AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782226156754
336 pages
Albin Michel (24/11/2004)
3.99/5   88 notes
Résumé :
Remarquable romancière, observatrice souvent cruelle des lâchetés humaines, Irène Némirovsky, née à Kiev en 1903, est l'auteur d'une œuvre singulière à laquelle l'horreur nazie a mis un terme en 1942. Largement autobiographique, Le Vin de solitude (1935) retrace le destin d'une famille russe réfugiée à Paris. Le déracinement, la solitude, mais aussi la farouche volonté de s'affranchir de tous les carcans sont au cœur de ce huis-clos familial oppressant. Irène Némiro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 88 notes
5
7 avis
4
9 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

sabine59
  29 mars 2017
J'aime tous les livres de cette romancière douée, morte prématurément, à Auschwitz.
Dans cette oeuvre, largement autobiographique, on retrouve son talent d'écriture et son art de l'analyse psychologique.
On suit le parcours initiatique douloureux d'une enfant jusqu'à sa majorité, celui d'Hélène Karol. D'Ukraine en Russie et de Finlande en France, elle connaîtra une enfance solitaire et instable.Entre un père toujours absent, en quête de fortune mais obsédé par le jeu, et une mère hautaine, qui ne l'aime pas et dilapide l'argent gagné par son mari. Par la suite, elle imposera aussi ses amants à sa fille.
- Cette petite, par moments, a l'air d'une idiote.On dirait qu'elle tombe de la lune !
Voilà le genre de propos que tient la froide et aigre Bella, concernant sa fille...Hélène, enfant sauvage et repliée sur elle même, s'évade dans ses rêves et essaie de ne pas entendre, en vain, les disputes de ses parents. Elle n'accorde son affection qu'à une seule personne, sa gouvernante, Miss Rose.
L'enfant précoce mûrit vite et ne pourra enfin se libérer de l'emprise haineuse de sa mère que lorsqu'elle sera une jeune adulte.Elle songera alors:" Je n'ai pas peur de la vie.Ce ne sont que les années d'apprentissage.Elles ont été exceptionnellement dures, mais elles ont trempé mon courage et mon orgueil."
Avec finesse et sens de l'observation, l'auteure nous fait pénétrer dans les pensées d'Hélène , où dureté et souffrance, désir éperdu d'affection et rejet de la mère se combattent.
On ne peut que compatir face à ce destin déchiré, cette vie vide d'amour. A ce manque maternel terrible. A cette " solitude âpre et enivrante" de la fin ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
isabelleisapure
  03 décembre 2021
Se plonger dans un texte d'Irène Némirovsky et en ressortir éblouie par la clarté et la beauté de l'écriture, c'est ce qui, sans surprise, vient de m'arriver une fois de plus.
Dans ce roman d'apprentissage, nous suivons Hélène âgée de 8 ans au début de l'histoire.
Entourée d'un père qu'elle adore, d'une mère froide, égoïste et indifférente au bonheur de sa fille, Hélène écoute, surveille et enregistre les moindres faits et gestes des adultes.
Très tôt cette enfant fait preuve d'un sens aigu de l'observation.
Hélène, privée d'amour et d'attentions, grandit dans une immense solitude affective, comblée seulement par la présence de sa nurse française, la seule personne qu'elle aime et respecte.
Le temps passe, la première guerre mondiale éclate, la famille se réfugie en Finlande puis en France.
Devenue adolescente Hélène ressent de plus en plus de haine envers sa mère.
Dans ce roman, largement autobiographique, Irène Nemirovsky brosse sans concession ni fioriture, les fêlures de l'enfance en prise avec la médiocrité des adultes.
Les moindres sentiments sont exposés avec minutie.
Les adultes se montrent égoïstes, inconséquents, indifférents.
On ne ressent de compassion que pour une enfant dépassée par ce qu'elle voit et qui va la transformer en adulte dure et forte, peaufinant sa vengeance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
patrick75
  14 septembre 2012
L'enfance d'hélene, jeune russe, qui va connaitre les bouleversements liés à la première guerre mondiale puis à la révolution bolchévick .
De déménagement en déménagements...
Mais c'est surtout les relations mére-fille qui sont le coeur de cet ouvrage.
Avec les réflexions d' hélene, l'on voit la femme apparaître au travers de l'enfant. Son caractère s'affirmer. L'on voit également les séquelles psychologiques que peuvent laisser une enfance malheureuse. Ce livre pourrait se comparer à une longue plainte. Est-ce un récit autobiographique ?
Commenter  J’apprécie          200
oiseaulire
  05 avril 2021
Encore un merveilleux roman d'Irène Némirovsky, sans doute l'un des meilleurs avec "Le bal" et "David Golder".
Les évènements se déroulent sur la toile de fond des troubles sociaux survenus en Russie en ce début de vingtième siècle suivis par la première guerre mondiale.
La famille de la narratrice appartient à un milieu de spéculateurs de guerre sachant tirer profit de la panique générale et s'enrichir prodigieusement. La contrepartie en est une vie de fuite et d'exil.
Irène Némirovsky campe toujours avec succès les personnages qui l'obsèdent : un père absent toujours en affaires à l'étranger ; une mère égoïste, éternelle inassouvie pour qui sa fille n'existe que comme témoin des années qui passent ; la gouvernante, seul être aimé par la narratrice et bientôt sacrifiée par des parents inhumains ; l'amant, car il en est toujours un qui rôde, avide des charmes mûrs de la coquette ou de l'argent de son mari.
Pendant que se déroulent ces drames bourgeois, on tue et on meurt sous les fenêtres. Ou on y crève de faim dans l'indifférence.
L'auteure a une vison du monde très désenchantée et ce n'est pas sa fin tragique qui la démentira.
Heureusement pour nous, le roman s'achève sur une bouffée d'espoir. Elle est la bienvenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MissG
  30 octobre 2010
C'est un livre remarquable à lire, écrit avec une froideur, ou plutôt un détachement, qui peut déranger le lecteur, d'autant plus que c'est largement inspiré par l'enfance d'Irène Némirovsky et la façon dont elle était traitée par sa mère.
Les propos sont durs, l'héroïne l'est aussi, elle va construire méthodiquement sa vengeance sur sa mère qui ne l'a jamais aimée et qui ne l'aimera jamais et elle ne s'arrêtera que lorsqu'elle l'aura anéantie.
C'est une fillette qui a mûri avant l'âge et porte un regard sans concession sur les adultes, particulièrement ses parents.
La fin est assez belle, elle ouvre sur un nouveau monde, un peu plus heureux, en tout cas c'est ce que le lecteur espère.
Le contexte historique est intéressant également, il passe de la Russie à la France et c'est toujours intéressant de découvrir les modes de vie à l'époque dans ces deux pays.
J'ai été marquée par l'écriture et les mots employés, Irène Némirovsky a réellement été une grande écrivain du vingtième siècle, il serait dommage de ne pas découvrir ses oeuvres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
patrick75patrick75   13 septembre 2012
-"Et puis, de n'avoir pas été une enfant quand il était temps de l'être, il semble que l'on ne peut jamais mûrir comme les autres; on est fané d'un côté et vert de l'autre, comme un fruit trop tôt exposé au froid et au vent...
Commenter  J’apprécie          590
patrick75patrick75   12 septembre 2012
Les juifs parlaient d'affaires, et, pour se distraire ou pour ne pas en perdre l'habitude, vendaient l'un à l'autre des terrains, des mines et des maisons que les Bolchevicks avaient confisqués depuis plusieurs mois, d'ailleurs. Mais considérer ce mode de gouvernement comme durable eût été le signe d'un mauvais esprit. On lui accordait deux, trois mois d'existence...Les pessimistes lui concédaient l'hiver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
patrick75patrick75   10 septembre 2012
On lui avait caché ainsi une fois la mort de son chien. On lui avait dit, pour éviter des larmes importunes: " Il est malade, mais il reviendra..." ajoutant ainsi à son chagrin la torture de l'espérance.
Commenter  J’apprécie          340
patrick75patrick75   11 septembre 2012
Et l'enfant était retourné à sa table de travail et avait recommencé à ânonner à la petite flamme pâle de la bougie: " Racine peint les hommes tels qu'ils sont, et Corneille tels qu'ils devraient être..."
Commenter  J’apprécie          290
patrick75patrick75   14 septembre 2012
-" On ne peut pas être malheureuse lorsqu'on a ceci : L'odeur de la mer, le sable sous les doigts...l'air, le vent..."
Commenter  J’apprécie          370

Videos de Irène Némirovsky (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Irène Némirovsky
Suite française, un film franco-britannico-belge coécrit et réalisé par Saul Dibb, sorti en 2015. Il s'agit de l'adaptation du roman homonyme écrit par Irène Némirovsky en 1942.
autres livres classés : russieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
381 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre