AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Oliver von Bodenstein et Pia Kir... tome 1 sur 7
EAN : 9782330013042
496 pages
Actes Sud (03/10/2012)
3.72/5   260 notes
Résumé :
Samuel Goldberg, un vieil homme respecté et influent, est assassiné dans sa riche demeure francfortoise.
Fait troublant : l’autopsie révèle que Goldberg, un rescapé de la Shoah, présentait sur le bras des traces du Blutgruppentätowierung, le tatouage que portaient les membres de la Waffen ss de leur propre groupe sanguin… Bientôt les meurtres se succèdent. Chargés de l’enquête, le très distingué commissaire Oliver von Bodenstein et la très prosaïque Pia Kirch... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
3,72

sur 260 notes

kielosa
  27 juillet 2022
Ce roman constitue le troisième de la collection des policiers autour de l'inspecteur principal Oliver von Bodenstein de l'écrivaine allemande, Nele Neuhaus, née à Mūnster en 1967.
Il est sorti initialement à Berlin en 2009 sous le titre "Tiefe Wunden" ou blessures profondes, et après lecture j'estime que le titre original correspond mieux au contenu de l'histoire que la traduction française.
Le samedi 28 avril 2007 dans la pittoresque région montagneuse du Taunus, le corps de David Goldberg est trouvé brutalement assassiné par un coup de revolver dans le crâne.
Une mort qui rend l'inspecteur von Bodenstein de la police criminelle d'Hoffheim perplexe car la victime est un Juif rescapé de la terreur nazie, qui a vécu depuis la guerre aux États-Unis où il est devenu une personnalité influente, et ...qui a 92 ans !
Le médecin légiste fait cependant lors de l'autopsie une découverte surprenante : le corps porte à l'intérieur du haut du bras gauche un tatouage réservé aux membres de la Waffen-SS (la branche militaire du service de sécurité nazi) !
Le 1er mai 2007, un autre vieillard de 86 ans, Hermann Schneider, est exécuté chez lui d'exactement la même façon que celui qui se fait passer pour Goldberg.
Le bonhomme a été un nazi notoire qui a gardé d'ailleurs une forte nostalgie de cette "belle époque".
Si l'équipe de l'inspecteur principal Bodenstein se voit interdite de mener une enquête pour des raisons politiques dans l'affaire Goldberg, rien ne leur empêche de chercher l'assassin de Schneider, qui affiche le même tatouage sur son bras gauche.
Le point de départ de l'intrigue est incontestablement prometteur, malheureusement l'auteure commet, à mon avis, la double erreur d'une part de présenter trop de détails alambiqués et superflus, qui gênent le bon rythme du récit ; et d'autre part un excès de personnages subalternes qui obligent le lecteur à revenir de temps à autre en arrière.
Rien que l'equipe de police de Bodenstein totalise 8 personnes.
Je regrette, d'autant plus que Nele Neuhaus m'a procuré dans le passé des heures de lecture agréables et captivantes. Je pense tout spécialement à ses best-sellers de 2010 "Blanche-Neige doit mourir" et "Vent de sang" de 2011.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
caro64
  05 mars 2013
David Goldberg, rescapé des camps nazis et figure éminente de la communauté juive de Francfort, est retrouvé assassiné un beau matin dans sa maison. le meurtre à tout l'air d'une exécution en règle, mais qui pouvait bien en vouloir à ce point à un vieil homme de 92 ans ? Pourtant, cette image de respectabilité semble dissimuler bien des secrets. Lorsque l'autopsie démontre, en retrouvant un tatouage sur son bras, que le vieil homme a fait partie des SS dans sa jeunesse, l'affaire prend un tour explosif pour les inspecteurs Oliver von Bodenstein et Pia Kirchhoff.
 D'autres meurtres suivent ayant le même mode opératoire, les victimes semblent partager un secret commun et sont tous plus ou moins liés aux Kaltensee, une riche famille industrielle…
Les amateurs retrouveront dans ce polar tous les ingrédients classiques qui ont fait le succès du genre: des apparences trompeuses, des intuitions fulgurantes, un scénario habilement mené, des personnages bien brossés et de nombreux cadavres, pas seulement dans les placards. Neuhaus joue habilement avec les fantômes qui continuent à hanter l'imaginaire allemand. En contraignant les inspecteurs à fouiller dans le passé, l'enquête prend un tour politique, entremêlant SS et Stasi, magouilles politiciennes et recherche de la vérité. L'auteure nous dépeint par la même occasion la haute société de Francfort et ses familles aristocratiques, encore nostalgiques de leur Prusse aux grands châteaux et aux vastes domaines. von Bodenstein évolue également dans ces sphères, ce qui le place à l'opposé des figures habituelles d'enquêteur alcoolo et dépressif . le duo avec Pia, attachant et sympathique, fonctionne à merveille et on n' a qu'une envie, le retrouver.
Premier roman traduit de cette auteur allemande et c'est une vraie réussite ! Une intrigue complexe et passionnante, des rebondissements inattendus et un suspens maintenu jusqu'à la fin. A découvrir si vous aimez vous plonger dans un bon polar !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
indira95
  31 mai 2014
Tuer un vieillard juif rescapé des camps de la mort qui a en suffisamment bavé par le passé, tout le monde en convient c'est ignoble. Mais quand notre vénérable victime, David Goldberg de son état, s'avère posséder sur l'avant bras gauche le signe distinctif des SS, le fameux groupe sanguin tatoué, alors là y'a comme qui dirait un couac. Voilà le point de départ de ce thriller allemand que j'ai eu l'occasion de lire et d'apprécier. Comme tout roman policier qui se respecte, nous voilà confrontés à un duo d'inspecteurs choc tout ce qu'il y a de plus dépareillé : Oliver von Bodenstein, de haute lignée allemande, impassible commissaire aussi propre sur lui que son acolyte, l'inspecteur Pia Kirchhoff (du genre prolo) est bordélique. Leur enquête les amène à remuer le passé énigmatique d'une riche famille de Francfort liée aux morts qui vont émailler cette histoire, et par la même à déterrer un pan peu reluisant de l'histoire allemande.
Flétrissure est un roman de bonne facture, une agréable découverte en ce qui me concerne, moi qui n'ai jamais eu l'occasion de lire de policier allemand (et puis l'expérience Derrick et le Renard sur France 2 avait fini de me traumatiser). Ici pas d'intrigue lentement mortelle, de musique ringarde et d'inspecteur en imperméable beige. Au contraire, une galerie de personnages tous torturés, des secrets inavoués à la pelle, un rythme enlevé, de l'action, un duo policier attachant et loin d'être parfait, une intrigue qui tient en haleine jusqu'à la fin et ne déçoit pas (petit bémol concernant la multitude des personnages qui peut faire perdre le fil).
J'avoue que la trame historique du roman (en tant que passionnée de la Seconde guerre mondiale c'était inévitable) a été l'argument phare dans le choix de cette lecture. J'ai d'autant plus apprécié que c'est du point de vue allemand que l'histoire se déroule et qu'il n'est à mon avis pas aisé de traiter de cette question de l'Allemagne nazie et encore moins de l'insérer dans un contexte de roman policier quand on est écrivain allemand. Nele Neuhaus a eu du cran et a tenu la barre jusqu'au bout. Rien que pour ça je recommande Flétrissure et vais suivre de près notre duo Bodenstein/Kirchhoff qui à mon avis recèle bien des mystères.
Lien : http://livreetcompagnie.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
LePamplemousse
  18 juillet 2016
Il faut vraiment une bonne raison pour tuer un vieil homme de 92 ans.
L'autopsie révèle rapidement que ce vieux juif, survivant des camps de concentration, portait un étrange tatouage sur le bras, le même que ceux des SS nazis.
Qui était-il vraiment et était-ce là la raison de son meurtre ?
Mais dans ce cas qui peut bien le savoir ?
Le meurtrier est-il lui aussi un vieillard de plus de 90 ans ?
Cette enquête est passionnante car elle nous entraîne entre autre dans le passé de l'Allemagne, et dans de vieux et sales secrets datant de la seconde guerre mondiale. Tout tourne autour d'une femme riche et puissante et de l'empire qu'elle dirige avec sa famille.
Les inspecteurs sont attachants, on peut les retrouver dans plusieurs autres enquêtes mais cette histoire peut se lire seule, sans que cela ne gêne la compréhension.
J'ai trouvé l'intrigue haletante bien qu'un peu longue, les divers éléments s'étant mis en place dans mon cerveau bien avant que les policiers aient fait le lien entre toutes les infos, mais j'ai pris grand plaisir à naviguer en eaux troubles avec eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
frgi
  28 août 2019
Bonjour Madame Neuhaus,
Nous ne nous connaissons pas. Ceci est normal dans votre chef puisque je suis un lecteur lambda. Par contre, en ce qui me concerne, j'ose espérer que vous me pardonnerez, la pléthore de sorties littéraires annuelles associée à celle des auteurs a fait que j'étais totalement passé à côté de vous jusqu'à présent. Cette erreur/oubli/... est maintenant réparée !
Alors, que dire sur votre livre. Hé bien tout simplement que j'ai passé un très agréable moment à vous lire et à essayer de comprendre cette saga familiale avec ses mensonges et ses non-dits . Je n'en resterai donc certainement pas là en ce qui vous concerne.
Pourquoi cette note de 3.5/5 alors ! me direz-vous. Tout simplement parce que j'ai toujours beaucoup de mal a suivre un roman quand il y a un grand nombre de protagonistes et ceci d'autant plus qu'ils font tous ou presque partie de la même famille ou ont tout le moins des liens importants les uns avec les autres. Ceci a rendu ma lecture un peu plus compliquée (heureusement que je vous ai lu sur liseuse, ce qui me permettait de faire facilement des retours en arrière pour savoir "qui est qui?").
Sans ce petit écueil, j'aurais mis un beau 4/5 car l'intrigue que vous avez développée m'a tenu en haleine et était très intéressante.
Voilà, je vais m'arrêter là. Vous ne connaissez certainement toujours pas, mais moi je vous connais un peu mieux maintenant !
A très bientôt d'ailleurs pour un tout aussi agréable moment j'espère. D'ailleurs si un babeliote a une suggestion à me faire concernant l'un de vos livres à ne pas manquer, je suis preneur.
Un tout grand merci !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   15 avril 2013
[...] ... - Je n'ai pas d'explication. Mais c'est indubitable. Tout à fait indubitable, disait le Dr Henning Kirchhoff [= le médecin-légiste] en secouant la tête lorsque Bodenstein entra.

Son flegme professionnel et son cynisme avaient entièrement disparu. Son assistant et Pia paraissaient, eux aussi, médusés, le procureur mordait sa lèvre inférieure d'excitation.

- Qu'avez-vous trouvé ? demanda Bodenstein.

- Quelque chose d'incroyable, dit Kirchhoff en lui faisant signe d'approcher de la table et en lui tendant une loupe. J'ai remarqué quelque chose à l'intérieur de son bras gauche, un tatouage. Je ne l'avais pas vu à cause des meurtrissures que le cadavre présentait au bras. Il était tombé sur le sol du côté gauche.

- A Auschwitz, tout le monde était tatoué, objecta Bodenstein.

- Mais pas comme ça."

Kirchhoff montra le bras du mort. Bodenstein plissa les yeux et observa l'endroit désigné à travers la loupe.

- On dirait ... hum ... deux lettres. En gothique. Un A et un B, si je ne me trompe pas.

- Vous ne vous trompez pas, dit Kirchhoff en lui reprenant la loupe.

- Qu'est-ce que ça signifie ?

- Je renonce à mon métier si je me trompe, répondit Kirchhoff. C'est incroyable, car enfin Goldberg était juif.

Bodenstein ne comprenait pas l'émotion du légiste.

- Vous mettez ma curiosité à rude épreuve, dit-il. Qu'est-ce qu'un tatouage a de si extraordinaire ?

Kirchhoff regarda Bodenstein par-dessus le bord de ses lunettes. Il baissa la voix comme un conspirateur.

- C'est un tatouage indiquant le groupe sanguin. Il est identique à celui qu'avaient les membres de la Waffen-SS. A vingt centimètres au-dessus du coude, à l'intérieur du bras gauche. Après la guerre, comme ce tatouage était un signe de reconnaissance, beaucoup d'anciens S. S. ont essayé de le faire disparaître. Cet homme aussi. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
WolandWoland   15 avril 2013
[...] ... Personne, dans sa famille, n'avait compris sa décision de venir finir sa vie en Allemagne, pas même lui. Brusquement, il avait senti qu'il ne voulait pas mourir dans le pays qui, pendant soixante ans, s'était montré si généreux avec lui. Il était pris de nostalgie à l'idée de lire des journaux allemands, d'entendre le son de la langue allemande. David Goldberg n'avait pas quitté l'Allemagne de son plein gré, en 1945, c'était une question de vie ou de mort, et il avait tiré le meilleur avantage de la perte de sa patrie. Mais à présent, plus rien ne le retenait en Amérique. Il avait acheté la maison près de Francfort voilà presque vingt ans, peu après la mort de Sarah, pour ne pas avoir à passer la nuit dans des hôtels anonymes quand ses nombreuses affaires ou les devoirs de l'amitié l'appelaient en Allemagne.

Goldberg poussa un profond soupir en contemplant les contreforts de Taunus. Le soleil du soir les teintait d'une lumière dorée. Il se souvenait à peine du visage de Sarah. Les soixante années qu'il avait passées aux Etats-Unis s'étaient comme effacées de sa mémoire, et il avait parfois du mal à se rappeler le nom de ses petits enfants. En revanche, les événements de l'époque d'avant l'Amérique, auxquels il n'avait plus pensé depuis longtemps, revenaient avec force. Parfois, en se réveillant après un petit somme, il avait besoin de quelques minutes pour savoir où il était. Alors il observait avec mépris ses mains osseuses et tremblantes à la peau tavelée de taches de vieillesse. Vieillir n'était pas un cadeau, c'était même une absurdité. Au moins le destin lui avait-il épargné de devenir un invalide dépendant comme beaucoup de ses amis et compagnons de route qui n'avaient pas eu la chance d'être emportés par un infarctus. Il avait une constitution solide qui étonnait toujours ses médecins et qui l'avait immunisé pendant de longues années contre les atteintes de l'âge. Il devait cela à une discipline de fer qui lui avait permis de relever tous les défis de la vie. Il ne s'était jamais laissé aller. Encore aujourd'hui il veillait à être correctement vêtu et soignait son apparence. Goldberg frissonna en pensant à sa dernière visite dans une maison de retraite. La vue des vieux, traînant les pieds dans les couloirs ou assis, sans but, en robes de chambre et pantoufles, hirsutes et le regard vide, l'avait dégoûté. La plupart étaient plus jeunes que lui et pourtant, il n'aurait pas supporté de vivre avec eux. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cvd64cvd64   14 avril 2020
Le vieil homme était agenouillé sur l'étincelant marbre blanc du hall, à moins de trois mètres de la porte d'entrée. Son buste avait basculé en avant, sa tête baignait dans une flaque de sang coagulé. Bodenstein ne pouvait savoir à quoi ressemblait son visage ou plutôt ce qu'il en restait. La balle mortelle était entrée dans l'occiput, le sombre petit orifice était d'une discrétion trompeuse. Elle avait causé des dégâts considérables. Du sang et de la masse cervicale avaient giclé partout, sur la tapisserie de soie aux motifs sobres, sur les boiseries, les tableaux et même sur le grand miroir vénitien suspendu près de la porte d'entrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CormorobinCormorobin   09 octobre 2017
Une joie anticipée l'envahit. Il le ferait de nouveau. La mauvaise conscience et la culpabilité, qui l'avaient torturé, n'étaient plus à présent qu'un écho de plus en plus faible enfoui à l'intérieur de lui.
Commenter  J’apprécie          110
AifelleAifelle   19 janvier 2021
Je suis allée en Pologne et j'ai fait des recherches. Malheureusement il n'existe plus aucun témoin. Ensuite je suis allé voir Schneider et Anita : toujours la même chanson ! Il fit une grimace de dégoût. Tous les trois ont joué les imbéciles, ces vieux nazis arrogants avec leur Heimatabend et leurs discours sentencieux. Je n'ai jamais pu les souffrir, aucun d'eux.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Nele Neuhaus (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nele Neuhaus
Payot - Marque Page - Nele Neuhaus - Promenons-nous dans ce bois
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Une vie au galop

Comment s'appelle le double poney blanc que monte souvent Elena ?

Fritzi
Twix
Sirius

6 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Une vie au galop de Nele NeuhausCréer un quiz sur ce livre