AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782357204133
221 pages
Éditeur : HC Editions (30/08/2018)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Jacques ne supporte plus la pâleur de son quotidien de jeune retraité. Seule sa nièce Adèle lui apporte un peu de lumière depuis qu’il a décidé d’écrire sans y arriver et s’est mis en tête de séduire Christine Angot sans plus de succès.

Adèle a la fraîcheur de ses trente ans et les mêmes goûts musicaux que son rocker d’Uncle Jack. Elle est « son héritière courage, sa revanche, sa réincarnation réussie ». Jusqu’au jour où elle accepte de prendre la pla... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
musemania
  22 octobre 2018
Je remercie HC Editions et Babelio pour ce livre, reçu dans le cadre de la masse critique de septembre 2018 consacrée à la rentrée littéraire. Ce livre restera pour moi l'un (si pas le) coup de coeur de cette rentrée littéraire.
Alors que la première partie de la quatrième de couverture semble introduire une histoire légère et à la limite comique, une fois parcouru le second alinéa, on se rend compte que le sujet de ce livre sera encore douloureux pour beaucoup de personnes.
Retraité de son métier de traducteur technique et célibataire sans enfant, Jacques est à l'aube de sa seconde vie mais il se rend compte de la morosité de sa vie et en vient à douter de son bien-fondé. Heureusement, il a son rayon de soleil mais qu'un seul : il s'agit de sa nièce, Adèle. Avec cette dernière, il partage un goût immodéré de la bonne musique autour d'un verre de bière. Mais lorsqu'Adèle se rend au Bataclan au concert des Eagles of Death Metal, les rôles vont s'inverser.
De ce roman aux accents cocasses aux premiers abords, la réalité y rejoint la fiction. J'ai beaucoup aimé ce livre pour plusieurs raisons. D'abord, celle d'avoir osé traiter d'un sujet encore sensible (que sont les attentats terroristes et plus particulièrement, ceux du 13 novembre 2015 à Paris) mais surtout de l'avoir fait de manière digne et sobre.
La seconde raison est que Charles Nemes y aborde la psychologie des personnages de manière sensible et si réelle. Que ce soit pour Jacques qui souffre au plus profond de lui de ses problèmes de masculinité que pour Adèle, qui malgré qu'elle ne souhaite pas avoir l'impression de jouer de son statut de victime, devra reconstruire son quotidien après un événement si traumatisant. Comment alors ne pas s'attacher à ces deux personnages si réalistes mais aussi fort touchants.
J'ai trouvé la fin particulièrement « osée/culottée » mais je ne saurais que trop vous conseiller ce roman de la rentrée littéraire. J'en avais entendu parler et lu des articles mais je trouve qu'il mériterait une bien plus grande place car il m'a plu tout du long tant pour son écriture subtile que pour son final qui m'a littéralement scotchée. Merci Monsieur Nemes !
Lien : https://musemaniasbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
karined1
  12 septembre 2018
Jacques est un jeune retraité, un brin sauvage. Installé dans une routine qui ne lui convient qu'à moitié, il a pour seule amie sa nièce, Adèle, une trentenaire, comme lui en marge de leur famille.
A l'ennui d'une retraite toute neuve s'ajoutent des problèmes d'érection qui le perturbent et l'angoissent.
Pour tromper l'ennui, il décide d'écrire un livre, l'inspiration ne vient pas .. Il se prend de passion pour Christine Angot sur laquelle il souhaite écrire, tout comme il souhaiterait apparaître dans l'un de ses livres.. et quoi de mieux pour cela que de tenter de la séduire ...
Mais... comment la séduire et parvenir à ses fins en étant impuissant?... des docteurs de toutes spécialités et des pilules de toutes les couleurs sont autant de remèdes à tester ...
En parallèle, il y a Adèle. Adèle, en qui il se reconnait. La seule qui le comprend, tout comme lui est le seul à la comprendre. Ils ont une relation filiale touchante, faite de silences, de musique et de non dits.
Et le 13 novembre arrive, un billet gratuit pr le concert des Eagles of Death Metals au Bataclan ça ne se refuse pas... Cette soirée va opérer un tournant dans la vie d Adèle mais aussi dans celle de son oncle.. Les priorités changent, la vie prend une autre saveur,...
Ce livre est le premier ouvrage de Charles Nemes que je lis. L' auteur nous entraîne dans les aventures de Jacques et de sa nièce. le style est en adéquation avec l histoire.
L' écriture est fluide, rapide. Les phrases sont courtes, directes, sans fioritures. On se laisse porter d une phrase à l'autre, d une journée à la suivante, d'une semaine à l autre. Pas le temps de s ennuyer, un peu comme si le style conférait une urgence à l histoire en opposition avec l ennui ressenti par le héros. L' urgence de tout changer, l'urgence de trouver une solution aux problèmes qui se cumulent...
Comme vous l'avez surement compris j' ai beaucoup aimé cet ouvrage qui m a donné envie de découvrir l oeuvre de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rosytta
  07 octobre 2018
Merci à Babelio et à HC éditions pour cet envoi dans le cadre de l'opération Masse Critique.
Il y a Jacques qui est retraité et qui vit au milieu de ses disques et de ses livres, pas de femme, pas d'enfant, pas de prise de tête, un peu rebelle et sarcastique, une nièce qu'il adore et une lubie celle d'écrire un livre...un jour.
Il y a Adèle, trente ans, qui adore son uncle Jack, qui aime écouter du rock avec lui, qui a des relations tendus avec ses parents, pas vraiment d'homme dans sa vie et qui voudrait publié ses BD...un jour.
Ces deux là sont complémentaires et sont à un tournant de leur vie. Jacques sombre dans la dépression parce qu'il est en panne sexuellement, il se met en tête de séduire une célèbre journaliste pour coucher avec elle, qu'elle parle de lui dans son livre et qu'il puisse en publier un à son tour. Il s'automédique et sombre un peu plus. Adèle croit en l'amour, elle fait confiance aveuglément et jubile mais un jour tout s'écoule et les kalachnikovs éclatent en plein concert.
Ce roman est à la fois drôle (surtout quand on suit les péripéties de Jacques et ses performances sexuelles qui s'écroulent), c'est émouvant, très bien écrit, finalement lorsque les sentiments s'inversent pour les personnages c'est une tout autre émotion qui m'a envahie, j'ai adoré ce passage sur l'après attentat, qui montre finalement l'étendu des dommages collatéraux qui ont pu toucher les victimes. J'ai beaucoup aimé la relation entre Jacques et sa nièce, comment ils se soutiennent et se guérissent même si c'est long. La fin est logique, idéale. Ce fut une bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ASDESAS
  07 octobre 2018
Grâce à Masse Critique j ai le plaisir de faire part de mon ressenti après lecture du premier livre que je lis de Charles Nemes.
Bien entendu j avais anticipé le fait que de nombreux essais et romans paraîtraient sans tarder après les événements tragiques de Paris en 2015. Ce fut le cas mais je n avais nulle envie de me précipiter trop vite vers une lecture concernant ces événements.
Et voici donc à présent le moment venu de m y frotter. Je concentrerais mes propos sur ce qui concerne la partie du livre se passant à partir du concert tragique du Bataclan étant donné que les passages à propos de la sexualité déclinante de l auteur au début du livre sont moins à mon goût.
Donc au fameux concert dans la salle se trouve Adèle la nièce du narrateur. Elle est là non véritablement par goût mais pour remplacer une copine qui avait une place mais une autre obligation et finalement c est Adèle qui accompagne Thierry un collègue de la copine en question. A partir de ce moment le ressenti d Adele est décrit d une manière naturelle mais qui me paraît tellement proche de ce que doit être la réalité de vivre un tel événement. Elle explique que chaque membre de son entourage prenait à travers elle sa part de l histoire du grand événement tragique, de l union nationale. Dans les conversations avec ses amis se dessinaient une hiérarchie des rescapés du Bataclan. C était devenu une expérience monnayable.
Je pense que ce livre, qui est une fiction par rapport à un évènement tragique, authentique, connu de tout un chacun à la qualité de mettre des mots à la portée de nous lecteurs.
Cela m a donné l envie de découvrir d autres livres de Charles Nemes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
violaine124
  03 septembre 2018
Charles Nemes nous propose un récit autour d'un homme, la soixantaine naissante, des problèmes sexuels qui sans être graves, probablement, lui prennent quand même beaucoup la tête, à défaut d'autre chose… Dans ce roman, Jacques, notre héros, est entouré de sa famille, mais sa nièce, Adèle, est la seule qui arrive à conserver un lien régulier avec Jacques.
Au début de ma lecture, j'ai eu peur. Peur que le récit se concentre autour du seul problème d'érection de Jacques. Non pas que ça soit inintéressant totalement mais surtout parce que je ne me sens pas du tout concernée. J'ai eu du mal à prendre ma place. Et puis passées les 100 premières pages, Adèle devient de plus en plus présente et j'ai repris confiance.
Les vies de Jacques et Adèle sembleraient banales et, quand on y pense, routinières, mais la routine est parfois la meilleure chose qui soit… sauf qu'un événement dramatique va mettre les convictions et autres certitudes en doute. Adèle va aller voir les Eagles of Death Metal le 13 novembre 2015… Au Bataclan. Jacques et Adèle vont faire basculer leurs vies dans des directions totalement nouvelles.
J'ai trouvé le début du livre presque bizarre car incapable de voir où l'auteur voulait m'emmener, j'ai eu du mal à me sentir en phase avec Jacques. L'écart générationnel surement y est pour beaucoup. A l'inverse, j'ai eu de la tendresse, de l'admiration pour Adèle, elle m'a semblée forte. La façon de repartir après le Bataclan, sa détermination m'ont permis de m'attacher un peu plus à elle.
Ce roman c'est l'histoire de la vie dans tout ce qu'elle a de plus normal, avec son lot de désillusions, d'obstacles, de difficultés. Et puis vient le temps de la résilience, selon ce qu'on est, ce qu'on peut et ce dont on a envie. Ce livre rappelle une nouvelle fois que tout tient seulement à un fil. le fil qui nous fait agir parfois sans réfléchir, parfois selon nos convictions pour ensuite le regretter ou au contraire savourer le soulagement d'une décision dure à prendre.
Ce qui m'a permis d'en faire une lecture agréable tient dans l'écriture car elle est plutôt rythmée, dynamique et l'auteur va droit au but dans les pensées de ses héros. Et puis l'originalité et surtout le fait d'assumer ses pensées "non je ne voulais pas t'envoyer de message comme tout le monde" me font penser que le but de l'auteur n'était pas de s'apitoyer sur le sort de ces deux êtres en marge d'un schéma classique de famille. Je pense sincèrement que l'auteur a voulu transmettre l'idée de l'amour universel pour son prochain. Il m'a seulement manqué plus d'empathie pour Jacques pour en faire une lecture plus marquante.
Lien : https://leslecturesdelailai...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Lexpress   22 octobre 2018
L'auteur n'a pas perdu la main romanesque et sonde les relations humaines avec toujours autant de finesse.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rosyttarosytta   23 octobre 2018
Il regarda Adèle filer vers le métro, silhouette bondissante qui ne prêtait guère attention aux voitures et traversait en dehors des clous. C'était peut-être le premier signe d'une paternité refoulée, que de s'inquiéter pour une plus jeune qui portait le même nom que soi et se moquait des recommandations. S'il avait dû avoir un enfant, il aurait voulu une fille dans son genre, mais les gosses ne sont pas des automobiles que l'on commande en choisissant les options, ce sont des prototypes dont on est l'ingénieur impuissant. Et voilà que l'adjectif répugnant s'emparait de nouveau de sa conscience, telle une invective impossible à couvrir, même par le double solo de guitare d'Hotel California avec le volume à fond. La voisine du dessus tapa sur le plancher avec un balai ; elle n'avait pas tord. Il retira le disque, éteignit sa chaîne stéréo et se répéta à mi-voix : impuissant, pas encore, pas tout à fait. Impuissant, pas encore...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rosyttarosytta   23 octobre 2018
Aux rares amis qui l'appelaient pour lui proposer un déjeuner ou une sortie, il répondait être très occupé, réticent à confesser sa difficulté imprévue à vivre sans contrainte professionnelle, lourd paradoxe pour un ancien rebelle, anarchiste du sentiment et célibataire militant. Jacques avait connu beaucoup d'aventures et quelques passions. Pourquoi fallut-il chaque fois que la question domestique vînt tempérer puis annihiler l'enthousiasme du commencement ? Le plus ardent lors de la rencontre, Jacques avait à la fin quitté toutes ces femmes si difficiles à séduire. L'agencement d'un appartement, les compromis sur le partage des rangements et la décoration murale, le simple voisinage dans la salle de bains constituaient un ensemble de soumissions où l'amour n'avait plus d'expression. Il jubilait d'être en permanence de passage, en danger d'abandon, contraint de plaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rosyttarosytta   25 octobre 2018
Je ne vais pas changer de registre à cause de ces salopards de djihadistes. j'ai déjà pratiquement changé de vie. Il y a des sortes de vautours qui veulent utiliser ce que je sais et ce que je suis, qui sont prêts à me filer pas mal d'argent pour ça, et moi, je ne veux écrire que mes dystopies dans lesquelles je peux m'évader. Je préfère ne pas imaginer ce que la télé fabriquerait avec ce qui m'est arrivé. Un bouillon tiède sans cadavres, avec une banale histoire d'amour et un bébé à la clé pour appuyer l'idée que manger du jambon fera plier Daech. Un jour. Le plus tard possible pour qu'on tourne un maximum d'épisodes. Et la musique ne serait même pas composée par les Eagles of Death Metal, trop chers pour nos chaînes françaises. Mais toi, Uncle Jack, tu n'as jamais songé à écrire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rosyttarosytta   24 octobre 2018
Sans cette tranquillité qui l'exaspérait, Jacques aurait trouvé son médecin plutôt sympathique. Mais cette façon de ne jamais s'affoler dissimulait à peine un fatalisme qui confiait à Dieu ou à la science la responsabilité de laisser vivre ou mourir ses patients. Lui n'était que le facilitateur du destin, l'agent de confort de la finitude, l'anesthésiste de la conscience. Après une longue réprimande argumentée, il lui proposa une batterie d'examens préalables à une hypothétique réduction des protocoles. Et si les pilules beiges étaient décevantes, rien n'interdisait d'essayer les bleues. Jacques se représenta en train d'avaler le comprimé devant Paule, tentant un mensonge sur son indication, trahi par sa trop célèbre couleur.
- Ca n'existe pas en blanc ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rosyttarosytta   24 octobre 2018
Adèle se demandait si elle se libérerait jamais de cet après-attentat qui lui pesait chaque jour d'une manière imprévue et dont Thierry incarnait tour à tour l'ombre et la clarté. Sa bravoure était aussi sa faiblesse. A se juger tiré indemne de la fusillade et fondé à guider la vue d'Adèle, il s'exposait à la perdre.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Charles Nemes (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Nemes
Charles Nemes - Deux enfants du demi-siècle
autres livres classés : bataclanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'ouest rien de nouveau

de quel guerre parle t'il ?

Première Guerre Mondiale
Seconde Guerre Mondiale

10 questions
1676 lecteurs ont répondu
Thème : À l'ouest rien de nouveau de Erich Maria RemarqueCréer un quiz sur ce livre