AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229033524X
Éditeur : J'ai Lu (24/06/2003)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Pandora et Aurélia sont de chair et de sang, de lumière et d'horizons : la première évoque un monde de théatre, la seconde nous plonge dans une quête au-delà de la vie, à la recherche d'une figure mystique et salvatrice. Plus qu'un voyage, c'est une véritable odyssée !
Voyant parmi les visions fugaces de femmes disparues, d'ancêtres regrettés, de paysages merveilleux et inconnus,Gérard de Nerval nous entraîne dans les méandres de son âme et de sa folie.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
araucaria
  21 octobre 2018
Deux textes dans ce mince fascicule :
Aurélia est une nouvelle très étrange et confuse où la place accordée à la folie me semble plus grande que celle dédiée au rêve.
Avec Pandora, très courte nouvelle, Gérard de Nerval promène son lecteur à Vienne dans le milieu du théâtre, des réceptions, de la cour...
De Gérard de Nerval, je ne connaissais jusqu'à présent que sa poésie qui est beaucoup plus limpide et accessible.
Sentiment très panaché concernant ces deux lectures qui me paraissent vieillies. Je ne suis pas réellement conquise.
Commenter  J’apprécie          60
Claw
  19 avril 2016
Cette critique ne concerne que Pandora (j'ai déjà fait la critique d'Aurélia) :
Toujours très difficile de critiquer une nouvelle comme celle là. On voit clairement, que ce n'est pas écrit avec les pieds, c'est très bien écrit, avec du vocabulaire (très) recherché. le seul problème, c'est que l'on s'y perd, et qu'à la fin de la nouvelle, on est même pas capable de résumer ce que l'on vient de lire tant le tout est énigmatique. Mais cela peut quand même faire figure d'entrée en matière pour voir si on peut se sentir capable de lire "Aurélia" qui est également écrit de cette façon énigmatique, car cette nouvelle est très courte : à peu près 10 pages. Bref, il faut essayer.
Commenter  J’apprécie          10
Pirouette0001
  09 juin 2013
Lu lorsque j'étais adolescente, ce livre m'a laissé un souvenir fasciné . J'ai beaucoup aimé à l'époque l'atmosphère créée par l'auteur. Aussi rarement lu qu'aujourd'hui à l'époque et cela ajoutait à son aura. Un très grand auteur de la langue française pourtant.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   22 octobre 2018
"Quelle folie, me disais-je, d'aimer ainsi d'un amour platonique une femme qui ne vous aime plus. Ceci est la faute de mes lectures; j'ai pris au sérieux les inventions des poètes, et je me suis fait une Laure ou une Béatrix d'une personne ordinaire de notre siècle... Passons à d'autres intrigues, et celle-là sera vite oubliée."
(Aurélia)
Commenter  J’apprécie          200
SZRAMOWOSZRAMOWO   27 janvier 2015
Je suis obligé d'expliquer que Pandora fait suite aux aventures que j'ai publiées autrefois dans la Revue de Paris, et réimprimées dans l'introduction de mon Voyage en Orient, sous ce titre : Les Amours de Vienne. Des raisons de convenance qui n'existent plus, j'espère, m'avaient forcé de supprimer ce chapitre. S'il faut encore un peu de clarté, permettez-moi de vous faire réimprimer les lignes qui précédaient jadis ce passage de mes Mémoires. J'écris les miens sous plusieurs formes, puisque c'est la mode aujourd'hui. Ceci est un fragment d'une lettre confidentielle adressée à M. Théophile Gautier, qui n'a vu le jour que par suite d'une indiscrétion de la police de Vienne, - à qui je pardonne, - et il serait trop long, dangereux peut-être, d'appuyer sur ce point.

Voici le passage que les curieux ont le droit de reporter en tête du premier article de Pandora.

"Représente-toi une grande cheminée de marbre sculpté. Les cheminées sont rares à Vienne, et n'existent guère dans les palais. Les fauteuils et les divans ont les pieds dorés. Autour de la salle, il y a des consoles dorées ; et les lambris... ma foi, il y a aussi des lambris dorés. La chose est complète comme tu vois. Devant cette cheminée, trois dames charmantes sont assises : l'une est de Vienne ; les deux autres sont, l'une Italienne, l'autre Anglaise. L'une des trois est la maîtresse de la maison. Des hommes qui sont là, deux sont comtes, un autre est un prince hongrois, un autre est ministre, et les autres sont des jeunes gens pleins d'avenir. Les dames ont parmi eux des maris et des amants dévoués, connus ; mais tu sais que les amants passent en général à l'état de maris, c'est-à-dire ne comptent plus comme individualité masculine. Cette remarque est très forte, songes-y bien.

« Ton ami se trouve donc seul d'homme dans cette société à bien juger sa position ; la maîtresse de la maison mise à part (cela doit être), ton ami a donc des chances de fixer l'attention des deux dames qui restent, et même il a peu de mérite à cela par les raisons que je viens d'exposer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
araucariaaraucaria   25 octobre 2018
Vous l'avez tous connue, ô mes amis! la belle Pandora du théâtre de Vienne. Elle vous a laissé sans doute, ainsi qu'à moi-même de cruels et doux souvenirs! C'était bien à elle, peut-être, - à elle, en vérité, - que pouvait s'appliquer l'indéchiffrable énigme gravée sur la pierre de Bologne : AELI LAELIA - Nec vir, nec mulier, nec androgyna, etc. "Ni homme, ni femme, ni androgyne, ni fille, ni jeune, ni vieille, ni chaste, ni folle, ni pudique, mais tout cela ensemble..." Enfin, la Pandora, c'est tout dire, - car je ne veux pas dire tout.
(Pandora)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
araucariaaraucaria   22 octobre 2018
Le Rêve est une seconde vie. Je n'ai pu percer sans frémir ces portes d'ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible. Les premiers instants du sommeil sont l'image de la mort; un engourdissement nébuleux saisit notre pensée, et nous ne pouvons déterminer l'instant précis où le moi, sous une autre forme, continue l'oeuvre de l'existence. C'est un souterrain vague qui s'éclaire peu à peu, et où se dégagent de l'ombre et de la nuit les pâles figures gravement immobiles qui habitent le séjour des limbes. Puis le tableau se forme, une clarté nouvelle illumine et fait jouer ces apparitions bizarres; le monde des Esprits s'ouvre sur nous.
(Aurélia)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
araucariaaraucaria   25 octobre 2018
Un convoi croisa ma marche; il se dirigeait vers le cimetière où elle avait été ensevelie; j'eus l'idée de m'y rendre en me joignant au cortège. "J'ignore, me disais-je, quel est le mort que l'on conduit à la fosse, mais je sais maintenant que les morts nous voient et nous entendent, - peut-être sera-t-il content de se voir suivi d'un frère de douleurs, plus triste qu'aucun de ceux qui l'accompagnent." Cette idée me fit verser des larmes, et sans doute on crut que j'étais un des meilleurs amis du défunt. (...)
(Aurélia)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Gérard de Nerval (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard de Nerval
« Notre-Dame est bien vieille : on la verra peut-être, enterrer cependant Paris qu?elle a vu naître. » De très nombreux écrivains ont chanté Notre-Dame de Paris. Parmi eux Gérard de Nerval dans « Odelettes » (1834), un poème stupéfiant. Des vers que la comédienne Emmanuelle Devos reprend dans La Grande Librairie.
autres livres classés : au-delàVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

1 classique = 1 auteur (XIX° siècle)

La Chartreuse de Parme

Stendhal
Alfred de Vigny
Honoré de Balzac

21 questions
543 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique , classique 19ème siècle , 19ème siècleCréer un quiz sur ce livre