AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Me Nathalie PERONNY (Traducteur)
EAN : 9782365695305
384 pages
Editions Les Escales (02/09/2021)
4.42/5   70 notes
Résumé :
À Caracas, dans le vaste domaine familial, Ariana Neumann, huit ans, joue à l’espionne. En fouillant dans les affaires de son père, Hans, elle trouve une pièce d’identité. Elle reconnaît son père jeune homme, mais il porte un autre nom. Effrayée, elle tait cette découverte et s’efforce de l’oublier.
Des années plus tard, à la mort de son père, Ariana retrouve ce mystérieux document dans une boîte contenant des photos, des lettres et d’autres souvenirs de la j... >Voir plus
Que lire après Ombres portéesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,42

sur 70 notes
5
18 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Petite fille, Ariana Neumann est une enfant curieuse de tout. Et surtout de l'histoire de Hans, son père, un homme mutique sur son passé en Europe, quittée en 1949 pour le Vénézuéla. Aussi dans leur maison de Caracas, l'enfant fouille souvent dans les affaires paternelles, et finit par y découvrir une photo de celui-ci jeune sur une carte d'identité, timbrée à l'effigie d'Hitler, à un nom et une date de naissance différents de ceux de Hans Neumann. Un document et d'autres de ses grands-parents paternels qui, des années plus tard à la mort de son père, sont le point de départ d'une enquête aussi passionnante qu'émouvante sur l'histoire de la famille Neumann. Des juifs d'origine pragoise dont peu échapperont, comme beaucoup d'autres juifs d'Europe centrale, à leur anéantissement programmé par les nazis. Lu presque d'une traite, un récit d'une valeur historique évidente qui rend hommage au courage d'un père et de tous ceux, juifs ou non juifs, qui de toutes leurs forces ont tenté de s'opposer à la barbarie des hommes.

Challenge MULTI-DEFIS 2022

Commenter  J’apprécie          640
Ariana, petite fille, rêvait d'être détective ou mieux encore espionne et avait créé le Club de la Botte Mystérieuse, par analogie avec le fameux Club des Cinq. A leur égal, elle voulait résoudre des énigmes.
La première à laquelle elle fut confrontée, encore enfant, est celle de cette carte d'identité où figure la photo de son père, mais sous un autre nom. le timbre qui recouvre une partie de la photo représente Hitler. A cette époque elle ne comprend pas.
Elle consacrera une grande partie de sa vie d'adulte à résoudre cette énigme et reconstituer la vie de la famille Neumann dans le Prague d'avant et de pendant la guerre. Son père ne lui aura jamais raconté.
Grace à la découverte de nombreux documents, ceux laissés par son père, ceux envoyés par des membres de sa famille, elle va pouvoir retracer le parcours de son père et apprendre à connaitre sa famille paternelle, à faire revivre ces grands-parents, entre autres, dont elle ne connaissait qu'une photo apparemment banale, mais qui était le dernière prise avant la déportation de sa grand-mère.
J'ai aimé suivre le parcours d'Ariana. Elle nous décrit avec beaucoup de détails ses recherches méticuleuses, comment peu à peu elle progresse et parvient à raconter ce que furent les drames vécus par sa famille. Elle raconte les lâchetés, mais aussi toutes ces personnes qui avec courage ont soutenu, aidé sa famille et permis à son père d'échapper à la déportation. Les brimades et exactions commises envers les juifs à cette époque sont les mêmes, qu'elles se soient passées en France (lire " La Carte postale ") ou en Tchécoslovaquie. On comprend comment petit à petit, sournoisement, le nazisme les a privés de leurs droits, les a isolés, stigmatisés par le port de l'étoile et enfin déportés.
C'est un récit fort, très intéressant, mais qui ne m'a pas transmis l'émotion. A la lecture du résumé, je m'attendais à une forme plus romancée. C'est plus un témoignage, très bien documenté et passionnant à lire, qui montre aussi comment ces hommes et ces femmes ont eu du mal à vivre après, choisissant des solutions différentes pour faire avec.
Il m'aurait fallu être plus émue pour rajouter la dernière étoile. D'autres lecteurs ont ressenti cette émotion, ce n'est donc pas le livre qui est en cause, mais un sentiment personnel.
Merci aux éditions Les Escales pour le partage de ce témoignage #Ombresportées #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          547
A Caracas, au Venezuela, Ariana âgée de huit ans, aime jouer « les espionnes » et fouiller dans la maison quand les adultes ont le dos tourné. Un jour, elle entend un cousin dire que son père a caché « une boite », dans son bureau. Pendant que celui-ci est absent, elle entre, fouille et finit par trouver la boite en question, remplie de photos, de souvenirs semble-t-il au fond de laquelle elle trouve un passeport avec une photo de son père jeune et un nom qu'elle ne connaît pas.

Cette découverte l'étonne et l'inquiète et lorsqu'elle interroge son père, il se met en colère, refuse de lui expliquer et la boite disparait. Pendant des années la petite fille va chercher à savoir, à entrer dans le passé de son père et se heurter à un mur. Elle sent bien que des choses graves se sont passées autrefois mais l'omerta est imposée à toute la famille.

Elle voit bien qu'il y a des absents dans la famille : quid des grands-parents paternels ? par exemple…

Un jour, elle finit par retomber sur la fameuse boite, qui entretemps s'est quelque peu enrichie d'autres souvenirs, notamment des lettres en tchèque, de la jeunesse d'Hans Neumann à Prague et peu à peu, elle va faire des recherches, frapper à la porte des cousins vivant aux USA, de son oncle Lothar qui lui confient d'autres documents, trouver une interprète pour traduire les lettres…

Ariana s'est lancée dans une enquête approfondie, sur des années pour retrouver sa famille, ses racines juives, et reconstituer la vie des Neumann à Prague où le père Otto a fondé Montana une société de peinture. Avec sa femme, Ella, ils ont une petite maison à la campagne.

On plonge ainsi dans la montée de l'antisémitisme en Tchécoslovaquie, avec les persécutions qui commencent quand Hitler envahit le pays, les déportations…

J'ai lu pas mal d'ouvrages sur le ghetto de Varsovie, mais je connaissais peu ce qui se passait à Prague, et Ariana Neuman nous décrit très bien les évènements, l'atmosphère qui régnait dans le pays à cette époque, avec notamment une description du camp de Terezin, Therezienstadt en allemand

J'aime beaucoup le titre également « Ombres portées » très bien choisi et riche de significations.

Ce livre, le premier de l'auteure, est passionnant, bien écrit, bien documenté, très agréable à lire malgré les horreurs. J'aime beaucoup lire des récits de familles ayant survécu à l'Holocauste et celui-ci va rester longtemps présent dans ma mémoire. Très prometteur, donc auteure à suivre.

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Les escales qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteure.

#Ombresportées #NetGalleyFrance

Sortie prévue : 02/09/2021
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          470
Voici un récit familial qui mérite bien des éloges !

Déjà, par sa dénomination de « récit » et non de roman littéraire sur l'épouvantable parcours des populations martyrisées par le régime nazi. Moi qui m'exaspère régulièrement de lire « ad nauseam » des fictions romancées à partir des éléments familiaux souvent tenus, je reconnais ici une remarquable enquête en recherche de l'héritage paternel. Par sa maîtrise du récit et sa volonté à découvrir le passé, Ariana Neumann se range parmi les auteurs pédagogues sur le sujet, aussi qualitatif dans l'exercice que l'a été Daniel Mendelsohn avec Les disparus (prix Médicis étranger 2007.)

Le souci du détail, l'exactitude des faits, la connaissance du contexte dans la Tchécoslovaquie envahie auraient pu se cristalliser en narration historique synthétique. Il n'en est rien car l'émotion est sans cesse présente, poignante, rythmée en rebondissements et découvertes où se définissent le poids de l'héritage, des traditions et de l'identité.
Lettres, photos, documents donnent corps à l'émotion d'une fille face à la découverte d'
un père et plus largement d'une famille longtemps inconnue

Je recommande chaudement !













Commenter  J’apprécie          310
Au Vénézuela, dans les années 60, la petite Ariana grandit entre son père d'origine tchèque et sa mère vénézuélienne. de son père, brillant homme d'affaire, elle ne sait pas grand chose. Son passé lui est inconnu, elle sait seulement qu'il vient d'Europe.
Un jour alors qu'elle s'amuse à jouer les détectives, elle déniche une boîte, dans laquelle se trouve une ancienne carte d'identité avec la photo de son père, mais ce n'est ni le nom ni le prénom de son père. C'est le début des questions pour la jeune fille, des questions qui resteront sans réponse.
A la mort de son père, tous ses papiers ont été détruits, à l'exception de cette boîte qui lui lègue. Commence alors pour elle la recherche de ses origines qu'elle raconte dans ce livre très touchant. Indice après indice, elle commence à remonter le fil de sa famille, sur le continent américain comme sur le continent européen. Chaque révélation est la résultante d'un passé douloureux, et lui permet de mieux comprendre qui est son père.
J'ai vraiment beaucoup beaucoup aimé ce livre, cette histoire familiale à la fois dramatique et formidable, et ce sera un beau titre à découvrir à la rentrée littéraire 2021.
Merci aux éditions Les Escales et à Netgalley pour cette lecture.
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (1)
Telerama
10 octobre 2022
Empreint d’une rigueur implacable, Ombres portées est un récit à l’incontestable valeur historique, retraçant le destin d’une famille pragoise et l’aventure insensée d’un jeune homme qui survécut, la peur au ventre, au cœur de la bête : à Berlin.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Quatre ans après avoir reçu la traduction de la correspondance de mes grands-parents, j'ai donc entamé un long voyage dans le passé. La majorité des lettres dataient des années 1940 et décrivaient le quotidien à Terezín, le camp de concentration situé à quelques kilomètres au nord-ouest de Prague. Les nazis l'avaient fondé en 1941 pour y emprisonner les Juifs avant de les envoyer en camp d'extermination. Plus de 140 000 résidents d'Europe centrale ont transité entre ses murs. Il n'y avait pas de chambres à gaz, mais cela n'a pas empêché des dizaines de milliers de personnes d'y perdre la vie. 
Commenter  J’apprécie          280
 Je comprends aujourd’hui que certaines douleurs sont impossibles à raconter, comme des blessures avec lesquelles on apprend à vivre mais qui ne cicatrisent jamais. Du haut de mes dix-neuf ans, j’étais persuadée que l’amour et la parole suffisaient à guérir n’importe quel chagrin. 
Commenter  J’apprécie          410
 Nietzsche a écrit que ce qui sépare l’humain de l’animal est la capacité à rire de sa condition. Les nazis avaient une fâcheuse tendance à la solennité et au manque d’humour. Ils ont toujours fait preuve de ce que Nietzsche appelait « Tierischer Ernst », une sorte de « sérieux animal », ou d’inaptitude totale à rire d’eux-mêmes. 
Commenter  J’apprécie          280
La plupart des gens ne regardent pas le mouvement d’une montre. Ils ouvrent rarement le mécanisme pour comprendre ce qui se cache derrière la mesure du temps. Pour eux, observer le cadran et savoir que tout fonctionne à l’intérieur du boîtier est une source d’émerveillement en soi. 
Commenter  J’apprécie          332
Les choses ne sont pas toutes à prendre ou à dire comme on voudrait nous le faire croire. Presque tout ce qui arrive est inexprimable et s’accomplit dans une région que jamais parole n’a foulée.

– Rainer Maria Rilke, Lettres à un jeune poète, 1903 
Commenter  J’apprécie          291

Videos de Ariana Neumann (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ariana Neumann
Entretien avec Ariana Neumann
autres livres classés : vénézuelaVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus

Lecteurs (203) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3101 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..