AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Truchaud (Traducteur)
EAN : 9782352944645
384 pages
Éditeur : Bragelonne (20/05/2011)

Note moyenne : 2.36/5 (sur 109 notes)
Résumé :
Certaines portes devraient toujours rester fermées...

A Barrington House, un immeuble de grand standing dans un quartier chic de Londres, un appartement est inoccupé. Personne n'y entre, personne n'en sort. Et c'est comme ça depuis cinquante ans.
Jusqu'au jour où April, une jeune Américaine, débarque à Barrington House pour visiter l'appartement que lui a légué une mystérieuse grand-tante. Cette dernière, morte dans d'étranges circonstances, a ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  25 septembre 2016
Alors que dire de ce livre ? Franchement, le résumé donne très très envie de le lire. On nous laisse entendre beaucoup de promesses comme l'effroi, la terreur et ... au final.. je suis déçue. Comment dire... c'est une sorte de "Shinning", mais sans l'étincelle que sait y instiller Stephen King... C'est un remix d'Amétiville, mais sans la musique en arrière-fond
Au départ, le roman commence bien : nous suivons deux personnages. D'une part, April arrivant d'Amérique suite au décès d'une grand-tante qu'elle n'a jamais connue afin de faire le tri dans les affaires laissées par la défunte ; et, d'autre part, Seth, le gardien de nuit nouvellement engagé à Barrington House.
Les 10 premiers chapitres, nous sentons monter la tension du récit, l'effroi, l'horreur nous prendre par la main et commencer à nous effrayer comme il se doit ... et là, d'un coup, baisse brutale de tension lorsque April se met à chercher des renseignements sur l'ancien locataire de l'appartement 16. Cela dure sur des chapitres pour un résultat moindre et sans grand intérêt. La fin, désolée de le dire : bâclé !!! Il n'y a pas vraiment d'autre mot qui convienne..
Bref, pour résumé, la couverture et le résumé sont plus tentant que le contenu ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          762
LePamplemousse
  07 septembre 2016
Les romans d'Adam Nevill sont très différents les uns des autres, « Rituel » m'a carrément déçue car trop grotesque, voire grand-guignolesque à mon goût, « Derniers jours » était excellent et « Appartement 16 » est plutôt bon même si on sent bien que c'était son premier roman. L'idée générale est bien développée mais le reste fait un peu brouillon.
L'histoire est simple, une américaine hérite de sa tante qu'elle ne connaissait pas d'un appartement londonien très chic. Elle se rend donc sur place pour le vider et le vendre, mais l'immeuble tout entier semble abriter des secrets et des forces inconnues.
Le suspense monte crescendo et la tension est palpable dès le début de l'histoire, que ce soit par le biais de phénomènes qui ont lieu dans un appartement en particulier, par la découverte de vieux journaux intimes, ou le récit que font certains habitants de l'immeuble.
Plusieurs idées sont développées tout au long du récit pour être finalement abandonnées au bout que quelques chapitres, sans qu'on sache bien pourquoi.
L'ensemble est plaisant, j'étais même assez captivée par la lecture, mais les personnages principaux sont trop brièvement ébauchés, la psychologie est totalement absente de ces pages et certaines idées intéressantes ont tout bonnement été oubliées en cours de route.
Sur le thème des habitations hantées, ce roman est correct, mais ne vaut pas un bon Masterton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
kuroineko
  26 décembre 2018
La couverture Bragelonne d'Appartement 16 était très attirante. le résumé en quatrième, encore plus. Plaisir de le trouver et de l'emprunter à la médiathèque pour plonger dans les horreurs de cet appart grand standing avec vue sur le parc et atrocités aménagées.
Et bien... le prologue... mouais. Premier chapitre... je déchante. Deuxième chap... Paf! Par-terre le livre! Tombé des mains, je n'irai pas plus loin.
Et au vu des autres critiques sur Babelio, je ne perds pas grand chose. Sinon mon temps à insister. Et trop de bons livres sont prêts à me sauter dans les bras pour perdre du temps à ce que je n'accroche pas. Serait-ce un roman classique ou que je sais ardu mais méritant la persévérance, j'aurais poursuivi. Là, même l'écriture ne retient pas.
Tant pis, j'aurai essayé. Et rien ne dit que je ne lirai jamais aucun autre titre d'Adam Nevill.
Commenter  J’apprécie          332
alberthenri
  04 août 2018
Une jeune américaine hérite d'une énigmatique parente un appartement dans un immeuble londonien de grand standing : Barrington House.
Dans cet immeuble, l'appartement 16 est condamné depuis un demi-siècle.
Seth un jeune artiste peintre contrarié qui survit en tant que gardien de nuit dans l'immeuble, subit l'influence néfaste de l'immeuble en général et de l'appartement clos en particulier.
Voici pour les deux éléments narratifs du roman, qui s'inscrit quelque part entre les écrits de Graham Masterton, et de Stephen King.
Dire qu"Appartement 16" est un chef-d'oeuvre serait très exagéré, le texte n'est pas exempt de défauts, il est vrai qu'il s'agit d'un premier roman, ce qui peut expliquer ses faiblesses.
Sur le thème du lieu maléfique, nous sommes loin de classiques tels que Shining, ou La maison des damnés.
En réalité, si je prends un peu de mon temps pour écrire ce petit billet, c'est pour prendre la défense de ce roman et de son auteur.
En effet, je suis étonné de lire combien les critiques Babelio de ce livre sont mauvaises !
Et pourtant, croyez-moi, si j'ai lu meilleur, j'ai aussi lu (ou essayé de lire) bien moins bon.*
Appartement 16, vient de paraitre au format poche, c'est peut-être l'occasion de se "risquer" à se faire une opinion pour un prix modique !?
*Ne me demandez pas d'exemples, en général je les oublie vite, sinon voir mes billets !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
eTemporel
  29 septembre 2012
C'est dans le cadre du challenge Livra'deux pour Pal'Addict organisé sur Livraddict que j'ai lu ce roman que j'avais sélectionné parmi 3 choisis par Michou. La présentation de l'éditeur et la couverture avaient déjà attiré mon attention puisqu'il se trouvait dans ma PAL, et c'était une belle occasion de me lancer, d'autant plus que l'idée de départ était plutôt bonne. Malheureusement, j'ai très vite déchanté !
L'idée de départ était plutôt bonne, disais-je donc : dans un immeuble cossu de Londres, un appartement inhabité où se terre quelque-chose... et Apryl, jeune femme aux goûts datant d'une autre époque, qui vient prendre possession d'un appartement dont elle a hérité, et qui va surtout se retrouver à mener l'enquête. Une histoire que j'espérais baignée de mystère, avec une pointe de terreur pour lui donner du piquant. Sauf que...
Sauf que le style de l'auteur est d'une lourdeur incommensurable, c'est un véritable enfer. Certains passages, ceux qui concernent le peintre Felix Hessen et son Vortex en particulier, sont alambiqués au point qu'on est parfois obligé de les relire plusieurs fois pour y comprendre quelque chose. Mais le pire, c'est qu'en dehors des divagations terriblement malsaines d'un portier de nuit, il ne se passe en définitive pas grand chose à Barrington House. C'est d'un ennui... Pour le frisson d'effroi, il faudra repasser !
Les personnages eux-mêmes manquent de substance. Apryl, la jeune Américaine perdue à la fois dans son époque et les évènements, que j'avais trouvée fraîche comme le printemps au début du roman, s'avère finalement être assez fade, et sa détermination à comprendre ce qui se passe envers et contre tout me demeure inexplicable. Seth quant à lui est beaucoup trop torturé pour faire un héros auquel on s'attache, sans parler de tous les vieux croulants qui peuplent Barrington House, renfermés sur eux-mêmes, méchants, à la limite de la folie.
Au final, j'ai ramé sur cet ouvrage, terriblement. Je me demande même comment j'ai réussi à aller au bout ! Une trame sous-exploitée, des personnages sans intérêt quand ils ne sont pas carrément repoussants, un style laborieux au possible... Pire qu'une déception, une véritable douche froide ! J'espère que Michou aura plus de chance que moi avec Les furies de Calderon, de Jim Butcher...
Lien : http://etemporel.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (1)
SciFiUniverse   02 novembre 2018
Avec une vision de Londres dure et glauque, Adam Nevill livre ici son histoire de maison hantée avec ses revenants et ses secrets. Barrington House est l'immeuble victorien chic anglais par excellence, vestige d'une époque luxueuse et désormais décrépi.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   07 mars 2014
Une règle aussi stricte n'avait rien d'inhabituel pour les immeubles avec portiers à Knightsbridge. Même en gagnant gros à la loterie, un appartement de Barrington House restait hors de portée. Les logements avec trois chambres à coucher ne se vendaient jamais moins de un million de livres, et les charges s'élevaient à 11 000 livres par an.
Commenter  J’apprécie          40
SaiwhisperSaiwhisper   28 mai 2020
- Elle n’avait pas d’amis ?
- Pas que je sache. Pas une seule visite depuis que je suis ici. Vous comprenez… (après un silence, il se frotta la bouche) elle était très excentrique. C’est la manière la plus polie d’exprimer cela, et je ne veux pas me montrer irrespectueux.
Il semblait vraiment mal à l’aise. Il avait même baissé la voix. « Folle », voilà ce qu’il voulait dire.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   07 mars 2014
Jamais des cauchemars ne lui avaient paru si réels, même s'il était incapable de se les expliquer. Peut-être était-il trop malheureux et léthargique pour se
préoccuper de nouveaux signes l'alertant qu'il s'éloignait de la voie suivie par les autres. L'inertie tuait la motivation. La solitude le rendait paranoïaque. La pauvreté le mettait dans une situation pitoyable.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   07 mars 2014
C'est ce qui se passe quand on assure un service de douze heures ici. On n'espionne jamais, mais on ne peut s'empêcher de remarquer des choses. Et on nous paie pour être attentifs.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   07 mars 2014
Ils étaient si beaux. Comme des stars de cinéma. Tu ne le croiras pas quand tu les verras, cette beauté distinguée faisait partie de notre famille ! Une femme avec autant de goût, de classe et de style. Elle est déjà mon idole. Tu sais combien j'aime ce look.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
681 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

.. ..