AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Elisa GUENON (Traducteur)
EAN : 9782266315562
544 pages
Pocket (06/05/2021)
  Existe en édition audio
4.2/5   317 notes
Résumé :
Paulina Fontana, vieille dame pleine de fantaisie et de créativité en rupture de ban avec sa famille américaine, invite ses petites-nièces, Emilia et Lucy, à visiter son pays natal, l'Italie. Elle leur fait une déclaration fracassante : le jour de son quatre-vingtième anniversaire, elle rencontrera l'amour de sa vie et mettra fin une fois pour toutes à la « malédiction de la deuxième fille de la famille Fontana ». Cette « malédiction » n'est probablement rien d'autr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (76) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 317 notes
5
45 avis
4
22 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

iris29
  14 octobre 2020
Une petite escapade toute douce, en Italie, ça vous tente ?
Lorsque Poppy , une vieille dame propose à ses nièces qu'elle ne connaît quasiment pas, de l'accompagner en Italie, Emilia hésite, sa famille a tellement besoin d'elle... C'est qu'Emilia s'oublie souvent , c'est que sa famille est très "demandeuse" de services rendus, sans beaucoup donner en échange.
Dans cette famille aux racines italiennes , se perpétue une tradition: les deuxièmes filles, finissent toujours vieilles filles. Alors, pour échapper à cette malédiction, Emilia et Lucy décident de partir . A elles, Venise, Florence etc...
Si le propos prête à sourire, la ballade est belle, et les thèmes abordés nombreux. On est bien avec ce trio mal assorti, on est bien en Italie... on aimerait que la ballade ne s'arrête jamais.
Emilia et Lucy se "trouveront" en Italie, on dit que les voyages forment la jeunesse, mais là , c'est l'éloignement avec leur si étouffante famille , qui leur fait du bien. Prendre un peu de recul, sur soi, sur son éducation, apprécier la vie, la dolce vita .... Quête de soi, conditionnement infligé par l'éducation, secret de famille, histoires d'amours...
Qualifié par l'éditeur, de "conte de fées moderne", ce roman en a tout l'air, avec sa vieille tante/marraine, la bonne fée.
Si j'ai un bémol à apporter , c'est que tout y est un peu trop gentillet, Lori Nelson Spielman force un peu le trait, davantage de nuances auraient rendu ce roman plus profond...
Mais au final, la ballade était agréable, et ce livre donne furieusement envie de partir en Italie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
alexb27
  27 mai 2020
En quête de soi. Emilia, 29 ans, pâtissière à New York, vit pour le plaisir des autres. Elle est totalement dévouée (voire soumise) à Nonna, sa grand-mère, et à Daria, sa soeur aînée , mariée et mère de 2 enfants. Il faut dire que c'est une seconde fille. Et c'est bien connu dans la famille, les puînées sont toujours malheureuses en amour et ne se marient jamais. Alors à quoi bon chercher l'homme de sa vie ? Mieux vaut vivre avec son chat. Mais, Poppy, la soeur de sa Nonna, va rapidement remettre en cause cette malédiction en entraînant Emilia et sa cousine Lucinda dans un périple en Italie, le pays de leurs origines, à la rencontre de son premier amour. Un voyage qui va les mener bien plus loin qu'elles ne l'imaginaient...Un roman qui se lit avec beaucoup de plaisir (comme tous les écrits de Lori Nelson Spielman). La plume est fluide, les personnages attachants, l'histoire (entre passé et présent) est attendue mais reste séduisante. Et Emilia et Lucy finissent par se réaliser et s'émanciper . Et c'est tant mieux 👍🏼. Merci à Netgalley et à l'éditeur pour l'envoi de ce roman. #LinfiniDesPossibles #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
coquinnette1974
  20 juin 2020
Pour ma fête des mères, mon fils m'a offert : L'infini des possibles de Lori Nelson Spielman.
Dans la famille Fontana, il existe une malédiction, nommée « malédiction de la deuxième fille de la famille Fontana ». Cette « malédiction » n'est probablement rien d'autre qu'une coïncidence, un vieux mythe. Pourtant, personne ne peut nier que pendant des siècles, pas une seule deuxième née de la famille Fontana n'a trouvé l'amour !!
Paulina Fontana, vieille dame pleine de fantaisie et de créativité en rupture de ban avec sa famille américaine, invite ses petites-nièces, Emilia et Lucy, à visiter son pays natal, l'Italie. Elle leur fait une déclaration fracassante : le jour de son quatre-vingtième anniversaire, elle rencontrera l'amour de sa vie et mettra fin une fois pour toutes à cette malédiction !
Emilia, 29 ans, a accepté le fait qu'elle ne trouvera jamais l'amour pourtant, elle va faire le voyage en Italie.
Au coeur de la campagne Toscane, Paulina va finalement révéler des secrets de famille autrement plus troublants qu'une malédiction vieille de plusieurs siècles...
Ayant apprécié les précédents romans de Lori Nelson Spielman, c'est avec plaisir que je me suis plongée dans L'infini des possibles.
J'aime les histoires de famille intrigantes avec des secrets, des malédictions, et là j'ai été servie :)
Emilia s'est faite à l'idée qu'elle était maudite car seconde fille de la famille. Elle est persuadée qu'elle ne trouvera jamais l'amour et cela va assez loin car elle s'empêche d'être heureuse ! Elle aime son travail, sa petite vie bien tranquille mais en découvrant la terre de ses ancêtres elle va se rendre compte que mine de rien, elle pourrait être plus heureuse ! Sa tante Poppy la secoue, ainsi que Lucy qui elle aussi se cherche, et pas qu'un peu ! La jeune fille ne se rend pas transparente comme sa cousine ; au contraire elle enchaîne les conquêtes et les histoires d'amour foireuses car même si elle prétend le contraire ; Lucy aussi croit en cette satané malédiction. Comment ne pas croire à quelque chose que l'on nous rabâche depuis notre enfance ??
J'ai beaucoup aimé l'histoire, c'est original. Simple mais bien ficelé et efficace. Y a t-il vraiment une malédiction ? Ou est ce une invention ; voir juste une drôle de coïncidence ? Je ne vous le dirais pas, évidemment :)
Ce voyage va leur réserver de drôles de surprises ; et le plus important est qu'Emilia va découvrir la vérité sur ses origines.
J'ai passé un très bon moment avec ces trois femmes très attachantes et touchantes.
Je suis ravie que mon fils m'aie offert L'infini des possibles, je trouve qu'il mérite bien cinq étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Saiwhisper
  03 septembre 2021
Que ce soit à travers les publicités ou les réseaux sociaux, ce titre m'est souvent passé sous les yeux au point d'éveiller ma curiosité. D'ailleurs, des copines comme Kimysmile l'avaient dévoré et en étaient ressorties bouleversées ! Quand j'ai appris que ce titre était en lice pour le Prix Roman Contemporain Livraddict 2021, je me suis dit qu'il était temps de céder à la curiosité… J'ai donc voyagé à la rencontre de mon alter ego : Emilia. Sur le papier, tout était là pour me plaire : secrets de famille, Femmes de caractères, plongée dans Venise, humour, sensibilité, héroïne avec (presque) le même prénom que moi et dont les origines sont, en partie, Italienne (comme moi). le début a directement su m'interpeller, notamment avec cette idée de malédiction familiale ! En effet, chez les Fontana, il semble planer quelque chose de terrible : les cadettes ne seront jamais heureuses en amour et, à l'inverse des aînées, finissent vieilles filles ! le mythe n'a jamais fait d'exception. Emilia, elle-même cadette, accepte son sort… Jusqu'au jour où Paulina / Poppy, la grand-tante d'Emilia, invite celle-ci à la rejoindre en Italie pour lui raconter un récit incroyable… Celui de son mariage, lorsqu'elle avait vingt-quatre ans !
Bien qu'Emilia soit narratrice, l'histoire de Paulina sert de fil rouge. On a quelques chapitres dédiés à son enfance, son adolescence, sa rencontre avec son époux, puis sa vie. le tout est bien dosé, ce qui permet de conserver le mystère et de donner envie au lecteur de progresser dans sa lecture. Quels secrets cache Poppy ? Pourquoi est-elle seule en Italie, alors que le reste de la famille est en Amérique ? Pourquoi la Nonna, sa soeur, la déteste autant et refuse que tout le monde lui adresse la parole ? C'est ce qui m'a tenue le plus en haleine. J'avais réellement envie de savoir ce qu'il était arrivé pour diviser autant les Fontana. Cependant, la petite vie d'Emilia m'a paru bien fade à côté… Et c'est sans doute ce qui m'a le plus chagriné dans ce roman contemporain ! Certes, ce que la narratrice va encaisser de la part de ses proches est révoltant toutefois, son voyage et ses journées m'ont semblé convenus, sans originalité et peu dynamiques. Il me manquait une petite touche de peps ! Pourtant, le langage édulcoré de la cousine Lucy et la gouaille de Paulina auraient pu contrebalancer cette impression… Malheureusement, cela n'a pas été le cas. Emilia fait pâle figure à côté de son aïeule.
Je suis un peu dure, car le contenu est riche en thématiques et la plupart d'entre elles sont bien développées, notamment la quête identitaire, la confiance en soi, la liberté, l'Amour sous toutes ses formes, la résilience, … Néanmoins, j'en attendais beaucoup plus ! Les chroniques étaient si dithyrambiques que je pensais trouver autre chose… Après, je ne nie pas : certains passages ont été bouleversants, surtout ceux en rapport avec le mari de Poppy ! En outre, j'ai été révoltée par les propos ou le traitement de la Nonna, de la soeur d'Emilia et des autres personnes habitant aux Etats-Unis. La pauvre héroïne se fait clairement marcher sur les pieds et a besoin de quitter les siens pour prendre du recul, de se concentrer sur elle, découvrir qui elle est et ce qui lui permettrait d'être heureuse. Sa quête initiatique est d'ailleurs agréable à lire, bien que peu novatrice si on a déjà lu des ouvrages similaires… Malheureusement, l'ensemble est un peu trop « mignon » et idyllique. On est sur un conte de fées des temps modernes. Or, il me manque du piquant, des personnages plus travaillés et touchants, plus d'humour, plus d'émotions et plus de nuances. Bref, quelque chose qui me fasse décoller ! Ici, j'ai passé un bon moment, mais c'était sans plus. Je garderais surtout en mémoire Paulina, son tempérament ainsi que son vécu émouvant.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
domi_troizarsouilles
  30 décembre 2021
Lorsque j'ai vu que ce livre faisait partie des nominés au prix Livraddict 2021, catégorie Contemporaine, je me suis dit qu'il pouvait rejoindre ceux qui m'intéresseraient… et j'ai alors découvert avec une certaine surprise qu'il était déjà dans ma PAL, probablement acheté lors d'une action Kindle… Pour être tout à fait honnête, ce n'était pas mon premier choix dans la catégorie : je visais « American dirt », lu il y a quelque temps désormais, ainsi que « le silence d'Isra » et « La passeuse d'histoires », que je n'ai finalement pas lus, ni l'un ni l'autre, par manque d'organisation dans mon planning de lectures (hélas). C'est donc celui-ci, qui n'atteignait que la 4e marche de mes envies de lecture dans cette catégorie, que j'ai lu… et ouf ce n'est pas un regret, mais pas une révélation non plus !
Non, pour moi ce n'est pas un livre exceptionnel : on est a la limite de la littérature contemporaine parfois aussi appelée littérature blanche, et de la chick-lit, avec des personnages que j'ai trouvés sympathiques mais assez caricaturaux. Autant dire que, même si ça tend indéniablement vers le feel-good, et que ça détend, ce livre n'est pas représentatif de cette littérature qui emporte, qui fait rêver, qui nous fait dépasser nos limites – donc je suis un peu perplexe de trouver un tel livre dans le classement de tête pour le prix LA… mais pas tout à fait étonnée au final : je sais trop bien que c'est ce genre d'ouvrage qui est très « à la mode » ces dernières années, on a besoin de ce « feel-good » en ces temps troublés, même si on ne peut pas vraiment parler d'un éblouissement littéraire.
Ainsi, on a Emilia, la principale narratrice, jeune femme de 29 ans, vivant sous la coupe de sa grand-mère qui l'a élevée (car Emilia a perdu sa mère à l'âge de 2 ans) : Rosa, une terrible nonna à l'italienne mais version glaçon, qui a fait partie des vagues d'immigrés aux États-Unis d'après-guerre mais qui n'a jamais vécu ailleurs que dans son quartier italien de New York. Emilia travaille dans l'entreprise familiale de traiteurs, elle est aussi constamment au service de sa soeur et des autres membres de la famille, dont son père, complètement effacé. Emilia est une véritable Cendrillon de notre époque : au service de tout le monde, elle en est venue à trouver cela normal et n'imagine pas vivre une autre vie, dans un mélange de lâcheté qu'elle refuse de voir, et de préservation de son confort aussi peu satisfaisant qu'il soit. C'est qu'une malédiction pèse sur toutes les filles cadettes de la famille depuis plusieurs générations (dont Emilia, bien sûr) : aucune ne connaîtra le bonheur, c'est-à-dire le mariage et des enfants. Mais cette malédiction est devenue un véritable enfermement pour ces femmes…
Et déjà là j'ai envie de crier : c'est quoi cette vision archaïque de la femme épanouie uniquement à travers le mariage et la maternité ?!
Heureusement, on rencontre alors « tante Poppy » (je vous laisse découvrir pourquoi on l'appelle ainsi, elle dont le vrai prénom est Paolina – à l'italienne, et pas comme le synopsis le présente « à la française » !), elle aussi une deuxième fille, soeur cadette de la nonna Rosa. Poppy a entretenu un contact épistolaire aléatoire avec Emilia quand cette dernière était petite fille, mais ces échanges se sont terminés des années plus tôt sur ordre de Rosa, car Poppy est considérée comme une véritable pestiférée dans la famille, l'incarnation du mal. Et voilà que tout à coup Poppy renoue en invitant sa petite-nièce à un voyage en Italie… Tante Poppy n'est effectivement pas mariée et n'a pas eu d'enfants, mais Emilia découvre avec stupéfaction que cette grand-tante devenue inconnue, est déjantée et surtout très libre, et en plus a bel et bien eu une vie amoureuse complète (avec un amant, le comble de l'horreur !), et même plus… Ce voyage en Italie est comme une dernière volonté, car elle est vient de perdre son compagnon, et est quand même à l'aube de son 80e anniversaire.
Ainsi, le récit du voyage en Italie, relaté par Emilia à la 1re personne du singulier, est entrecoupé de moins nombreux chapitres contant l'histoire de Poppy, jeune fille à la fin des années 1950 – début 1960, soumise elle aussi à sa soeur aînée qui est alors tout pour elle, et à ses parents, son père en particulier, chef de la famille dans le sens bien traditionnel du mot. Ces quelques chapitres, qui débordent toujours un peu dans le récit présent, comme si Poppy racontait elle-même son histoire, apporte un éclairage nouveau à l'histoire de cette famille dans son ensemble, et soulevant toute une série de sujets.
S'adjoint à elles pour ce voyage une cousine d'Emilia, Luciana appelée Lucy, elle aussi fille cadette dans sa famille, et à un tel point désespérée par la malédiction, qu'on lui a assénée dès ses 8 ans, qu'elle en est devenue une croqueuse d'hommes. Elle apporte une touche de fraîcheur lucide, souvent un peu sarcastique, entre la trop sage Emilia et l'exubérante Poppy… mais j'ai gardé tout au long du livre le sentiment qu'elle est davantage comme la troisième roue du carrosse, un personnage sympathique et distrayant, mais dont l'évolution est un peu de la broderie digressive par rapport à l'ensemble : on la suit non sans intérêt, mais elle n'apporte pas grand-chose à l'histoire principale, tout au plus quelques pages supplémentaires sympathiques mais dont on aurait tout aussi bien pu se passer.
Tout ce petit monde est bien campé : les gentils sont vraiment adorables, les méchants sont bien désagréables. Poppy et Lucy sont piquantes chacune à leur façon, tandis qu'on a envie de secouer Emilia : 29 ans quand même, et toujours aussi nunuche ?! Sa non-vie est tellement exagérée qu'elle n'est pas vraiment crédible : même moi qui ai été un peu « comme ça » (sans l'aspect souillon, et pas si longtemps) jusqu'à un certain âge, je n'imagine même pas qu'on puisse être à ce point en décalage avec son temps, sous prétexte qu'on « doit tout » à sa grand-mère qui nous a élevée… et, au risque de me répéter : cette obsession de se marier et de faire des gosses pour être heureuse, ça m'a bien un peu soûlée, même si c'est peu à peu temporisé.
Avec ça, on a droit à une visite touristique en Italie. Bon, c'est très survolé : on passe 3 jours à Venise où tout est magnifique, puis à Florence où tout est source de rêve historique, quelques heures dans l'arrière-pays toscan, et enfin cette côte amalfitaine qui semble paradisiaque. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (ou au contraire très méchant mais ça va s'arranger), et on est de toute façon dans un cadre génial : que demander de plus ? Eh oui, même dans cette partie, j'ai eu l'impression d'un recours à pas mal de clichés, ce n'est pas avec un tel « guide » qu'on va réellement découvrir ce beau pays – mais au moins, on a le bonheur d'apprendre que le plus important, c'est de se perdre… Toute une philosophie !
Bref, les personnages, malgré leur empreinte très stéréotypée, sont attachants chacun dans leur genre, portés par une écriture fluide et agréable, parfois émouvante (j'ai bien versé une petite larme) mais qui n'évite pas les longueurs. Pour ne donner qu'un exemple : on a compris bien avant la révélation « officielle » ce qui est réellement arrivé entre Rosa et Poppy, mais ça traîne, ça traîne, ça traîne avant qu'arrive ce chapitre-là… et quand enfin il est là, on le lit en diagonale car il n'apporte plus que quelques détails qui n'ont même pas de vraie importance.
Ainsi, j'ai passé un bon moment sous le soleil italien, dans un décor idyllique qui fait plus plateau que réalité, avec des personnages trop cliché pour être tout à fait crédibles. Mais on peut aussi en retenir que c'est une lecture-détente réellement plaisante, à condition de ne pas y chercher trop de profondeur ou d'originalité époustouflante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
Chantou26Chantou26   09 octobre 2020
Le film qui est censé défiler devant nos yeux quand on meurt. J’avoue que j’en ai la chair de poule rien que d’y penser. Mon film sera en partie dramatique, en partie mystérieux, avec un peu de suspense et quelques scènes de comédie romantique. » Ses yeux noirs pétillent. « Vous, mes trésors, vous en êtes encore à l’étape de la réalisation. Faites que votre film soit fascinant ! Que chaque scène soit excitante ! Quand l’heure viendra de regarder le film de votre vie, j’espère que vous pleurerez à chaudes larmes, que vous hurlerez de rire et serez pétrifiées de honte. Mais, pour l’amour de la déesse, ne laissez pas votre vie être un de ces films assommants devant lequel on s’endort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KimysmileKimysmile   13 juin 2020
"C'est de se perdre qui est beau. Se perdre dans un livre. Se perdre dans les yeux de quelqu'un. Se perdre dans une symphonie si douce qu'elle fait jaillir les larmes."
Commenter  J’apprécie          100
iris29iris29   12 octobre 2020
Je ne suis qu'une petite colline, tu sais. Je suis désolé si tu m'as pris pour une montagne.
Commenter  J’apprécie          190
iris29iris29   13 octobre 2020
" Une personne qui exige le respect ne l'inspirera jamais."
Commenter  J’apprécie          272
LaureLiseuseHyperfertileLaureLiseuseHyperfertile   03 juin 2020
Au bout du compte, la vie est une équation très simple. A chaque fois que tu aimes, que ce soit un homme ou un enfant, un chat ou un cheval, tu ajoutes de la couleur à ce monde. Quand tu ne réussis pas à aimer, tu le ternis.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Lori Nelson Spielman (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lori Nelson Spielman
À l'occasion de la sortie de son dernier livre, "Tout ce qui nous répare", Lori Nelson Spielman a tenu à adresser un message à ses lecteurs français de plus en plus nombreux.
Vous pouvez retrouver depuis le 18 octobre "Tout ce qui nous répare" en librairie.
En savoir plus : https://bit.ly/2PDeXqp
Où nous trouver ?
Facebook : https://www.facebook.com/lecherchemidi.editeur Twitter : https://twitter.com/lecherchemidi/ Instagram : https://instagram.com/cherche_midi_editeur_ Pinterest : https://fr.pinterest.com/lecherchemidi/
autres livres classés : italieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Demain est un autre jour

Comment s'appelle l'héroïne?

Clara Nelson
Brett Bohlinger
Britany Bohlinger
Emily Nelson

6 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : Demain est un autre jour de Lori Nelson SpielmanCréer un quiz sur ce livre