AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330118204
Éditeur : Actes Sud (06/02/2019)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Les enfants sardes ne pleurent jamais, la douleur et la misère sont inséparables de la pudeur. Au lendemain du jour où l'homme débarque pour la première fois sur la Lune, le corps de Bachisio Trudìnu, berger sarde, est retrouvé non loin du village de Telévras, dans le sud de l'île. Quelques jours plus tard, son fils Matteo, un enfant surdoué que le curé du village a pris sous son aile, disparaît mystérieusement.

Jouant avec des points de vue différen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
lehibook
  20 mai 2019
« La théologie du sanglier » de Gesuino Némus . En juillet 1969 pendant que l'homme pose le pied sur la Lune , on découvre des cadavres à Télévras au Sud de la Sardaigne . Les carabiniers mènent l'enquête en vain , seul Don Cossu sorte de Don Camillo sarde ,et deux enfants Matteo dont les parents sont les victimes et Gesuino ,fils de personne, sont à même de résoudre l'énigme . Un roman sidérant , qui plonge le lecteur dans les arcanes d'une société à la fois fruste et raffinée , où l'étranger qui y débarque est d'une certaine façon sur la Lune aussi. le livre est aussi remarquable par son humour corrosif et l'étrange poésie portée par une langue et une culture fascinantes.
Commenter  J’apprécie          40
LaurentSyros
  01 juin 2019
Magnifique voyage en Sardaigne, on y mange beaucoup et picole aussi pas mal chez le curé (très) haut en couleur de ce petit village.
J'ai adoré les personnages hyper attachants, le roman pour moi est constitué de deux parties. La première est d'emblée intéressante même si il faut un petit temps d'adaptation au style, la seconde est superbe et émouvante.
Commenter  J’apprécie          30
MMaster
  14 juillet 2019
Un merveilleux roman anthropologique, où tout tourne autour de la disparition d'un enfant. Ce n'est pas seulement un roman polar, mais un vrai roman qui parle de la Sardaigne d'une manière merveilleuse. J'ai eu la chance de pouvoir le lire également en italien il y a 3 ans et j'ai apprécié la traduction magnifique de M. Pozzoli.
Commenter  J’apprécie          30
MartineBlond
  07 août 2020
Tombée par hasard sur ce livre, attirée par le titre et la couverture dans sa livrée de la collection "Actes noirs", j'en ressors conquise par le style et la chaleur de cet écrivain mystérieux, d'autant plus qu'il se place lui-même en tant que narrateur, sans doute pour nous faire douter, entre réalité et fiction.
Auteur à suivre, j'attends les prochaines traductions de deux romans déjà parus en italien.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
galyalaingalyalain   12 septembre 2020
Le carabinier Piras Jacheddu était un homme très simple et il fit simplement tout ce qu'un bon enquêteur doit faire dans ces cas-là: contaminer le plus possible la scène du crime.
Il commença par monter sur l'escabeau, prit Elvira par les pieds, desserra le noeud coulant et tomba avec ce petit bout de femme sur lui. Il fit en même temps toutes les erreurs possibles, réalisables et imaginables, polluant la scène avec ses godasses et ses doigts sales de sueur et de graisse de jeep parce que, si tu veux vraiment résoudre une affaire comme celle-ci, tu dois faire en sorte que personne ne puisse la résoudre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rotsenamrubrotsenamrub   19 octobre 2019
Moi je crois que toutes les cultures sont subalternes, en soi. C'est seulement le moment historique qui fait s'imposer celle liée à l'économie la plus forte. Aujourd'hui, nous sommes pétris d'américanismes, mais ça passera. Ce n'est même pas la faute de la culture. C'est nous qui identifions le bien-être au modèles culturels, et nous pensons qu'en les singeant, nous pourrons obtenir les mêmes avantages concernant notre niveau de vie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   12 février 2019
Il s’était mis à boire même pendant le travail, et il tenait beaucoup à ce que personne ne le sache, car il ne voulait pas que le village se moque de lui.
Il buvait dans la montagne, en silence, là où il avait commencé en tant que berger dépendant ; il le faisait comme tout le monde, à cause de la misère, parce que tu trouvais du vin bon marché et que souvent, c’était sous cette forme qu’on te payait les journées de travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   12 février 2019
Qu’ils vous disent que c’est leur cousin qui a volé des brebis ? Ici, ils sont tous parents. Au pire, ils se les volent entre eux, les brebis. À Pâques, ils mangent celles qu’ils ont volées à Noël et à Noël celles qu’ils ont volées à Pâques. Ils s’invitent entre eux, ça leur évite de s’entretuer.
Commenter  J’apprécie          30
DocMarcelDocMarcel   27 janvier 2020
Au bout d'une heure, le cannonau produit son meilleur effet. Il vous réconcilie avec le monde en vous offrant le léger délire qui vous permet de déclarer que toute votre vie a été une erreur. Il donne de l'assurance.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : régionalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
280 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre