AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081263789
34 pages
Éditeur : Flammarion (14/01/2012)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 31 notes)
Résumé :

Au coeur de la forêt russe, vit une famille de modestes moujiks, Ivan, Natacha, et leurs cinq adorables filles, Katérina, Anna, Marina, Tatiana et Véra. Toutes les cinq sont inséparables et se ressemblent tant que seule leur taille les différencie. Hélas ! la misère vient à frapper le foyer. Les parents doivent envoyer Katérina travailler pour la terrible ogresse Baba Yaga. Mais pas question pour les fillettes ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  02 janvier 2014
Superbe album que celui-là. Je vous conseille particulièrement les fantastiques illustrations de Sébastien Pelon qui soutiennent à merveille le texte solide de Sandra Nelson. Celle-ci revisite le mythe de Baba Yaga et la tradition des poupées gigognes russes. Ma fille adore littéralement cette histoire qui fait... PEUR !
Une famille de paysans pauvres, ayant touché le fond du dénuement total, se voit dans l'obligation d'envoyer l'aînée des cinq filles du foyer proposer ses services à Baba Yaga pour tâcher de gagner quelques menus kopecks. le hic, c'est que Baba Yaga est une horrible ogresse, certes fort riche, mais surtout extrêmement friande de viande humaine fraîche. Tous, dans la famille, savent ce que cela signifie d'envoyer la vaillante Katérina chez l'infâme sorcière... mais c'est sans compter sur le courage et la ruse de ses quatre soeurs.
Je ne vous en dit pas plus, si ce n'est que dans chaque être vil sommeille un restant d'humanité, plus ou moins bien enfoui. Je vous conseille donc cet album des trois mains et des sept pieds, pour les 4 - 6 ans, mais ce n'est cependant là qu'une considération toute personnelle, autant dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
sabine59
  07 juillet 2019

Encore un très bel album du Père Castor, apprécié par l'une de mes petites filles. Elle adore qu'on lui raconte cette histoire!
Vous connaissez Baba Yaga, l'horrible sorcière des contes russes? Eh bien, un couple de paysans pauvres, après une récolte détruite par la grêle doit se résoudre à envoyer chez Baba Yaga l'aînée de leurs cinq filles, Katérina. Mais lorsqu'elle doit, la mort dans l'âme, se rendre chez cette vieille femme effrayante, ses quatre soeurs se cachent l'une après l'autre sous sa robe.
Vous voyez où on veut en venir... voilà le principe des matriochkas expliqué ! de plus, pendant leur absence, leur mère confectionne des poupées en bois les représentant.
Je vous laisse imaginer comment les choses se passent chez Baba Yaga pour les cinq soeurs mais vous savez que tout se termine bien, c'est un conte!
le texte est vivant, ponctué par une petite chanson sortilège, et les illustrations magnifiques, très colorées, à dominante bleue et rouge. Une réussite !
Commenter  J’apprécie          330
Gwen21
  17 décembre 2018
Encore un superbe album jeunesse aux illustrations très soignées qui marquent durablement l'imagination.
Avec "Matriochka", le lecteur a pour ainsi dire deux histoires en une car s'il est d'abord question du conte populaire où cinq soeurs donnent naissance à la tradition des célèbres "poupées russes" - ces jolies boîtes gigognes emblématiques - il y est aussi question de la non moins célèbre sorcière Baba Yaga, terrifiante créature quasi mythologique, ravisseuse d'enfants.
Dans le folklore russe, aucun conte digne de ce nom ne peut exclure Baba Yaga sans commettre un sacrilège, un peu comme si Gargamel était absent d'un album des Schtroumpfs... Mais revenons à nos poupées russes ; cet album offre une lecture aussi dépaysante qu'enrichissante. Publié dans la collection Père Castor, une grande place - et un grand soin - est laissée au récit et il se passe donc un certain temps avant qu'une nouvelle page se tourne, ce qui laisse le temps à l'enfant de s'imprégner de la narration et des illustrations, mais ce qui destine aussi ce livre à des enfants capables de pas mal de concentration.

Challenge ABC 2018 - 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
nekomusume
  21 janvier 2013
Cet album magnifique présente le conte de Baba Yaga à l'origine des fameuses poupée cigognes, les poupées russes.
Cinq soeurs, identiques si ce n'est la taille, se trouvent frappée par la misère et partent travailler pour l'horrible Baba Yaga, l'ogresse qui ne rêve que de les dévorer. Après avoir triomphé d'épreuves imposées par la terrible sorcière, elles trouveront le moyen de la vaincre et même de lui rendre son humanité.
Les illustrations sont superbes, jeux d'ombres et de lumières, silhouettes fantomatiques, broderies slaves... un complément parfait au texte dont le découpage est très rythmé.
Je connais mal les contes russes traditionnels et je ne saurai dire si celui-ci en est un ou si il s'agit d'une invention moderne dans le style de... mais je vais me pencher un peu plus sur ces contes à partir de maintenant.
Une histoire adorable sur la fraternité, qui nous emmène dans les traditions russes, à offrir et à raconter accompagné d'un jeu de poupées russes.
Commenter  J’apprécie          140
Lagagne
  23 août 2013
Moi qui me demandais quelle était l'origine des poupées gigognes... Grâce à ce petit voyage en Russie me voilà éclairée!
L'histoire est bien construite et effrayante. On y reconnaît une version de Hansel et Gretel, en quelque sorte. le texte est simple et efficace. Les illustrations, pleine page et très colorées, sont jolies et nous plongent dans l'atmosphère russe et inquiétante de l'histoire (motifs traditionnels des vêtements, jeux d'ombres et de lumière...).
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Moussaron32Moussaron32   02 septembre 2013
" Katérina et ses quatre sœurs ainsi invisibles arrivèrent près de l’isba de Baba Yaga.
La sorcière était encore plus terrifiante qu’elles ne l’avaient imaginée.
Elle avait des dents pointus le nez crochu et une voix aiguë :
-Ah, te voilà ! Dit l’ogresse. j’ai dû travaille pour toi.
Nettoie mon isba et prépare-moi un bon repas.
Je serrai de retour avant la nuit tombée :
Par le froid et par la pluie.
Par le grand vent de minuit,
Si tout n’est pas bien rangé.
Oui, da, je te mangerai.
Tremblant de peur, les sœurs se dépêchèrent de balayer, nettoyer, ranger, tandis que Katérina préparait sa spécialité : un brotsh avec de la betterave de la viande et du chou, puis une vatrouchka au fromage blanc truffé de raisins secs.
Baba-Yaga rentra plus tôt que prévu car elle avait très envie de croquer la petite fille
Mais quand elle découvrit que tout était rangé et que son repas était prêt, elle se contenta de dire: -Ce repas est délicieux. Je n'ai plus faim. Je te mangerai demain.
En entendant ces mots, les sœurs firent : Oh ! en chœur.
Mais Baba Yaga; qui avait dévoré tout son plat, dormait et ronflait déjà.
Le lendemain, Baba Yaga ordonna à Katérina de lui confectionner un manteau couleur de la mer : Je veux des broderies avec toutes les teintes du bleu, du plus clair au plus foncé,
Si tu en oublies une seule, gare à toi !
Et dépêche-toi, tout doit être prêt avant la nuit :
Par le froid et par la pluie.
Par le grand vent de minuit,
Si tout n’est pas bien rangé.
Oui, da, je te mangerai.
Tandis que les sœurs balayaient, nettoyaient et rangeaient, Marina se mit à l’ouvrage.
Cette fois, convaincue que la fillette n’aurait pu achever son travail
Baba Yaga se lécha les babines;
Mais quand elle rentra, elle découvrit un manteau scintillant aux multiples reflets bleutés :
-Je n’ai jamais vu de si belles broderies, dit Baba Yaga, très embêté de ne pouvoir faire rôtir la petite fille. Je te dégusterai demain, quoi qu’il arrive !
Et furieuse, la sorcière alla se coucher.
Pendant ce temps, Natacha, ayant découvert la disparition de ses autres filles, confectionna quatre autres poupées qu’elle plaça à côté de celle de Katérina.
-Petite poupée, petite poupée, Mes enfants, vous devez protéger. Chantonna-t-elle une nouvelle fois.
Le lendemain, Katérina prépara les plats les plus merveilleux, avec l’espoir que Baba Yaga changera d’avis
Mais la sorcière, bien décidée à manger la petite fille, après avoir tout avalé, lui dit ceci : -Viens ici
Soudain, une douce voix, sortie du fond de Katérina, se mit à fredonner une très belle chanson : -Tourne la grande Ourse, tourne la Petite Ourse.
Il n’y a pas de nuit sans matin, Le soleil reviendra demain .
Anna chanta si bien que même Baba Yaga fut émue.
Elle pleura si fort que l’isba se mit à trembler et à tourner sur elle-même.
C’est alors que Tatiana lut dans les pensées de Baba Yaga :
-Quand j’étais tsarine, j’ai été bannir car je n’ai pu donner la vie. Un sort m’a changée en sorcière et condamnée à vie infinie. Le maléfice disparaîtra quand un enfant, aux échecs, me vaincra. Mais nul enfant n’est plus malin que moi, et ce jour-là n’ arrivera pas.
Tatiana répéta mot pour mot ce qu’elle avait lu dans les pensées de la sorcière.
Et la rusée Véra proposa à Baba Yaga une partie d’échecs :
-Si tu me bats, tu me manges. Si je te bats, tu me donnes ta fortune.
Ma fortune ? Répéta Baba Yaga en ricanant. C’est impossible !
Je vais te battre immédiatement. Ce ne serra pas amusant.
Mais si c’est ta dernière volonté avant d’être avalée?
Tu peux préparer l’échiquier. Baba Yaga, qui avait une très mauvaise vue, ne réalisa pas qu’une troisième main sortait de la robe de Katérina. Véra se concentra tant et si bien qu’elle battit la sorcière.
La tsarine fut alors libérée de son sortilège et redevient une belle jeune femme. Elle donna aussitôt sa fortune aux cinq sœurs qui rentrèrent chez elles saines et sauves, à la grande joie de leurs parents.
En souvenir, Natacha offrit ses poupées à la tsarine :
-Confie-leur ton vœu le plus cher et tu seras exaucée.
La tsarine, qui, en retrouvant sa beauté, avait perdu sa richesse, se maria avec un jeune paysan. Et son rêve le plus précieux se réalisa : ils eurent une fille, Matriona.
Ses parents la surnommaient affectueusement Matriochka. L’enfant avait pour seuls jouets les poupées gigogne dont elle ne se séparait jamais.
Devenue adulte, elle se mit à en fabriquer Elle leur donna son nom et depuis, les poupées Matriochka symbolisent la fertilité, et sont aimées des enfants du monde entier."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nastasia-BNastasia-B   19 novembre 2012
Au nord-est de Moscou, dans la forêt de Semenov, vivaient Ivan et Natacha, modestes moujiks, et leurs cinq filles. Aussi belles que douces, elles s'entendaient à merveille et ne se quittaient jamais. D'une ressemblance saisissante, seule leur taille successives les distinguait.
Commenter  J’apprécie          190
Moussaron32Moussaron32   02 septembre 2013
"Au nord-est de Moscou, dans la forêt de Semenov, vivaient Ivan et Natacha, modeste moujiks, et leurs cinq filles. Aussi belles que douces, elles s’entendaient à merveille et ne se quittaient jamais. D’une ressemblance saisissante, seule leur taille successive les distinguait.
Chaque fille possédait un don particulier.
KATERINA, l’aînée, cuisinait des plats délicieux.
ANNA, la deuxième, avait une voix enchanteresse.
MARINA, la troisième, cousait et brodait à la perfection.
TATANIA, la quatrième, lisait dans les pensées.
Quand à la cinquième, VERA, elle était championne d’échecs.
Un jour, Ivan et Natacha leur annoncèrent une bien et triste nouvelle :
- Mes chères enfants, la récolte a été détruite par la grêle
Nous n’avons plus rien à manger : plus un bout de lard, plus un bol de soupe, plus un bout de pain. Katérina doit aller travaillé chez Baba Yaga.
Les filles poussèrent ensemble un cri d’effort :
-NON !
Et elles se jetèrent dans les bras l’une de l'autre.

Baba Yaga était l’horrible sorcière qui habitait de l’autre côté de la rivière, dans une petite isba montée sur quatre pattes de poule. Cette ogresse aimait par-dessus tout dévorer des petites filles pour son dîner.

Natacha rassura Katérina tant bien que mal
-Ne crains rien, ma fille.
J’ai fabriqué une poupée qui a ton visage, trait pour trait .
Tant qu’elle sera avec moi, elle te défendra.
Petite poupée, petite poupée, mon enfant tu dois protéger, chantonna Natacha, avant de la poser sur la cheminée
Les quatre sœurs protestèrent mais la courageuse Katérina se résigna :
-J’irai dès demain chez Baba Yaga
Les sœurs passèrent la nuit à pleurer, se consoler, puis pleurer à nouveau.
Elles n’avaient jamais étaient séparées et ne pouvaient imaginer d’abandonner leur aînée.
L’aube approchait et Véra, la plus jeune, eut une idée :
-Si tu dois aller chez Baba Yaga , nous venons avec toi;
Nous pourrons t’aider si elle veut te manger comme un poulet ! Cachons-nous sous ta robe.
Et Véra se cacha sous Tatiana qui se cacha sous Marina qui se cacha sous Anna, qui se cacha sous Katérina."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LilizLiliz   20 février 2014
Baba Yaga était l'horrible sorcière qui habitait de l'autre côté de la rivière, dans une petite isba montée sur quatre pattes de poule.
Cette ogresse aimait par-dessus tout dévorer des petites filles pour son dîner.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Sandra Nelson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sandra Nelson
Au Cap D?Ail pour La Nuit Européenne des Musées, à la rencontre des auteurs | lecteurs.com .Passer "une nuit blanche" dans un musée avec des auteurs et des lecteurs c?est un rêve pour tout le monde, nous l'avons fait, retour sur une nuit magique dans ce cadre somptueux ! Rencontres uniques, moments exquis en compagnie de Didier van Cauwelaert, Véronique Ovaldé, Metin Arditi, Ingrid Astier, Philippe Besson, Yannick Grannec, Thomas B. Reverdy, Sylvie Bourgeois, Pierre Reichenecker et Pierre Devoluy, Martine Gasquet, Didier Gayraud, Yvette Gazza-Cellario, Clara Laurent, Christel Louvet, Brigitte Rollier, Michel Tourscher, Kate Banks, Theresa Bronn, Sandra Nelson, Julie Ricossé et Sabine Péglion. Ces rencontres "hors les murs" conçues Nathalie Iris - une librairie passionnée, souvenez-vous de la nuit blanche des livres 2016 - sont nécessaires pour les auteurs. Article à découvrir sur lecteurs.com : http://www.lecteurs.com/article/passer-une-nuit-blanche-dans-un-musee-avec-des-auteurs-et-des-lecteurs-un-reve/2442997 Visitez le site : http://www.lecteurs.com/ Suivez lecteurs.com sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/orange.lecteurs/ Twitter : https://twitter.com/OrangeLecteurs Instagram : https://www.instagram.com/lecteurs_com/ Youtube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤26Sandra Nelson41¤££¤15tQCg/videos Dailymotion : http://www.dailymotion.com/OrangeLecteurs
+ Lire la suite
autres livres classés : baba yagaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
305 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre
.. ..