AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Nowowak


Nowowak
  14 août 2019
Exagérer est-ce mentir ? Le mensonge est commis par tout être donnant délibérément pour vrai à autrui ce qu'il sait être faux. Le silence peut être un mensonge car omettre la véracité de la réalité n'est-ce pas la travestir ? La poésie est un terreau fertile pour la psychanalyse.

Tout s'agite, tout sort,
Et, pour la ronde qui s'apprête,
Chaque tombeau vomit un mort.

Que se passe-t-il dans ce monde de chimères quand on s'emplume dans l'outrance, lorsque l'on donne aux émotions une sombre couleur dithyrambique ? Le poète est-il un menteur si sa perception s'enflamme et s'habille de trop beaux costumes ? Les odes de l'au-delà nous font boire à quelle source ? Les vers nous livrent quelle averse ? Peut-on connaître plus qu'un seul amour, qu'une seule étoile ? Le mensonge est une altération volontaire de la vérité, disent les experts. Le poète altère en même temps qu'il désaltère.

Il est un air pour qui je donnerais
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber,
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets !

Certes le but n'est ni de faire souffrir ni de manipuler. Le but est de rendre très beau ce qui est beau et de rendre magnifique ce qui est laid et très laid. Soyez rassurés, le mensonge n'entre pas en conflit avec la création littéraire. On a inventé le mot fiction pour désigner ce droit de balancer des secrets qui n'en sont pas. Le poète en profite. Il a le droit d'inventer, de sublimer son monde, de le parer d'atours misérables ou bellissimes suivant son humeur.

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron : 
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.

Néanmoins l'acte de lire n'est-il pas un moment de vérité ? On aime ou on n'aime pas. le choix est limité. La cadre est étroit. Il confère à cet esprit des cieux un moment d'exil où tout ce qui écrit est vrai même le plus incroyable. Ne lire que du vécu serait fastidieux. Dans ce monde, le faux est autorisé c'est l'usage de faux qui ne l'est pas.

Je suis le ténébreux,- le Veuf, - l'inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la tour abolie : 
Ma seule étoile est morte, et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie.

Dans ce procès du songe devenant mensonge, n'allons donc pas trop loin. Dans cette entreprise du plaisir, le mensonge s'annonce-t-il salvateur, est-il un complice non condamnable ? En vomissant des feux, à la lueur de la foudre, le poète s'acharne à le rendre crédible.

Mon front est rouge encore du baiser de la Reine ;
J'ai rêvé dans la grotte où nage la Sirène...

Licence et luminescence de l'Éternel Féminin loué par les poètes, par Baudelaire et Nerval, frères de peine et de douleur, dont les doigts font retentir sur les cordes d'un luth de nostalgiques accents.
Commenter  J’apprécie          308



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (30)voir plus