre cette musique. Musique universelle. Chant tressé de chemin d'hommes, poésie de l'empreinte, de la trace, de la voile et du cordage. Des encres qui dessinent l'envol d'une lèvre.
La première neige, la première main, le premier mot. le même dessein.
Écrire c'est avancer en laissant derrière soi la souvenance d'un rêve et dessiner devant soi l'enfance d'un nouveau jour . Écrire comme bâtir.
Lire s'est rencontrer, bivouaquer, et partager. Lire comme partir.
Voilà comment les hommes voyagent.
«  et nous nous dirigeons vers toi sereins la foulée large ainsi que déjà sortis de la nuit installée »- Malek Alloula,Approchant du seuil ils dirent, extrait.
Ne pas renoncer, mais partir, à la rencontre de l'autre , à l'intérieur de soi.
Partir en quête, avec rêves et promesse , quitte à tout perdre alors aimer, aimer à tout reprendre, tout, y compris ce qui blesse. Greffer, vivifier, nourrir, au nom du revivre.
« entre le silence du père et les plaintes de la mère », émanciper le vivre en ouvrant au grand large.
Rendre un possible différent .
«  (j'ouvre une parenthèse mais ne la ferme pas, écrit Hamid Tibouchi.
Malek Alloula, Habib Tengour, Hamid Tibouchi, Mohamed Sehaba, Youssef Merahi, Hamid Nacer Khodja, Yamilé Ghebalou, Samira Negrouche, Amine Aït Hadi, Mohamed Mahiout, Djamal Amrani. Leurs noms comme la résonance d'un parfum d' étoile. Comme un gemme posé sur le seuil. La promesse de tous nos retours. Poésie.
« Une porte ouverte vers un archipel d'oasis insoupçonnables ».
Entre le ciel et peau, entre le corps et la lumière, entre la vie et le nombre, entre la peur et le mensonge, entre désir et liberté, entre la nuit et ses secrets, entre notre coeur et la première vague. ... 
« Lumière au sourire d'Elsa et d'Aragon, dis à l'injustice de l'homme les couleurs de ta raison » - La vie toute la vie, Hamid Nacer Khodja. Extrait.
Solstice d'hiver, décembre 2016, je lis ce matin qu'il neige sur le Sahara, cela faisait trente sept ans qu'il n'avait pas neigé dans le Sahara algérien. « Quand l'amandier refleurira », je sais qu'au printemps reviennent toujours les oiseaux.
Il neige sur Encelade depuis cent millions d'années. Mais Encelade ne connaît pas son histoire. Rien, absolument, rien n'est impossible.
Je vous invite à découvrir ou relire ces poètes. Pourquoi sinon, pour qui , écrirai-je tout cela ?
Je vous invite également à découvrir les très belles encres d'Hamid Tibouchi qui accompagnent merveilleusement l'ensemble de ces textes .
Astrid Shriqui Garain

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Anis0206
  12 septembre 2017
un petit recueil de poèmes algériens écrit en langue française qui est très sympathique à lire et nous permet de connaître et d'apprécier la nouvelle génération des poètes d'Algérie.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
ATOSATOS   21 décembre 2016
Corps insulaires et constellation crantée.
Blés du renouvellement.
Notes d'airelles.
Je tends vers nous un temple d'amour.
Un rhizome une cavité.
Ce lacis de nos voix qui est chant éternel.
Voix enfiévrées de soliloques en rafales.
Spasmes déchirés à la terre qui nous dissocie.
Roulis de vent sur l'herbage qui nous console.
La mer qui sculpte nos dynasties d'espérances avec ses frondaisons.
Ce bout de notre foi lorsque l'algue de nos baisers ondoie.
L'heureuse figure de proue étreignant l'onde cristalline.
Avec la mémoire des flots aux courses hirsutes dans la libre écorce du granit.
La mémoire emmaillotée de l'instant à couper le souffle.

Amine Aït Hadi,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ATOSATOS   21 décembre 2016
Partir c'est
escalader son désarroi
sur la corde
de l'oubli

partir c'est
encore la vie
derrière soi

Ce qui reste
commencer chaque matin
à heure précise
comme
reprendre à zéro

répondre à l'oubli du temps
à la dérive des âges
à ta mère qui tremble
à la généalogie du pire
au désastre des dieux.

Samira Negrouche
Commenter  J’apprécie          50
ATOSATOS   21 décembre 2016
Le verbe
ce devrait être une patère
pour y suspendre
le silence

Les mots
des poteries fragiles
pour contenir durablement
le calme

effacés les mots du tableau noir
effacés du même coup
désirs attentes
ambitions

Taisez vous mais taisez vous donc, extrait de Rien, de Hamid Tibouchi
Commenter  J’apprécie          40
ATOSATOS   21 décembre 2016
Dans le jaillissement de ton image
mon rire a des remords

Djamal Amrani
Commenter  J’apprécie          60
ATOSATOS   21 décembre 2016
Lumière vraiment vivante, toujours naissante, si doucement,
regarde le bonheur des hommes Que mon inspiration

Lumière toujours, toujours ton Nom
écoute l'espoir-coupable de ta chanson.

La vie de toute la vie, extrait, Hamid Nacer Khodja.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Samira Negrouche (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samira Negrouche
Samira Negrouche a écrit ce texte pour le numéro Spécial 20 ans d'Étoiles d'encre.
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
957 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre