AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072708117
Éditeur : Gallimard (09/02/2017)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 262 notes)
Résumé :
« L'index gauche de Camilla Loen avait été sectionné. Et sous ses paupières on avait trouvé un diamant rouge en forme d'étoiles à cinq branches. »
Ce crime n'est que le premier d'une étrange série débutée lors d'un été caniculaire sur Oslo. La presse à sensation peut annoncer en une et sans mentir que « Le voisin a goûté le sang » de la morte. Intuitif, acharné, rongé par le désespoir et confronté à des éléments corrompus de ses propres services, Harry Hole ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
Crazynath
22 juin 2017
Si par ce temps de canicule vous avez l'intention de vous rafraichir en lisant l'étoile du diable de Jo Nesbo, je crois que c'est raté. A Oslo, il fait aussi très chaud. Trop chaud surement pour Harry Hole qui peine à garder la tête froide et surtout à rester à jeun.
Séparé de Rakel, toujours hanté par le meurtre de sa collègue et amie Ellen, notre inspecteur norvégien semble naviguer entre deux cuites . Il frôle l'autodestruction et il en est bien conscient.
Mais un effectif réduit de policiers pour cause de saison estivale va obliger son supérieur à faire appel à Harry. En effet, un meurtre bien étrange vient d'avoir lieu . La victime, une jeune femme a été découverte avec un doigt tranché et un curieux diamant en forme d'etoile. Harry a à peine le temps de dessouler qu'un deuxieme meurtre se produit dans des conditions analogues....Avec la promesse qu'il va démissionner une fois l'affaire résolue, Harry va essayer de s'investir dans cette enquête tout en essayant de se sevrer. Cependant, malgré les vapeurs d'alcool ( ou grâce à elles ? )il va réaliser qu'un tueur en série rode .
L'intensité de l'histoire va crescendo, surtout quand Harry réalise que bien des liens existent entre cette enquête et le mystérieux responsable du trafic d'armes à Oslo .
Le rythme est soutenu, avec quelques rebondissements vers le dernier tiers du roman...Bref, je vais continuer dans la foulée à lire la suite des aventures de mister Hole, surtout que j'ai bien l'impression qu'il ne va pas démissionner ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
filippo
28 juin 2017
Un meurtrier en série fait des ravages lors d'un été de canicule à Oslo. Doigts sectionnés et diamants rouges en forme d'étoile sont la signature du tueur que traquera l'inspecteur Harry Hole.
Au premier abord c'est bourré de clichés. L'inspecteur alcoolique, mais «génial», plaqué par sa femme. Policiers pourris. Technicienne de labo super intelligente, mais naïve et trop gentille et j'en passe. Mais, voilà, l'intrigue est excellente. Très bien ficelée. Plusieurs astuces bien utilisées pour berner le lecteur et la tension dramatique est très bien dosée.
De questionnements en rebondissements inattendus, l'auteur joue avec le lecteur. Il dévoile, biaise un peu, déconcerte, sème parfois grassement des indices, ou laisse seulement couler un détail pour faire repartir l'intrigue dans une autre direction. Jo Nesbo exige du lecteur toute son attention.
Un mixte intéressant de thriller et de polar noir. Très noir.
Commenter  J’apprécie          230
Kittiwake
11 août 2013
On pourrait se demander ce que serait Harry Hole, s'il avait une hygiène de vie plus en accord avec les recommandations des instances médicales : meilleur ou moins bon? Est-ce que quelques heures de sommeil et une diététique classique lui ôteraient ce génie, ces fulgurences qui lui permettent de comprendre les rouages les plus tordus des scénarios criminels qu'il doit élucider?
Dans l'Etoile du diable, Hole traverse une très mauvaise passe : dépendant, viré de son boulot, et séparé de sa compagne. Il a affaire à un serial killer qui opère selon un rituel immuable : la victime est délestée d'un de ses doigts. Mais ce n'est pas tout : l'institution policière est vérolée : le ver est dans le fruit. On peut se retrouver sans travail tout en étant très occupé!
On a bien sûr le suspens psychologique et l'intérêt lié à la résolution de l'affaire, mais aussi des scènes d'action palpitantes puisque notre héros a le don de se mettre dans des situations hautement périlleuses, qui jouent avec les nerfs du lecteur.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
bvb09
08 février 2013
Jo Nesbo nous livre un polar scandinave dans un Oslo sous la canicule.
Soyons clair(s) et ne boudons pas notre plaisir: le livre est prenant, le thriller policier dépasse l'intrigue comme le font maintenant tous les auteurs de policiers modernes.
Ses personnages ne sont pas particulièrement "Norvégiens" et j'ai moins la sensation de dépaysement que j'apprécie beaucoup chez le suedois Mankell ou l'islandais Idridason.
En revanche par rapport à ses collègues nordiques, Jo Nesbo est plus interessé par le sexe, et ses intrigues sont plus spectaculaires. Elles se rapprochent plus des romans américains comme ceux Connely.
La conséquence sont des situations ou des rebondissements haletants mais dont le réalisme souffre souvent.
Ses romans me marquent moins que ceux de ses pairs nordiques, mais l'histoire est plus haletante, la construction plus sophistiquée.
J'ai mis 3 étoiles parce qu'aujourd'hui je suis un peu snob.
J'aurais peu, un autre jour lui en mettre 4.
Souvent homme varie.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Corboland78
07 septembre 2013
Jo Nesbo est un écrivain norvégien de romans policiers né en 1960 à Oslo. Il a d'abord été journaliste économique puis s'est dirigé vers la musique. Il est connu pour sa participation essentielle dans le groupe de pop di Derre, l'un des plus célèbres en Norvège de 1993 à 1998. Son premier roman, L'Homme chauve-souris (1997), a tout de suite remporté un grand succès. Il a obtenu l'année suivante le prix du meilleur roman policier scandinave de l'année, ce qui l'a propulsé sur le devant de la scène littéraire du polar scandinave. le bruit court que son roman, le Bonhomme de neige, devrait être porté à l'écran par Martin Scorsese lui-même ! Son bouquin, L'Etoile du diable, est paru en 2006 chez nous.
Eté de canicule à Oslo. Des cadavres de femmes sont retrouvés mutilés selon un rituel invariable, un doigt sectionné et à proximité, un diamant rouge taillé en forme d'étoile et un pentagramme, un symbole occulte connu sous le nom d'« Etoile du diable ». Un tueur en série se balade dans les rues de la capitale norvégienne, du moins est-ce la piste suivie dans un premier temps par la police.
Les auteurs de polars se créent souvent un héros, personnage qui reviendra dans tous leurs romans, créant un intérêt et une empathie avec les lecteurs, chaque bouquin devenant l'épisode indépendant ou pas, d'une série policière comme à la télé. Jo Nesbo n'échappe pas à cette règle convenue et son héros se nomme Harry Hole, inspecteur de police. Autres paradoxes étonnants de ce genre littéraire, tous les polars sont construits de la même manière, tous les héros récurrents se trimballent les mêmes défauts ou tares psychologiques, les intrigues sont même parfois très approchantes, et pourtant nous lecteurs arrivons à distinguer de bons et de mauvais auteurs ! Un mystère digne du polar ou du thriller qui n'a pas encore été écrit…
Harry Hole n'échappe pas à la règle, et s'il s'en distinguait je parie que nous serions déçus. Quand le roman débute, il est au fond du gouffre, ravagé par la mort récente d'une collègue, Hole picole comme un trou (Ah ! Ah ! Ah !). Quasiment au bord du delirium tremens avec des cauchemars perpétuels où se croisent sa collègue, sa mère morte ou sa soeur atteinte d'une maladie grave. Son amie Rakel s'est éloignée, il rumine un contentieux sérieux avec l'un de ses alter-ego qu'il soupçonne d'être un ripoux responsable de la mort de sa collègue et de trafics en tout genre, ses supérieurs ont préparé sa lettre de licenciement, bref l'inspecteur Harry porte sa croix comme les autres.
Pour en revenir à ce roman proprement dit, l'hypothèse du serial killer est toujours un sujet porteur et fascinant et Jo Nesbo inclut dans son texte un long passage instructif sur la typologie de ce genre de criminels. de même pour les références sataniques avec le pentagramme, ça titille agréablement l'imagination du lecteur. Ceci dit, Jo Nesbo sait aussi embarquer ses clients sur de fausses pistes crédibles, « le mensonge doit apparaître comme suffisamment vrai pour que la réalité semble perdre toute sa vraisemblance », et truffe son bouquin de digressions que certains pourront trouver pénibles car nous éloignant de l'intrigue mais que pour ma part j'ai appréciées, donnant de l'épaisseur (dans tous les sens du terme) à ce gros roman.
Les défauts du bouquin, au début du livre l'alcoolisme d'Harry Hole est réellement pénible à suppoorter. J'ai aussi été étonné de constater que tous les bruits étaient qualifiés par un verbe unique, « claquer », que ce soient les feuilles du journal ou les portes… problème de traduction ? Intrigue à tiroirs, l'explication des meurtres est un peu faible car tarabiscotée (la découverte des lettres dans le mur !!!), quant au second final, je suppose qu'il fait encore débat parmi les lecteurs, entre le Grand Guignol et le suspense haletant…
Pour résumer, à mon avis il s'agit globalement d'un polar tout à fait honorable, qui m'a un peu agacé au début, que j'ai beaucoup apprécié durant les quatre cents pages suivantes mais dont les quarante dernières peuvent éventuellement décevoir. Quant à Jo Nesbo, sur ce roman il ne se distingue guère de ses confrères d'un niveau honnête, encore que j'aie cru déceler ( ?) à travers ses digressions, un talent d'écrivain bridé par le formatage convenu de ce type de roman…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Les critiques presse (1)
Lecturejeune01 septembre 2006
Lecture jeune, n°119 - L’étoile du diable est le cinquième volet des enquêtes de Harry Hole, un commissaire détruit à la suite du meurtre de sa co-équipière. Le volume peut très bien se lire sans tenir compte des précédents titres, tous parus chez Gaïa, mais la qualité est telle, que cela donne vraiment envie de connaître les autres aventures de ce héros pas comme les autres. Harry Hole est à la poursuite des assassins de sa collègue. Il semble d’ailleurs que l’un d’entre eux fasse partie de son équipe... Une série de crimes s’enchaîne alors : les victimes sont uniquement des femmes, toutes retrouvées avec un doigt sectionné et une étoile en diamant rouge. A la manière de Hennig Mankell qui nous plonge dans l’univers de sa Suède natale, Jo Nesbo nous fait découvrir la société norvégienne, ses rouages et ses luttes d’influence. Son écriture « chirurgicale » donne la tonalité du récit : rien n’est dû au hasard, ce qui doit advenir adviendra. La mécanique froide du tueur n’est ici qu’un petit élément de cette trame complexe. La corruption au sein même de la police est un poncif du genre mais qui fonctionne parfaitement. La complaisance n’y est pas de mise. L’efficacité du commissaire à dénouer l’enquête et sa connaissance parfaite des différents profils de serial killer offrent un bon thriller réellement bien mené. Le héros/anti-héros touche beaucoup le lecteur, à l’image de Michel Connely et de son « poète ». Cet ouvrage de facture classique peut constituer une très bonne « lecture plaisir ». ? Michelle Charbonnier
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations & extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco464908 novembre 2014
Harry passa l'annulaire sur le plateau de table lisse. Il sentit de fines particules se coller à sa peau. Il savait que s'était la poussière jaune du ciseau. …
Il posa le bout de son doigt sur sa langue. Un goût amer. Brique. Il avait déjà pensé à ça, que ça venait du mur au-dessus de la porte de la 406, du moment où Willy Barli avait gravé la croix des mares. Harry claque de la langue. Ça en tout cas devait être un curieux mélange que le maçon avait utilisé, parce que ça avait aussi un autre goût. Douceâtre. Non, métallique. Ça avait le goût de l'œuf.

p.587
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coco4649coco464907 novembre 2014
« J'ai habité avec un cuistot, et on faisait tourner un petit restaurant. Ce qui fait que j'ai appris deux ou trois trucs sur la nourriture. Entre autres que le sang contient de l'albumine, et que si on verse du sang dans une casserole qui contient de l'eau à plus de soixante-cinq degrés, il coagule du fait des grumeaux. Exactement comme quand un œuf éclate dans l'eau bouillante. Quand Anders a goûté l'un des grumeaux et m'a dit que ça avait le goût d'œuf, j'ai compris que c'était du sang. Et qu'il s'était passé quelque chose de grave. »
La bouche du susnommé s'ouvrit à moitié. Il avait subitement pâli sous sa peau brune, lui aussi.
« Bon appétit », murmura Harry avant de s'en aller.

p.50
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MissGMissG10 décembre 2011
"Est-ce qu'il faut vraiment que tu fasses ça ? demanda-t-il à mi-voix.
- De quoi ?
- La toucher.
- Ca ne te plaît pas ?"
Harry ne répondit pas. Waaler se pencha un peu plus en avant.
"Prétends-tu que tu ne les as jamais senties, Harry ?"
Harry essaya d'écrire, mais son stylo ne fonctionnait pas.
"Tu n'as pas besoin de répondre, je le vois à ta tête, dit Waaler avec un petit rire. Il n'y a pas de mal à être curieux. C'est l'une des raisons qui nous ont poussés à devenir policiers, non ? La curiosité et le suspense. Comme découvrir comment est leur peau quand ils viennent de mourir, quand ils ne sont ni tout à fait chauds ni tout à fait froids.
- Je ..."
Harry perdit son stylo quand Waaler lui attrapa la main.
"Sens."
Waaler appuya la main de Harry sur la cuisse de la défunte. Harry se mit à respirer très fort par le nez. Sa première réaction avait été de retirer sa main, mais il ne l'avait pas fait. La main de Waaler était chaude et sèche, mais la peau de la femme n'avait pas le contact d'une peau humaine, on aurait dit du caoutchouc. Du caoutchouc tiède.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
GrouchoGroucho22 décembre 2014
.../...
Normalement Harry aurait été le premier appelé pour se voir confier le boulot, mais les choses n'étaient pas normales.
Ou plus exactement : elles étaient plus anormales que d'habitude.
Le paroxysme avait été atteint quatre semaines plus tôt. Après que Hole avait repris l'hiver précédent la vieille affaire du meurtre d'Ellen Gjelten, la plus proche collègue de Harry qui s'était fait passée à tabac sur les bords de l'Akerselva, il avait perdu intérêt pour n'importe quelle autre affaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mesrivesmesrives12 novembre 2015
"Holmenkollveien", dit-il en appuyant sa nuque en sueur sur le cuir frais de la banquette arrière. Tandis qu'ils roulaient, il fixait par la vitre arrière les hirondelles qui se découpaient sur le ciel bleu pâle, à la recherche de leur pitance. C'était l'heure où les insectes sortaient. C'était le créneau des hirondelles, leur chance de survivre. A partir de maintenant, le soleil allait descendre.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Jo Nesbø (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jo Nesbø
Headhunters (Hodejegerne) (2011), un thriller norvégo-allemand réalisé par Morten Tyldum. Il s'agit de l'adaptation du roman Chasseurs de têtes de Jo Nesbø, édité en 2008. Avec Aksel Hennie et Nikolaj Coster-Waldau. Trailer.
autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jo Nesbo et Harry Hole

... Harry Hole, à la suite d'une bévue diplomatiquement grave, est muté à la surveillance des milieux néo-nazis de Norvège. Une seule consigne : faire le mort. Hole le voudrait qu'il n'y parviendrait pas. Surtout si sa meilleure amie est retrouvée littéralement brisée sur un chemin de neige ...

L'homme chauve-souris
Le léopard
Les cafards
Rue Sans-souci
Le bonhomme de neige
Le sauveur
Rouge-gorge
Fantôme
L'étoile du diable

9 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : Jo NesbøCréer un quiz sur ce livre
. .