AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 8441404712
Éditeur : Edaf S.A. (30/11/-1)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 111 notes)
Résumé :
Entre ces trois recueils balancent les pans d'une vie relayés par les vers solaires de Pablo Neruda. Offerts à la femme insaisissable qui lui fait découvrir la dimension charnelle du monde : "Pour mon coeur suffit ta poitrine, pour ta liberté suffisent tes ailes". A sa reine de l'univers, il apporte des "paniers sylvestres de baisers" ; au peuple, sa résistance et son engagement. Idéalement traduits par Claude Couffon, les vers burinés du poète chilien nous accompag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Moovanse
12 mai 2015
Il faut aimer L'amour pour aimer Néruda,
Il faut l'âme rêveuse et le coeur enflammé
Il faut la terre rude, argileuse ou sanglante
Les soleils adoucis ou les marées brulantes
Il faut la solitude et les mers lointaines
Les vagues qui s'épuisent de leur même reflux
Les lunes éclatées de leurs désirs violents
Il faut le vent et l'eau, il faut l'eau et le vent.
Il faut les cicatrices des pierres mutilées
Il faut les feuilles lourdes, les racines brisées
La mort et le silence, la chair vive brûlée
Et les doigts qui frémissent
Sous les corps dénudés

Il faut aimer L'amour pour aimer Néruda,
Pour aimer Neruda
il faut aimer
tout court.
Commenter  J’apprécie          558
sabine59
13 mars 2017
C'est la version bilingue que je me suis procurée, même si je ne connais que très peu l'espagnol, j'aime avoir le texte d'origine en parallèle. Surtout pour de la poésie.

J'ai tout de suite été séduite par la sensualité, l'envoûtante mélodie,l'élan passionné et la mélancolie aussi des vers écrits par un jeune homme de 20 ans, complexe car à la fois plein de fougue et de tristesse intérieure. C'est ce double aspect qui fait toute la richesse de la poésie de Neruda.A propos de ce recueil, il écrivait:" C'est un livre que j'aime car en dépit de sa mélancolie aiguë ,on y trouve la joie de vivre."
Ode à la femme, à la mer, à l'amour, à son pays, le Chili...
Chant de beauté charnelle, chant de blessure amoureuse, chant cosmique où la mer et le ciel fusionnent:
" Penché dans les soirs je tends mes tristes filets
à cette mer qui bat tes yeux océaniques.
Les oiseaux nocturnes picorent les premières étoiles
qui scintillent comme mon âme quand je t'aime"
Les images sont puissantes, riches et originales. L'imaginaire du poète s'y exprime avec intensité et subtilité. Le lyrisme y est débridé, une envolée de sentiments enflammés et de nostalgie poignante.

" Quelque chose chante, quelque chose monte jusqu'à mon avide bouche
Oh pouvoir te célébrer avec toutes les paroles de joie.
Chanter, flamber, fuir, comme un clocher aux mains d'un fou.
Ma triste tendresse, que deviens-tu soudain?(...)
Mon coeur se referme comme une fleur nocturne."
"Les vers du capitaine" sont la continuité de ce chant. Le poème "Belle", en particulier, je le trouve sublime:

" Belle,
pareil à l'eau qui sur la pierre fraîche
de la source
ouvre son grand éclair d'écume,
est ton sourire,
belle."
C'est un recueil qui m'a touchée, par sa ferveur inspirée, son souffle de vie fourmillant, et sa douceur mélancolique. Un chant d'amour perpétuel ...



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
araucaria
15 avril 2014
Tout simplement beau! Ces poésies sont un condensé d'amour... Un recueil très agréable à lire. de superbes poèmes à découvrir et à lire sans modération. Cette édition étant bilingue, je regrette de ne pas lire l'espagnol. Il me semble que les vers seraient encore plus savoureux que dans leur version française.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          391
JacobBenayoune
21 octobre 2013
Il est vrai que lorsqu'il s'agit d'un auteur aussi populaire, aussi admiré, on s'attend à quelque chose d'extraordinaire et par conséquent cela nous gâche cet effet de la découverte. C'était mon premier Neruda; un recueil bilingue (où je me suis amusé à lire aussi la version originale) qui se compose de trois petits recueils de formes différentes. Une écriture très simple, mais qui atteint la grandeur, où la femme est au centre; tous types de femme et tous types de métaphores. Neruda a réussi à s'exprimer autour de sujets aussi communs comme l'amour et la femme sans tomber dans le mauvais goût et sans faux pas, comme s'il marchait acrobatiquement sur la lame d'un couteau. Personnellement, je garde un très beau souvenir de cette lecture; j'ai beaucoup apprécié certaines métaphores et certains jeux de mots.
Commenter  J’apprécie          150
Malabar_
22 mai 2013
Je ne le répéterai jamais assez, je ne suis pas un spécialiste de poésie (ni de littérature d'ailleurs) et je n'ai pas les compétences pour l'analyser. Je fonctionne avant tout au coup de coeur, ce qui explique sûrement mon avis.
J'avais beaucoup entendu parler de Pablo Neruda, considéré par beaucoup comme un poète de tout premier ordre.
Peut-être attendais-je trop de ce recueil, mais je n'ai pas vraiment été touché. Mis à part quelques poèmes mélancoliques d'une grande beauté, je n'y ai pas trouvé l'émotion que j'attendais. L'ensemble des textes rassemblés ici étaient beaucoup trop obscurs pour moi. Même la chanson désespérée, qui m'avait pourtant séduit initialement, a fini par me lasser.
Commenter  J’apprécie          70
Citations & extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina5328 septembre 2013
Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit.

Écrire, par exemple: "La nuit est étoilée
et les astres d'azur tremblent dans le lointain."

Le vent de la nuit tourne dans le ciel et chante.

Je puis écrire les vers les plus tristes cette nuit.
Je l'aimais, et parfois elle aussi elle m'aima.

Les nuits comme cette nuit, je l'avais entre mes bras.
Je l'embrassai tant de fois sous le ciel, ciel infini.

Elle m'aima, et parfois moi aussi je l'ai aimée.
Comment n'aimerait-on pas ses grands yeux fixes.

Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit.
Penser que je ne l'ai pas. Regretter l'avoir perdue.

Entendre la nuit immense, et plus immense sans elle.
Et le vers tombe dans l'âme comme la rosée dans l'herbe.

Qu'importe que mon amour n'ait pas pu la retenir.
La nuit est pleine d'étoiles, elle n'est pas avec moi.

Voilà tout. Au loin on chante. C'est au loin.
Et mon âme est mécontente parce que je l'ai perdue.

Comme pour la rapprocher, c'est mon regard qui la cherche.
Et mon coeur aussi la cherche, elle n'est pas avec moi.

Et c'est bien la même nuit qui blanchit les mêmes arbres.
Mais nous autres, ceux d'alors, nous ne sommes plus les mêmes.

je ne l'aime plus, c'est vrai. Pourtant, combien je l'aimais.
Ma voix appelait le vent pour aller à son oreille.

A un autre. A un autre elle sera. Ainsi qu'avant mes baisers.
Avec sa voix, son corps clair. Avec ses yeux infinis.

je ne l'aime plus, c'est vrai, pourtant, peut-être je l'aime.
Il est si bref l'amour et l'oubli est si long.

C'était en des nuits pareilles, je l'avais entre mes bras
et mon âme est mécontente parce que je l'ai perdue.

Même si cette douleur est la dernière par elle
et même si ce poème est les derniers vers pour elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          831
marina53marina5315 octobre 2013
J'ai marqué peu à peu l'atlas blanc de ton corps
avec des croix de flamme.
Ma bouche, une araignée qui traversait, furtive.
En toi, derrière toi, craintive et assoiffée.

Histoires à te raconter sur la berge du crépuscule
douce et triste poupée, pour chasser ta tristesse.
Quelque chose, arbre ou cygne, qui est lointain, joyeux.
Et le temps des raisins, mûr et porteur de fruits.

J'ai vécu dans un port et de là je t'aimais.
Solitude où passaient le songe et le silence.
Enfermé, enfermé entre mer et tristesse.
Silencieux, délirant, entre deux statues de gondoliers.

Entre les lèvres et la voix, quelque chose s'en va mourant.
Ailé comme l'oiseau, c'est angoisse et oubli.
Tout comme les filets ne retiennent pas l'eau.
Il ne reste, poupée, que des gouttes qui tremblent.
Pourtant un chant demeure au coeur des mots fugaces.
Un chant, un chant qui monte à mes lèvres avides.
Pouvoir te célébrer partout les mots de joie.
Chanter, brûler, s'enfuir, comme un clocher aux mains d'un fou.
Que deviens-tu soudain, ô ma triste tendresse?
J'atteins le plus hardi des sommets, le plus froid,
et mon coeur se referme ainsi la fleur nocturne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
marina53marina5325 septembre 2013
Ici je t'aime.
Dans les pins obscurs le vent se démêle.
La lune resplendit sur les eaux vagabondes.
Des jours égaux marchent et se poursuivent.

Le brouillard en dansant qui dénoue sa ceinture.
Une mouette d'argent du couchant se décroche.
Une voile parfois. Haut, très haut, les étoiles.

Ô la croix noire d'un bateau.
Seul.
Le jour parfois se lève en moi, et même mon âme est humide.
La mer au loin sonne et résonne.
Voici un port.
Ici je t'aime.

Ici je t'aime. En vain te cache l'horizon.
Tu restes mon amour parmi ces froides choses.
Parfois mes baisers vont sur ces graves bateaux
qui courent sur la mer au but jamais atteint.

Suis-je oublié déjà comme ces vieilles ancres.
Abordé par le soir le quai devient plus triste.
Et ma vie est lassée de sa faim inutile.
J'aime tout ce que je n'ai pas. Et toi comme tu es loin.

Mon ennui se débat dans les lents crépuscules.
Il vient pourtant la nuit qui chantera pour moi.
La lune fait tourner ses rouages de songe.

Avec tes yeux me voient les étoiles majeures.
Pliés à mon amour, les pins dans le vent veulent
chanter ton nom avec leurs aiguilles de fer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
MalauraMalaura11 août 2012
J'ai vécu dans un port et de là je t'aimais.
Solitude où passaient le songe et le silence.
Enfermé, enfermé entre mer et tristesse.
Silencieux, délirant, entre deux statues de gondoliers.

Entre les lèvres et la voix, quelque chose s'en va mourant.
Ailé comme l'oiseau, c'est angoisse et oubli.
Tout comme les filets ne retiennent pas l'eau.
Il ne reste, poupée, que des gouttes qui tremblent.
Pourtant un chant demeure au cœur des mots fugaces.
Un chant, un chant qui monte à mes lèvres avides.
Pouvoir te célébrer partout les mots de joie.
Chanter, brûler, s'enfuir, comme un clocher aux mains d'un fou.
Que deviens-tu soudain, ô ma triste tendresse ?
J'atteins le plus hardi des sommets, le plus froid,
et mon cœur se referme ainsi la fleur nocturne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
marina53marina5330 septembre 2013
Corps de femme, blanches collines, cuisses blanches,
l'attitude du don te rend pareil au monde.
Mon corps de laboureur sauvage, de son soc
a fait jaillir le fils du profond de la terre.

Je fus comme un tunnel. Déserté des oiseaux,
la nuit m'envahissait de toute sa puissance.
pour survivre j'ai dû te forger comme une arme
et tu es la flèche à mon arc, tu es la pierre dans ma fronde.

Mais passe l'heure de la vengeance, et je t'aime.
Corps de peau et de mousse, de lait avide et ferme.
Ah! le vase des seins! Ah! les yeux de l'absence!
ah! roses du pubis! ah! ta voix lente et triste!

Corps de femme, je persisterai dans ta grâce.
Ô soif, désir illimité, chemin sans but!
Courants obscurs où coule une soif éternelle
et la fatigue y coule, et l'infinie douleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
543 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre