AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Bouvy


Bouvy
  17 juin 2016
Des êtres étranges, les Telluriennes, qui sont à l'origine de la drogue que Lola doit consommer pour survivre ont copulé avec notre héroïne. Elle se réveille suite à un orgasme hors du commun mais les Telluriennes ont disparu ainsi que tout ce qu'il y avait sur cette planète. Voilà alors qu'apparait un être étrange, mi-organique, mi-robot. Il apprend à la belle qu'elle est le fruit d'une fusion et qu'elle est devenue une nouvelle espèce d'être vivant. Elle est en possession d'étranges pouvoirs qui peuvent agir sur la matière et sur son corps. Tout deux décident de se rendre au conseil de Primalus pour leur prouver que l'avenir de la vie, ce sont les êtres organiques et non les robots. Lorsqu'ils arrivent, il semble que le centre de Primalus est inoccupé, qu'il a subit de graves avaries...
Vraiment bien ficelé, l'histoire. C'est surprenant. Là, on dépasse le simple porno. Nous nous retrouvons dans un univers fantasque mais qui pourrait nous paraître plausible. Une apocalypse pour basculer vers la création. Tout est matière et tout reste matière. Une boucle sans fin. Cette histoire en devient philosophique. le scénario est vraiment intéressant, même s'il fait la part belle à l'érotisme, la pornographie. Les dessins ont encore gagné en maturité. C'est vrai que le nombre de personnage à fortement diminué, il en reste a peu près trois dans ce dernier opus. Lola est pratiquement présente à toutes les pages et a beaucoup plus de charme que dans les épisodes précédents. Dans le même temps, ses pouvoirs la font basculer dans le genre hentai, sans pour autant tomber dans le style des mangas japonais.
Pour conclure, cette petite série qui, ici, s'achève, m'a accrochée par la qualité de son fond, de son scénario. Une petite réflexion : Et si le big bang était le résultat d'un orgasme féminin ? L'idée me séduit beaucoup.
Commenter  J’apprécie          100



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (7)voir plus