AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Pecosa


Pecosa
  29 novembre 2019
Ce roman de Nevo m'a donné l'impression d'être emportée par un mouvement chaotique dans lequel j'étais bringuebalée, secouée par une multiplicité de mouvements au sein des différents espaces-temps, dans un labyrinthe narratif qui malmène et fascine tout à la fois.
Difficile de résumer Neuland, qui nous emporte en Amérique du Sud, à la recherche d'un Israélien, Mani Péleg. Nous suivons son fils Dori, professeur d'histoire et jeune papa en pleine déconfiture matrimoniale, qui tente de retrouver le patriarche, aidé d'un détective privé, le sympathique et très terre à terre Alfredo. Sur sa route, il croise une femme, Inbar, dont le frère s'est suicidé pendant son service militaire, et qui pense trouver un peu de sérénité à l'autre bout du monde. Le trio vadrouille par monts et par vaux, sur les traces de l'ancien héros de guerre qui désirait fonder une sorte de phalanstère, Neuland , l'Altneuland de Theodor Herzl , mais en terre américaine. L'expérience fut déjà tentée en Argentine en 1889, avec la fondation de Moisés Ville par des Russes, puis de Monigotes. L'ombre du baron Maurice de Hirsch plane au -dessus de Mani Péleg, comme planent les morts au-dessus des personnages, apparaissant ça et là, dans leur vie, dans leurs rêves. Le Neuland du père de Dori est une Utopie où l'on trouve chamans et sanhédrin: « Neuland incarnera une réminiscence. Une réminiscence de l'Athènes que l'Etat des juifs était censé incarner, s'il ne s'était pas transformé en Sparte. »

Le lien avec Israël est établi avec la narration de Lili, la grand-mère, qui avait autre fois pris le bateau pour la Palestine en 1939, et avait quitté son fiancé, changeant ainsi la trajectoire de sa vie. C'est aussi là le propos de Neuland, les choix, les décisions que l'on prend et qui changent notre destin. Il ne faut pas hésiter à se perdre dans cette multiplicité de récits, de points de vue, jamais gratuits et toujours captivants. Difficile en effet de lâcher Neuland, surtout quand un homme parle aussi délicatement de l'amour, du désir et de la paternité.
Je remercie Bookycooky de m'avoir fait lire les romans d'Eshkol Nevo, dont jamais je ne me lasse, et dont la sensibilité, l'érudition et l'humanité me touchent.
Commenter  J’apprécie          678



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (66)voir plus