AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207508114X
Éditeur : Gallimard Jeunesse (20/04/2017)

Note moyenne : 4.37/5 (sur 169 notes)
Résumé :
Noah et Jude vivent en Californie. Les jumeaux sont très proches bien que différents : Noah, le solitaire, dessine à longueur de temps et Jude, l'effrontée, est passionnée par la sculpture. Mais les premiers troubles de l'amour et du désir bouleversent leur relation et leurs chemins se séparent.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
Saefiel
  16 juin 2015
Noah et Jude sont jumeaux. Fusionnels, ils ont toujours tout partagé et leur amour l'un envers l'autre semble plus fort que tout. Pourtant, lorsque Jude devient une jeune adolescente branchée et que Noah se noie dans son art, les choses commencent à changer, lentement, progressivement, jusqu'à ce qu'un drame survienne dans leurs vies. Un drame qui les changera, les séparera et provoquera un véritable tremblement de terre dans leurs vies et leurs coeurs.
Lorsqu'on commence ce roman, on pénètre dans une véritable histoire d'adolescence, d'amour, de peines et de secrets. le Soleil est pour toi revêt l'allure d'une ode à l'humanité et à ce qui fait de nous ce que nous sommes. Et c'est bien dans le déni et dans les secrets, si propres à l'être humain, que les problèmes vont se créer…
On suit alternativement les personnages de Noah et Jude. le premier à 13 ans et ses chapitres se déroulent donc avant le drame qui va bouleverser leurs vies. Quant aux chapitres de Jude, ils ont lieu alors qu'elle a 16 ans et qu'elle tente de se reconstruire. Les deux points de vues et temporalités se rejoignent habilement et se comblent l'un et l'autre, peu à peu on dénoue les solides noeuds de mystères et on emboîte les pièces du puzzle pour parvenir à une histoire complète. le tout est cohérent et j'ai aimé suivre Noah, fou de peinture (et de Brian), ainsi que Jude, dont l'art brisé semble montrer les tréfonds de son âme.
Je dois dire que ma relation avec les personnages est un peu particulière. J'ai adoré Noah, son petit côté solaire, son histoire avec Brian et en même temps sa fragilité, sa peur de dévoiler son homosexualité. J'ai aussi beaucoup aimé sa façon de voir le monde et de le peindre dans sa tête. En revanche, la Jude de 13 ans me tapait franchement sur les nerfs. Mais lorsqu'un découvre son point de vue 3 ans plus tard, on rencontre une jeune fille sensible, brisée, qu'on a envie de consoler pour lui faire comprendre que oui, la vie peut encore être belle. Cependant, Noah est devenu un garçon imbuvable et hypocrite qui reproche aux autres ce qu'il fait lui-même...
On rencontre aussi d'autres personnages, tout aussi fragiles et touchants que nos deux héros : Brian, Oscar, Guillermo. Ils ont chacun un rôle crucial à jouer dans cette histoire.
Il m'est malheureusement impossible de vraiment vous parler de l'histoire de peur de trop vous en dévoiler. Mais je peux vous dire qu'elle est pleine de tendresse, de poésie et d'une douceur rare. On y aborde des thèmes de l'adolescence qui sont, selon moi, très important comme la sexualité, les problèmes d'ordre familiaux, l'amitié, l'amour…
Mais on pénètre surtout dans une histoire aussi belle qu'une oeuvre d'art, pleine de couleurs, d'émotions et de créativité. L'écriture y est aussi pour quelque chose. Jandy Nelson joue habilement de belles métaphores et sait trouver les mots justes pour faire vivre ses personnages tout en amenant son lecteur à la réflexion. J'ai beaucoup aimé sa plume que j'espère retrouver bientôt, peut-être en découvrant son premier roman : le ciel est partout.
En Bref
On ressort de cette histoire, habité par une douce mélancolie et un petit sourire au coin des lèvres. le Soleil est pour toi est une belle lecture sur l'adolescence et sur le poids des secrets qui m'a fait passer un très bon moment. J'ai aimé les personnages et je suis tombée sous le charme de la magnifique écriture de Jandy Nelson.
Je remercie Babelio et Gallimard Jeunesse pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Loucy
  21 juin 2015
J'étais très curieuse de découvrir la nouveauté de Jandy Nelson dont j'avais beaucoup aimé le Ciel est partout il y a quelques années et je remercie Babelio pour son envoi grâce à la Masse Critique.
Comme pour son précédent roman, j'ai été embarquée dans l'histoire dès les premières pages. Nous suivons des jumeaux : Noah et June, qui ont une personnalité complètement différente. On les suit à deux époques différentes tout d'abord lorsqu'ils ont 13 ans avec Noah pour narrateur puis à 16 ans avec June pour narratrice. Tout d'abord lors de leurs 13 ans, Noah est un personnage plutôt taciturne, un peu bizarre, qui reste renfermé, il n'a pas d'amis, il est gay et est attaqué pour ça, tandis que June est pleine de vie, populaire.
L'alternance de point de vue permet de nous faire avancer dans le récit et surtout de suivre leur évolution. Dès les premiers chapitres on sait donc que leurs personnalités vont évoluer, changer, s'inverser. On peut également apprécier le changement de point de vue et d'époque un chapitre sur deux. Ca nous permet aussi de prendre conscience, de deviner petit à petit tout le puzzle de leur vie qui se met en place.
Les personnages de Jandy Nelson sont très réussis, on découvre tout d'abord la fusion de Noah et Jude avant de connaître petit à petit Noah et Jude. Avec chacun leur personnalité, chacun leurs faiblesses et leurs forces. On voit qu'ils ne sont pas parfaits, qu'ils font des erreurs, qu'ils comprennent, qu'ils apprennent. Les personnages secondaires sont également très réussis. On peut notamment penser à Oscar ou encore à Brian, ces deux personnages m'ont beaucoup plu et touchée. Ils m'ont émue à de nombreuses reprises. Je ne peux pas vous en dire trop pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte de ce roman mais surtout plongez dedans.
Le style de Jandy Nelson est toujours aussi bon, toujours aussi fluide. Les émotions sont très bien transmises et on parcourt les pages sans réellement s'en rendre compte. Grâce à certaines situations, on se retrouve à réfléchir plus en général, et on garde en tête pendant un moment les personnages, certaines scènes.
Comme dans tous les Scripto ou presque, on se retrouve avec les larmes aux yeux, touché par les nombreux thèmes abordés. Ici vous trouverez la gémellité, les relations frère-soeur et la jalousie qui peut en résulter, le deuil, l'adultère, l'homosexualité … Un roman riche à découvrir sans attendre, encore une fois Scripto me conquiert et je continuerai à piocher dans la collection les yeux fermés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
orbe
  22 mars 2015
Suite à un cataclysme personnel, deux jumeaux inversent leur personnalité. Jude qui était populaire, se recroqueville sur elle-même et entame un parcours solitaire sous le signe de la sculpture alors que Noah, dessinateur chevronné, s'intègre dans un groupe de coureur de fond.

Que s'est-il passé ? Pourquoi les deux adolescents sont-ils passés d'une profonde connivence à la jalousie et à la détestation ? Quels fantômes les hantent ?

Alors que la jeune fille est épaulée par la voix de sa grand-mère qui l'encourage à aller de l'avant, elle sent au contraire une forte empreinte négative de sa mère... Au contraire, son frère n'est que regret et culpabilité sur ses choix passés.
C'est alors qu'ils croisent le chemin d'un jeune anglais lui-aussi fracassé par la vie...

Un roman formidable qui déjà nous offre de magnifiques personnages. Les morts et les vivants se côtoient et forment des paires improbables mais tout à la fois très justes. le livre montre à quel point nous gardons en nous les gens que nous aimons même après leur mort.

Nous tremblons pour nos héros, qui tout en se détestant, ne peuvent s'empêcher de continuer à veiller l'un sur l'autre.

La grande réussite du livre est de nous faire percevoir la magie de la vie, son côté à la fois éthéré et sa pesanteur.

La construction d'ensemble est elle-aussi particulièrement soignée avec une alternance entre la voix des jumeaux, le passé et le présent.
Un livre, qui est un véritable rayon de soleil avec l'art comme point de rédemption. A lire !

Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
maylibel
  31 mai 2015
Deux jumeaux, Jude et Noah, prennent tour à tour la parole. À 13 ans, Jude est une jeune fille populaire alors que son frère est un solitaire qui ne vit que pour le dessin. Trois ans plus tard, Noah est devenu un jeune homme très apprécié, membre de l'équipe d'athlétisme de son lycée, alors que Jude a intégré une école d'art où elle se sent seule et incomprise. Que s'est-il passé ?
Le Soleil est pour toi est, à l'image de son titre et de sa couverture rayonnante, un roman solaire, un feel-good book qui donne envie de croire en la vie et aux moments de bonheur qu'elle nous offre. Au centre de l'histoire, deux ados passionnés et passionnants, doués pour l'art mais moins pour les sentiments. Des héros humains, avec leurs qualités, leurs erreurs, entourés d'une galerie de personnages secondaires très bien construits. C'est l'évolution de ces jumeaux que nous fait suivre avec délicatesse et humour Jandy Nelson dans ce deuxième roman traduit en français, après le très joli le Ciel est partout. L'auteure parvient une nouvelle fois à aborder des sujets difficiles (la mort, l'homosexualité, la rivalité frère-soeur…) sans jamais sombrer dans le pathos ou l'accumulation de clichés.
Le Soleil est pour toi est un roman très émouvant, mais aussi drôle et bourré d'optimisme, qu'on n'a plus envie de lâcher une fois commencé. Merci à Babelio et aux éditions Gallimard de m'avoir permis de le découvrir dans le cadre de l'opération Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AndreaBaladenpage
  19 novembre 2015
Devant nos yeux, la vie des deux jumeaux-adolescents. Noah est un garçon talentueux et introverti, qui trouve le sens de son existence dans les dessins et qui perçoit le monde et son entourage à travers la peinture. Jude est sa soeur pétillante, audacieuse et sensible, qui respire la vivacité et le dynamisme et qui s'exprime par ses sculptures. Ensemble, ils forment une entité inséparable, « NoahetJude », qui les sauve dans les moments difficiles et qui leur procure un sentiment de bonheur, connu d'eux-seuls. Sauf, qu'un jour, leur monde va s'écraser, et ils devront affronter toutes les conséquences d'un évènement tragique, du mensonge, de la culpabilité, de la jalousie… Mais ils vont également apprendre à apprécier tous les bienfaits du pardon, de la réconciliation, du partage, de l'amour… Car tout cela, c'est la vie, et souvent, pour vivre et pour grandir, il faut du courage, surtout « beaucoup de courage pour être honnête envers soi-même et envers son coeur ».
J'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteur nous raconte l'histoire, en alternant le point de vue de Noah, 13 ans, pour les évènements passés, et celui de Jude, 16 ans, pour les évènements actuels (trois ans plus tard). C'est cette structure qui va refléter, peu à peu, le changement dans la vie des jumeaux et dans leurs relations, qui va jusqu'à leur éloignement et l'inversion de leurs personnalités. Les titres que l'auteure attribue au récit de chacun (« le Musée invisible » pour Noah et « L'Histoire de la chance » pour Jude) sont très pertinents car ils représentent avec justesse les personnages principaux et leurs expériences vécues.
Le récit est doté d'une force particulière, tant sur le plan émotionnel et relationnel que sur le plan intellectuel et artistique. Les mots sont très bien choisis, les réflexions sont justes, les descriptions de l'état psychologique des personnages sont réalistes et authentiques. L'auteure n'a pas peur de dévoiler toute une gamme de sentiments et d'émotions que vivent les adolescents au moment d'affronter diverses situations difficiles (la séparation des parents, la jalousie et la compétition
entre frère et soeur, la perte d'un être proche, l'orientation sexuelle, les préjugés, etc.). Les personnages, même secondaires, sont bien élaborés et très attachants, malgré leurs imperfections et erreurs.
Je voudrais souligner ici le travail exceptionnel de la traductrice qui a su nous transmettre toute la beauté et la puissance du roman. C'est aussi grâce à elle que nous avons pu tant apprécier cette histoire !
Jandy Nelson a peint son livre comme un tableau : tantôt avec des couleurs sombres pour les motifs tragiques et lourds, tantôt avec des couleurs claires pour les thèmes heureux et joyeux, avec des touches humoristiques et drôles, par ci- par là. Et le résultat est époustouflant : une explosion de couleurs, de lumière, d'émotions, de larmes et de joie qui nous affirme avec conviction que, malgré tout, la vie est belle, que ça vaut la peine de la vivre pleinement en étant soi-même et de refaire le monde, si on en ressent le besoin !
[Le début et la fin de la chronique est sur mon blog]
Lien : http://www.baladenpage.com/c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Les critiques presse (2)
Ricochet   04 mai 2015
Un récit d'apprentissage remarquable à découvrir de toute urgence.
Lire la critique sur le site : Ricochet
HistoiresSansFin   20 avril 2015
Lire Le Soleil est pour toi, c'est se faire des amis étranges et inoubliables, vivre trois… non, quatre histoires d'amour, rire (beaucoup), pleurer (un peu), et apprendre à se mettre davantage de couleur et de magie dans les yeux.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations & extraits (106) Voir plus Ajouter une citation
capucine2857capucine2857   01 avril 2015
Platon avait une théorie selon laquelle il existait autrefois des êtres dotés de quatre jambes, quatre bras et deux têtes. Ils étaient parfaitement indépendants, heureux et puissants. Trop puissants au goût de Zeus, qui les a coupés en deux et éparpillés aux quatre coins du monde, si bien que les humains sont maintenant condamnés à rechercher éternellement leur moitié, celle qui partageait jadis leur âme. Seuls les êtres humains les plus chanceux retrouvent leurs moitié coupée, tu sais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
orbeorbe   18 mars 2015
- Je vois, dit Guillerma. Ces négociations, ça dure depuis combien de temps ? Pour vous partager le monde ?
- C'était tout le temps.
Il croise les bras, retrouve sa position de combat. C'est sa préférée, on dirait.
"Vous êtes très puissants, ton frère et toi. Comme des dieux. Mais honnêtement, je crois que tu as fait une mauvaise affaire." Il secoue la tête. "Tu dis que tu es triste, c'est peut-être à cause de ça. Ni soleil. Ni arbres.
- J'ai aussi perdu l'océan et les étoiles, dis-je.
- C'est affreux, commente-t-il, les yeux écarquillés à l'intérieur de son masque d'argile. Tu être très mauvaise négociatrice. Prends un avocat, la prochaine fois." Il y a une pointe d'amusement dans sa voix.
Je lui souris. " Mais j'ai gardé les fleurs.
- Encore heureux", dit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
petitsoleilpetitsoleil   09 août 2015
Je m'empare d'un crayon pastel et je fais semblant de peaufiner un portrait de l'Anglais nu que j'ai terminé hier soir. Je l'ai représenté façon cubiste pour que son visage ressemble encore davantage à un miroir cassé.

Jude débarque en talons hauts et minirobe bleue.
Maman et elle n'arrêtent pas de se disputer à cause des nouvelles fringues qu'elle porte, c'est-à-dire pas beaucoup. (...) Elle s'est tartiné la figure de maquillage. Ca aussi, c'est un sujet de querelle entre maman et elle.
Sans parler du fait qu'elle ne respecte pas son couvre-feu, qu'elle est insolente, qu'elle claque les portes, qu'elle envoie des SMS à des garçons qui ne sont même pas élèves de son collège, qu'elle traîne avec des attardés du surf plus âgés qu'elle (...)

Personne ne me demande mon avis, mais je pense que si elle s'est transformée en une espèce de diablesse qui rêve d'embrasser tous les garçons de Lost Cove, c'est parce que maman a oublié de regarder son carnet de croquis, le jour de notre première visite au musée.
Et parce qu'on l'a oubliée, aussi.

C'était à l'expo Jackson Pollock. Avec maman, on était restés une éternité (...) quand on est ressortis du musée, la peinture si vivante et arachnéenne de Pollock nous habitait encore (...) et c'est seulement au milieu du pont qu'on s'est aperçus de l'absence de Jude. (...) Jude était assise sur le trottoir, la tête entre les genoux. On aurait dit un morceau de papier chiffonné.
En vérité : maman et moi étions habitués à ne plus remarquer sa présence quand on était tous les trois ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AndreaBaladenpageAndreaBaladenpage   19 novembre 2015
Je jette des coups d’œil furtifs autour de moi. Je sens la présence de maman dans la pièce. Oui, c’est ce qu’elle aurait voulu, j’en suis sûre. Elle savait que nous détenions chacun une partie de la vérité qui devait éclater. Elle tenait à me faire savoir qu’elle avait vu mes sculptures, et ça, seul Guillermo pouvait me le dire. Elle tenait à ce que papa et Guillermo entendent la vérité de la bouche de Noah. Elle voulait que j’avoue à Noah pour son dossier d’inscription, et je n’aurais sans doute jamais trouvé le courage de le faire si je n’étais pas venue chez Guillermo soulever un marteau et un burin. Elle voulait qu’on entre dans la vie de Guillermo, et qu’il entre dans la nôtre, parce que chacun de nous était une clé ouvrant une porte indispensable aux autres et qui, sinon, serait restée à jamais verrouillée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nooooonooooo   02 mai 2015
"Rencontrer son âme sœur, c'est comme entrer dans une maison où on serait déjà allé : on reconnaît les meubles, les images accrochées aux murs, les livres sur les étagères, les contenus des tiroirs. On pourrait y retrouver son chemin dans le noir, s'il le fallait."
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Jandy Nelson (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jandy Nelson
Vidéo de Jandy Nelson
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Jandy Nelson (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Le ciel est partout

Comment s'appelle l'héroine ?

Lenna
Lenny
Lennie
Manou

12 questions
80 lecteurs ont répondu
Thème : Le ciel est partout de Jandy NelsonCréer un quiz sur ce livre
. .