AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072841186
Éditeur : Gallimard (15/08/2019)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 192 notes)
Résumé :
Une jeune femme est assassinée suite à un rendez-vous via un site de rencontres. Elle porte des marques de morsures semblant indiquer que le meurtrier est un prédateur sanguinaire. Lorsqu'un deuxième corps est retrouvé dans les mêmes circonstances, l'enquête est confiée à Harry Hole. Mais ce dernier a mis de l'ordre dans sa vie et ne souhaite plus être mêlé à une dangereuse affaire.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
santorin
  13 juin 2019
Mes retrouvailles avec Harry Hole ont été un peu trop sanglantes à mon goût. Pas vraiment mon genre de boisson.
Un roman policier assez pessimiste sur la nature humaine : heureusement il y a l'humour de Jo Nesbo et son talent pour arriver à toujours nous surprendre ; notamment avec une fin qui nous laisse sur une incertitude… une suite ?
Malgré tout il ne sera pas mon préféré ...
Commenter  J’apprécie          536
Sylviegeo
  05 décembre 2017
Le gros gros bonheur de retrouver Harry Hole après 4 ans d'absence. Il a eu le temps de recharger ses batteries, de se refaire, de se construire un nid douillet. Celui que l'on avait quitté presque heureux dans Police, continue dans le bonheur, l'amour , le sourire, la quasi sérénité. Jusqu'à ce que...Jusqu'à ce qu'Oslo vivent les horribles meurtres de femmes et que l'on demande à Harry de reprendre du service. Ces meurtres viendront installer le doute en lui. La seule affaire qu'il n'a pas résolue, le seul meurtrier qu'il n'a pas arrêté, est-ce que ce serait ...lui ? Harry Hole devra mettre de côté cette sérénité, ce bonheur de vie paisible d'instructeur à l'école de police et de mari heureux de Rakel pour reprendre la traque et replonger dans l'horreur.
Je ne peux que saluer le talent et l'effort de Jo Nesbo qui nous sert ici un travail colossal, rien n'est laissé au hasard, pas un mot, un geste, une action, ne sont superflus. de pistes en pistes, il nous bluffe, nous malmène, nous enfonce.
Mais voilà c'est beaucoup beaucoup. Beaucoup de sang, beaucoup de perversion, beaucoup de femmes mutilées, torturées, humiliées...Quand dans la même phrase un auteur réussit à placer les mots violer, vaincre, obstacles et faire l'amour, je doute, je lâche, je tourne la tête. (P. 404-405) même en sachant que c'est le malade qui s'exprime, je vis un malaise là.
Malgré tout l'amour que je porte à Nesbo et Hole, suis un brin indignée par ce que supporte ces propos, cette violence faite aux femmes...
Revenons à La soif. C'est une soif de tout: de pouvoir, d'admiration, d'amour, de sang, de sexe, de bénédiction, de filiation. de tout. Oui il y a de tout dans ce roman et même si l'ossature narrative est excellente, même si le rythme est essouflant/haletant, même si les personnages connus ou nouveaux sont aussi assoiffés de leur propres attentes, il y a tout "trop" dans ce roman. Même si je disais que c'est peut-être le plus achevé des Harry Hole, je persisterais à dire qu'il a tout "en trop" et que quelquefois ( par exemple la fin) ça terni la crédibilité. Espérons que le porte qui reste ouverte nous offrira un éclairage plus lumineux...Mais je suis comme Harry et je doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
Amnezik666
  20 octobre 2017
Pour les inconditionnels, dont je suis, l'arrivée d'une nouvelle enquête de Harry Hole est un pur moment de bonheur, mais aussi de questionnement. Sera-t-il toujours à la hauteur ? Comme dans toutes les séries on craint le tome de trop… D'autant que, généralement, une fois la dégringolade amorcée, il est difficile, voire impossible, de remonter la pente.
Ces mêmes inconditionnels savent aussi que les meilleurs romans de la série sont ceux dans lesquels Harry Hole est au plus bas. du coup forcément quand on découvre notre (ex-)flic préféré sur un petit nuage, on est en droit de douter. Même s'il a incontestablement mérité son petit nuage !
Bon alors cette onzième enquête de Harry Hole est-elle celle qui fera tomber le mythe ? Sans la moindre hésitation, la réponse est NON ! Jo Nesbo et harry Hole signent au contraire un retour gagnant, sans la moindre ombre au tableau.
Une fois de plus Jo Nesbo n'épargne pas son flic préféré, il le malmène sur tous les terrains à la fois (vie privée et vie professionnelle simultanément) ; on aurait presque envie de lui crier de lâcher la bride, de laisser souffler ce pauvre Harry. Presque… Bin oui, sadiques que nous sommes, nous prenons plaisir à voir Harry puiser jusque dans ses ultimes réserves pour se sortir du merdier dans lequel il se trouve.
Heureusement Harry n'est pas seul pour affronter un (?) criminel particulièrement retors. Il pourra non seulement compter sur ces alliés de toujours : Bjorn Holm, Katrine Bratt, Stale Aune ; mais aussi sur de nouveaux alliés potentiels, dont un jeune flic prometteur, Anders Wyller.
Comme d'habitude l'intrigue est parfaitement maîtrisée et dosée, l'auteur distribue des indices tout autant qu'il brouille les pistes. Même si au final on se dit « Bon sang, mais c'est bien sûr ! », force est de constater que, au mieux nous n'avons rien vu venir, au pire nous avons carrément fait fausse route. Une chose est certaine, en refermant le bouquin vous ne pourrez pas nier avoir eu votre dose d'adrénaline.
Chronologiquement l'affaire se situe trois ans après la fin de Police, le précédent opus. Trois années, autant de temps où nous sommes restés sans nouvelle de Harry Hole. Un délai qui permet justement de ménager une zone d'ombre dans laquelle l'auteur peut puiser afin d'y ancrer des éléments clés de son intrigue sans avoir besoin de les rattacher aux romans précédents. Inutile de vous triturer les méninges quant à cette affaire jamais résolue par Harry Hole, elle trouve sa source dans cette fameuse zone d'ombre.
Si Harry Hole se montre toujours perspicace comme enquêteur, il n'en reste pas moins humain et commet des erreurs. Comme tout un chacun, il peut lui arriver de craquer quand tout se casse la gueule autour de lui… On a beau le savoir, ça ne nous empêche pas d'avoir envie de lui mettre des baffes parfois.
Non seulement cette onzième enquête de Harry Hole se montre largement à la hauteur des précédentes, mais en plus le final laisse fortement présager un douzième roman. Reste à savoir combien de temps nous devrons patienter avant d'avoir le plaisir de le découvrir.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Stewartjef
  06 janvier 2018
De père en fils,
La pomme ne tombe jamais très loin de l'arbre,
Les chiens ne font pas des chats,
...
La solution se trouve dans les détails.
Prenez des notes pour suivre cet excellent Nesbo.
Voici quelques mises en garde:
Pour ceux qui seraient tentés de lire ce livre avant d'avoir lu les enquêtes précédentes de Harry, RÉSISTEZ
Je vous en pris, NE REGARDEZ PAS LA DERNIÈRE PAGE AVANT D'AVOIR COMPLÉTÉ VOTRE LECTURE !
J'aurai ainsi fait mon devoir de lecteur, de vous avertir.
Commenter  J’apprécie          283
bilodoh
  25 janvier 2020
Des meurtres sanglants, un suspens de film d'horreur…

Une femme innocente, elle avance, ouvre la porte, le tueur… Fondu au noir vers un autre lieu, la vie tranquille du poste de police. Coupure franche, gros plan sur le sang répandu, puis sur zoom out sur les enquêteurs qui découvrent le crime horrible. On qualifiera le monstre de vampire…

Devant la menace de ce tueur en série, Harry Hole abandonne le calme bonheur conjugal et reprend du service. Il ne peut résister aux menaces qui planent et au mal qui touchera même ses proches. Un affrontement s'engage, le meurtrier a trouvé son partenaire de jeu et continue de tuer…
C'est un peu le scénario du livre, un montage nerveux, un « page-tuner » qu'il vaut cependant mieux éviter de lire avant d'aller dormir…

Un Harry Hole qui réfléchit aussi sur le bonheur, sur le bien et le mal et sur le travail qui devient une obsession.

Un bon cru pour les amateurs de polar qui n'ont pas peur de l'hémoglobine.
Commenter  J’apprécie          250

critiques presse (3)
Actualitte   09 janvier 2018
Certes, on pourrait penser que le dernier Nesbo n’est qu’un bon roman policier noir, très noir. L’auteur aborde pourtant une série de thèmes fondamentaux.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeMonde   22 décembre 2017
Dans « La Soif », le Norvégien revient avec Harry Hole, son héros, dans une enquête palpitante comme une carotide.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lexpress   20 novembre 2017
Voir le monde à travers les yeux d'une femme est "toujours plus inquiétant", affirme l'écrivain star de polars Jo Nesbo, de retour avec un nouveau thriller La soif, dans lequel des femmes inscrites sur des sites de rencontres meurent dans d'atroces circonstances.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
AproposdelivresAproposdelivres   13 février 2020
Il fixait le néant blanc.
Comme il le faisait depuis trois ans.
Personne ne le voyait et il ne voyait personne. À part chaque fois que la porte s’ouvrait et aspirait suffisamment de vapeur pour lui permettre de distinguer un homme nu, l’espace d’une seconde, avant qu’elle se rabatte et que tout se nimbe de brouillard.
Les bains allaient bientôt fermer. Il était seul.
Il resserra le peignoir en éponge autour de sa taille, se leva de la banquette, sortit, passa devant le bassin vide, gagna les vestiaires.
Pas d’eau coulant dans les douches, pas de conversations en turc, pas de pieds nus sur les carreaux du sol. Il se contempla dans le miroir, passa un doigt le long de la cicatrice de sa dernière opération, qui était encore visible. Il avait mis du temps à s’habituer à son nouveau visage. Son doigt poursuivit sur le cou, la poitrine, s’arrêta à la naissance du tatouage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
AproposdelivresAproposdelivres   13 février 2020
Il ouvrit le cadenas de son casier, enfila son pantalon, passa sa veste par-dessus son peignoir encore humide, laça ses chaussures. Il s’assura une dernière fois qu’il était seul avant de rejoindre le casier dont le cadenas à chiffres avait une tache de peinture bleue. Il composa 0999 à l’aide des molettes, décrocha le cadenas et ouvrit le casier. Il admira une seconde l’imposant revolver qui se trouvait à l’intérieur avant d’en saisir la crosse rouge et de l’enfoncer dans la poche de sa veste. Puis il prit l’enveloppe et la décacheta. Une clef. Une adresse et des renseignements plus détaillés.
Le casier contenait encore un objet.
Peint en noir, fait de fer.
Il le leva d’une main à la lumière, examina la ferronnerie avec fascination.
Il allait devoir le laver, le récurer, mais il sentait déjà son exaltation à l’idée d’en faire usage.
Trois ans. Trois ans dans le néant blanc, dans un désert de jours vides de contenu.
Il était temps. Il était temps de boire la vie.
Temps de revenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AproposdelivresAproposdelivres   13 février 2020
Harry se réveilla en sursaut. Il fixa la pénombre de la chambre à coucher. C’était lui, de nouveau, il était de retour, il était là.
« Tu as fait un cauchemar, chéri ? »
La voix qui chuchotait à ses côtés était chaude et calme. Il se tourna vers elle. Ses yeux bruns scrutaient les siens. Et le fantôme pâlit, puis disparut.
« Je suis là, dit Rakel.
— Et je suis là, moi aussi, répondit-il.
— Qui c’était, cette fois ?
— Personne, mentit-il en posant la main sur sa joue. Dors. »
Harry ferma les yeux. Il attendit d’être sûr qu’elle dorme pour les rouvrir. Il explora le visage de Rakel. Il l’avait vu dans une forêt cette fois-ci. Paysage marécageux, enveloppé d’un brouillard blanc qui soufflait autour d’eux. Il levait la main, braquait quelque chose sur Harry. Harry avait juste eu le temps d’entrevoir le visage de démon tatoué sur sa poitrine nue avant que le brouillard ne se densifie et qu’il ne disparaisse. De nouveau.
« Et je suis là, moi aussi », répéta Harry Hole en chuchotant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
santorinsantorin   07 juin 2019
Elle allait laisser tomber Tinder. Demains. Assez… Assez de tous ces psychopathes tarés et de ces traqueurs qui la suivaient et s'accrochaient à elle, lui volaient son temps, son énergie, et menaçaient sa sécurité. Assez de ces losers pathétiques auxquels elle avait le sentiment de ressembler. On disait qu'Internet était la nouvelle façon de se rencontrer, qu'il n'y avait aucune raison d'en avoir honte, tout le monde faisait ça. Mais ce n'était pas vrai. Les gens se rencontraient au travail, à la BU, par des amis communs, à la salle de sports, au café, dans l'avion, le bus, le train. C'était comme ça que ça devait se faire, naturellement, sans pression. Et après coup, ils conservaient l'illusion romantique des caprices du destin, de l'innocence et de la pureté du début de leur histoire. Elle "voulait" cette illusion. Elle allait supprimer son compte. Elle se l'était déjà dit, mais cette fois, elle allait vraiment le faire, ce soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
marinos22898marinos22898   22 octobre 2017
Le syndrome d'Othello ! s'écria Aune avant de baisser la voix en arrivant au micro. Le syndrome d'Othello est un terme désignant ce que nous appelons jalousie morbide et qui est le mobile de la plupart des meurtres commis dans ce pays. Exactement comme dans Othello, la pièce de William Shakespeare. Roderigo est amoureux de Desdémone, qui vient d'épouser le général Othello. Ce général est détesté du perfide officier Iago, qui considère avoir été lésé quand le général ne l'a pas choisi comme lieutenant et qu'il n'a ainsi pas obtenu la promotion qui lui était due. Voyant une possibilité de faire avancer sa carrière tout en nuisant à Othello, Iago le retors aide Roderigo à séparer Othello et son épouse. Pour ce faire, il inocule un virus dans le cerveau et le cœur d'Othello, un virus mortellement dangereux et résistant, dont les manifestations sont multiples. La jalousie. Othello est de plus en plus malade, la jalousie déclenche chez lui une crise d'épilepsie qui le laisse en convulsions sur la scène. À la fin, Othello tue son épouse, et se tue lui-même. » Aune tira sur les manches de sa veste en tweed. « Si je vous fais tout ce résumé, ce n'est pas parce que Shakespeare est au programme de l'ESP, mais parce que vous avez, vous aussi, besoin d'un chouia de culture générale. » Rires. « Alors, mesdames et messieurs les non-jaloux, qu'est-ce que le syndrome d'Othello ? 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Jo Nesbø (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jo Nesbø
L'inspecteur Harry Hole est de retour ! Après avoir affronté un dangereux psychopathe buveur de sang dans La soif (Folio policier), il reprend du service dans une nouvelle enquête palpitante : Le couteau (Série noire). Cette fois-ci, Harry Hole est rattrapé par son passé et met sa famille en danger. Vendetta, boissons et trahisons sont au rendez-vous. Du grand Jo Nesbø !
autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jo Nesbo et Harry Hole

... Harry Hole, à la suite d'une bévue diplomatiquement grave, est muté à la surveillance des milieux néo-nazis de Norvège. Une seule consigne : faire le mort. Hole le voudrait qu'il n'y parviendrait pas. Surtout si sa meilleure amie est retrouvée littéralement brisée sur un chemin de neige ...

L'homme chauve-souris
Le léopard
Les cafards
Rue Sans-souci
Le bonhomme de neige
Le sauveur
Rouge-gorge
Fantôme
L'étoile du diable

9 questions
60 lecteurs ont répondu
Thème : Jo NesbøCréer un quiz sur ce livre
.. ..