AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782370470331
260 pages
Editions Lajouanie (18/11/2016)
4.03/5   18 notes
Résumé :
Clara est commandant à la crim'. Elle piste le meurtrier particulièrement sadique d'une jeune eurasienne, directrice d'une agence de voyage pour VIP. Cet assassinat lui rappelle l'agression dont elle a été victime dix ans auparavant et qui l'a décidée à devenir flic. Parallèlement, un autre policier « le Che » cherche à démanteler un important trafic de stupéfiants. Le dernier arrivage de drogue fait de véritable ravages chez les consommateurs. Point commun entre le... >Voir plus
Que lire après Le rouge n'est pas qu'une couleurVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 18 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
l'intrigue est assez classique, des meurtres atroces, des flics qui enquêtent , et un meurtrier difficile à cerner.
Ce qui rends l'histoire passionnante c'est que son auteur, Chris Nerwiss la situe à la fois en France et au Cambodge. Et pour les lecteurs peut au fait de l'histoire de ce pays, il établie des connections avec la période où sévirent les Khmers rouges.

Resumé:
"Clara est commandant à la crim'. Elle piste le meurtrier particulièrement sadique d'une jeune eurasienne, directrice d'une agence de voyage pour VIP. Cet assassinat lui rappelle l'agression dont elle a été victime dix ans auparavant et qui l'a décidée à devenir flic.

Parallèlement, un autre policier « le Che » cherche à démanteler un important trafic de stupéfiants. le dernier arrivage de drogue fait de véritable ravages chez les consommateurs. Point commun entre les deux affaires, l'Asie.

L'enquête mène l'héroïne des tours du quartier chinois de Paris jusqu'aux salles élégantes et raffinées du musée Guimet. Mais engluée dans les non-dits et les secrets d'une communauté peu diserte Clara se voit contrainte de poursuivre sa traque jusqu'au fin fond du Cambodge…"

Les personnages se dévoilent peu à peu tout au long de ce récit où ils ne leur est pas facile de faire la part des choses. Clara rencontre le commandant Chesnais, surnommé le Che, chef de groupe aux stups, un directeur de musée passionné par l'Asie, son adjointe à la personnalité trouble. Se retrouvant au Cambodge, elle n'est pas au bout de ses surprises et loin de tout devra utiliser toutes ses ressources pour rester en vie.

J'ai beaucoup aimé les personnages de Clara et du Che, il y a du potentiel pour d'autres enquêtes avec eux. de plus Chris Nerwiss rouvre un pan terrible de l'histoire du Cambodge où les Khmers rouges ont massacré pendant des années des milliers d'hommes et de femmes, emprisonnant les survivants dans des conditions inhumaines.
Cela donne une puissance et une profondeur à cette enquête difficile et douloureuse.
Une excellente lecture, que je vous conseille vivement.
Commenter  J’apprécie          40
Deux enquêtes de facture plutôt classique qui débutent à Paris et trouveront leur résolution en Cambodge où se déroule une bonne partie du récit, riche en action et rebondissements.
L'auteur avoue être un passionné de l'Histoire contemporaine, notamment d'Asie où il a pas mal bourlingué et les descriptions de Phnom Penh et autour de Kampot sont très « visuels ».
Sans pénaliser l'intrigue policière, le lecteur est donc amené à découvrir (en ce qui me concerne) l'effroyable période des Khmers rouges et ses traces laissées sur un peuple décimé.

Clara Boiron, commandante à la crim', qui doit mettre la main sur « le tueur au marteau » est une protagoniste dans la trentaine, au passé douloureux (eh oui, une de plus !), à laquelle on s'attache... plus ou moins.
Pas entièrement convaincue par ce personnage qui arrive à résoudre cette affaire assez rapidement « en ligne droite ». Les événements à « coups-de-bol » s'enchaînent un peu trop facilement.

Mais l'écriture fluide, dépourvu de longueurs, un style narratif énergique et des dialogues spontanés, permettent un agréable moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          50
Une invitation au voyage délicieusement dangereuse : "Le rouge n'est pas qu'une couleur", de Chris Nerwiss aux éditions Lajouanie.

Le pitch : Jeune Commandant ayant intégré la police suite à une violente agression dont elle a été victime, Clara Boiron dirige un groupe à la Crim' depuis peu et se voit attribuer un enquête des plus délicates. Noy Chan, jeune directrice commerciale de l'agence de voyage VIP Travel, a en effet été sauvagement assassinée. Alors que cette affaire lui remémore son douloureux passé, Clara ne ménage pas ses effort pour retrouver le meurtrier malgré une Communauté chinoise peu coopérante, réticente à lui délivrer la moindre information. Et pendant ce temps, le Commandant Thierry Chesnais, lui, enquête sur un important trafic de stupéfiants suite à la mort par overdose de Guillaume Beckner, directeur de création de l'agence de pub Dream Product...

C'est à la suite d'une charmante invitation émanant de Henri Duboc et des éditions Lajouanie que je participais à la soirée de lancement de ce roman le 09 novembre dernier. Je rencontrais alors, presque par hasard, cet auteur fort sympathique, qui me dédicaçait bien volontiers son ouvrage, me permettant ainsi de découvrir cette plume et ce polar que je ne connaissais pas encore... Malheureusement les temps littéraires sont durs, la hauteur de ma PAL semble plus inquiétante encore que le trou de la SECU, aussi c'est avec retard que je me suis finalement plongée dans cette lecture... Et je peux vous dire qu'il était grand temps !

Sans prendre conscience du voyage qui l'attend, le lecteur se laisse ainsi emporter par une intrigue véritablement prenante, rondement menée et particulièrement bien ficelée... Où devrais-je plutôt dire les intrigues qui s'enchaînent et s'entremêlent avec brio pour au final se rejoindre en Asie. L'auteur nous entraîne ainsi des rues parisiennes jusqu'au fin fond des terres Cambodgiennes d'une richesse culturelle et historique dont le lecteur n'a même pas idée. Fort d'un véritable travail de fourmi côté documentation, l'auteur nous livre ainsi un ouvrage particulièrement fouillé, riche en enseignements sur ces questions, et notamment la terrible période des Khmers rouges détaillée avec minutie, pour une lecture qui s'avère franchement passionnante au-delà même de l'histoire à proprement parler. Dès lors le lecteur ne voit pas le temps passer et laisse défiler les pages sous ses yeux à toute vitesse jusqu'à parvenir au point final et réaliser que le voyage est terminé.
Particulièrement intéressants eux aussi, les personnages sont richement étoffés et dépeints avec force détails. Leur personnalité est scrupuleusement fouillée, leur caractère bien trempé mis en avant, ce qui les rend crédibles aux yeux du lecteur, et pousse ce dernier à vouloir en apprendre davantage encore, à l'occasion d'un prochain peut-être...
La plume est fluide, élégante, le style nerveux et dépourvu de longueurs, ce qui contribue à faire de ce roman un agréable moment de lecture.

En bref, dépaysement garanti pour ce polar particulièrement captivant !
Lien : https://deslivresetmoi7.blog..
Commenter  J’apprécie          10
D'entrée, j'ai senti une certaine qualité littéraire, j'aime.

Clara est devenue flic suite à une agression d'une violence extrême.
Même si elle cherche toujours ses agresseurs en off, elle enchaîne les scènes de crime et les enquêtes qui en résultent.

La jeune femme vient de se voir attribuer une équipe à diriger, on peut sentir la pression qui appuie bien fort sur ses épaules, alors qu'elle n'a pas l'ombre d'une piste sur le meurtre qui vient de se produire.
Décidément, les auteurs masculins sont nombreux à avoir une vraie considération pour la femme sur son lieu de travail.
Des femmes avec de hautes fonctions et qui en plus dirigent des hommes, oui je sais pourquoi j'aime lire, la féministe que je suis ronronne, la femme est souvent vue comme une victime et certains dépassent ce cliché.
Par contre, je constate la parité chez les victimes, ça semble peu important, insignifiant et ce n'est peut-être pas volontaire, mais ça rejoint ce que j'ai dit plus haut.

Suivre Clara s'est révélé prenant, ses doutes, ses failles, ses blessures.
J'insiste sur les personnages, mais j'ai l'impression que l'auteur a mis le paquet sur eux.
Ne croyez pas que l'intrigue est sans consistance, au contraire elle est savoureuse, d'ailleurs j'ai adoré partir au Cambodge.
Il y est mêlé les pays asiatiques et tout ce qu'ils comportent de passionnant avec leur culture et leur religion pacifique.
Oui pacifique, parce qu'en général je ne trouve rien de passionnant dans la religion, quelle qu'elle soit mais ça c'est tout un débat qui nous importe peu.
L'appréhension du génocide Cambodgien est parfaite, j'ai beaucoup aimé en apprendre plus sur le sujet, même si bien sûr il n'y a rien de plus horrible que ces meurtres de grande masse dans l'histoire.

Le final est réussi, je garde une belle impression de ce thriller, en même temps quand on comprend la politique éditoriale des Editions Lajouanie, il n'y a pas de place pour l'étonnement.

Lien : https://leshootdeloley.blogs..
Commenter  J’apprécie          20
Calé au chaud dans un fauteuil j'étais partie pour lire une demi-heure "Le Rouge n'est pas qu'une couleur" , puis le reprendre.... rien à faire, il a fallu que je le termine dans la foulée. Ce polar m'a scotché. Impossible de le quitter. Les personnages Clara ou le Ché ont des tempéraments marqués, étoffés, bien définis. L'intrigue, un vrai suspens qui tient en haleine. Et bien sur le voyage. du 13ème arrdt de Paris au fin fond du Cambodge on vit, ou survit, en intégrant les actions, les machinations. L'histoire est totalement aboutie, l'enquête bien ficelée. On ne s'ennuie pas une minute. J'ai appris beaucoup de choses sur cette partie de l'Asie que je connais peu, je me suis divertie, et évidemment le dépaysement était au rendez-vous. Un livre assurément qui permet de passer un très bon moment. A lire absolument.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
- J'avais effectivement sous-estimé vos moyens, le Rafles est le plus prestigieux et plus bel hôtel de Pnom Penh, dit-il, s'adressant ostensiblement à Clara. Je me suis toujours dit qu'avant de quitter le pays, j'y passerais une nuit. Quant à mon auberge, le Sary Rega, elle a suffisamment de charme pour que Bertrand Tavernier y soit descendu pour le tournage de Holy Lola.
- Belle référence cinématographique qui doit épater les expats' à leur entrée dans le pays mais si vous voulez rester sur ce terrain, sachez qu'une partie du film La déchirure se déroule au Rafles.
Commenter  J’apprécie          00
Je carbure à l’héro et je suis en train de diminuer mes doses. Un jour, ça fait deux ans de ça, j’étais seule à la maison et je m’étais
mitonné un speedball. Je suis montée très haut mais la descente a été terrible.
Ma mère est rentrée à la maison. J’étais déprimée, hyper-agressive, alors j’ai
pris le flingue de mon père et j’ai tiré sur ma propre mère qui me faisait la morale.
Elle a eu l’épaule arrachée. Voilà où la came peut vous entraîner, c’est la
pire merde qu’on ait inventée.
Commenter  J’apprécie          00
- De quand date ce récit ?
- De 2006, il a été recueilli par une équipe américano-cambodgienne qui a écumé le Sud-Cambodge pendant quatre mois à la recherche de témoignages de survivants des camps de rééducation du Nouveau Peuple.
- Le Nouveau Peuple ?
- Oui, par opposition au Peuple de base composé de la seule catégorie pure de Cambodgiens : les paysans. Les autres devaient soit disparaître, soit être rééduqués, ils étaient dans la terminologie des Kmers Rouges : le Nouveau Peuple.
Commenter  J’apprécie          00
Puis en 2006 deux événements m'ont finalement décidée. Le 21 juillet, je me souviens très bien de cette journée, Ta Mok le bras droit de Pol Pot est mort en prison quelques mois avant d'être jugé. Les journaux n'ont parlé que de cela pendant des jours. Malgré moi, mes souvenirs resurgissaient. Parallèlement je n'ai pas eu à me rendre en ville puisqu'une équipe du DC-cam a installé une antenne à quelques centaines de mètres d'ici, sur la place du marché. J'ai alors franchi le pas.
Commenter  J’apprécie          00
- J'étais professeur au lycée de Kampot lorsque les Kmers Rouges ont pris le pouvoir. Comme tous les soit-disant intellectuels, j'ai été déporté à la campagne. Pas très loin d'ici, à une dizaine de kilomètres en direction de Kep. La plupart de mes collègues ont été exécutés les premiers jours. Sans être communiste, il se trouve que j'avais lu Marx. J'ai réussi à établir le dialogue avec le commissaire politique du camp qui a jugé que je pouvais être rééduqué.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : ile de franceVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (42) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2858 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}