AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Alexis Fouillet (Traducteur)
EAN : 9782070122462
320 pages
Gallimard (17/04/2009)
3.62/5   376 notes
Résumé :
Roger Brown le répète à qui veut l’entendre : il est le meilleur chasseur de têtes de toute la Norvège. Pas un collègue ne lui arrive à la cheville, et quand il décroche son téléphone, tous les DRH du pays ont le doigt sur la couture.

Mais il faut toujours se méfier des apparences, même au sommet de la société. Roger Brown vit au-dessus de ses moyens : sa villa est trop grande et sa femme bien trop belle. Sans parler de la galerie d’art de cette derni... >Voir plus
Que lire après Chasseurs de têtesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 376 notes
Roger Brown est arrogant, lâche, veule. le portrait type du sale con. le pire de tous : celui qui se croit plus malin que les autres. Mais on trouve toujours plus malin que soi, non ?

Court, noir et serré, le bouquin de l'ami Jo propose un vrai expresso à la Norvégienne. Avec des glaçons dedans !
Une ambiance glacée pour un petit polar nerveux aux ficelles un peu grosses mais qui coule dans la gorge sans déplaisir.
Un de ses rares romans (le seul ?) sans l'inspecteur Harry Hole.
Ce qui permet de découvrir un autre univers, de nouveaux personnages et une facette différente du talent de ce damné Nordique. On sent que Nesbø a voulu surtout s'amuser en sortant un peu des aventures sombres et dépressives d'Harry Hole.

Livre mineur néanmoins tant l'intrigue est basique et prévisible. D'ailleurs, la conclusion de l'intrigue cède aux sirènes blondes de la facilité.

Cependant, le twist final des dernières pages est jubilatoire et imprévisible mais définitivement roublard quand même.

C'est le livre parfait pour un été torride sur la plage. 3/5
Commenter  J’apprécie          220
Jo Nesbo est un écrivain norvégien de romans policiers né en 1960 à Oslo. Il a d'abord été journaliste économique puis s'est dirigé vers la musique avec le groupe de pop di Derre, l'un des plus célèbres en Norvège de 1993 à 1998. Son premier roman, L'Homme chauve-souris (1997), a tout de suite remporté un grand succès et il a obtenu l'année suivante le prix du meilleur roman policier scandinave de l'année. Chasseurs de têtes est paru en 2009.
Roger Brown se targue d'être le meilleur chasseur de têtes de toute la Norvège. Sa technique de recrutement est bien au point, ses avis ne sont jamais contestés. Il vit sur un grand pied, belle maison et jolie femme qui lui coûte beaucoup avec sa galerie d'art. du coup le Roger il a une double activité, quand ses clients sont convoqués à des entretiens, il s'introduit chez eux pour voler leurs oeuvres d'art. Jusqu'à ce qu'il tombe sur un os, son dernier client est un spécialiste de la technologie GPS…
Pour ceux qui connaissent un peu l'oeuvre de l'écrivain, je précise tout de suite que Harry Hole, son héros récurrent n'est pas de l'aventure et j'ajouterai, heureux homme ! Car inutile de barguigner, le roman n'est pas bon du tout. Certes, j'ai réussi à le lire jusqu'au bout mais c'est bien le seul point positif que je puisse lui attribuer.
L'intrigue n'est pas crédible, voire abracadabrante, et le grotesque y montre le bout de son nez plus d'une fois (l'immersion volontaire dans la fosse septique avec ses implications ultérieures, par exemple), et que dire du long passage récapitulatif des évènements durant l'épilogue, non seulement le procédé n'est pas très finaud mais il met en relief le peu de crédibilité de l'histoire, ce qui dessille définitivement les yeux du plus compréhensif des lecteurs. Finalement je me suis demandé si je lisais réellement un bouquin de Jo Nesbo, ce qui renforce ma déception car j'ai lu beaucoup mieux de cet écrivain.
Commenter  J’apprécie          130
Lorsque l'on a connu les débuts d'un écrivain qui, au fil de ses ouvrages, développe son personnage fétiche devenant ainsi de plus en plus reconnu sur la scène littéraire, il y a comme une espèce de relation qui s'instaure entre l'auteur, le lecteur et le personnage de fiction à un point tel qu'il peut parfois s'avérer difficile de lire les autres livres de ce même écrivain. C'est un peu pour cette raison que j'avais laissé de côté Chasseurs de Têtes de Jo Nesbo qui avait abandonné son célèbre inspecteur, Harry Hole, que l'on ne présente plus pour nous narrer les aventures de Roger Brown.

C'est lors de l'acquisition d'une tablette numérique, et en parcourant la bibliothèque en ligne que l'ouvrage s'est rappelé à mon bon souvenir. Quelques clics (virtuels sur une tablette) et me voilà en possession de mon premier ebook, transporté du côté d'Oslo pour découvrir ce nouveau personnage fort peu attachant au demeurant. Roger Brown est un caïd dans son domaine. Il n'a pas son pareil pour dénicher la perle rare capable de diriger les entreprises qui le mandate. le n° 1 des Chasseurs de tête c'est lui. Des entretiens acérés où tout y passe : pression, intimidation, déstabilisation et séduction. Au passage, il en profite pour savoir si le postulant ne posséderait pas un petit tableau de valeur afin de le délester. Car Roger Brown, pour combler sa magnifique épouse, vit très au-dessus de ses moyens. Avec la revente des oeuvres d'art dérobées, il comble tant bien que mal ses dettes en attendant le gros coup qui le mettrait à l'abri. Et peut-être qu'il s'agira de ce Rubens que possède l'un des candidats. le coup semble facile, mais le candidat en question ne s'avère pas aussi candide qu'il y paraît et Roger Brown va voler de déconvenue en désappointement dans un parcours parsemé de cadavres ! Qui manipule qui ? Ce n'est peut-être pas pour rien que le titre est décliné au pluriel !

Un roman noir doté d'un rythme agressif qui lui confère des allures de thriller voilà comment l'on pourrait qualifier ce hors-série de Jo Nesbo. L'auteur reprend le thème du personnage impitoyable qui se retrouve piégé par plus retors que lui. Et nous ne pouvons pas manquer le parallèle entre le cynisme de cet homme au coeur du monde des affaires et la froideur implacable d'un tueur sociopathe en se demandant qui est finalement le plus abominable des deux. Roger Brown va l'apprendre à ses dépends au gré de situations rocambolesques et hallucinantes qui vont le plonger dans le plus profond des désarroi à un point tel que l'on éprouvera une espèce d'empathie pour cet odieux personnage. En effet, dans sa fuite en avant, notre "héros" va devoir se débarrasser de tous ses signes extérieurs de richesse (voiture, costume, carte de crédits, téléphone et même sa chevelure dont il prenait grand soin) qui le confortait dans sa position sociale. C'est donc au gré de ce dépouillement forcé que Roger Brown va peut-être retrouver un peu d'humanité.

Avec Jo Nesbo, nous avons l'assurance d'un récit bien construit et de dialogues percutants (notamment lors des entretiens d'embauche que fait passer Roger Brown) et les scènes d'action sont aussi éblouissantes que saisissantes. Il n'y a guère que la fin qui perd de sa substance avec une très longue série d'explications plus que laborieuses qui empêche Chasseurs de Têtes d'être un grand polar. Néanmoins cela n'a pas empêché les scénaristes de l'adapter pour le grand écran et voici la bande-annonce pour découvrir quelques images d'un film qui paraît très prometteur. Espérons que ce film norvégien fasse rapidement le voyage dans nos contrées. On parle d'une seconde adaptation pour les USA.

De ce même auteur vous pouvez découvrir son article évoquant l'innocence perdue de la Norvège après la folle tuerie d'Utoya. Publié dans le New York Times il a été traduit en exclusivité pour le Courrier International. Vous le trouverez ici. Un texte poignant.
Commenter  J’apprécie          60
Entre deux livres plus « plus consistants » pourquoi ne pas sortir de sa Pal une série noire de Gallimard. Un Jo Nesbø par surcroît.
Ce roman se lit comme une série Netflix, les paragraphes s'enchaînent sans que l'ennui s'amène. Un vrai bluffeur cet auteur.

L'histoire débute lorsque Roger Brown, le meilleur chasseur de tête de Norvège, essaie de placer Clas Greve à la tête d'une grande compagnie qui fabrique des GPS. Bon ce résumé est très simpliste car il y a beaucoup plus. Roger a une magnifique femme qu'il essaie de conserver avec de gros moyens financiers. Il fait en plus de son travail, des vols d'oeuvre d'art avec un complice qu'il a lui-même placé dans une entreprise.
Bon, avec tout ça, il a le complexe du petit homme et il déteste les chiens. Roger est un chasseur qui devient proie… un gars sympathique… ou pas. Il faut lire jusqu'à la fin pour savoir!

Une lecture qui conserve l'intérêt. C'est palpitant mais vite oublié, comme un film d'action qu'on a l'impression d'avoir déjà vu.
Commenter  J’apprécie          150
On ne présente plus Jo Nesbø aux férus de littérature policière scandinave qui connaissent son anti-héros récurrent, l'inspecteur Harry Hole. Ici, l'auteur s'est choisi un personnage aussi rugueux et mal embouché que Hole, mais dans le monde de l'entreprise puisqu'il s'agit d'un chasseur de têtes attaché à l'un des plus gros cabinets de recrutement d'Oslo, Alfa. Roger Brown est suffisant, doté d'un ego surdimensionné, retors et totalement dénué de scrupules. Marié à Diana, une galeriste aux goûts de luxe, il mène grand train, mais sans en avoir vraiment les moyens. Si rien n'est de trop pour sa belle épouse, alors rien n'est trop cher, rien ne peut lui être refusé. Seul hic, il faut trouver les moyens d'assurer cette existence dispendieuse. Alors il a mis au point une belle combine pour trouver l'argent qu'exige son train de vie : avec l'aide d'un agent de sécurité, il dépouille les futures recrues des grandes entreprises de leurs oeuvres d'art. Justement, il vient de tomber sur le candidat parfait pour le poste de P.D.G d'une entreprise de haute technologie, le Danois Clas Greve. Séduisant, distingué, compétent, doté d'un tempérament de leader, Greve est LE CANDIDAT… à plumer. N'a-t-il pas avoué être l'heureux propriétaire d'un Rubens dont la vente permettrait à Brown de satisfaire les goûts luxueux de Diana jusqu'à la fin de ses jours ?
Jo Nesbø, en as des retournements, nous embarque alors sur ses montagnes russes. Plus on avance dans le roman, plus le fil en devient tordu et nos certitudes explosent sous une avalanche de situations toutes plus rocambolesques les unes que les autres. Toute la noirceur qu'affectionne l'auteur contamine ses personnages dont les appétits sont démesurés. L'argent bien sûr, l'apparence certainement, mais encore le pouvoir et la manipulation sont le carburant de ces personnalités bâties sur les faux-semblants.
Amateurs de thrillers, ne boudez pas votre plaisir : celui-ci ne fera pas honte au genre : c'est efficace, épicé et absolument dépourvu de bons sentiments. En prime, une scène d'anthologie dans une fosse d'aisances.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Une collision entre deux véhicules, c'est de la physique simple. Les hasards régissent l'ensemble, mais on peut les expliquer en disant que l'équation force x temps revient à multiplier de la masse par une variation de vitesse. Introduisez les hasards sous forme de chiffres pour les variables, et vous obtenez un récit simple, vrai et impitoyable. Il raconte par exemple ce qui se passe quand un camion de vingt-cinq tonnes plein à craquer lancé à une vitesse de quatre-vingts kilomètres à l'heure heurte une voiture de tourisme d'une tonne roulant à la même vitesse. En se fondant sur les hasards en matière de points d'impact, de qualité des carrosseries et d'angle des corps entre eux, on obtient une infinité de variantes à ce récit, mais elles ont deux points en communs. Ce sont des tragédies, et c'est la voiture de tourisme qui est en position délicate. - p.9
Commenter  J’apprécie          50
Le calme est étrange, j’entends le vent souffler doucement dans les arbres, et le murmure de la rivière. Mon bras est paralysé, je suis suspendu la tête en bas, bloqué entre chair et acier. Du sang et de l’essence gouttent depuis le plancher au-dessus de moi. Sous moi, sur le pavillon à damier de la voiture, je vois un coupe-ongles, un bras amputé, deux morts et un vanity-case. Le monde n’a aucune beauté, juste de la vanité.
Commenter  J’apprécie          90
Je pardonne le manque de talent chez beaucoup de gens, probablement parce que j'en ai moi-même reçu fort peu, reprit Greve en humectant à peine ses lèvres fines dans le champagne. Mais pas chez les artistes. Nous autres qui n 'avons pas de talent travaillons à la sueur de notre front pour qu 'ils puissent s'amuser en notre nom. Pas de problème, il en est ainsi, point. Mais alors ils vont s'amuser comme jamais (p.36)
Commenter  J’apprécie          60
Quand je place quelqu’un à un poste important dans le secteur économique, la taille est l’un de me critères les plus importants. Elle confère le respect, la confiance et l’autorité. Les grands sont visibles, ils ne peuvent pas se cacher, ils sont maîtres, libres de toutes saletés, ils doivent être ce qu’ils représentent. Les petits se meuvent dans la fange, ils ont un plan secret, un agenda trahissant leur médiocrité.
Commenter  J’apprécie          50
Ce fut une sensation étrange que de couler dans la merde, sentir la pression légère d'excréments humains contre le corps tandis que je m'enfonçais à la force des poignets. Le couvercle s'arrêta au moment où ma tête passa l'ouverture. Mon odorat devait déjà avoir été surchargé, en tout cas, il avait tout simplement pris des vacances, et je ne notai qu'une intensification de l'activité dans mes canaux lacrymaux. La couche supérieure de la cuve, la plus liquide, était glacée, mais plus bas il faisait assez chaud, peut-être à cause de divers processus chimiques. N'avais-je point lu que du méthane se formait dans les toilettes extérieures de ce genre, que l'on pouvait mourir empoisonné quand on en inhalait trop ? Je sentis un support dur sous mes pieds et m'accroupis légèrement. Les larmes jaillirent sur mes joues, mon nez se mit à couler. Je renversai la tête en arrière en veillant à ce que le trognon de papier hygiénique soit bien vertical, fermai les yeux et essayai de me détendre pour maîtriser la nausée. Et je continuai à m'accroupir. Mes conduits auditifs s'emplirent de merde et de silence.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jo Nesbø (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jo Nesbø
Jo Nesbø - Éclipse totale, une enquête de l'inspecteur Harry Hole
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (892) Voir plus



Quiz Voir plus

Jo Nesbo et Harry Hole

... Harry Hole, à la suite d'une bévue diplomatiquement grave, est muté à la surveillance des milieux néo-nazis de Norvège. Une seule consigne : faire le mort. Hole le voudrait qu'il n'y parviendrait pas. Surtout si sa meilleure amie est retrouvée littéralement brisée sur un chemin de neige ...

L'homme chauve-souris
Le léopard
Les cafards
Rue Sans-souci
Le bonhomme de neige
Le sauveur
Rouge-gorge
Fantôme
L'étoile du diable

9 questions
82 lecteurs ont répondu
Thème : Jo NesbøCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..